Archives mensuelles : avril 2015

Le Québec dans la mire des investisseurs chinois

Mary-Lou Esmeralda

Mary-Lou Esmeralda

Il semble que les investisseurs chinois aient de grands projets pour la province de Québec, notamment à Longueuil où pas moins de mille entrepreneurs chinois tentent de faire un investissement d’un milliard de dollars. Pour que ce projet aboutisse, Québec devra t-il changer ses quotas d’immigration pour satisfaire aux besoins de ces investisseurs ?
Selon Thomas Gerbet, « les hommes d’affaires impliqués sont tellement nombreux qu’ils envisagent de noliser un avion d’Air Canada pour faire le voyage depuis la Chine. Ils veulent aussi construire des centaines de maisons pour loger leurs familles sur la Rive-Sud et à Montréal.
La compagnie Min Ying Holdings a de très grandes ambitions pour son projet de Centre commercial de distribution internationale. Elle veut en faire une plaque tournante en Amérique du Nord pour permettre de commander directement, sans intermédiaire, des produits manufacturés aux usines chinoises.

Le marché de Yiwu

Le marché de Yiwu

Le Centre est inspiré du Yiwu International Trade Center, au sud de Shanghai, qui regroupe 70 000 kiosques de produits où viennent magasiner les entreprises. Selon le même principe, la version québécoise prendrait la forme d’un gigantesque hangar, de la taille d’un IKEA, divisé en centaines de kiosques de vente. Chaque homme d’affaires représenterait un produit manufacturé dans une usine chinoise. »wong

Source : Radio-Canada

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Des nanoparticules dans votre assiette ?

Charles de Lorimier

Charles de Lorimier

Les nanoparticules envahissent de plus en plus l’assiette des consommateurs. On savoure désormais du Ketchup au dioxyde de silicium, des chocolats au dioxyde de titane… Des composants qui possèdent semble-t-il un très haut potentiel toxique, dont on ne sait strictement rien. Ce qui inquiète des organismes québécois comme l’ irsst, alors qu’en Europe du côté de l’AFFSSA c’est le flou le plus total. Le point sur la situation :

                                          – Les nanoparticules sont promises à un grand avenir. Tous les quatre matins, des reportages fulgurants de nos meilleurs téléjournaux nationaux illustrent les merveilles technologiques promises par ces nouveaux composants. Façon science-fiction : santé, électronique, chimie, tout y passe. La fascination gagne. Mais pourquoi chercher si loin ? Quand ces nanotechnologies sont déjà présentes… dans nos assiettes ! Des colorants, des arômes ou des vitamines sont enfermées dans des nanocapsules que l’on mélange à des boissons pour en modifier la couleur ou le goût. Certaines variétés de ketchup sont épaissies par du dioxyde de silicium. Des vinaigrettes sont blanchies au dioxyde de titane, qui sert aussi à éviter le « blanchiment gras » des confiseries chocolatées. Les silicates d’aluminium empêchent l’agglutination des aliments en poudre. Les emballages, aussi, renferment toutes sortes de nanoparticules révolutionnaires.
20 milliards de dollars
nanoparticules3Aujourd’hui, le nombre de produits en vente libre contenant des nanoparticules est impossible à connaître. Les producteurs communiquent très peu sur le sujet et rien ne les y oblige. Plusieurs études indépendantes s’y sont toutefois risquées et le cabinet de consultants Helmut Kaiser estime que plus de 300 nanoaliments sont déjà présents sur le marché. Le chiffre d’affaires du secteur est passé de 2,6 milliards de dollars en 2003 à 5,3 milliards en 2005. Il est attendu à plus de 20 milliards en 2010. De quoi exciter les papilles.
Aucune connaissance scientifique
Pourtant, aujourd’hui, personne ne sait de quoi il retourne. Absolument personne. Y a-t-il des risques sanitaires à ingérer ces particules un million de fois plus petites qu’un cheveu et que les barrières naturelles ne sont pas faites pour arrêter ? Comment ces particules sont-elles digérées, où vont-elles se nicher, comment sont-elles éliminées, que se passe-t-il lorsqu’elles se retrouvent dans la nature ? Quels risques professionnels pour les ouvriers qui travaillent à leur contact ?

supernanosEn France, c’est en 2007 que le CNRS a lancé la première étude française, qui prendra plusieurs années. Au niveau mondial, très peu d’études ont été réalisées, le plus souvent limitées. Néanmoins, comme le souligne un rapport de l’IRSST (Québec), on a d’ores et déjà pu mesurer « des effets toxiques au niveau des reins, de la reproduction et de la génotoxicité. De plus, certaines particules causent des granulomes, de la fibrose et des réactions tumorales au niveau pulmonaire. C’est ainsi qu’une substance reconnue comme non toxique, le dioxyde de titane, démontre une importante toxicité pulmonaire lorsqu’elle est de dimension nanométrique. Des effets cytotoxiques ont également été rapportés. » Que du bonheur.
Flou total à l’AFFSSA

nanooEn avril dernier, l’AFFSSA a communiqué sur le sujet. Reconnaissant n’avoir aucune donnée et ne disposant d’aucun moyen d’analyse et de détection (puisque ça n’existe pas !), l’agence a recommandé la « prudence » et a préconisé « que la présence de ces substances dans l’alimentation fasse l’objet d’une déclaration systématique et d’une demande d’autorisation de mise sur le marché, dans le cadre d’une réglementation (à mettre en place) ». Oui… car en fait, aucune législation n’existe. Ces composants n’ayant pas d’existence légale, ils sont autorisés… en dehors de tout contrôle. Le premier texte du Grenelle de l’Environnement adopté en août promet timidement d’imposer l’obligation de déclaration dans les deux ans, sans toutefois indiquer si le consommateur devra être informé. Greenpeace a tiré la (nano) sonnette d’alarme dès 2003.

Source : Les mots ont un sens 

la-conscience

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

France : chronique d’un génocide culturel annoncé

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Depuis quelques années la société française subit un grave déclin culturel.  Partout le Globish règne en maître et le peuple français, trahit par ses élites, devient peu à peu un peuple anglo-galloricain. Pourtant, une poignée d’irrésistibles s’oppose à l’envahissement du franglish qui mine les bases mêmes de la société française. C’est ainsi qu’est né le prix de la «Carpette anglaise»; chronique d’un génocide culturel annoncé.

Qu’est-ce que prix de la « Carpette anglaise »?

 yes we canC’est un prix d’indignité civique décerné annuellement à un membre des élites françaises qui s’est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l’anglo-américain en France et dans les institutions européennes au détriment de la langue française.

 Le prix de la Carpette anglaise distingue plus spécialement les déserteurs de la langue française qui ajoutent à leur incivisme linguistique un comportement de veule soumission aux diktats des puissances financières mondialisées, responsables de l’aplatissement des identités nationales, de la démocratie et des systèmes sociaux humanistes.

Liste des lauréats du prix de la Carpette anglaise : 1999 à 2014

2014 : M. Pierre Moscovici, membre de la Commission européenne pour avoir adressé à M. Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, une lettre entièrement en anglais.

mosco
2013 : Guillaume PÉPY, président de la SNCF, distingué pour ses éminents mérites en dévotion anglophone a reçu le prix 2013 de la Carpette anglaise. Après les Smiles, les TGV Family, et autres médiocrités linguistiques.
2013 (prix exceptionnel) : Mme Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour avoir, dans la lignée de Mme Valérie Pécresse (« carpettée » en 2008) et malgré de nombreuses mises en garde, légalisé en maintenant l’article 2 de son projet de loi l’enseignement en anglais
2012 : M. Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, pour avoir déclaré, selon Le Parisien, que, dans le domaine
du transport, « l’anglais devrait être la langue de rédaction des documents officiels harmonisés ».
2011 : M. Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, pour promouvoir avec vigueur l’usage de la langue anglaise de la maternelle aux grandes écoles et pour faire de la télévision publique en anglais aux heures de grande écoute (sous-titré en français)
ywc2010 : Mme Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, et à ses conseillers en communication, pour leur recours systématique à des slogans anglo-saxons.

oui 2009 : M. Richard Descoings, directeur de l’Institut d’études politiques de Paris, pour imposer des enseignements uniquement en langue anglaise dans certaines filières proposées et pour correspondre en anglais avec le lycée français de Madrid.
2008 : Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour avoir déclaré que le français était une langue en déclin et qu’il fallait briser le tabou de l’anglais dans les institutions européennes.
2007 : Mme Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances, qui communique avec ses services en langue anglaise, par huit voix contre quatre àM. Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État à la Francophonie, qui a publiquement célébré les futurs bienfaits du protocole de Londres.
2006 : Le Conseil constitutionnel pour « ses nombreux manquements à l’article 2 de la constitution qui dispose que la langue de la République est le français » et pour avoir « déclaré conforme à la constitution le protocole de Londres sur les brevets, permettant ainsi à un texte en langue anglaise ou allemande d’avoir un effet juridique en France ».
2005 : France Télécom, opérateur de téléphonie présidé par Didier Lombard, pour la mise en place de services et produits aux dénominations anglaises (« BusinessTalk, Live-Zoom, Family Talk… »), désigné par huit voix contre quatre pour Yves Daudigny, président du conseil général de l’Aisne pour sa campagne publicitaire en anglais « L’Aisne, it’s Open ! ».
2004 : Claude Thélot, président de la Commission du débat national sur l’avenir de l’école, pour avoir considéré « l’anglais de communication internationale »comme un enseignement fondamental, à l’égal de la langue française, et avoir préconisé son apprentissage par la diffusion de feuilletons américains en VO sur les chaînes de la télévision française.

you ganna love france
2003 : le Groupe HEC, dont le directeur général, Bernard Ramanantsoa, a déclaré en décembre 2002 : « Dire que le français est une langue internationale de communication comme l’anglais prête à sourire aujourd’hui ».
2002 : Jean-Marie Colombani, directeur de la publication du Monde qui publie sans la moindre réciprocité, et à l’exclusion de toute autre langue, un supplément hebdomadaire en anglo-américain tiré du New York Times.
2001 : Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi Universal, pour avoir systématiquement favorisé l’anglais comme langue de communication dans ses entreprises.
2000 : Alain Richard, ministre de la Défense, pour avoir obligé les militaires français à parler anglais au sein du Corps européen alors qu’aucune nation anglophone n’en fait partie.
1999 : Louis Schweitzer, PDG de Renault, pour avoir imposé l’usage de l’anglo-américain dans les comptes rendus des réunions de direction de son entreprise (juste devant Claude Allègre, sélectionné pour avoir déclaré à La Rochelle, le 30 août 1997, « Les Français doivent cesser de considérer l’anglais comme une langue étrangère »).

 Lauréats du prix spécial du jury à titre étranger (prix créé en 2001) :

sd

2014 : Mme Paula Ovaska-Romano , directrice du Département des langues et directrice par intérim de la Direction générale de la traduction de la Commission européenne, pour avoir violemment tancé en anglais une responsable associative qui la sollicitait en italien et avoir qualifié, à cette occasion, l’italien de « langue exotique ».
2013 : Tom Enders, président exécutif d’EADS et grand organisateur de la politique linguistique du tout en anglais dans son groupe, qui a trouvé (dis)grâce aux yeux du jury. L’Académie a tenu à lui décerner son prix spécial à titre étranger pour avoir annoncé, en anglais seulement, à tous les salariés allemands, espagnols et français de la branche « défense et espace », un vaste plan de licenciements par une vidéo…
2012 : l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) et à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) pour la campagne publicitaire « Say oui to France – Say oui to innovation », qui promeut la France à l’étranger en utilisant un anglais de pacotille comme seul vecteur de communication, au lieu de s’adresser dans la langue des pays intéressés par cette campagne.

mtl
2011 : compagnie Ryanair, présidée par M. Michael O’Leary, pour avoir imposé, en Espagne, aux femmes enceintes de plus de vingt-huit semaines un certificat médical exclusivement rédigé en anglais, y compris pour les vols intérieurs (menaçant de ne plus desservir les aéroports ne se pliant pas à cette exigence). (AFP, Madrid, 13 septembre 2011.).
2010 : M. Paul Kagamé, président de la République du Rwanda, pour avoir imposé dans son pays le passage du français à l’anglais comme langue officielle et comme langue de l’enseignement, et pour avoir quitté l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) pour adhérer au Commonwealth.
2009 : M. Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, pour avoir signé, le traité de l’IRENA (International Renewable Energy Agency) dont la seule langue de travail est l’anglais.
2008 : Eurostat, service des statistiques de la Commission européenne, qui diffuse depuis avril 2008 sa publication « Statistiques en bref » uniquement en anglais, renonçant aux langues allemande et française.
2007 : la police de Genève, pour avoir diffusé une publicité intitulée « United Police of Geneva ».
2006 : Ernest-Antoine Seillière, président de l’Union des industries de la communauté européenne, pour avoir prononcé un discours en anglais au Conseil européen à Bruxelles en mars 2006.
2005 : Josep Borrell, président du Parlement européen, pour avoir avantagé l’anglais lors d’une session de l’assemblée parlementaire Euro-Méditerranée qu’il venait de présider à Rabat au Maroc sans prévoir la traduction des documents de travail.

