Archives de Tag: Rose Flamant

Répressions féodales en Macronie

Rose Flamant à Paris

Le mouvement des gilets jaunes (GJ) est apparu sur les réseaux sociaux en octobre dernier. Les premières manifestations ont lieu lors des cérémonies de commémoration de l’armistice de 1918. Les quelques manifestants sont alors refoulés par la police créant ainsi l’étincelle qui mettra le feu aux poudres. Au lendemain de cette première manifestation des militants rattachés au mouvement décident de bloquer un rond-point dans le département de l’Eure. Dès-lors le mouvement se répand à travers le pays et des millions de GJ, regroupant des millions de gens ordinaires sortent dans les rues pour manifester.

Surpris par la vigueur de ces manifestations le gouvernement ne sait pas comment réagir, puisque le président est à l’extérieur du pays (Belgique-Argentine). Les médias d’état tentent de minimiser les revendications de GJ en réduisant leurs revendications à la hausse du prix du carburant mais en réalité ces revendications vont bien au-delà. Les GJ s’opposent aux coupures dans les pensions de vieillesses, à l’abolition de la taxe sur la grande fortune, à l’augmentation des charges salariales, à l’augmentation des timbres, et l’augmentation des taxes en général. 

Emmanuel et Brigitte Macron ont dépensé 500 000 euros de vaisselle pour l’Elysée : couverts en feuilles d’or. Le président met les petits plats dans les grands mais les caisses de l’État sont vide l’augmentation des taxes n’y sont pas pour rien…

On accuse le couple Macron de se comporter comme des monarques d’Ancien Régime (500 000 euros pour la vaisselle de l’Elysée, 300 000 euros pour la moquette).


Alors que les médias d’état tentent de minimiser le nombre de manifestants, l’organisme
Policiers en colère en dénombre plus d’un million lors du premier jour des manifestations. Lors des manifestations subséquentes les casseurs (engagés par l’état, selon certaines vidéos mises en ligne par les GJ) entrent dans la danse et les violences provoquent d’importants dégâts matériels, notamment à Paris, et conduisent à de nombreuses arrestations. Pendant les rassemblements, des GJ sot tués et des centaines sont blessés.
 

Depuis que le président Macron a offert une prime exceptionnelle au CRS, rien ne les arrêtent, ils frappent aussi bien les lycéens, que les femmes ou les retraités.

Témoignage d’un infimier membre des gilets jaunes 
Témoignage d’une femme membre des GJ

La police avec nous

Témoignage d’un policier

Et Manu s’en lave les mains…

Publicités

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Un boulet pour Québec Solidaire !

  Rose Flamant

En annonçant la fusion entre Québec solidaire et Option nationale, les délégués de QS ont donné un nouveau souffle à la formation politique. Lors du congrès préélectoral qui s’est tenu à Longueuil, les membres se sont entendus pour mettre sur pied une assemblée constituante chargée de rédiger la Constitution d’un futur État québécois souverain, au lendemain de leur élection.

Ils ont également choisis d’inclure dans leur plate-forme électorale certaines propositions présentées par ON. La proposition soutenue par la députée Manon Massé, qui jugeait que le mot «patrimoine» était trop masculin a également été débattue, mais n’a pas été retenue. En effet, selon le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois : « L’origine des mots qu’on utilise, la présence ou non de préjugés sexistes dans le langage, c’est […] un débat important qu’il ne faut pas ridiculiser et qu’il faut faire sereinement »,

Des propos qui dérangent

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Lorsqu’en avril 2016 Madame Massé a dénoncé la transphobie dont seraient victimes les élèves transgenres qui n’ont pas accès à des toilettes neutres ou à des salles de bain du sexe de leur choix, la société québécoise s’est interrogée sur cette démarche intellectuelle. Lorsqu’elle a récidivé avec le mot «patrimoine» elle s’est attirée l’ire des journalistes et de certains caricaturistes qui s’en sont donnés à coeur joie.

Pour les gens ordinaires tout ce débat est devenu incompréhensible oblitérant ainsi dangereusement le véritable programme de QS…

Un impact immédiat dans les sondages

Les propos controversés de Manon Massé se reflètent dans les sondages puisque QS recueille actuellement 11 % des intentions de vote, soit 4 points de moins qu’en juin dernier (15 %). Devant ces résultats, force est de constater que les Québécois-es, ne se reconnaissent pas dans ces propos et qu’il est urgent pour l’image du parti de trouver un(e) autre co-porte-parole plus crédible.

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le patrimoine doit disparaître selon QS

       Rose Flamant

Le mot patrimoine ne fera plus partie du programme de Québec Solidaire qui va le remplacer par héritage culturel.  Selon la députée Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, «C’est un mot qui dans sa racine réfère à une forme de présence et de domination du masculin. L’héritage culturel, c’est autant les hommes que les femmes qui nous l’ont laissé».

En effet l’étymologie de ce mot vient de patrimonium, qui signifie héritage du père, et qui par extension a donné naissance au terme matriarcat, mot qui est apparu à la fin du dix-neuvième siècle.  À cette époque on employait matriarcat pour désigner un système de parenté matrilinéaire, alors que le patriarcat désignait comme l’indique son étymologie, un système social dominé par l’autorité masculine, symbolisée par la figure du père.

Au fil des années, le matriarcat fut interprété comme étant le pendant symétrique du patriarcat;  désignant un type de société où les femmes détiennent les mêmes rôles institutionnels que les hommes dans les sociétés patriarcales.  C’est ainsi que des chercheurs comme Marija Gimbutas (1921-1994) ont préféré rejeter ce mot issu de la composante : arcat (de archein, commander) considéré comme un reliquat patriarcal, allant jusqu’à suggérer de le remplacer par matristique considéré comme plus neutre.

Les personnes qui ont lu 1984, le roman de George Orwell publié en 1949, se rappelleront sans doute du novlangue qui est utilisé par l’auteur dans la trame narrative du récit.  L’idée fondamentale du novlangue s’appuie sur une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation  critique de l’État.  L’objectif ultime étant d’empêcher l’idée même de cette critique grâce à l’appui des médias de masse..

Après avoir banni le mot patrimoine devrions-nous bannir les mots patriarcat, matriarcat? Marija Gimbutas a tenté de le faire voici plus de trente ans, c’est maintenant au tour de Manon Massé.  Franchement Manon, malgré tout le respect que j’ai pour toi, Il me semble qu’il y a des choses plus importantes à régler?

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Saint-Apollinaire : la honte !

Rose Flamant

Le cimetière musulman de Saint-Apollinaire a été rejetté par la population. Encore deux poids deux mesures! D’un côté les pauvres Québécois de chousse maltraités par les méchants Anglais, par les vilains fédéralistes, et de l’autre les musulmans qui n’ont qu’à se faire enterrer dans leur pays d’origine même s’ils sont là depuis 3 générations… Franchement !

Et vous voulez faire un pays nommé le Québec ? Continuez à vous tirer dans le pied, c’est ce que vous faites de mieux depuis 1976 !  Et surtout n’oubliez pas de conserver votre beau crucifix à l’Assemblée Nationale, un «symbole patrimonial québécois» accroché par l’un des pères de la grande noirceur, Maurice Duplessis lui-même, en 1936. 

Références : Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire a été rejeté 

Le crucifix de l’Assemblée nationale

De la grande noirceur à la grande obscurité ? 

25 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La vache qui rit : We’re not laughing !

Rose Flamant

    Rose Flamant

Les personnes qui me lisent se rappelleront de cet article que j’avais rédigé en 2013 sur la Vache qui rit et qui portait sur son mépris affiché envers la culture québécoise.

Depuis, rien n’a vraiment changé dans la politique assimilatrice de cette multinationale française.  Pourtant lorsque l’on regarde ses publicités à la télévision elle fait preuve d’une grande hypocrisie linguistique en présentant des pubs qui n’ont rien à voir avec le produit qu’elle nous propose sur les étalages.

la-vache

Je vous suggère donc de proposer cette compagnie au panthéon de la carpette anglaise afin de lui rendre tous les honneurs qu’elle mérite.

nous-sommes-les-indignes-du-quebec

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ce pétrole qui menace notre eau potable

Rose Flamant

     Rose Flamant

La faiblesse des raccords de certaines sections de  l’oléoduc d’Énergie Est a été fermement dénoncée par l’ingénieur Evan Vokes. Ce problème structurel qui toucherait plus de 1000 raccords a mené à la rupture du pipeline à Buffalo Creek en Alberta; un accident qu’avait prédit M. Vokes avant d’être congédié par la compagnie.

Bien qu’Énergie Est assure que la situation a été corrigée, l’Office de l’énergie lui a demandé d’établir une liste localisant tous les raccords douteux.

avis

Plus de cinq millions de personnes à risque

On estime actuellement que plus de trois millions de Québécois seraient menacés par un déversement potentiel.  De plus, selon le maire de Montréal, Denis Coderre,  «TransCanada ne remplit pas 78% des conditions […]. Il n’y a pas de plan de contingence, pas de plan de gestion des plans d’eau, le tracé ne respecte pas notre nouveau plan métropolitain d’aménagement et de développement […]. Le pipeline va «scraper» l’équivalent de 270 terrains de football. On ne peut pas laisser faire les choses comme ça, on a des terres agricoles et des milieux humides à protéger».

De passage à l’émission le 15-18,  le militant écologiste  JiCi Lauzon «  a fait remarqué que «Ce pétrole qui est dans le sous-sol de l’Alberta ou du Québec, on n’en a pas vraiment besoin. Il y a d’autres énergies et plein d’autres solutions »

jici

Nombre de personnes vivant dans des zones menacées par un potentiel déversement : 5 061 433 

o   Manitoba 676 613

o   Ontario 1 040 788

o   Québec 3 213 353

o   Nouveau-Brunswick 130 679

  • Taille totale du pipeline – 4 600 km

o   3 000 km – Ancien gazoduc converti

o   1 600 km – Canalisation neuve

  • 1,1 million de barils par jour
Pétition contre Énergie Est

résistance

 

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Quel avenir pour Fort McMoney ?

Rose Flamant

      Rose Flamant

Le drame humain et environnemental de Fort McMurray est unique dans l’histoire du Canada. Ce gigantesque incendie a ravagé plus de 2000km², soit l’équivalent de trois fois la taille d’Edmonton, ou plus de  quatre fois la superficie l’île de Montréal. Les quelques 100,000 personnes évacuées se retrouvent à la rue dans une ville en cendre.

Près de 25% de l’économie canadienne

Lorsque l’on sait que près du quart de l’économie canadienne est liée à l’industrie du pétrole on comprend l’engouement qu’a suscité chez les travailleurs l’attrait de Fort McMurray.  Dans cette ville, avant la tragédie et la chute du baril de pétrole on pouvait travailler chez MacDo à 20$ de l’heure, et les ouvriers spécialisés gagnaient facilement 4000 $ pour une semaine 84 heures. L’argent coulait à flot et la vie était belle!

Vue aérienne de Fort McMurray avant l'incendie

                    Vue aérienne de Fort McMurray avant l’incendie

L’envers de la médaille

brasierOn ne fait pas d’omelette sans casser des œufs et bien avant la catastrophe les militants écologistes ont été nombreux à tirer la sonnette d’alarme car l’exploitation des sables bitumineux provoque quotidiennement un déversement de 11 millions de litres d’eau toxique – soit 4 milliards de litres par année – et émet en gaz à effet de serre l’équivalant de 15 millions d’automobiles. Pourtant comme la souligné Gabriel Nadeau Dubois, on doit pouvoir réfléchir aux causes environnementales de cette tragédie, sans pour autant rejeter la responsabilité sur les travailleurs de l’industrie des sables bitumineux.

gnd

antonio-gramsci

1 commentaire

Classé dans Uncategorized