Archives de Catégorie: Environnement

Changements climatiques : des jeunes montréalais sanctionnés

Pierre-Jacques Ratio

Depuis que Greta Thunberg, une jeune activiste de 16 ans, a demandé aux écoliers du monde entier d’entamer une grève internationale pour le climat, ils sont des centaines de milliers à faire l’école buissonnière partout sur la planète.

À Montréal depuis le 15 février, des élèves de l’école secondaire Robert-Gravel, située sur le Plateau-Mont-Royal, ont été les premiers à répondre à l’appel de Greta Thunberg et chaque vendredi après-midi, ces élèves sortent dans la rue pour dénoncer les changements climatiques comme le font des milliers de jeunes ailleurs sur la planète.

Marche pour le climat en Belgique – Photo : Belga/Nicolas Matterlinck

Greta Thunberg

Pour le directeur de l’école, Mathieu Lachance, cette situation est inacceptable car ces jeunes n’ont pas fourni d’autorisation parentale pour quitter l’école, ce qui contrevient au code de vie de l’établissement scolaire.  C’est ainsi que 168 élèves ont été placés en retenue depuis un mois. De son côté, la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a fait parvenir une lettre aux parents où elle précise qu’« On est en faveur de ce que font nos élèves comme démarche pour le développement durable, pour notre planète en même temps on a des responsabilités comme commissions scolaires auprès des parents. […] on comprend qu’on ne pourra pas assurer la sécurité des enfants qui vont quitter l’école. » Madame Harel-Bourdon demande également aux parents de motiver l’absence de leur enfant en prévision de la grande marche pour le climat qui se tiendra le 15 mars prochain : « Il faut que les parents soient au courant et qu’ils autorisent leur enfant à participer à cet événement. […] ce sont eux les premiers éducateurs de leurs enfants, donc c’est à eux de déterminer avec leur enfant ce que l’élève fera le 15 mars. »

Cette mobilisation de la jeunesse marque un pas important dans l’histoire de l’humanité car elle témoigne du fait que partout sur la terre, les jeunes ont compris l’absurdité de cette chimère qu’est la croissance économique, la maximisation des profits et l’exploitation du prochain.  Merci belle jeunesse soyez comme la vague et continuez à manifester car vous seuls pouvez nous sortir de ce bourbier qui nous menace et dont vous allez hériter.

Références :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Environnement

Les gilets jaunes souhaitent que la politique serve l’intérêt des 99% et non plus celle des 1%.

Gina Augustin

François Boulo, un avocat de 32 ans, a clairement démontré que les revendications des gilets jaunes sont innovatrices en matière de justice sociale et d’environnement. De ces revendications émerge peu à peu un modèle unique qui commence à inspirer bien des pays.  

 Gilets jaunes à Taïwan le 3 janvier 2019. Source : Actu janvier 2019.

Les revendications des Gilets jaunes

Les revendications des Gilets jaunes sont de deux ordres, le premier est d’ordre institutionnel, et correspond à la volonté du peuple de pouvoir intervenir directement dans la démocratie via un référendum d’initiative citoyenne (RIC). Le RIC permettra au peuple d’initier des lois, de révoquer les élus.

Le second est d’ordre socio-économique, afin que la politique serve désormais l’intérêt des 99% de la population et non plus celui des 1% les plus riches. Les Gilets jaunes souhaitent également l’augmentation du salaire minimum (SMIC) et l’augmentation générale des salaires, la réindéxation des retraites et des allocations familiales, l’augmentation du minimum vieillesse et de l’allocation des handicapés ainsi que le dégel de l’indice d’appointement des fonctionnaires

Financer les réformes

Les Gilets jaunes remettent en cause tous les dispositifs fiscaux à destination des plus riches puisqu’ils contribuent à l’appauvrissement général de la population. Ces mesures à destination des 1% les plus riches sont passées de 20 milliards d’euros en 2018 à 30 milliards d’euros en 2019.

La nécessité d’une nouvelle répartition des richesses

La nécessité d’une nouvelle répartition des richesses entraîne nécessairement le besoin d’opérer la transition écologique. Aujourd’hui compte-tenu des contraintes écologiques et des ressources disponibles, nous savons, que la seule manière de changer la transition écologique c’est de changer la clé de répartition des richesses.

Le mouvement des gilets jaunes dans les autres pays

Le mouvement des gilets jaunes est actuellement présent dans une trentaine de pays et il s’inscrit dans la foulée  des grandes manifestations d’Occupy, des Indignés ou de Podemos

La nécessité d’une nouvelle répartition des richesses

La nécessité d’une nouvelle répartition des richesses entraîne nécessairement le besoin d’opérer la transition écologique. Aujourd’hui compte-tenu des contraintes écologiques et des ressources disponibles, nous savons, que la seule manière de changer la transition écologique c’est de changer la clé de répartition des richesses.

Un mouvement planétaire

Même si le mouvement des gilets jaunes est actuellement présent dans une trentaine de pays, au Canada comme en Allemagne, le mouvement suscite surtout l’intérêt de quelques groupuscules de droite, voir d’extrême-droite. Il faut dire que les médias canadiens parlent peu de ce mouvement qui est en train d’embraser la France et qui fait tache d’huile partout où l’émergence d’une nouvelle conscience planétaire se manifeste 

Références:

 

Poster un commentaire

Classé dans Environnement, Gilets jaunes, Indignés

Le retour du Greenpeace Film Festival!

Léna Anihsnabeg

Cette année, les films abordent différentes thématiques liées à l’environnement : le climat, l’alimentation, l’agriculture, la surconsommation, la déforestation mais aussi des sujets moins connus comme l’accaparement des terres ou la financiarisation de la nature. 

Tous les films sont disponibles en langue originale et en versions française et anglaise. Ils sont ainsi accessibles par un large public, partout dans le monde Et le jury, c’est vous ! A l’issue du festival, deux prix seront décernés : le Prix du Public récompensera le film ayant reçu le plus de votes, et le Prix Coup de cœur celui qui aura comptabilisé le plus de vues. Avec 15 films documentaires en accès libre sur le site du Greenpeace Film Festival pendant 15 jours, on ne peut que vous conseiller de réserver vos soirées : vous pouvez dès maintenant visionner les films et voter pour votre préféré parmi la sélection 2019

Poster un commentaire

Classé dans Environnement

Fly Rider, ce gilet jaune qui interpelle le Canada

Fly Rider, est l’un des porte-paroles officiels des Gilets jaunes de France. Il administre la page Facebook Fly Rider infos blocage qui compte plus de 135 000 abonnés.

Dans sa dernière vidéo il affirme que : «Certains liens ne passent pas. Je sais qu’au Canada, ils n’arrivent pas à visionner les vidéos françaises, essayez de centraliser ça sur des clés USB et envoyez-le à quelqu’un là-bas pour qu’il les diffuse sur des réseaux» a t-il déclaré dans la vidéo ci-dessous:

C’est là une grave accusation qui impliquerait la censure du gouvernement Canadien, c’est pourquoi Les Indignés du Québec vous invitent à commenter cette déclaration, en répondant au sondage suivant:

 

Rappelons que cet article n’est pas rédigé contre le mouvement des gilets jaunes ou contre leur porte-parole et que  Les Indignés du Québec appuient la cause des gilets jaunes, en matière de non-violence, d’équité sociale, de démocratie participative, de transition énergétique. Nous souhaitons simplement vérifier auprès de nos membres pour voir si ce mouvement est censuré ou non au Canada. Merci d’avance.

1 commentaire

Classé dans Environnement, Francophonie, Gilets jaunes, Indignés

ENvironnement JEUnesse poursuit le gouvernement canadien pour son inaction dans la lutte aux changements climatiques

Le collectif ENvironnement JEUnesse a déposé une demande d’autorisation à la Cour supérieure du Québec afin d’exercer une action au nom de tous les jeunes de 35 ans et moins du Québec, contre le gouvernement du Canada.

Ces jeunes considèrent que «le gouvernement du Canada brime les droits fondamentaux d’une génération parce que sa cible de réduction de gaz à effet de serre n’est pas suffisamment ambitieuse pour éviter des changements climatiques dangereux, et … que ses actions ne permettent pas l’atteinte de cette cible pourtant déjà insuffisante.»

Un mouvement mondial

Des démarches similaires ont cours actuellement à travers le monde, notamment aux Pays-Bas, où le gouvernement s’est vu forcé de se doter d’un plan concret pour atteindre sa cible climatique. Des poursuites similaires ont lieu notamment aux États-Unis, en Belgique, en Norvège, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Suisse, en Colombie et au Royaume-Uni. Pour en apprendre plus cliquez sur l’image ci-dessous.

Poster un commentaire

Classé dans Environnement

La Prophétie des Guerriers de l’Arc-en-ciel

Léna Anihsnabeg

Nos ancêtres Amérindiens aimaient transmettre leurs connaissances par la parole, mais aussi par des pictogrammes et des pétroglyphes sacrés. Lors des cérémonies, le bâton de parole était un élément essentiel de transmission et on le partageait dans le cercle des paroles afin de transmettre le savoir et les connaissances de la tribu. C’est ainsi que certaines prophéties ancestrales sont parvenues jusqu’à nous.

D’autres ont été consignées dans des Codex, notamment en  Méso-Amérique et Amérique du Sud. Toutefois la Prophétie des Guerriers de l’Arc-en-ciel, telle que rapportée par Jacques Legros, un Québécois d’origine amérindienne tombe vraiment à propos en cette époque opaque puisqu’elle nous enseigne comment aimer et vénérer notre Terre Mère.

La Prophétie Amérindienne ~★~ Les Guerriers de l’Arc-en-ciel

Les ancêtres amérindiens racontaient que des hommes à la peau claire arriveraient de la mer orientale sur de grands canoës mus par d’énormes ailes blanches. Les hommes qui débarqueraient de ces navires ressembleraient aussi à des oiseaux (sans doute à cause des étranges armures ou du fait que les espagnols se déplaçaient à cheval, le cheval étant à l’époque inconnu aux Amériques), mais ils auraient deux pieds différents.

Un de leurs pieds serait comme une patte de colombe, l’autre comme la serre d’un aigle. Le pied de la colombe représenterait une belle religion nouvelle d’amour et de bonté (le Christianisme), tandis que le pied de l’aigle représenterait la soif de richesses matérielles, la puissance technologique et la guerre.

Au temps des conquistadors, de Cortès, les nations amérindiennes ont été étonnées de voir la folie des espagnols pour l’or. En effet, pour les indigènes, l’or n’y était apprécié que pour sa beauté pure et n’avait aucune valeur marchande.  Pendant de nombreuses années, la serre de l’aigle dominerait, car les nouveaux venus parleraient certes beaucoup de religion, mais tous ne vivraient pas pour elle. Ils déchireraient les nations rouges de leurs pattes d’aigle, tuant, exploitant et réduisant les hommes en esclavage.  Après avoir résisté comme ils le pourraient, les nations amérindiennes perdraient leur esprit et se laisseraient parquer dans des enclaves de plus en plus petites (les traités de paix en Amérique du Nord, systématiquement brisés par les colons anglo-saxons et l’armée nord-américaine). Il en irait ainsi pendant des siècles.

Mais ensuite arriverait un temps où la terre deviendrait très malade. A cause de l’avidité sans bornes de la nouvelle culture, le sol se gorgerait de liquides mortels et de métaux lourds, l’air se chargerait de fumées nauséabondes et de cendres, et même la pluie, censée nettoyer la terre, s’abattrait sur elle en gouttes empoisonnées (les pluies acides). Les oiseaux tomberaient du ciel (prophétie des amérindiens d’Amazonie, notamment, déjà accomplie), les poissons flotteraient le ventre en l’air et des forêts entières viendraient à mourir. Quand ces choses viendraient à se produire, le peuple Indien serait d’abord impuissant. Mais alors une nouvelle lumière viendrait de l’est, et les amérindiens commenceraient à retrouver leur force, leur fierté et leur sagesse. La prophétie disait qu’ils seraient aussi rejoints par nombre de leurs frères et sœurs à la peau claire, qui seraient en fait les âmes réincarnées des Indiens tués ou réduits en esclavage par les premiers colons aux visages pâles. Il était dit que les âmes mortes de ces premiers hommes retourneraient dans des corps de couleurs différentes : rouge, blanc, jaune et noir.  Ensemble et unis, comme les couleurs de l’arc-en-ciel, ces hommes enseigneraient à tous les peuples du monde comment aimer et vénérer la Terre Mère, dont la matière même est celle qui nous compose aussi, nous autres humains. Sous le symbole de l’arc-en-ciel, toutes les races et toutes les religions du monde s’uniraient pour répandre la grande sagesse de la vie en harmonie les uns avec les autres et avec toutes les créations de la Terre.

Ceux qui porteraient cet enseignement seraient appelés les  » guerriers de l’arc-en-ciel « . Ils seraient des guerriers mais ils auraient aussi avec eux les esprits des ancêtres, ils auraient la lumière de la Connaissance dans leurs têtes et l’Amour dans leurs cœurs, et ils ne feraient de mal à nul autre être vivant. La légende disait que, après un grand combat mené avec la seule force de la paix, ces guerriers de l’arc-en-ciel finiraient par mettre un terme à la destruction et à la profanation de la Terre Mère et que la paix et l’abondance régneraient ensuite pour un âge d’or long, joyeux et paisible, ici sur la Terre Mère. C’est un bref résumé de la prophétie amérindienne des guerriers de l’arc-en-ciel, commune, sous une forme ou une autre, à la plupart des nations amérindiennes.

Merci Jacques pour ce récit merveilleux. Rejoignez- Les Guerriers de l’Arc-en-ciel sur Facebook

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

par | novembre 11, 2018 · 5:36

Indignée par le transport à Montréal

LE TRANSPORT À MONTRÉAL, un essai écrit par une fille vraiment tannée de payer 50 piastres par mois pour, finalement, utiliser ses pieds

Je suis là, à l’arrêt de l’autobus le plus proche de chez moi. Celui qui est sensé m’emmener au métro qui, lui, est sensé m’emmener à ma navette qui, elle, est sensée m’emmener à l’école. J’ai planifié mon trajet pour qu’il soit optimal, rapide et que je sois le moins possible tassée contre du monde qui sentent la charogne et le café. Donc je suis là, à l’arrêt. Plus qu’à l’heure, en avance même. Transit me dit qu’il arrive dans 6 minutes. Bon, j’attends.

Pis j’attends.

Pis j’attends.

Les 6 minutes passent; je regarde l’heure. Pis je regarde Transit qui me dit que l’autobus passe dans 7 minutes…

Bon, ok. Sept minutes c’est pas la fin du monde, surtout que, dans mon trajet bien pensé, j’ai planifié du temps pour ce genre de choses.

5 minutes, 6 minutes, 7 minutes…

Rien, pas l’ombre de la tête massive du gros pachyderme sur roues au bout de la rue. Je regarde Transit: 22 minutes à attendre avant le prochain bus. Je regarde l’horaire de ma navette: 16 minutes. Ça y est. Aucune chance de me rendre à l’heure à l’école. Ça, c’est l’histoire que j’ai vécue aujourd’hui… pis hier, pis toute la semaine passée aussi — depuis le début de la session, j’ai jamais réussi à pouvoir me déplacer sans heurt trois jours d’affilée.

Certains vont me dire que ça arrive que les autobus ait des problèmes comme un flat, être pogné dans le trafic, etc. Ah ouin? Veux-tu bien me dire combien de flats toi t’as par semaine? Combien de fois ça t’arrive de pogner du trafic sur des rues résidentielles? Parce que pour moi, le ruminant ferré qui est sensé m’amener à l’heure où je dois aller — comme il est sensé le faire —, semblerait-il qu’il en a beaucoup des pépins comme ceux-là. Pis laisse-moi te poser une autre question, mon cher ami: si tu donnais un lift à quelqu’un pis que tu pognais un flat, t’avertirais, non? Pis tu t’excuserais aussi? Tu y dirais pas qu’il avait juste à prendre un autre lift ou juste à partir plus tôt.

Y’en a d’autres qui vont me dire: ouin, mais pourquoi t’as pas ton permis? Premièrement, un permis, c’est pas magique. Je peux pas aller plus vite que le système pour l’avoir. Deuxièmement, je suis étudiante. J’ai déjà des dépenses et une auto, ça coûte très cher — l’auto, la plaque, les assurances, le gaz, la vignette, les réparations… —, surtout à Montréal où on boost le prix de l’essence parce qu’une chèvre a bêlé un peu trop fort de l’autre côté de l’océan. Troisièmement, bah je sais pas vous, mais moi ça me tenterait que mes enfants n’aient pas à se promener avec des masques à gaz dehors parce que notre monde est rendu trop pollué.

Faque, oui. J’ose me plaindre. Pour toutes ces raisons, pour bien d’autres que je n’ai pas mentionnées, pis aussi parce que je sais que je ne suis pas la seule qui a ces problèmes.

Merci de m’avoir lue.

Et merci, STM, de me donner des raisons de plus à chaque jour de fuir Montréal qui a perdu les couleurs qui la distinguaient autrefois. 

Virginie Agnès Brault

Poster un commentaire

Classé dans Environnement