Archives de Tag: Printemps érable

Nuit Debout International : 15 mai – 14 heures – Square Philipps – Montréal

nui3#Nuit Debout, c’est quoi ? Pourquoi ? Comment se passe Nuit Debout ? Envie de t’impliquer ? Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud libres99À Nuit Debout, chacun a sa place et son temps de parole. Dans un premier temps le micro est ouvert pour que tout le monde puisse s’exprimer. Puis des comités de travail se rassemblent ou se créent selon les thématiques décidées ensemble afin de mettre en place des propositions de changements. Nuit Debout s’est fixé comme objectif premier la création d’un espace de convergence des luttes. Cette convergence pourrait aller encore plus loin et s’entendre à un niveau international.

1%vs99%Des liens existent entre les nombreux mouvements qui s’opposent aux quatre coins du monde à la précarité, au diktat des marchés financiers, à la destruction de l’environnement, aux guerres et au militarisme, à la dégradation de nos conditions de vie. Cette fin de semaine, c’est le week-end international #Globaldebout. À travers le monde, tous les mouvements Nuit Debout vont simultanément se réunir, pour débattre et construire démocratiquement les changements que nous voulons voir dans le monde. Dimanche 15 mai 2016 à partir de 14h, Nuit Debout Montréal se réunira à nouveau au Square Phillips , métro McGill. Au programme : pot-luck, assemblée générale, travail en commission, vidéo-conférence avec des mouvements Nuit Debout en Europe, et plein d’autres activités proposées par les différents comités de Nuit Debout Montréal : comité féministe, comité artistique, comité éducation populaire, comité environnement… et plein d’autres encore !

Envie de t’impliquer ?

logo nuit-debout-Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud et en Asie. Rejoins le mouvement sur les places publiques ! Reste informéE en aimant la page Facebook «Nuit Debout Montréal» et en suivant @Nuitdeboutmtl_ sur twitter Participe aux assemblées populaires Participe aux comités de travail Donne un coup de main à l’organisation.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

#NUITDEBOUT À MONTRÉAL

indDepuis le 31 mars en France, mais aussi en Espagne, en Belgique et en Allemagne, Nuit Debout, ce grand mouvement citoyen occupe les places publiques. Des milliers de femmes et d’hommes de tous horizons se réapproprient la parole et l’espace public. Ils réfléchissent ensemble à l’avenir de notre monde, au bien commun, à une politique qui donne priorité aux citoyennes et citoyens.

1,200,000

Dans la foulée du mouvement des « Indignés », du « Printemps Érable », du mouvement « Idle No More », de la lutte contre les oléoducs et de la campagne « Agression non dénoncée », etc. le moment est venu de nous retrouver, de nous regrouper, d’échanger ensemble, de réfléchir et d’agir.

La Nuit Debout Montréal à maintenant un compte twitter officiel, suivez et diffusez : @NuitDeboutMtl_

Podemos

 

11 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Quand les fascistes québécois terrorisent nos femmes

Oitarp

Oitarp

-MONTRÉAL- Le bras armé du gouvernement autoritaire de Philippe Couillard s’en prend désormais à nos femmes et à nos filles qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits.

Le 7 avril 2015, les femmes ont pris la rue pacifiquement et le SPVM les en a chassé à coups de boucliers, de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes. Une des GAPPAs qui était présente sur place pour couvrir l’événement s’est brutalement fait pousser par terre à deux reprises.  Non vous n’êtes pas à Séoul, mais bien à Montréal !

DÉMOCRATIE À LA SAUCE QUÉBÉCOISE

7 avril 2015

alice

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le gouvernement Couillard sème les graines d’un nouveau Printemps érable!

Oitarp

Oitarp

Alors que s’achevait le Printemps érable, Chloé-Laëtitia Thomas résumait avec fougue ce « cri du peuple, du 99 pour cent. Un cri du peuple adressé aux tout puissants1 »

Les « puissants »répondirent avec force à la rumeur de la rue en décrétant le projet de loi 78 qui fut adopté le 18 mai 2012 par le gouvernement libéral majoritaire de Jean-James Charest qui imposait des restrictions aux organisateurs de manifestations comptant plus de cinquante participants.

Manifestation contre l'austérité.  Photo  Irène Yakonowsky

Manifestation contre l’austérité. Photo Irène Yakonowsky

Ces restrictions néo-libérales furent vivement dénoncées par le Barreau du Québec, par Amnistie Internationale par le Conseil des droits de l’homme et l’Organisation des Nations unies, les dispositions de la loi 78 furent abrogées par décret par le gouvernement péquiste le 20 septembre 2012.

Le gouvernement Couillard sème les graines de l’An II

Depuis son élection le gouvernement Libéral de Philippe Couillard, s’active à détruire systématiquement les acquis de la Révolution tranquille.  Larbin inconditionnel du gouvernement fédéral, le gouvernement Couillard sème malgré lui les graines de l’An II du printemps érable.  Porte étendard de l’industrie pétrolière, il exige de faire payer le peuple en sabrant aveuglément: dans l’éducation, la santé, les sciences, les fonds de pension, l’environnement, les programmes sociaux et communautaires, le logement, les arts, la culture, les acquis syndicaux etc.

Photo Irène Yakonowsky

Photo Irène Yakonowsky

Le comité Printemps 2015

« Devant la rapidité effarante avec laquelle les coupes et les mesures d’austérité s’annoncent, il y a urgence d’agir. Le comité Printemps 2015 invite à une poussée vers le changement social et ce, dès ce printemps. Nous souhaitons voir naître une résistance concrète liant les milieux étudiants, syndicaux et populaires contre l’austérité au Québec.»

1 Chloé-Laëtitia Thomas,  L’histoire du printemps

 Rejoignez-nous :  ici

gogol

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Gabriel Nadeau-Dubois déclare la guerre à TransCanada

Charles de Lorimier

Charles de Lorimier

Gabriel Nadeau-Dubois, celui qui a  incarné toute la fougue du printemps érable s’implique pour recueillir les 100 000 $ en dons qui serviront à contrer le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada.

M. Nadeau-Dubois a lui-même donné  un coup de pouce au mouvement de contestation en remettant la bourse de 25 000 $, qu’il avait obtenue en recevant  le Prix littéraire du gouverneur général 2014, pour son ouvrage intitulé Tenir tête.

VIVE LA RÉSISTANCE !

gnd

résistance

COULE

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Peut-on encore parler de démocratie québécoise ?

 

Rose

Rose Flamant

La vague qui souffle sur le Québec depuis les manifestations massives du printemps érable témoigne d’une volonté de changement dans toutes les sphères de la société. Depuis la chute du gouvernement libéral de Jean Charest deux gouvernements se sont succédés.  Le premier, celui de Pauline Marois a été porté au pouvoir  à l’automne 2012, pour être renversé le 7 avril dernier par le parti libéral de Philippe Couillard.

Cette apparente contradiction de la part de l’électorat tient au fait de notre système majoritaire uninominal à un tour qui caractérise notre monarchie constitutionnelle.  En termes clairs cela signifie qu’à la dernière élection, à peine un électeur francophone sur quatre (24%) a voté pour le parti libéral. Pourtant, selon notre mode électoral le PLQ récolte quand même la majorité à l’assemblée Nationale (63%) avec 70 sièges.

an

Si le Québec adoptait un mode de scrutin basé sur la proportionnelle, le Parti libéral aurait obtenu 18 sièges de moins le 7 avril dernier, tandis que tous les autres partis auraient fait des gains. De plus, Option nationale et le Parti vert du Québec auraient pu faire leur entrée à l’Assemblée nationale.

croix

Fort de sa majorité le nouveau premier ministre entend donc parler au nom de la majorité du peuple québécois,  lui assurant plus de « rigueur que d’austérité ».  Le premier ministre souhaite également « être le gouvernement de la vérité et de la réalité ».

Rigueur Libérale

Sitôt élu, M. Couillard a annoncé que son gouvernement  allait s’atteler résolument au redressement des finances publiques : « Nous devons nous libérer de ce que ni empêche de faire nos choix.  Depuis des années nous dépensons plus que ce que nos revenus nous le permettent » a-t-il déclaré lors d’un discours à l’Assemblée nationale. Cette rigueur politique apparente a de quoi surprendre lorsque l’on sait que le le Premier ministre ne voit aucun problème dans l’indemnité de départ de 1,2 million de dollars touchée par son candidat dans La Pinière, Gaétan Barrette, lorsqu’il a quitté la présidence de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. Selon M. Couillard « C’est une entente privée, entre le Dr Barrette et l’organisation qu’il dirigeait. C’était connu. Et ça coupe complètement le lien entre lui et la fédération. Il ne représente plus les 8000 médecins spécialistes, mais l’ensemble des Québécois comme membre de notre équipe ».

Dr

De même le Premier ministre s’est montré très à l’aise en majorant à 310 000 $ le salaire de son premier fonctionnaire auquel s’ajoute un boni au rendement qui peut atteindre 15% de son salaire.

Couill

En attendant le gouvernement Couillard a donné le feu vert aux travaux d’explorations de pétrole et de gaz de schiste sur l’île d’Anticosti.

RDI

Tout va donc pour le mieux au Québec et la démocratie est saine et sauve !

st-Couillard

Source : La Pravda

Vive la démocratie !

mouton noir

 

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La loi et l’ordre

1970

La démocratie a parfois des revers qui glissent occasionnellement vers le totalitarisme d’état. En effet la démocratie est souvent fragile et c’est pourquoi il existe des organismes de surveillance comme la Ligue des droits et libertés, ou l’Association des juristes progressistes qui veillent sur l’état démocratique de notre royaume. Des artistes et des cinéastes engagés, comme Michel Brault, ont grandement contribué à témoigner de certains dérapages historiques.

Qc

« Les Ordres »

Dans son film, Michel Brault raconte un chapitre troublant de l’histoire du Québec alors qu’en 1970, en pleine crise d’octobre, le gouvernement canadien dirigé par Pierre Eliott Trudeau votait la loi des mesures de guerre et suspendait provisoirement les libertés individuelles.

Lors de la sortie du film en 1974, Michel Brault a reçu le Prix de l’Association québécoise des critiques de cinéma. Primé à Cannes l’année suivante, « Les Ordres » a été classé comme l’un des sept « plus grands films canadiens de tous les temps » au festival du film de Toronto.

Les ordres

Un film a mettre en relation avec les 3509 arrestations du printemps érable, puisqu’à cette occasion c’est près de huit fois plus d’arrestations qu’en 1970 qui ont été effectuées. Est-ce dans une telle société que nous souhaitons vivre ? 

république

Nous sommes les 99%

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

CÉLÉBREZ LES 2 ANS DE LA PLACE DU PEUPLE !

10 octobre

In English Below

Les Indignés du Québec vous invitent à une grande fête de famille, le samedi 19 octobre prochain pour marquer le deuxième anniversaire de la Place du peuple. Venez fêter avec nous l’éveil de conscience que ce lieu symbolise. Pour l’occasion nous nous rappellerons les événements de 2011 et les relierons au présent et à l’avenir. Nous parlerons du chemin parcouru, des enjeux actuels et des défis qui s’annoncent. Apportez votre enthousiasme et votre pensée politique critique ! Bienvenue à celles et ceux qui n’étaient pas là en 2011.

PROGRAMME
14h00 : Ouverture de la journée : Chorale du peuple et discours brefs
14h30 : Cercles de parole, espace artistique et micro ouvert
Propositions de cercles de paroles: http://piratepad.net/nkyz9AKLh6
18h00 : Souper avec la Cuisine du peuple
19h00 : Film : À déterminer  (Peut-être le nouveau film de Yannis Youlountas  intitulé  : Ne vivons plus comme des esclaves, qui montre que l’Utopie est possible à travers l’exemple des indignés  Grec : https://lesindignesduquebec.wordpress.com/2013/10/02/cinema-doctobre-2013/ )

anniversaireThe People’s Place will soon be two years old. On Saturday October 19th, come celebrate the awareness-raising that this space symbolizes. We will be revisiting what happened in 2011, and how it connects to the present and the future. Discussions will be held around the social justice actions taken since, today’s struggles and tomorrow’s challenges. Bring your enthusiasm and your critical political literacy skills. Welcome to those who had never visited the occupation in 2011.

SCHEDULE
2pm: Opening: Chorale du Peuple performance and some brief speeches
2:30pm: Discussion circles, art space, and an open mic
Proposals for discussion circles: http://piratepad.net/nkyz9AKLh6
6pm: Dinner served by the People’s Kitchen
7pm: Film screening (to be announced, it might be the movie Ne vivons plus comme des esclaves, a film from Yannis Youlountas,  a documentary about the Occupy movement in Greece. : https://lesindignesduquebec.wordpress.com/2013/10/02/cinema-doctobre-2013/)
Indignons nous
= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =
ANNEXE
En 2011, dans la foulée des soulèvements populaires des pays arabes, des milliers de personnes à travers le monde ont établi des campements auto-gérés dans des quartiers financiers. Les plus connus étant ceux des Indignados d’Espagne et d’Occupy-Wall Street à New York. Un campement similaire a vu le jour en octobre à Montréal au Square Victoria que nous avons rebaptisé la Place du peuple. Bien que l’occupation n’a duré que 6 semaines, son influence est durable. Après l’éviction, plusieurs des groupes d’affinité et des individus transformés politiquement ont continué de lutter contre l’exploitation et les inégalités sociales. La contestation contre le néolibéralisme s’est intensifiée durant le Printemps Érable qui fut accompagnée d’une répression policière sans précédent. Une troisième vague de contestation contre le néo-colonialisme est menée par les Premières Nations du mouvement Idle No More. Où en sommes nous maintenant? Le samedi 19 octobre, nous aurons la chance de se réunir et de réfléchir sur le pouvoir spontané et imprévisible du mouvement populaire de justice sociale.

Amélie Veille, une belle indignée. Cliquez pour l'entendre chanter

Amélie Veille, une belle indignée. Cliquez pour l’entendre chanter

APPENDIX
In 2011, galvanized by the popular uprisings of the Arab Spring, thousands of people across the world established autonomously-run camps in downtown financial districts. The best known being those of the Indignados in Spain and Occupy-Wall Street in New York. One such camp sprung up in October in Montreal at Square Victoria, which was renamed The People’s Place. Although the occupation lasted only 6 weeks, its impacts were long lasting. After the eviction, many of the camp’s related affinity groups and politically transformed individuals continued to fight exploitation and social inequalities. The battle against neo-liberalism intensified during the Maple Spring, which was accompanied by unprecedented police repression. A third wave of protests against neo-colonialism were led by the First Nations in the Idle No More movement. Where are we now? On Saturday October 19th, we will have the chance to meet up and reflect on the spontaneous and unpredictable power of grassroots social justice movements.

https://fr-ca.facebook.com/occupymontreal

la main du peuple

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

1984, 2 de ?

Oitarp le poète indigné du Printemps érable vous offre cette nouvelle chronique sur 1984, adaptée du roman de Georges Orwell. Oitarp poursuit son analyse sur les pertes de liberté chroniques qui caractérisent ce début de siècle, tout en identifiant certaines stratégies employées par le pouvoir, pour endormir les masses. Cinglant parallèle avec 1984.

oitarp

Du rêve à la réalité

Dans ma première chronique sur 1984 je vous ai laissé en 1976, à une époque où déjà, le rêve du Peace and Love et du Flower Power commençait sérieusement à s’étioler. En 76 pourtant, les masses populaires semblaient devenir plus politisées et au Québec on rêvait d’un pays qui serait enfin à nous. On rêvait …

Aujourd’hui on continue à rêver, mais le pays n’est toujours pas venu et les idéologies présentes dans le roman de George Orwell se sont installées dans une société qui se vautre majoritairement dans le confort et l’indifférence !

confo

Comment en sommes nous arrivés là ? 

Vaste question à laquelle il est difficile de répondre. Certains philosophes comme Noam Choamski ont tenté une réponse en identifiant certaines stratégies utilisées par le pouvoir pour manipuler les masses. Dans cet article nous analyserons les cinq premières stratégies telles qu’identifiées par Choamski. La première, celle de la distraction « consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. »

Regis Labeaume...

La seconde stratégie consiste à « créer des problèmes, puis offrir des solutions Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.»

image

La troisième stratégie, est celle de la dégradation. « Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement. »

stevieLa quatrième stratégie est celle du différé. « C’est ainsi que la meilleure façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat (…) cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.» 

498185-pauline-marois-chef-parti-quebecois

La cinquième stratégie consiste à s’adresser au public comme à des enfants en bas-âge. En effet « la plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». 

non au grand prix

C’est ainsi que peu à peu l’étau se resserre sur les zombies et que s’installe peu à peu le royaume terrifiant de 1984.

Oitarp, Poète indigné, ce 3 juillet de l’An II du printemps érable

sylvain

nous sommes un

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La grande main pourrira

La grand mainOitarp, le poète indigné du printemps érable s’est penché sur ce fameux poème de Roland Giguère publié en 1960.

La main du bourreau finit toujours par pourrir

Grande main qui pèse sur nous
grande main qui nous aplatit contre terre
grande main qui nous brise les ailes
grande main de plomb chaud
grande main de fer rouge

grands ongles qui nous scient les os
grands ongles qui nous ouvrent les yeux
comme des huîtres
grands ongles qui nous cousent les lèvres
grands ongles d’étain rouillé
grands ongles d’émail brûlé

mais viendront les panaris
panaris
panaris

la grande main qui nous cloue au sol
finira par pourrir
les jointures éclateront comme des verres de cristal
les ongles tomberont

la grande main pourrira
et nous pourrons nous lever pour aller ailleurs.

Roland Giguère in L’Âge de la parole, 1965, p. 17 

La grande main

Lorsque Giguère a rédigé ce poème  le Québec était alors plongé dans ce qu’on a appelé la « Grande noirceur », cette période trouble qui fit entrer la province dans la modernité. Ce poème rédigé à une époque opaque, interpelle par sa modernité. Une chose me frappe dans cette oeuvre plus qu’à moitié centenaire, c’est la fragilité de nos démocraties.  Merci Rolland de m’avoir largement inspiré et d’avoir su traverser le temps par la beauté de tes vers et la justesse de tes propos …

main112

La Grande main pourrira – hommage aux indigné-es de la terre

Cinquante trois ans plus tard, l’étouffante grande noirceur de Maurice Duplessis a heureusement disparu mais de sombre nuages se sont levés sur l’humanité et sur la Belle Province, comme certains se plaisent encore à l’appeler  Je pense à la grande main qui pèse encore sur nous et aux arrestations massives du printemps érable qui sont la honte de cette province.

Je pense à la grande main qui nous aplatit contre terre et au nivellement culturel par le bas

Je pense à la grande main qui nous brise les ailes 

À la grande main de plomb chaud et à la grande main de fer rouge

J’ai peur des grands ongles qui nous scient les os

Des grands ongles qui nous ouvrent les yeux
comme des huîtres

J’ai peur des grands ongles qui nous cousent les lèvres

J’ai peur des grands ongles d’étain rouillé, des grands ongles d’émail brûlé

Mais viendront les panaris panaris, panaris, 

Je sais que la grande main qui nous cloue au sol finira par pourrir, que les jointures éclateront comme des verres de cristal et que les ongles tomberont

Je sais que la grande main pourrira et nous pourrons nous lever pour aller ailleurs.

Oitarp poète indigné, ce 13 mai de l’an II du printemps érable

la main du peuple 

6 Commentaires

Classé dans Uncategorized