Archives de Tag: Indignés du Québec

La Prophétie des Guerriers de l’Arc-en-ciel

Léna Anihsnabeg

Nos ancêtres Amérindiens aimaient transmettre leurs connaissances par la parole, mais aussi par des pictogrammes et des pétroglyphes sacrés. Lors des cérémonies, le bâton de parole était un élément essentiel de transmission et on le partageait dans le cercle des paroles afin de transmettre le savoir et les connaissances de la tribu. C’est ainsi que certaines prophéties ancestrales sont parvenues jusqu’à nous.

D’autres ont été consignées dans des Codex, notamment en  Méso-Amérique et Amérique du Sud. Toutefois la Prophétie des Guerriers de l’Arc-en-ciel, telle que rapportée par Jacques Legros, un Québécois d’origine amérindienne tombe vraiment à propos en cette époque opaque puisqu’elle nous enseigne comment aimer et vénérer notre Terre Mère.

La Prophétie Amérindienne ~★~ Les Guerriers de l’Arc-en-ciel

Les ancêtres amérindiens racontaient que des hommes à la peau claire arriveraient de la mer orientale sur de grands canoës mus par d’énormes ailes blanches. Les hommes qui débarqueraient de ces navires ressembleraient aussi à des oiseaux (sans doute à cause des étranges armures ou du fait que les espagnols se déplaçaient à cheval, le cheval étant à l’époque inconnu aux Amériques), mais ils auraient deux pieds différents.

Un de leurs pieds serait comme une patte de colombe, l’autre comme la serre d’un aigle. Le pied de la colombe représenterait une belle religion nouvelle d’amour et de bonté (le Christianisme), tandis que le pied de l’aigle représenterait la soif de richesses matérielles, la puissance technologique et la guerre.

Au temps des conquistadors, de Cortès, les nations amérindiennes ont été étonnées de voir la folie des espagnols pour l’or. En effet, pour les indigènes, l’or n’y était apprécié que pour sa beauté pure et n’avait aucune valeur marchande.  Pendant de nombreuses années, la serre de l’aigle dominerait, car les nouveaux venus parleraient certes beaucoup de religion, mais tous ne vivraient pas pour elle. Ils déchireraient les nations rouges de leurs pattes d’aigle, tuant, exploitant et réduisant les hommes en esclavage.  Après avoir résisté comme ils le pourraient, les nations amérindiennes perdraient leur esprit et se laisseraient parquer dans des enclaves de plus en plus petites (les traités de paix en Amérique du Nord, systématiquement brisés par les colons anglo-saxons et l’armée nord-américaine). Il en irait ainsi pendant des siècles.

Mais ensuite arriverait un temps où la terre deviendrait très malade. A cause de l’avidité sans bornes de la nouvelle culture, le sol se gorgerait de liquides mortels et de métaux lourds, l’air se chargerait de fumées nauséabondes et de cendres, et même la pluie, censée nettoyer la terre, s’abattrait sur elle en gouttes empoisonnées (les pluies acides). Les oiseaux tomberaient du ciel (prophétie des amérindiens d’Amazonie, notamment, déjà accomplie), les poissons flotteraient le ventre en l’air et des forêts entières viendraient à mourir. Quand ces choses viendraient à se produire, le peuple Indien serait d’abord impuissant. Mais alors une nouvelle lumière viendrait de l’est, et les amérindiens commenceraient à retrouver leur force, leur fierté et leur sagesse. La prophétie disait qu’ils seraient aussi rejoints par nombre de leurs frères et sœurs à la peau claire, qui seraient en fait les âmes réincarnées des Indiens tués ou réduits en esclavage par les premiers colons aux visages pâles. Il était dit que les âmes mortes de ces premiers hommes retourneraient dans des corps de couleurs différentes : rouge, blanc, jaune et noir.  Ensemble et unis, comme les couleurs de l’arc-en-ciel, ces hommes enseigneraient à tous les peuples du monde comment aimer et vénérer la Terre Mère, dont la matière même est celle qui nous compose aussi, nous autres humains. Sous le symbole de l’arc-en-ciel, toutes les races et toutes les religions du monde s’uniraient pour répandre la grande sagesse de la vie en harmonie les uns avec les autres et avec toutes les créations de la Terre.

Ceux qui porteraient cet enseignement seraient appelés les  » guerriers de l’arc-en-ciel « . Ils seraient des guerriers mais ils auraient aussi avec eux les esprits des ancêtres, ils auraient la lumière de la Connaissance dans leurs têtes et l’Amour dans leurs cœurs, et ils ne feraient de mal à nul autre être vivant. La légende disait que, après un grand combat mené avec la seule force de la paix, ces guerriers de l’arc-en-ciel finiraient par mettre un terme à la destruction et à la profanation de la Terre Mère et que la paix et l’abondance régneraient ensuite pour un âge d’or long, joyeux et paisible, ici sur la Terre Mère. C’est un bref résumé de la prophétie amérindienne des guerriers de l’arc-en-ciel, commune, sous une forme ou une autre, à la plupart des nations amérindiennes.

Merci Jacques pour ce récit merveilleux. Rejoignez- Les Guerriers de l’Arc-en-ciel sur Facebook

 

 

 

 

 

Publicités

Poster un commentaire

par | novembre 11, 2018 · 5:36

Quand Macron flirte avec la créature des nazis…

Pierre-J.Ratio

Emmanuel Macron, le président le plus impopulaire de la cinquième république, celui qui vole aux pauvres pour donner aux riches est le roi de la rhétorique. Du haut de son éloquence creuse, et purement formelle, M Macron a annoncé que la France rendrait honneur au maréchal Pétain pour son rôle durant la première guerre mondiale.

Le président a déclaré que «l’on pouvait avoir été un grand soldat pendant la première mondiale et avoir conduit par des choix funestes durant la deuxième» (sic).

En honorant la mémoire de celui qui fut un «héros de la première guerre mondiale», et en occultant la mémoire de celui qui est devenu l’homme de la collaboration durant la seconde, le président  Macron défend l’indéfendable.  C’est un peu comme si Angela Merkel disait : – Nous allons rendre hommage à Adolphe Hitler qui fut un excellent peintre allemand, un génie de la peinture, mais nous passerons sous silence la deuxième partie de sa vie.

Mon grand-père Aldonce Vavasseur arrêté comme résistant par les nazis

En agissant comme vous le faites-vous faites, M. Macron vous faites affront  à ceux qui ont condamné Pétain et qui  l’on jugé «indigne d’être français». Plus grave encore, vous offensez aussi les victimes des camps de concentration et la mémoire des résistants. 

Les jumelles Mimi et Nénette Vavasseur en uniforme d'AFAT en 1944.

Les jumelles Mimi et Nénette Vavasseur en uniforme d’AFAT en 1944

M.Macron mon père avait 16 ans lorsqu’il a quitté le séminaire pour prendre le maquis, ma mère et sa sœur passaient des messages codés dans leurs pompes à vélo pendant que mon grand-père goûtait aux interrogatoires musclés de la Kommandantur.

C’est la mémoire de tous ces gens que vous déshonorez en agissant de la sorte.

Images d’archives – Troisième documentaire de la série “La France en Marche” réalisée par l’État français conduit par le Maréchal Pétain.

Images d’archives – Troisième documentaire de la série “La France en Marche” réalisée par l’État français conduit par le Maréchal Pétain.

Mimi Vavasseur et Jacques Ratio, deux résistants qui ont donné leur jeunesse pour faire triompher la liberté

Mimi Vavasseur et Jacques Ratio, deux résistants qui ont donné leur jeunesse pour faire triompher la liberté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lfem En regardant les Images d’archives de “La France en Marche” réalisées par le gouvernement de Vichy, présidé par le maréchal Pétain, je comprends mieux maintenant votre démarche et votre slogan. Honte à vous!

 

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Indignée par le transport à Montréal

LE TRANSPORT À MONTRÉAL, un essai écrit par une fille vraiment tannée de payer 50 piastres par mois pour, finalement, utiliser ses pieds

Je suis là, à l’arrêt de l’autobus le plus proche de chez moi. Celui qui est sensé m’emmener au métro qui, lui, est sensé m’emmener à ma navette qui, elle, est sensée m’emmener à l’école. J’ai planifié mon trajet pour qu’il soit optimal, rapide et que je sois le moins possible tassée contre du monde qui sentent la charogne et le café. Donc je suis là, à l’arrêt. Plus qu’à l’heure, en avance même. Transit me dit qu’il arrive dans 6 minutes. Bon, j’attends.

Pis j’attends.

Pis j’attends.

Les 6 minutes passent; je regarde l’heure. Pis je regarde Transit qui me dit que l’autobus passe dans 7 minutes…

Bon, ok. Sept minutes c’est pas la fin du monde, surtout que, dans mon trajet bien pensé, j’ai planifié du temps pour ce genre de choses.

5 minutes, 6 minutes, 7 minutes…

Rien, pas l’ombre de la tête massive du gros pachyderme sur roues au bout de la rue. Je regarde Transit: 22 minutes à attendre avant le prochain bus. Je regarde l’horaire de ma navette: 16 minutes. Ça y est. Aucune chance de me rendre à l’heure à l’école. Ça, c’est l’histoire que j’ai vécue aujourd’hui… pis hier, pis toute la semaine passée aussi — depuis le début de la session, j’ai jamais réussi à pouvoir me déplacer sans heurt trois jours d’affilée.

Certains vont me dire que ça arrive que les autobus ait des problèmes comme un flat, être pogné dans le trafic, etc. Ah ouin? Veux-tu bien me dire combien de flats toi t’as par semaine? Combien de fois ça t’arrive de pogner du trafic sur des rues résidentielles? Parce que pour moi, le ruminant ferré qui est sensé m’amener à l’heure où je dois aller — comme il est sensé le faire —, semblerait-il qu’il en a beaucoup des pépins comme ceux-là. Pis laisse-moi te poser une autre question, mon cher ami: si tu donnais un lift à quelqu’un pis que tu pognais un flat, t’avertirais, non? Pis tu t’excuserais aussi? Tu y dirais pas qu’il avait juste à prendre un autre lift ou juste à partir plus tôt.

Y’en a d’autres qui vont me dire: ouin, mais pourquoi t’as pas ton permis? Premièrement, un permis, c’est pas magique. Je peux pas aller plus vite que le système pour l’avoir. Deuxièmement, je suis étudiante. J’ai déjà des dépenses et une auto, ça coûte très cher — l’auto, la plaque, les assurances, le gaz, la vignette, les réparations… —, surtout à Montréal où on boost le prix de l’essence parce qu’une chèvre a bêlé un peu trop fort de l’autre côté de l’océan. Troisièmement, bah je sais pas vous, mais moi ça me tenterait que mes enfants n’aient pas à se promener avec des masques à gaz dehors parce que notre monde est rendu trop pollué.

Faque, oui. J’ose me plaindre. Pour toutes ces raisons, pour bien d’autres que je n’ai pas mentionnées, pis aussi parce que je sais que je ne suis pas la seule qui a ces problèmes.

Merci de m’avoir lue.

Et merci, STM, de me donner des raisons de plus à chaque jour de fuir Montréal qui a perdu les couleurs qui la distinguaient autrefois. 

Virginie Agnès Brault

Poster un commentaire

Classé dans Environnement

Une passerelle de 14 millions $ pour les cyclistes et les piétons…

La Ville de Longueuil a inauguré avec un an de retard la nouvelle passerelle Normandie, qui permet aux cyclistes et aux piétons d’enjamber la 132.

L’ancienne passerelle avait été démolie après avoir été endommagée par un camion circulant sur la route 132 avec la benne relevée.

La reconstruction de la passerelle «devait initialement coûter 8,8 millions de dollars mais à cause «des écarts inhabituels avec les soumissions» ont fait bondir le projet à 13 millions de dollars, soit de trois à quatre fois ce que peut coûter une passerelle dans d’autres villes. Aujourd’hui, la Ville estime avoir engagé des coûts de 14 millions de dollars.»

Photo : Ville de Longueuil

La nouvelle fierté de Longueuil. Photo : Ville de Longueuil

À titre de comparaison le viaduc de Millau en France, inauguré en 2001, est un ouvrage considéré comme un chef-d’oeuvre ingénierie contemporaine. Il n’a coûté que soit 487 millions de dollars (320 millions € ).

Le pont de Millau

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le Québec sur l’autoroute de la dépossession. Bilan des quatre années du gouvernement Couillard

Astral, Dessau, Minière Osisko, St-Hubert, Le Cirque du Soleil, Van Houtte, Cossette, Canam, Tembec, Rona, Atrium Innovations, Juste pour rire, Camso, etc. : c’est à la pelle que des fleurons ont été vendus à des intérêts canadiens ou étrangers depuis 2014, sans garantie que les sièges sociaux soient maintenus au Québec.

Dans un article publié dans la revue  L’Action nationale – Juin-Septembre 2018, Lucia Ferretti dresse un sombre bilan des quatre années de gouvernement Couillard.  Selon elle  Il ne fait pas de doute  « […]  que le budget du printemps 2018, le dernier avant les élections du 1er octobre, en a donné un peu à tout le monde. Cela ne change rien au processus en cours de démantèlement du Québec et de dépossession des Québécois.

Madame Ferretti accuse entre autre ce gouvernement d’avoir donné le Québec aux pétrolières et aux gazières, de sabordement des institutions publiques, de démembrement de l’État québécois, d’opacité en matière d’accès à l’information, de relations tendues avec les Premières Nations et d’absence de vision à long terme pour les secteurs agricole et agroalimentaire.  Un article que vous pouvez lire en ligne

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La CAQ et l’environnement

Gina Augustin

L’environnement vous préoccupe et vous songez à voter pour la CAQ?

Voici un petit rappel de la position de François Legault concernant l’environnement et le projet d’oléoduc Énergie Est.

Et voici d’autres informations sur la position de la CAQ face au projet de port pétrolier de Québec, sur l’avenir d’Anticosti et sur le 3e lien entre Québec et Lévis.

PLUS D’INFOS:

 

2 Commentaires

Classé dans Environnement

Le lapsus révélateur du Couillard…

Félix Dubé-Nguyen Jr.

En pleine course électorale le candidat Couillard y est allé d’un très beau lapsus qui a de quoi inquiéter la population sur les motifs intrinsèques du premier ministre québécois.
Lorsque M. Couillard dit qu’il «faut faire croire au citoyen que…», on doit s’interroger sur le fond de sa pensée et sur ses motivations véritables .

 

Pour les psychanalystes le lapsus constitue un aveu révélateur de l’inconscient.  À ce chapitre les politiciens et les politiciennes de France sont également des experts en la matière.

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized