Archives de Tag: OITARP

Quand les fascistes québécois terrorisent nos femmes

Oitarp

Oitarp

-MONTRÉAL- Le bras armé du gouvernement autoritaire de Philippe Couillard s’en prend désormais à nos femmes et à nos filles qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits.

Le 7 avril 2015, les femmes ont pris la rue pacifiquement et le SPVM les en a chassé à coups de boucliers, de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes. Une des GAPPAs qui était présente sur place pour couvrir l’événement s’est brutalement fait pousser par terre à deux reprises.  Non vous n’êtes pas à Séoul, mais bien à Montréal !

DÉMOCRATIE À LA SAUCE QUÉBÉCOISE

7 avril 2015

alice

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

On veut votre bien et on l’aura

Oitarp

Oitarp

Philippe Couillard est Premier ministre du Québec depuis le 7 avril 2014.  Deux semaines après son élection il annonce des coupures de 37 milliards.  Le 5 novembre il confirme l’abolition des CRÉ et des CLD et annonce une nouvelle coupure de 300 M$ pour les municipalités.

Homme d’action Philippe Couillard préfère ne plus parler de lutte contre l’intégrisme, mais bien de lutte contre la radicalisation.  Le premier ministre connait bien le sujet pour avoir vécu en Arabie saoudite, d’ailleurs à cette époque «Il avait vendu toutes ses possessions au Canada et n’était plus considéré comme un résident canadien. »

philippe golum 4jpg

Lise Thériault assume les fonctions de Vice-première ministre du Québec, elle est également Ministre de la Sécurité publique.  En 2013 Madame Thériault avait déclaré ne pas craindre «l’avis du Directeur général des élections (DGE), si jamais il décidait d’enquêter sur le fait qu’elle a loué deux appartements pour son personnel durant la dernière campagne électorale, le tout aux frais des contribuables». Cependant Malgré l’accumulation de faux pas de sa part, Philippe Couillard maintient une totale confiance envers sa ministre de la Sécurité publique.  L’évasion héliportée de trois détenus dangereux à Orsainville a provoqué un dur atterrissage pour Lise Thériault dans son poste de ministre de la Sécurité publique.  Dans ce dossier cependant la ministre aurait été mal informée sur plusieurs aspects de l’évasion.  Heureusement rien ne vaut un peu de vacances aux Îles-de-la-Madeleine.pour se reposer,,,

Liz Piggie

Le ministre des finances du Québec, Carlos Leitão est titulaire d’un baccalauréat ès sciences économiques de l’Université McGill. Il a travaillé pendant plus de trente ans dans le domaine des services bancaires et financiers dont la Banque Royale du Canada et la Banque Laurentienne où il a occupé le poste d’économiste en chef.  Selon M. Leitão« les Québécois prêts à faire des sacrifices ».  Aussitôt en poste, le ministre n’a pas tardé à imposer une importante cure minceur à l’appareil d’État québécois, ce qui doit permettre au gouvernement d’économiser 2,7 milliards de dollars en année 2014 et 2,4 milliards en 2015. Homme de rigueur il s’est offert une paire de souliers à 279$  lors du dépôt du budget qu’il a payé de sa poche.  Le milieu communautaire a cependant dénoncé avec indignation les propos tenus par le ministre des Finances qui a déclaré qu’« Il y a énormément d’organismes communautaires qui peuvent livrer des services sociaux. Ça coûte moins cher que s’il s’agit d’un réseau »  Cependant il n’a pas hésité à voler au secours du Cosmodôme de Laval en injectant 10 millions $.

leitao2

La ministre de la justice du Québec, Kathleen Weil  planche sur un plan d’action pour lutter contre la montée du radicalisme religieux.  Dans le dossier de l’imam Chaoui, Mme Weil a estimé que son discours  «ne véhicule ni plus ni moins que l’oppression des femmes.» Mme Weil,  qui est aussi Ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, a cependant fait volte-face et renoncée à revoir l’équilibre des régions du monde où le Québec cherche à attirer ses immigrants.  Elle a par contre déclaré qu’elle étudie la possibilité d’intenter des poursuites judiciaires contre l’ancienne lieutenant-gouverneure Lise Thibault, afin de lui réclamer le remboursement de dépenses injustifiées.  Madame Weil qui occupa successivement dans les années 1980 et 1990, les fonctions de « Chief of Staff », conseillère juridique et directrice d’Alliance Québec, ne suscite pas l’admiration de Christian Gagnon, Vice-président puis président régional du Parti Québécois de Montréal-Centre de 1998 à 2005.

justiceWeill

Depuis le 7 avril dernier, le Dr Gaétan Barrette occupe la fonction de Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Politicien aguerri, le Dr Barrette étonne par son audace et par sa détermination. Le ministre n’a démontré aucun remords pour avoir fait adopter son premier projet de loi à titre de ministre sous le coup d’un bâillon.  Par ailleurs, le chef libéral, Philippe Couillard, ne voit aucun problème dans l’indemnité de départ de 1,2 million de dollars touchée par son candidat dans La Pinière, Gaétan Barrette, lorsqu’il a quitté la présidence de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) pour se lancer en politique.  Selon la Pravda, il semble d’ailleurs que la RAMQ devra payer 173 000$ supplémentaire au ministre  Bolduc. Enfin, Radio Canada a annoncé que Québec éliminer des la moitié des 1300 postes de cadres du réseau de la santé qui se trouvent à Montréal. Au total, Québec compte ainsi économiser 60 millions de dollars.barrette golum2

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La revue de l’année 2014 des indignés du Québec

indLes indignés du Québec vous proposent leur revue de l’année 2014 à partir des événements marquants qu’ils ont soulignés tout au long de l’année.

En janvier les Indignés présentaient le court-métrage de Maxime Ginolin intitulé Éthique environnementale selon David Carniste.  Dans ce film l’industriel David Carniste,  lobbyiste de l’agro-alimentaire, est choisi pour représenter l’humanité et il doit répondre des conséquences des actes de l’espèce humaine devant un tribunal présidé par le juge MagiCJacK. (Cliquez ici pour lire l’article)

jugement 1

abeille 1En février les Indignés s’inquiétaient de voir les abeilles disparaître par millions car selon une étude  publiée dans la revue PLoS ONE, par  une équipe de l’Université du Maryland et du ministère de l’Agriculture des États-Unis, les recherches sur le terrain ont permis d’identifier les pesticides et les fongicides qui contaminent le pollen que les abeilles recueillent pour nourrir leurs ruches. (Cliquez ici pour lire l’article)

lawrenceEn mars les Indignés s’invitaient dans la campagne électorale en vous proposant une revue des caricatures qui traduisaient  l’état d’âme des électrices et des électeurs du Québec. (Cliquez ici pour lire l’article).

 En avril Félix Dubé-Nguyen Jr, s’interrogeait sur les coûts de construction du pont Champlain évalués entre 3 à 5 milliards $. Selon les recherches effectuées par M. Dubé-Nguyen, le viaduc de Millau en France, considéré comme un chef-d’oeuvre ingénierie contemporaine n’a coûté que 320 millions € soit 487 424 000.00  $. . (Cliquez ici pour lire l’article).

En mai, André Bérubé, du mouvement le mouvement Occupy, section Québec, remportait  la victoire en cour des petites créances contre la ville indignezde Québec, confirmant sa prétention selon laquelle la Ville de Québec aurait agi illégalement et aurait violé sa liberté d’expression lors du démantèlement du campement en novembre 2011. (Cliquez ici pour lire l’article).

En juin, Oitarp s’interrogeait sur la médecine à deux vitesses de Philippe Couillard puisque le  25 juin 2008, celui-ci  annonçait sa démission comme ministre de la santé, en compagnie du premier ministre carte_soleilJean Charest qui lui a rendit un vibrant hommage. Moins de deux mois après son retrait de la vie politique, l’ex-ministre Couillard était engagé par le fonds d’actions Persistence Capital Partners (PCP), propriétaire des cliniques privées Medisys. Malgré le tollé de protestations, l’ex-ministre avoua candidement avoir eu des contacts avec son futur employeur alors qu’il était titulaire du portefeuille de la Santé. Il avait d’ailleurs signé deux décrets favorisant l’expansion des cliniques privées alors qu’il songeait à se joindre à PCP..  (Cliquez ici pour lire l’article).

résistanceEn juillet, Sophie Doucet, nous annonçait que les Gazières et les  pétrolières pourront désormais forer à 500 mètres d’un site de prélèvement d’eau en vertu du règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) adopté par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.  (Cliquez ici pour lire l’article).

En août les Indignés du Québec étaient conviés à participer au grand concours intitulé « Envoyez un livre au ministre Bolduc ».  Le ministre libéral avait suscité l’indignation de la population suite aux révélations du quotidien Le Devoir qui rapportait que le assez de livresministre Bolduc ne voyait pas de problème à ce que les commissions scolaires coupent cette année dans l’achat de livres pour garnir les bibliothèques de leurs écoles. «Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]», avait affirmé le ministre Bolduc avant d’ajouter : «J’aime mieux qu’elles [les écoles] achètent moins de livres. Nos bibliothèques sont déjà bien équipées.» (Cliquez ici pour lire l’article)

Capitulation_MontrealEn septembre le Musée de la civilisation de Québec exposait dans la controverse le traité de Paris est celui qui a mis fin, en 1763, à la guerre de Sept Ans et scellé la cession du Canada à l’Angleterre après la défaite des plaines d’Abraham.».  Dans ce contexte notre collaborateur Oitarp a analysé comment  le gouvernement conservateur de Stephen Harper continue à museler le Québec en exerçant un contrôle sans précédent sur la liberté d’expression. À la manière des gouvernements totalitaires, le gouvernement Harper a sa façon bien à lui de réécrire l’histoire canadienne. .» (Cliquez ici pour lire l’article)

CacounaEn octobre, plus de 71,000 indignés signaient la pétition contre le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada qui transporterait 1,1 million de barils par jour de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au port de Saint Jean (NB) d’où le pétrole serait exporté.  Avec une note d’espoir Félix Dubé-Nguyen Jr, soulignait que l’ONU condamnait le Canada et le Québec pour leur politique énergétique  et qu’à court terme le pipeline Énergie Est de TransCanada était condamné à ne pas voir le jour (Cliquez ici pour lire l’article)

gndEn novembre, Gabriel Nadeau-Dubois, celui qui a  incarné toute la fougue du printemps érable s’implique pour recueillir les  dons qui serviront à contrer le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada. M. Nadeau-Dubois a lui-même donné un coup de pouce au mouvement de contestation en remettant sa bourse de 25 000 $, accompagnant le Prix littéraire du gouverneur général 2014 pour son livre Tenir tête, aux citoyens qui veulent contrer ce projet. (Cliquez ici pour lire l’article)

Regard castorien sur le QuébecEn décembre le sculpteur français Castor débarque à Québec pour commenter l’actualité québécoise à travers ses œuvres.

Parmi les pièces originales exposées dans le hall d’entrée du Théâtre de la Bordée  on pouvait voir des sculptures aux titres évocateurs comme : « Sabrer dans la santé, la prime de départ, les dessus-de table, signer la constitution ou que sera demain ?  (Cliquez ici pour lire l’article).

Merci à nos collaborateurs, André Bérubé, AnarchopandaPat Collette, Charles de Lorimier, Sophie Doucet, Félix Dubé-Nguyen Jr, Michel Duchaîne, Christophe Engels, Rose Flamant, Clode Hamelin, Manon Levesque, Jean-Pierre-Matte, Oitarp, Michel Surprenant, et bonne année 2015.

ba

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Oléoduc Énergie-Est : rien ne justifie le fatalisme

oit

Oitarp

Les groupes de pression s’organisent aux quatre coins du Québec pour contrer le projet d’oléoduc de Trans Canada  Ce projet d’Oléoduc d’Énergie Est s’étendra sur 4 600 kilomètres et transportera environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour de l’Alberta et de la Saskatchewan vers des raffineries de l’Est du Canada. Le projet Oléoduc Énergie Est comporte trois principaux volets : la conversion d’un pipeline, la construction d’un nouvel oléoduc et la construction de nouvelles installations connexes. Énergie Est convertira un gazoduc existant en un pipeline de transport de pétrole entre Burstall en Saskatchewan et Cornwall en Ontario. De nouvelles sections de pipeline devront être construites en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, dans l’est de l’Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick pour relier le pipeline converti. Enfin, des installations connexes, soit des stations de pompage, des terminaux de réservoirs de stockage et des installations maritimes, seront construites pour assurer le transport du pétrole brut de l’Alberta au Nouveau-Brunswick.Oléoduc d’Énergie Est s’étendra sur 4 600 kilomètres.

face

 Au cours de l’été des citoyen-nes ont marché 700 km lors de la Marche pour la Terre mère pour sensibiliser les communautés aux risques du tracé qu’emprunterait l’oléoduc Énergie Est de TransCanada. Alexandre Desjardins, avocat au Centre québécois du droit de l’environnement a réfléchi aux enjeux juridiques et sociaux de ce projet d’Oléoduc.

800px-800px-Trans_Alaska_Pipeline_Denali_fault_shift

L’oléoduc d’Énergie Est s’étendra sur 4 600 kilomètres

« On sent planer dans la population un certain sentiment d’impuissance face aux décisions et orientations de nos décideurs, qui ne semblent pas être prises en fonction de l’intérêt public, mais plutôt en fonction d’intérêts privés, notamment ceux de l’industrie pétrolière au Canada. Cette constatation me semble particulièrement vraie dans le dossier du projet d’Oléoduc Énergie Est de l’entreprise TransCanada. Je suis pourtant convaincu que rien n’est joué et que les citoyens et leurs représentants auront encore un rôle important et essentiel à jouer dans ce projet, comme dans bien d’autres, passés, présents et à venir.Il est pour moi évident que l’industrie pétrolière canadienne jouit actuellement d’un contexte non seulement politique, mais aussi juridique favorable à son développement au Canada. Mais cela n’est pas une raison de baisser les bras pour les citoyens qui souhaitent se faire entendre et avoir un impact sur ce projet, bien au contraire!Tout d’abord, le contexte politique pourrait rapidement changer, notamment à la lumière des élections fédérales de novembre 2015, puisque tout porte à croire que ce sera le gouvernement canadien qui sera élu à ces élections qui décidera d’autoriser ou non ce projet. Que peut faire le gouvernement du Québec? Sur le plan politique, il est clair qu’une province comme le Québec peut au moins exiger le respect de certaines conditions (redevances, protection de l’environnement, retombées économiques, etc.) pour approuver la construction d’un pipeline de 700 km sur son territoire. Une ferme opposition à ce projet aurait aussi un impact certain. Si la Colombie-Britannique l’a fait pour le projet Northern Gateway, pourquoi le Québec ne pourrait-il pas aussi le faire? Sur le plan juridique, l’entreprise TransCanada clame haut et fort qu’elle n’accepte de se soumettre à la Loi sur la qualité de l’environnement qu’à titre de bon citoyen corporatif, puisqu’il s’agit d’un projet de compétence fédérale. Pourtant, rien n’est moins sûr. Les entreprises et activités de nature fédérale ne sont pas exemptées de respecter les lois environnementales québécoises.D’ailleurs, en mai dernier, la veille de l’audition d’une demande d’injonction pour stopper les forages prévus à Cacouna, l’entreprise a déposé une demande d’autorisation en vertu le la Loi sur la qualité de l’environnement, répondant  ainsi à un des éléments qui lui était reproché, et accepté de suspendre ses travaux le temps que Québec rende sa décision. On connait cette décision, mais le point est le suivant: le gouvernement du Québec est en droit d’exiger le respect de ses lois environnementales sur son territoire. Bien sûr, cela pourrait mener à des litiges, des « chicanes », mais cela ne devrait pas freiner un gouvernement qui se tient debout, au contraire!

NOMADES PARTIE 5

Qu’en est-il des citoyens? Même si notre gouvernement provincial semble déjà avoir pris position en faveur de la construction de cet oléoduc, il demeure que les citoyens du Québec seront appelés à se prononcer sur ce projet lors d’audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui auront lieu dans les prochains mois. Bien que le gouvernement du Québec ne soit pas lié par les recommandations du BAPE, on imagine mal nos élus provinciaux rejeter du revers de la main le fruit d’une large consultation indépendante de la population. Sinon, à quoi servirait ce processus? Il y aura aussi des audiences de l’Office national de l’énergie, lequel aura la tâche de recommander ou non le projet au gouvernement fédéral. Mais la participation à cette tribune peut être plus complexe que dans le cadre du BAPE. Les propriétaires de terres sur lesquelles sera construit le pipeline ont tout intérêt à se rassembler et à se faire représenter pour faire face collectivement à ce projet. Un nombre important de propriétaires sera en mesure d’exiger beaucoup plus qu’un propriétaire seul, plus facilement contournable ou expropriable…

lapin

Enfin, plusieurs organismes environnementaux et groupes de citoyens se mobilisent. Après une première victoire devant les tribunaux en mai dernier, quatre groupes environnementaux ont essuyé un revers il y a quelques jours devant la Cour supérieure du Québec, alors qu’ils tentaient de démontrer que les spécialistes des bélugas n’ont pas été consultés avant d’autoriser des travaux de forage à Cacouna, dans l’habitat essentiel de ces mammifères marins. Mais ce revers au stade de l’injonction provisoire ne signifie pas que le processus suivi par les décideurs était conforme, ni qu’aucun gains n’ont été faits, lesquels peuvent se calculer en termes de visibilité, d’informations, de positionnement, etc.Dans ce cas précis comme pour l’ensemble du projet, les contestations judiciaires ne sont vraisemblablement pas terminées. Et c’est légitime car s’il y a un projet où les lois environnementales canadiennes doivent être appliquées rigoureusement, c’est bien celui-ci! Heureusement, des organismes environnementaux, des citoyens et des communautés autochtones veillent au grain. D’ailleurs, pour prendre à nouveau l’exemple de la Colombie-Britannique, pas moins de 12 recours sont devant les tribunaux pour contester le rapport déposé par l’ONÉ il y a près d’un an. Rien ne justifie le fatalisme, donc. Mais n’oublions pas une chose, les efforts requis pour influencer ce projet seront à la mesure de son ampleur, c’est à dire immenses! »

Source : CQDE – Le Centre québécois du droit de l’environnement

stevie

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Je me souviens

oit

Oitarp

 Les peuples sont pleins de paradoxes et les Québécois n’y font pas exception. Dispersés sur un vaste territoire, trois fois grand comme la France, le peuple du Québec a réussi à survire en terre d’Amérique, sur cette terre nordique, couverte de neige une bonne partie de l’année.

plaque

Bon an mal an, nous nous sommes adaptés.  En 1976, lorsque le gouvernement de René Lévesque fut porté au pouvoir, de nouvelles plaques d’immatriculation firent leur apparition sur les véhicules de la Belle Province. Le gouvernement Lévesque souhaitait ainsi fouetter la fibre nationaliste et conduire le Québec au banc des nations souveraines.

plaque 76À partir de cette époque, la Belle Province fut reléguée aux oubliettes de même, les Canadiens-Français du Québec devinrent des québécois, sans jamais parvenir toutefois à se donner un pays. En 2006, cependant, la Chambre des communes du gouvernement canadien reconnaissait que les « Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni. » Ainsi grace au gouvernement Harper, le lys pouvait continuer de fleurir sous la rose …

Je me souviens / Que né sous le lys / Je croîs sous la rose.
I remember / That born under the lily / I grow under the rose.

Je_me_souviens_(Jardinage)

Je me souviens

La devise du Québec est   « Je me souviens »  et  pour se souvenir on se souvient ! Je me souviens entre autre de  James Wolfe dont la statue se trouve sur la façade de notre Assemblée Nationale.

wolfe

Je me souviens de la rue Amherst à Montréal, de  la rue Durham à Sherbrooke nommée en l’honneur du fameux John George Lambton comte de Durham, qui disait que les québécois était un  peuple sans histoire et sans littérature.  Je me souviens aussi d’Horatio Nelson et de sa colonne érigée sur la place Jacques Cartier à Montréal.  Cette colonne historique fait partie d’une symbolique oubliée qui montre Nelson dominant l’empire et écrasant du regard la statue de Jean Vauquelin, érigée en contrebas. 
Vauquelin_lieutenant_de_vaisseau
Dans notre vie de tous les jours on se souvient également de notre reine Elisabeth II, dont on voit malgré nous, l’illustre figure à chaque fois que l’on sort un billet de banque.
20$
Tout ça fait partie  des ironies de l’histoire et du paradoxe québécois.  Pourtant, ailleurs sur la planète, nos frères humains qui ont subi des génocides culturels au fil des siècles n’ont nul besoin d’élever des statues à leurs bourreaux ou de conserver les signes ostentatoires qui les ont asservis.
René Lévesque

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Mobilisation générale pour une démocratie‏ nouvelle

oit

Oitarp

Aux dernières élections  à peine un électeur francophone sur quatre (24%) a voté pour le parti libéral. Pourtant, selon notre mode électoral le PLQ a quand même récolté la majorité à l’assemblée Nationale (63%) avec 70 sièges sur 125. Dans les faits, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a donc obtenu cette majorité avec seulement 41% des votes.  C’est donc dire que 59% des électeurs n’ont pas choisi ce gouvernement qui se retrouve pourtant majoritaire au Parlement. Si le Québec adoptait un mode de scrutin basé sur la proportionnelle, le Parti libéral aurait obtenu 18 sièges de moins le 7 avril dernier, tandis que tous les autres partis auraient fait des gains. De plus, Option nationale et le Parti vert du Québec auraient pu faire leur entrée à l’Assemblée nationale.

90 jours pour la démocratie

090Fernand Courchesne un citoyen de Sherbrooke, membre du Mouvement Démocratie Nouvelle a entamé un périple de 6000 km pour faire circuler une pétition pour changer le mode de scrutin québécois.  M. Courchesne espère amasser 100,000 signatures,  qu’il compte présenter à l’Assemblée nationale à l’automne 90 .(Accéder à sa page Facebook

90

Cliquez sur l’image

 Le président du Mouvement pour une démocratie nouvelle, Jean-Sébastien Dufresne, se réjouit de cette initiative : « Nous rencontrons de plus en plus de citoyens de partout au Québec qui souhaitent agir afin de concrétiser une réforme qui est réclamée par la société civile québécoise depuis des décennies et qui aurait le bénéfice de rétablir la confiance de la population en notre système politique ».car il est inconcevable que des gouvernements soient élus même s’ils n’ont pas recueillis la majorité des votes

md,com

Cliquez sur l’image pour accéder au site

Unissons nous pour changer le mode de scrutin au Québec

Le système électoral est le fondement de la démocratie et il est urgent d’adopter un mode de scrutin qui reflétera la véritable idéologie politique de la population québécoise

cr

moutons

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Le scandale des enfants cancéreux et de leurs parents maltraités !

oitarp bis

Oitarp

À l’hôpital de Garches, les quatre parents d’enfants cancéreux en grève de la faim depuis dix jours ont été expulsés par les forces de l’ordre. Arrivée sur place peu avant leur expulsion, le docteur Nicole Delépine, bloquée à l’extérieur de l’établissement par les forces de l’ordre, s’est indignée de cette gestion de la situation et du traitement des familles : « Je ne peux même pas avoir accès à mon service, voir mes patients et leurs parents », s’est insurgé le médecin, aux côtés de son mari chirurgien, très ému lui aussi.

garches

La cancérologue a rappellé que son service n’applique pas de méthode révolutionnaire, mais un traitement connu depuis trente ans, dosé pour chaque enfant. « Nous refusons d’engager les patients dans des essais thérapeutiques tant qu’on n’a pas tout essayé », insiste le Dr Delépine. Derrière les grilles de l’hôpital, plusieurs parents sont venus témoigner du traitement individualisé dispensé par le médecin, qui ne leur avait pas été proposé dans les autres hôpitaux.

garches 2

Source : http://www.leparisien.fr/

SIGNEZ LA PÉTITION EN CLIQUANT SUR L’IMAGE

pet

Vers un monde nouveau

1 commentaire

Classé dans Uncategorized