Archives de Tag: Pierre-Jacques Ratio

Mes réflexions sur la peur de l’autre, en tant que Québécois d’adoption

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio, anthropologue

J’ai immigré au Canada en 1968 à l’âge de 11 ans ½. Avant de quitter la France, je connaissais peu de chose du Québec, à part quelques chansons de la Bolduc que me chantaient mon arrière-grand-mère créole, et quelques autres tirées du répertoire d’Aglaé.

En 1967 à la télé, j’avais regardé le «Grand Charles», lancer sa célèbre phrase du haut du balcon de l’Hôtel de ville de Montréal. Moins de deux mois après mon arrivée dans cette ville, j’assistais avec mes parents à cette fameuse Saint Jean-Baptiste désormais historique du 24 juin  68, mais que l’on fut forcée de fuir à cause des affrontements entre les manifestants et les policiers. Version québécoise de la manif que j’avais vue deux mois plus tôt à Paris du côté de la Sorbonne. L’année suivante l’adoption du Bill63 viendra à nouveau troubler la paix sociale. En 1970 en sortant de l’école je vis les tanks de l’armée canadienne rouler vers Montréal. J’ai vu s’installer le couvre-feu, l’instauration de la loi sur les mesures de guerre, la mort du ministre Laporte, le kidnapping de Cross et finalement l’exil des terroristes du FLQ.

octobre_70_clicheÀ cette époque post-coloniale, marquée par les indépendances, il soufflait sur le monde une grande soif de liberté et les Canadiens-Français du Québec n’échappaient pas à cette vision. En 1974 je m’intéressais à la question du  Bill 22  et en 1976, avec mon ami Luc Saint-Louis on débarquait à Montréal, coin Saint-Denis-Laurier, pour joindre l’équipe de Louise Harel, Michel Bourdon et Luc Dorais pour travailler à la campagne du PQ. Luc et moi on transportait les affiches entre l’imprimerie et le local. Deux Ti-culs du West-Island qui découvraient Montréal en Volks beettle.

L’humour grinçant et décapant des Cyniques sur les Français Québécois

Un jour Ti-Poil était venu au local et le 15 novembre son parti raflait jean-alfred71 sièges des 110 de l’Assemblée Nationale et obtenait la victoire avec 41% des suffrages. Pour la première fois Jean Alfred, un député un noir entrait à l’Assemblée nationale du Québec. À cette époque le Québec était tricoté serré, d’un blanc quasi-uniforme, et à part de rares exceptions les immigrants qui habitaient la province l’étaient tout autant! Dans certaines couches de la population les Italiens, les Juifs suscitaient la suspicion et les Français faisaient les choux gras des Cyniques.

Paradoxalement, chez plusieurs Québécois de souche cet amour/haine envers les cousins est encore bien présent aujourd’hui, surtout depuis qu’ils «ont pris possession du Plateau Mont-Royal»… En 1980 lors du premier référendum, j’étais justement en France avec mon épouse «pure laine» et nous nous sommes rendus à l’ambassade canadienne à Marseille où on nous a refusé le droit de vote en prétextant qu’il aurait fallu nous rendre à la maison du Québec à Paris. On n’a pas pu voter ! En 1989 nouvelle manif contre la Loi 178 du Parti libéral. En 1995 lors du fameux Love in je manifestais pour le «Oui» à la Place du Canada avec 5 amis, devant des dizaines de milliers de manifestants; un des moments les plus épeurant de toute ma vie!

Après le référendum la société s’est transformée peu à peu, le parti libéral est resté 9 ans au pouvoir pour laisser la place au PQ de Jacques Parizeau, love-insecond premier ministre à déclencher une campagne référendaire sur l’indépendance du Québec. Battu lors de ce référendum, il blâmera publiquement les immigrants pour la défaite du oui avant de démissionner le 31 octobre 1995. Il sera remplacé par Lucien Bouchard qui deviendra par la suite le président de l’Association pétrolière et gazière du QuébecBernard Landry le remplacera pendant deux ans à la tête du gouvernement et il démissionnera en 2003, mettant fin à 13 ans de gouvernance péquiste. Les Libéraux les remplaceront pendant 12 ans avec un bref intermède de deux ans où ils tenteront d’établir une charte de la laïcité  québécoise visant à créer un devoir de réserve et de neutralité en matière La grande noirceurreligieuse de la part des employés de l’État. Du même coup ils proposaient d’interdire à ces employés le port de signes religieux «facilement visibles» tels que le voile islamique, le turban sikh, la kippa juive ou la croix chrétienne. Par contre ils suggéraient de permettre le port de signes «non ostentatoires» (pendentif, boucle d’oreille, bague, etc.) à l’effigie d’une croix, d’une étoile de David ou du croissant islamique.

À l’Assemblée Nationale on proposait de conserver le crucifix, symbole historique des «Québécois de souche». chartCe crucifix (tout aussi ridicule que la célébration du 375e anniversaire de Mourrial), a été installé par Maurice Duplessis en 1936, pour souligner l’union de l’Église et de l’état. En proposant de conserver ce symbole ostentatoire on perpétrait la peur de l’autre et on créait de facto deux catégories de Québécois : les «de souche» et les autres…

Cette stigmatisation de l’autre a été vertement combattue par les forces les plus progressistes de la société, et le PQ de Pauline Marois a perdu ses Peripetonélections, pour nous ramener une fois de plus les Libéraux et les mesures d’austérité du gouvernement Couillard. Avec l’apparition des réseaux sociaux, la montée des partis populistes, lefrasques d’Hérouxville et la multiplication des attentats terroristes (suprématistes blancs, Islamistes radicaux), l’élection de Trump, la multiplication des radios poubelles en «plein territoire des Québécois de souche», ont tout simplement stigmatisé l’autre, attisé la haine et conduit à des gestes aussi odieux que ceux de  l’attentat contre la Grande mosquée de Québec.  Je terminerai en disant que j’ai toujours été nationaliste, car je pense que le Québec devrait apprendre à marcher et à se gouverner seul, pourtant quand je pense au pays du Québec ce n’est pas dans ce sens que je le vois, et je me dis que si l’on doit stigmatiser l’autre sous prétexte qu’il est différent, je ne souhaite plus que ce pays voit le jour, car je ne m’y sentirais pas du tout chez moi…

Antonio Gramsci

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Québec poursuit ses consultations «bidons» sur les travaux forestiers

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Alors que le gouvernent Couillard annonce des consultations publiques sur les travaux forestiers prévus dans Lanaudière, quelle confiance les citoyens peuvent-ils avoir dans cet exercice marketing ?  Poser la question c’est sans doute y répondre.  Comme l’a fait remarquer le maire de Chertsey, Michel Surprenant, dans une plainte sur la consultation citoyenne adressée au ministre des Forêts : des décisions sont prises, des coupes sont annoncées pour l’année en cours, des budgets sont déjà votés pour réaliser des travaux de récolte, puis vous ouvrez une consultation en limitant le citoyen, principal et pratiquement seul utilisateur de ce territoire, à un exercice étriqué d’harmonisation, visant uniquement à endiguer les pressions sociales qui pourraient affecter le rendement des forestiers¹.

consultationsMalgré cette opposition citoyenne, Québec va de l’avant et annonce la tenue d’une séance d’information bidon au cours de laquelle le plan d’aménagement proposé sera présenté d’office à la population. Cette rencontre est prévue pour le mercredi 20 avril 2016, à 19 h.  Il est très important de venir en grand nombre dans chacune des municipalités concernées (voir liste ci-dessous) et de dénoncer cette parodie démocratique comme l’ont fait les habitants de Chertsey. Vous pouvez également signer la pétition demandant  la protection des terres publiques  et contacter vos députés pour dénoncer cette situation grotesque et incongrue.

Région de Lanaudière – Consultation publique sur des travaux forestiers

Montréal, le 5 avril 2016 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs informe la population qu’une consultation publique sur les plans d’aménagement forestier intégré opérationnels de la région de Lanaudière se tiendra du 8 avril au 2 mai 2016. Ces plans prévoient différents travaux forestiers sur le territoire public de Lanaudière, plus précisément dans les unités d’aménagement 062-51 et 062-52. Les travaux forestiers comprennent de la récolte de bois, de la plantation, de la préparation de terrain et du débroussaillage. Des travaux de construction et d’amélioration des chemins forestiers sont également prévus et pourraient être réalisés sur le territoire des municipalités suivantes :

  • Chertsey
  •  Entrelacs
  •  Mandeville
  •  Notre-Dame-de-la-Merci
  •  Saint-Côme
  •  Saint-Damien
  •  Saint-Donat
  •  Sainte-Émélie-de-l’Énergie
  • Saint-Zénon
  •  Saint-Michel-des-Saints
  • Territoire non organisé de Matawinie

Les citoyens peuvent prendre connaissance des travaux à venir en consultant le site Web du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs au www.mffp.gouv.qc.ca/forets/consultation-amenagement.jsp. Ils peuvent également soumettre leurs commentaires en ligne ou par écrit au plus tard le lundi 2 mai 2016. Le public est invité à assister à une séance d’information au cours de laquelle le plan d’aménagement proposé sera présenté : le mercredi 20 avril 2016, à 19 h

_____________________________________

1 Plainte sur la consultation citoyenne, le 22 mars 2016.

Un dossier chaud :

georgie

 

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Au Québec un arbre vaut moins qu’un paquet de gomme !

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À l’heure où le gouvernement Couillard bafoue la démocratie en matière de consultation publique et de Plans d’aménagement forestier intégré, les actions citoyennes et municipales se multiplient dans la région de Lanaudière. À Chertsey la population et son conseil municipal s’opposent aux coupes à blanc et aux politiques rétrogrades de ce gouvernement libéral.

À Saint-Donat, le maire Joé Deslauriers s’oppose également à « ce qu’il se fasse des coupes à blanc à Saint-Donat, ni à Chertsey ni nulle part ailleurs». Dans cette période d’obscurantisme où ce gouvernement autoritaire nous répète ad nauseam que nous devons nous serrer la ceinture, les arbres du Québec se vendent ente 39¢ et 2,01$ l’unité. Pour Nicholas Mainville, porte-parole de Greenpeace «il va falloir que le gouvernement nous explique comment il peut justifier qu’on vende nos dernières grandes forêts vierges. Ç’est moins qu’un paquet de gomme»…

ARBRES DONNÉS

                                        Cliquez sur l’image pour voir le reportage

HONTE A VOUS

18 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le maire de Chertsey dénonce les manipulations gouvernementales en matière d’aménagement forestier intégré.

PJR

Pierre-Jacques Ratio

Le maire de Chertsey, Michel Surprenant, considère que le processus de consultation instauré par le gouvernement québécois dans le cadre des Plans d’aménagement forestier intégré, qui sont en vigueur sur les terres publiques intramunicipales de Matawinie (TPI ), est plus un «exercice de manipulation du citoyen qu’une prise en compte de son avis», puisque la décision du choix de développement est déjà prise avant la consultation publique. Cette situation incongrue à conduit le maire Surprenant a déposer une plainte sur la consultation citoyenne auprès du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Laurent Lessard.

Dans sa lettre, M, Surprenant, a rappelé au ministre les principes directeurs d’une consultation tout en soulignant que «les règles de l’art, en matière de consultation publique, exigent que le processus respecte les trois étapes de l’information, de la consultation et de la participation active¹. M. Surprenant déplore que le gouvernement conçoive «l’exercice de consultation comme un simple processus d’harmonisation», puisque les décisions, dans les choix de développement, sont exclues du processus qui vise à recueillir les commentaires concernant la planification forestière proposée».

Michel Surprenant. maire de Chertsey

Michel Surprenant. maire de Chertsey

Le maire regrette également que le Plan d’affectation du territoire public de Lanaudière ait été approuvé par décret ministériel le 28 octobre 2015 (décret 941-215), sans que «jamais la population concernée ne soit consultée». Ce décret est pourtant lourd de conséquences puisqu’il implique que les terres publiques intramunicipales, qui entourent les lacs habités, sont désormais vouées à la foresterie. En effet, depuis juin 2011, le gouvernement considère l’aménagement forestier comme prioritaire mais «pour être rentables, entre 60 et 70 % des lots intramunicipaux doivent être couverts par la vocation forestière intégrée». Pour les citoyens, qui ont investi à proximité de ces terres publiques intramunicipales, il est inacceptable d’être mis devant le fait accompli puisque l’affectation de ce territoire public, va à l’opposé du schéma d’aménagement de la MRC et du plan d’urbanisme de la Municipalité.

NAC

     Travaux de déforestation dans la forêt Ouareau, le 5 octobre 2015

Face à cette politique rétrograde les citoyens se sont positionnés² mais «les propositions de conservation de certains lots, présentées par la municipalité de Saint-Damien et par le représentant des propriétaires des lacs Brûlé, Jaune et 7e Lac, de même que la demande de moratoire des propriétaires du 9e Lac, ont été évacuées. Pire encore, le comité multiressource expulse, le 21 mai 2013, le seul représentant des citoyens parmi ses membres». Selon M. Surprenant «Jamais les avis, préoccupations, besoins et valeurs des populations concernées n’ont jusqu’ici été pris en compte. Jamais il n’y a eu partage de responsabilités avec les utilisateurs du territoire. Et voilà que des décisions sont prises, des coupes sont annoncées pour l’année en cours, des budgets sont déjà votés pour réaliser des travaux de récolte». Le maire déplore ces politiques alors que le ministre « ouvre une consultation en limitant le citoyen, principal et pratiquement seul utilisateur de ce territoire, à un exercice étriqué d’harmonisation, visant uniquement à endiguer les pressions sociales qui pourraient affecter le rendement des forestiers».
M. Surprenant a également reproché au Ministre Lessard d’avoir établi des orientations et des objectifs sans que jamais la population ne puisse l’influencer, ce qui est contraire aux objectifs de sa propre politique de consultation³.

_______________________

¹ OCDE, Impliquer les citoyens : l’information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision, PUMA, Note de synthèse no. 10, 2001, 6 pages

² Comité multiressource, 20 juin 2011, Compte rendu de la rencontre, page 2, item 5, 3e et 5e paragraphes. MRC de Matawinie.

³ Politique de consultation sur les orientations du Québec en matière de gestion et de mise en valeur du milieu forestier, Février 2003, Québec

Un dossier chaud :

 

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Au panthéon des clowns les aveugles sont rois…

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Depuis qu’en novembre 2006 Stephen Harper, a reconnu que les Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni, le peuple du Québec se montre bien déterminé à se distinguer par sa spécificité et son affirmation nationale.

Le Québec en deuil

Le décès de René Angélil, a plongé le Québec dans un deuil profond à un point tel que l’émission Gravel le matin a consacré une émission entière «à celui qui lancé la carrière internationale de la plus grande vedette québécoise de notre époque, Céline Dion». Gravel et ses journalistes n’ont pas manqué de nous rappeler que ce génie «avait mis le Québec sur la carte» et que c’était fini le temps où on était «né pour un petit pain». Pour sa part le premier ministre Couillard a souligné que «le Québec vient de perdre une grande figure de l’industrie du spectacle. Tout au long de son parcours admirable, René Angélil a marché tout droit vers la réussite avec le courage qu’une telle détermination exige».

jpPour lui rendre hommage le gouvernement a donc décidé de lui rendre des funérailles nationales. Pour le service funéraire le syndicat de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, a annoncé par voie de communiqué, qu’ils porteront leur uniforme réglementaire pour l’occasion. On se rappellera que lors des funérailles de Jacques Parizeau les policiers habillés en tenue de camouflage avaient affichés un dérapage total et un manque de respect pour la démocratie et pour l’image de la province de Québec.

Monsieur Angélil sera le dixième québécois a avoir des funérailles nationales, un privilège exclusivement masculin, comme le montre la liste ci-dessous:
Gaston Miron, poète. 21 décembre 1996
Camille Laurin, ex-ministre péquiste. 16 mars 1999
Maurice Richard, sportif. 31 mai 2000
Jean-Paul Riopelle, artiste peintre. 18 mars 2002
Louis Laberge, syndicaliste. 24 juillet 2002
Claude Ryan, ex-ministre libéral. 13 février 2004
Gilles Carle, cinéaste. 5 décembre 2009
Claude Béchard, ex-ministre libéral. 11 septembre 2010
Jean Béliveau, sportif. 10 décembre 2014
René Angélil , impressario, 22 janvier 2016

Même couché sur la glace, il frappait le baton!

Monsieur Angélil va donc rejoindre les héros du panthéon québécois. Pour les héroïnes il faudra attendre encore quelques années. En attendant ce jour, il est bon de méditer sur le sens profond de la phrase de Jean Chrétien prononcée en 2014 lors du décès de Jean Béliveau  -«Même couché sur la glace, il frappait le baton!», avait déclaré l’ancien premier ministre. Un p’tit gars de Shawinigan qui lui non plus n’était pas né pour un petit pain!

Sources: 

RA

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

En Matawinie le gouvernement Couillard piétine à nouveau la démocratie.

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-J Ratio

En Matawinie on se croirait revenu sous l’aire Duplessis, depuis que le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard a adopté un décret d’urgence permettant à Hydro-Québec de  procéder à la construction d’une nouvelle ligne de transport électrique de 735 kV. Cette ligne traversera la région, malgré le refus des municipalités de Saint-Côme, Sainte-Béatrix, Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Rawdon, Saint-Lin-Laurentides, Sainte-Julienne et Saint-Calixte.

Le préfet de la MRC de Matawinie, Gaétan Morin, a précisé que  « selon la Loi sur la qualité de l’environnement, pour que de tels projets puissent aller de l’avant, les villages concernés doivent envoyer un avis de conformité. Or, on s’est rendu compte que le tracé contrevenait à la réglementation de Saint-Côme, Sainte-Béatrix et Sainte-Émélie et allait à l’encontre de leur schéma d’aménagement. D’où leur refus de déclarer le projet conforme».

LEPour contourner le problème, le gouvernement  a donc procédé le 29 octobre dernier, à une modification de la loi autorisant de facto la construction  de la nouvelle ligne, malgré l’opposition des municipalités. Québec a annoncé par communiqué que « la suspension des travaux augmenterait les risques relatifs à la fiabilité du réseau de transport d’électricité et engendrerait des coûts importants pour l’ensemble de la clientèle d’Hydro-Québec ».

Citoyens indignés

Selon Chantal Lapointe, présidente du regroupement Citoyens sous haute tension «Québec met du tape sur la bouche de sept municipalités au total. Le gouvernement nous prouve ici que les municipalités et le peuple avaient raison de manifester des inquiétudes. Incapable de gérer un problème, il joue au shérif et fait passer un décret », a-t-elle déclaré.

La démocratie piétinée à nouveau

Michel Surprenant, maire de Chertsey

Michel Surprenant, maire de Chertsey

En Matawinie le gouvernement Couillard se comporte comme s’il était dans une véritable république bananière.  À Chertsey, dans le village voisin de Rawdon et de Saint-Calixte, le Conseil municipal et les citoyens se sont opposés à l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée.  Une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail de cette compagnie à numéro et le maire de Chertsey a réclamé en vain l’appui du premier ministre Couillard. Sans surprise le gouvernement a fait la sourde oreille jugeant que cette opposition n’était pas d’intérêt public.

Sabliereforet

Pancarte installée par le Conseil municipal de Chertsey à proximité de la future sablière

Ektar.

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Un pont cinq étoiles en pleine forêt Ouareau ?

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Le Parc régional de la Forêt Ouareau couvre un vaste  territoire  de 160 km² qui fait la joie des campeurs et des amateurs de plein air. C’est pourquoi les quadistes et les motoneigistes se sont réjouis de l’inauguration d’un nouveau pont multifonctionnel qui relie désormais la Grande-Vallée et la Grande-Jetée.

Ce pont de 35 mètres de longueur, enjambe la rivière Ouareau à Chertsey au cœur même du parc régional.  La construction de cet ouvrage a nécessité des  investissements de près de 650 000$ issus du ministère des Transports, du gouvernement fédéral via le programme de la Coalition nationale des sentiers, et de la Conférence régionale des élus de Lanaudière.  Ce nouveau pont facilite «la connexion des réseaux pédestres, entre autres vers le Mont-107. Il permet de pérenniser les sentiers quads et motoneiges, notamment pour le sentier quad Trans-Québec 45, en reliant Lanaudière aux régions voisines des Laurentides et de la Mauricie1».

P1170380

                           Le nouveau pont de la forêt Ouareau

charsCurieux de voir cette nouvelle construction, je me suis rendu sur place avec mon ami Tommy-Joe Leclerc, un amoureux de la forêt Ouareau. Tommy m’avait averti que la construction de ce pont avait de quoi surprendre.

Parvenu sur les lieux il stationna la Jeep non loin de la culée; l’endroit était désert.  À première vue cette structure de bois en plein milieu de la forêt avait quelque chose de surréaliste.
P1170382À  l’approche du pont, les panneaux étaient nombreux, et le Club Quad Mattawinie, annonçait fièrement ses couleurs, les quads ne devaient pas excéder 1,6m de largeur et les voitures étaient interdites.

Regarde me dit Tommy ils ont même construit un passage pour les piétons. – Formidable, quand je pense que le pont du Gouvernement à Chertsey en est dépourvu…

P1170404

       Le nouveau pont de la forêt Ouareau possède un vaste espace piétonnier

Après avoir traversé ce «joyau architectural», Tommy m’entraîna sous le pont. -«Viens voir la travée comme ils l’ont bâtie solide, me dit-il, tout ça pour des quads et des motoneiges?» La travée était en effet impressionnante, avec sa poutrelle d’acier gigantesque et son tablier digne de soutenir des camions de 24 tonnes !

P1170400

     La poutrelle d’acier gigantesque qui soutient le tablier du nouveau pont

La culée en béton aussi était massive et  bien stabilisée par des blocs de pierre gigantesques qui ont de quoi surprendre à première vue.

P1170403

                     Blocs de pierre gigantesques disposés le long de la culée

Sous les blocs une membrane géotextile a également été installée sous le remblai de moellons, on n’est jamais trop prudent!

P1170398

Membrane géotextile installée sous les moellons pour se prévenir des vibrations des quads et des motoneiges ?

24T.JPG24 tonnesSur ce pont, les véhicules sont interdits par contre la construction massive de cet ouvrage combinée à la présence de ces pancartes annoncent l’avenir.

Le nouveau pont a bel et bien été construit pour exploiter la forêt Ouareau, afin de permettre la circulation de mastodontes qui pourront l’emprunter avec les arbres provenant de futures coupes à blanc.

fermetureLes résidents de Chertsey se rappelleront que le 13 octobre 2006 vers, 18h 30, soit deux ans seulement après les travaux de restauration de 57,000$ qui devaient garantir la sécurité, du pont du gouvernement, les fonctionnaires municipaux avaient ordonné la fermeture de cet ouvrage patrimonial.

Ce jour-là, ce pont métallique long de 65 mètres construit en 1928 tremblait pour la dernière fois sous le passage d’un  dix roues transportant des billots de bois… Malgré la colère des citoyens on parla de démolition et l’ex maire de Chertsey M. Jocelyn Gravel  confia au journal La Presse que les travaux de reconstruction coûteraient 2 millions.

061019chertsey-pont-ferme1_n

Le pont du gouvernement avant sa démolition

L’administration municipale donna donc son accord et le pont fut démolit, on chuchota que ça avait coûté 1 million…

Le tablier fut entièrement refait en bois et contrairement au pont de la forêt Ouareau aucune voie piétonnière ne fut aménagée et moins de dix ans plus tard, le tablier du nouveau pont commence à montrer des signes de fatigue. Gageons que dans vingt-cinq ans ce ne sera pas le cas du pont cinq de la  forêt Ouareau…

P1170485

Moins de 10 ans après sa reconstruction le pont du gouvernement montre déjà des signes de décrépitude

ddl3

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized