Archives mensuelles : mai 2016

Nuit Debout International : 15 mai – 14 heures – Square Philipps – Montréal

nui3#Nuit Debout, c’est quoi ? Pourquoi ? Comment se passe Nuit Debout ? Envie de t’impliquer ? Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud libres99À Nuit Debout, chacun a sa place et son temps de parole. Dans un premier temps le micro est ouvert pour que tout le monde puisse s’exprimer. Puis des comités de travail se rassemblent ou se créent selon les thématiques décidées ensemble afin de mettre en place des propositions de changements. Nuit Debout s’est fixé comme objectif premier la création d’un espace de convergence des luttes. Cette convergence pourrait aller encore plus loin et s’entendre à un niveau international.

1%vs99%Des liens existent entre les nombreux mouvements qui s’opposent aux quatre coins du monde à la précarité, au diktat des marchés financiers, à la destruction de l’environnement, aux guerres et au militarisme, à la dégradation de nos conditions de vie. Cette fin de semaine, c’est le week-end international #Globaldebout. À travers le monde, tous les mouvements Nuit Debout vont simultanément se réunir, pour débattre et construire démocratiquement les changements que nous voulons voir dans le monde. Dimanche 15 mai 2016 à partir de 14h, Nuit Debout Montréal se réunira à nouveau au Square Phillips , métro McGill. Au programme : pot-luck, assemblée générale, travail en commission, vidéo-conférence avec des mouvements Nuit Debout en Europe, et plein d’autres activités proposées par les différents comités de Nuit Debout Montréal : comité féministe, comité artistique, comité éducation populaire, comité environnement… et plein d’autres encore !

Envie de t’impliquer ?

logo nuit-debout-Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud et en Asie. Rejoins le mouvement sur les places publiques ! Reste informéE en aimant la page Facebook «Nuit Debout Montréal» et en suivant @Nuitdeboutmtl_ sur twitter Participe aux assemblées populaires Participe aux comités de travail Donne un coup de main à l’organisation.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Quel avenir pour Fort McMoney ?

Rose Flamant

      Rose Flamant

Le drame humain et environnemental de Fort McMurray est unique dans l’histoire du Canada. Ce gigantesque incendie a ravagé plus de 2000km², soit l’équivalent de trois fois la taille d’Edmonton, ou plus de  quatre fois la superficie l’île de Montréal. Les quelques 100,000 personnes évacuées se retrouvent à la rue dans une ville en cendre.

Près de 25% de l’économie canadienne

Lorsque l’on sait que près du quart de l’économie canadienne est liée à l’industrie du pétrole on comprend l’engouement qu’a suscité chez les travailleurs l’attrait de Fort McMurray.  Dans cette ville, avant la tragédie et la chute du baril de pétrole on pouvait travailler chez MacDo à 20$ de l’heure, et les ouvriers spécialisés gagnaient facilement 4000 $ pour une semaine 84 heures. L’argent coulait à flot et la vie était belle!

Vue aérienne de Fort McMurray avant l'incendie

                    Vue aérienne de Fort McMurray avant l’incendie

L’envers de la médaille

brasierOn ne fait pas d’omelette sans casser des œufs et bien avant la catastrophe les militants écologistes ont été nombreux à tirer la sonnette d’alarme car l’exploitation des sables bitumineux provoque quotidiennement un déversement de 11 millions de litres d’eau toxique – soit 4 milliards de litres par année – et émet en gaz à effet de serre l’équivalant de 15 millions d’automobiles. Pourtant comme la souligné Gabriel Nadeau Dubois, on doit pouvoir réfléchir aux causes environnementales de cette tragédie, sans pour autant rejeter la responsabilité sur les travailleurs de l’industrie des sables bitumineux.

gnd

antonio-gramsci

1 commentaire

Classé dans Uncategorized