yes we can
2004 : Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, élu pour avoir présenté en anglais la politique de l’établissement devant le Parlement européen de Strasbourg et avoir déclaré lors de sa prise de fonction « I am not a Frenchman ».
2003 : Pascal Lamy, élu pour son utilisation systématique de l’anglais dans ses fonctions de commissaire européen, au mépris des règles communautaires.
2002 : Romano Prodi, président de la Commission européenne, qui n’a jamais manqué une occasion de promouvoir la langue anglaise comme langue unique au mépris des règles communautaires, comme l’ont montré l’affaire de l’étiquetage en anglais des produits alimentaires, et l’imposition de l’anglais comme langue unique de négociation pour l’élargissement européen.
2001 : La société Lego, fabricant danois de jouets pour enfants, qui présente ses produits en France et dans le monde uniquement en anglais sous les expressions « explore being me », « explore together », « explore logic » et « explore imagination ».

     frenchie4dd

Source : DDLF ,

Illustrations Super Dupont et Les indignés du Québec

Pour aller plus loin LAcadémie de la Carpette anglaise

8 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Assemblées citoyennes sur l’Austérité et ses impacts

Rose Flamant

Rose Flamant

Vous en avez assez des mesures d’austérité du gouvernement Couillard ?  Vous souhaitez agir mais vous ne savez pas très bien à qui vous adresser?  Pourquoi ne participer à une assemblée citoyenne ?

La CDC vous propose 4 assemblées citoyennes portant sur les conséquences de l’austérité. Ces présentations s’adressent aux citoyens-nes intéressés-ées à en apprendre davantage et à se mobiliser autour de ces enjeux.

Voici les thèmes qui seront  abordés : éducation, santé, organismes communautaires et programme d’aide sociale. La première rencontre , portant sur l’éducation aura lieu le 17 mars au Collège Montmorency à 18:30.

Bandeau_Refusons_lausterite

Le CDC de Laval est un  regroupement d’organismes communautaires autonomes de la région de Laval qui oeuvrent dans divers champs d’activités. Ses membres sont des acteurs essentiels au développement de la région. Ils oeuvrent quotidiennement auprès de la population lavalloise et rejoignent tout près de 130 000 citoyens et citoyennes.

Groupe communautaire pub

éducation affiche

ccons

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

25 000 personnes manifestent devant l’assemblée nationale du Québec

Charles de Lorimier

Charles de Lorimier

-Québec- La Marche Action Climat qui s’est terminée il y a quelques heures à peine a été un immense succès de mobilisation : plus de 25 000 personnes qui ont à cœur l’avenir des prochaines générations se sont réunis pour faire entendre leur voix, pour dire OUI à la protection du climat, NON à TransCanada et au pétrole issu des sables bitumineux, et se prononcer POUR les énergies renouvelables.

Et maintenant?

Ce n’est qu’un début! La Marche a permis de réaliser qu`à travers le Québec, la tendance est forte : nous ne voulons pas d’un Québec sale. Jeunes, travailleurs, agriculteurs, syndicats, religieux, familles, retraités ou étudiants, Premières Nations, en ville ou en campagne : de nombreux groupes citoyens s’expriment haut et fort en faveur de la protection du climat.

Nous voulons que le Québec devienne un chef de file en termes d’énergies renouvelables, que le climat soit au cœur des préoccupations de nos gouvernements. Chacun peut agir : informez-vous, participez aux tables rondes ou aux conférences organisées dans vos régions, devenez bénévoles!

climat

Des pistes d’action :

–  Devenez supporter du Mouvement bleu Terre, et agissez directement auprès de votre municipalité pour demander le droit à vivre dans un environnement sain. Déjà, les villes de Boucherville, Montréal ou Austin ont reconnu ce droit.  Il y a déjà 72 supporters de ce mouvement à Rimouski, et 56 à Saguenay. Joignez-vous à eux!

–   Les bélugas de Cacouna sont  officiellement protégés de la menace d’un port pétrolier, mais la bataille n’est pas terminée! Aidez-nous à protéger notre fleuve, notre climat et notre eau potable en faisant un don. Votre contribution, si minime qu’elle soit, aura des impacts tangibles et importants!

–   Vous pouvez aussi participer aux Journées de la nature partout au Québec du 22 au 24 mai. Si vous êtes à Montréal, rejoignez-vous le vendredi 22 mai pour le Grand Pique-Nique urbain à la Maison du développement durable.

Ce n’est qu’un début! Continuez à nous suivre, ensemble notre voix est plus forte.

Source :  Fondation David Suzuki

chaine-humaine

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

61% des Québécois sont insatisfaits du gouvernement Couillard selon un sondage Léger :

Mary-Lou Esmeralda

Mary-Lou Esmeralda

Le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard et ses politiques d’austérité continuent a susciter la grogne et la désapprobation de la population québécoise en général.  Selon ce sondage mené pour le journal Le Devoir, entre le 6 et le 9 avril,  47 % des répondants se déclarent insatisfaits du nouveau ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, François Blais, contre 22 % qui sont satisfaits.

Rappelons que M. Blais a succédé le mois dernier à Yves Bolduc, qui a quitté  la politique sous la pression populaire après une série de cafouillages et de politiques controversées.

Par ailleurs, les résultats de ce sondages révèlent que tous les ministres du gouvernement Couillard obtiennent une forte désapprobation des électeurs. En effet 61 % des répondants se sont déclarés insatisfaits du gouvernement Couillard, un taux persistant  par rapport au 62 % de février dernier. L’électorat se montre sévère envers les politiques libérales puisque plus de la moitié des répondants (54 % )ont déclaré que le gouvernement a performé « en deçà de leurs attentes ».

GogolLe ministre de la santé Gaétan Barrette est le plus mal noté de tous les ministres. En effet, près de six électeurs sur dix (58 %) se sont déclarés insatisfait des politiques du ministre de la Santé. Dans une même proportion similaire de 62 % des répondants se disent insatisfaits de la réforme de la santé du Dr Barrette.

Malgré tout, ce sondage démontre néanmoins que les libéraux de Philippe Couillard maintiennent leur avance dans les intentions de vote,  autour de 37 %. Le Parti québécois (PQ) a gagné trois points, à 28 %, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ)  a perdu quatre points, à 21 %. Québec solidaire, récolte 10 % des voix.reveil

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

L’Écosse et le Pays de Galles disent non au gaz de schiste

Sophie Doucet

Sophie Doucet

-Glasgow- Les politiques du premier ministre David Cameron pour forcer l’exploitation des gaz de schiste font face actuellement à une vaste campagne d’opposition dans plusieurs régions du pays. À ce jour, des dizaines de politiciens influents se sont prononcés contre ces politiques téméraires, et en Écosse et au Pays de Galles, les ministres ont réussi à bloquer temporairement l’industrie du forage.

Toutefois, ces interdictions ne touchent actuellement que l’Écosse et le Pays de Galles et dans le reste du Royaume-Uni, tout peut arriver après les élections générales. Ces prochaines semaines pourraient donc faire toute la différence en matière d’exploitation des gaz de schiste.

reine-elizabeth-ii

Elisabeth II, a présenté un projet de loi-cadre qui donne accès aux forages souterrains et favorise les consultations sur le gaz de schiste

D’ici les prochaines élections, qui auront lieu le 7 mai prochain, l’organisation écologiste Greenpeace espère convaincre certains candidats afin qu’il se positionnent contre la fracturation. Les électeurs de chacune des circonscriptions électorales sont donc invités à écrire à leurs représentants afin qu’ils signent le FRACK FREE PROMISE, un engagement politique qui s’oppose à l’exploitation des gaz de schistes frackingConservationnextCom

Par ce geste, Greenpeace espère déclencher une réaction en chaîne qui forcerait les indécis à prendre position. Beau débat de société en perspective puisque lors du discours du Trône, Elisabeth II, reine d’Angleterre, du Canada et de 15 autres pays a présenté un projet de loi-cadre qui donne accès aux forages souterrains et favorise les consultations sur le gaz de schiste.  En favorisant cette industrie la reine ouvre ainsi la porte à l’exploitation du gaz de schiste au Royaume-Uni. Une histoire à suivre donc…

20000

birdie

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized