Archives de Tag: Indignés du Québec

GND, Sol et Régis s’invitent au Beu-Bye 17

Sophie Doucet

Depuis 2014 l’équipe du Beu-Bye nous a habitués à accueillir des personnalités québécoises qui ont marqué l’actualité. 

Cette année, Gabriel Nadeau-Dubois co-porte-parole de Québec solidaire,  et  son collègue Sol Zanetti, se sont prêtés avec humour à un débat autour de la souveraineté du Québec.

Pour la deuxième année consécutive le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est également prêté au jeu dans une vidéo hilarante où il accorde une entrevue déjantée au metteur en scène du Beu-Bye, Lucien Ratio.

De grosses pointures

Cette année, la revue de l’année de Québec promet d’être encore plus incisive puisque les auteurs Lucien Ratio, Jean-Philippe Côté et Philippe Durocher se sont entourés de collaborateurs de renom comme Marc Auger, Joëlle Bond, Isabelle Hubert, Robert Lepage, Jocelyn Pelletier et Pascale Renaud-Hébert.  Ça risque de faire des flammèches…

Le Beu-Bye 17 est présenté à La Bordée du 15 au 30 décembre.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Joyeux Noël 2017

Pour Noël, Les Indignés du Québec vous souhaitent de ne pas recevoir une Licorne, mais plutôt de vivre dans une société qui reflète les aspirations des gens d’ici.

Joyeux Noël et merci de votre fidélité !

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Un boulet pour Québec Solidaire !

  Rose Flamant

En annonçant la fusion entre Québec solidaire et Option nationale, les délégués de QS ont donné un nouveau souffle à la formation politique. Lors du congrès préélectoral qui s’est tenu à Longueuil, les membres se sont entendus pour mettre sur pied une assemblée constituante chargée de rédiger la Constitution d’un futur État québécois souverain, au lendemain de leur élection.

Ils ont également choisis d’inclure dans leur plate-forme électorale certaines propositions présentées par ON. La proposition soutenue par la députée Manon Massé, qui jugeait que le mot «patrimoine» était trop masculin a également été débattue, mais n’a pas été retenue. En effet, selon le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois : « L’origine des mots qu’on utilise, la présence ou non de préjugés sexistes dans le langage, c’est […] un débat important qu’il ne faut pas ridiculiser et qu’il faut faire sereinement »,

Des propos qui dérangent

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Lorsqu’en avril 2016 Madame Massé a dénoncé la transphobie dont seraient victimes les élèves transgenres qui n’ont pas accès à des toilettes neutres ou à des salles de bain du sexe de leur choix, la société québécoise s’est interrogée sur cette démarche intellectuelle. Lorsqu’elle a récidivé avec le mot «patrimoine» elle s’est attirée l’ire des journalistes et de certains caricaturistes qui s’en sont donnés à coeur joie.

Pour les gens ordinaires tout ce débat est devenu incompréhensible oblitérant ainsi dangereusement le véritable programme de QS…

Un impact immédiat dans les sondages

Les propos controversés de Manon Massé se reflètent dans les sondages puisque QS recueille actuellement 11 % des intentions de vote, soit 4 points de moins qu’en juin dernier (15 %). Devant ces résultats, force est de constater que les Québécois-es, ne se reconnaissent pas dans ces propos et qu’il est urgent pour l’image du parti de trouver un(e) autre co-porte-parole plus crédible.

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le patrimoine doit disparaître selon QS

       Rose Flamant

Le mot patrimoine ne fera plus partie du programme de Québec Solidaire qui va le remplacer par héritage culturel.  Selon la députée Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, «C’est un mot qui dans sa racine réfère à une forme de présence et de domination du masculin. L’héritage culturel, c’est autant les hommes que les femmes qui nous l’ont laissé».

En effet l’étymologie de ce mot vient de patrimonium, qui signifie héritage du père, et qui par extension a donné naissance au terme matriarcat, mot qui est apparu à la fin du dix-neuvième siècle.  À cette époque on employait matriarcat pour désigner un système de parenté matrilinéaire, alors que le patriarcat désignait comme l’indique son étymologie, un système social dominé par l’autorité masculine, symbolisée par la figure du père.

Au fil des années, le matriarcat fut interprété comme étant le pendant symétrique du patriarcat;  désignant un type de société où les femmes détiennent les mêmes rôles institutionnels que les hommes dans les sociétés patriarcales.  C’est ainsi que des chercheurs comme Marija Gimbutas (1921-1994) ont préféré rejeter ce mot issu de la composante : arcat (de archein, commander) considéré comme un reliquat patriarcal, allant jusqu’à suggérer de le remplacer par matristique considéré comme plus neutre.

Les personnes qui ont lu 1984, le roman de George Orwell publié en 1949, se rappelleront sans doute du novlangue qui est utilisé par l’auteur dans la trame narrative du récit.  L’idée fondamentale du novlangue s’appuie sur une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation  critique de l’État.  L’objectif ultime étant d’empêcher l’idée même de cette critique grâce à l’appui des médias de masse..

Après avoir banni le mot patrimoine devrions-nous bannir les mots patriarcat, matriarcat? Marija Gimbutas a tenté de le faire voici plus de trente ans, c’est maintenant au tour de Manon Massé.  Franchement Manon, malgré tout le respect que j’ai pour toi, Il me semble qu’il y a des choses plus importantes à régler?

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Un moteur de recherche qui protège l’environnement

Léna Anishnabeg

Le moteur de recherche Écosia verse 80% de ses bénéfices à un programme de reforestation.  Grâce à ce moteur de recherche, chaque fois que vous naviguez sur la toile vous contribuez à planter des arbres un peu partout sur la planète.  En juin 2017, Écosia a dépassé la barre des 10 millions d’arbres plantés11  et la compagnie s’est fixée comme objectif d’atteindre le milliard d’arbres plantés d’ici 2020.

De 2009 à 2013, Ecosia s’est associé aux Fonds mondial pour la nature (WWF) pour protéger les parcs nationaux de Juruena et de Tumucumaque au Brésil, ce qui a permis de récolter des dons totalisant 1 266 295 €. (1 923 957 $ canadiens).

Pour en apprendre plus cliquez sur l'image

              Pour en apprendre plus cliquez sur l’image

Écosia vous permet également de savoir combien d’arbres vous avez contribué à planter en suivant les résultats sur votre écran.  De plus, les reçus de dons sont publiés mensuellement ce qui vous permet de savoir comment l’argent a été dépensée et comment la plantation a contribué à l’amélioration des populations locales ailleurs sur la planète.  Profitez-en c’est 100 % gratuit !  Les Indignés du Québec saluent cette initiative  et vous encourage à passer au vert…

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Premières Nations et écologistes unis pour protéger notre eau

En passant la loi 106 (adoptée sous bâillon) le gouvernement Couillard permet désormais l’exploration et le forage des lacs et des rivières du Québec.

Les cours d eau du Québec sont livrés à l industrie

Le gouvernement québécois permet également aux compagnies pétrolières et gazières d’effectuer des forages en milieu terrestre et de mener leurs travaux à proximité de secteurs habités, d’écoles, d’aires protégées et de parcs nationaux.

Les jeunes sont sensibilisés à l'avenir de l'eau. Photo Réal Michaud

Les jeunes sont sensibilisés à l’avenir de l’eau. Photo Réal Michaud

Cette politique irrationnelle, qui fait passer le profit avant la sécurité publique, inquiète la société civile ainsi que les nations amérindiennes du Québec qui ont manifesté en grand nombre devant l’Assemblée Nationale dans le cadre de l’évènement intitulé L’eau du Québec c’est sacré.

La voix des Premières Nations s’est fait entendre haut et claire. Photo Caroline Bouchard

Léna Anisnabeg

Pour la militante Algonquienne, Léna Anishnabeg : « – Le gouvernement Couillard multiplie les contradictions pour tromper le peuple du Québec.  Je pense que ce gouvernement est dangereux, car en permettant de forer les plans d’eau du Québec, il expose la population à d’éventuelles fuites qui sont susceptibles de polluer l’eau potable, mettant en péril la santé de la population en général et des communautés autochtones qui sont tributaires de cette ressource.»

Sophie Le Blanc. Photo Caroline-Bouchard

Sophie Le Blanc. Photo Caroline-Bouchard

De son côté, Sophie Le Blanc, co-organisatrice de l’événement,  précise que « – Notre but était de rouvrir le débat sur les hydrocarbures au Québec et pour ça, c’est mission accomplie. Nous avons réussi. Tous les médias qui étaient présents ont passé le bon message. Il ne faut surtout pas abandonner. Il faut se tenir debout et se faire entendre, tant et aussi longtemps que le gouvernement ne reculera pas sur les hydrocarbures et tant qu’il n’avancera pas vers un virage vert. »

Sur la Grande Allée. Photo Réal Michaud

Pour sa part Léna Anishnabeg note « -qu’aucun représentant du PQ ou de la CAQ n’étaient présents à l’évènement par contre Sol Zanetti et Manon Massé étaient là pour dénoncer la Loi 106.» (Léna Anishnabeg ignorait apparemment que Sylvain Rochon du PQ était présent  lors de la manifestation où il a pris la parole).

Manon Massé était bien présente. Photo Réal Michaud

Sol Zanetti a harangué la foule. Photo Réal Michaud

Sophie Le Blanc se montre également étonnée et précise  qu’«en voulant défendre l’avenir des générations futures, j’ai appris quelque chose à la dure: c’est à la gauche et UNIQUEMENT à la gauche de défendre l’environnement et l’eau. Honnêtement, je croyais sincèrement que l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons appartenaient à tout le monde mais non! Je ne sais pas qui en a décidé ainsi ni quand, mais il semblerait que c’est comme ça et que c’est indiscutable! ». 

On se rappellera qu’en décembre 2014, suite au rapport du BAPE M Couillard avait déclaré à Radio Canada qu’il n’y aurait pas d’exploitation du gaz de schiste au Québec « Je crois de toute façon qu’il n’y a pas grand intérêt à développer cette ressource, uniquement sur le plan économique et financier. De toute façon, l’acceptabilité sociale n’est pas là », avait-t-il déclaré à l’animatrice Céline Galipeau. « Actuellement, je ne vois pas l’intérêt de développer ça. »  rien ne permet d’avancer que le Québec tirerait profit des activités de cette industrie sur son territoire.  Qu’est-ce qui a bien pu le faire changer d’avis ?

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Boycottons les produits Espagnols et Français

À l’heure où le gouvernement autoritaire de Mariano Rajoy, renoue avec le fantôme de Franco en piétinant les droits démocratiques les plus élémentaires du peuple Catalan, le président de la République française, Emmanuel Macron, ne trouve rien de mieux que de soutenir les politiques fascisantes et répressives du  gouvernement espagnol.

Interrogé sur la situation en Catalogne, Emmanuel Macron, a affirmé au président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. «son attachement à l’unité constitutionnelle de l’Espagne».

Suite à cette situation inacceptable, Les Indignés du Québec vous invitent à boycotter les produits espagnols et français au Canada (voir listes partielles ci-dessous).

À l’heure où l’Europe, et plus particulièrement la France, se préparent à asphyxier le marché fromager québécois en exportant 16 000 tonnes de fromages au Québec par année, le boycott des produits espagnols et français importés au Canada ramènera sans doute  Mariano Rajoy et Emmanuel Macron et à revoir leur position.

RÉFÉRENCES

·        Relations Canada – Espagne

·        Aperçu du marché – Espagne   

·        Produits francais au Québec

·        La répartition des quotas d’importation de fromages européens au Québec

1 commentaire

par | octobre 3, 2017 · 3:24