Archives de Tag: Montréal

Défilé de la Saint-Jean, enfin des excuses !

Suite au tollé suscité par le fiasco de la Saint-Jean, l’équipe du Comité de la Fête nationale de Montréal s’est finalement excusée !   Il était temps !

Voici le libellé du texte : «Après avoir pris connaissance de ce qui circule dans les médias et sur les réseaux sociaux, nous ressentons le besoin de faire une nouvelle mise au point. Cette année comme en 2014 et en 2015, il a été décidé que les huit chars que comptait le Défilé de la Fête nationale allaient être poussés par des participants dans un souci d’écoresponsabilité. L’équipe chargée de recruter ces participants cherchait donc des personnes fortes et en forme pour jouer ce rôle sans se blesser. Précisons que plusieurs membres de l’équipe du Comité sont issus de différentes communautés culturelles.

Une membre du Comité connaissait le responsable de l’équipe sportive de l’école Louis-Joseph-Papineau. Ce dernier a accepté de relever ce défi avec ses jeunes athlètes d’autant que notre organisation faisait un don à l’école pour soutenir la persévérance scolaire. Rappelons que le seul critère de recrutement était la bonne condition physique. Les costumes qui étaient destinés aux participants évoquaient les pages d’un livre ancien avec des textes poétiques, en lien avec le livre géant qui ouvrait le Défilé.

Peu après le départ, les choses se sont corsées parce qu’une des roues du char s’est endommagée. Les jeunes hommes ont donc dû forcer plus que ce qu’ils auraient dû pour le faire rouler. Chose certaine, l’équipe n’a jamais eu l’intention de créer une image raciste. Cela dit, nous comprenons parfaitement et sommes extrêmement sensibles au fait que les gens qui ont vu cet extrait hors contexte aient été choqués. C’est pourquoi nous tenons à réitérer à quel point nous sommes désolés de la tournure des événements, de ce triste concours de circonstances qui nous a, oui, échappé.

Nous présentons nos plus sincères excuses à tous ceux et celles qui se sont sentis heurtés par ces images, particulièrement à la communauté noire, pour laquelle nous avons le plus grand respect et qui participe depuis très longtemps à nos activités. Nos excuses également à Sterve Lubin et son équipe, Annie Villeneuve et Joël Legendre qui ont été entrainés dans cette controverse. L’équipe du Comité de la Fête nationale de Montréal

Souhaitons que ce malheureux incident serve à l’avenir car à cause de cette maladresse facheuse, ces images ont fait le tout du monde et c’est bien regrettable.  L’analyse qu’en a fait Sol Zanetti reflète vraiment bien les dangers collatéraux créés par cette situation :  Cette mise en scène de la St-Jean m’a mis vraiment mal à l’aise. Je veux bien croire que les organisateurs n’avaient pas de mauvaises intentions. Je ne pense pas qu’ils sont racistes. J’ai lu l’article de La Presse, je comprends comment c’est arrivé, mais ça fait du tort quand même. Personne ne gagne rien à essayer de défendre ça. Les images font le tour du monde. La BBC a repris la nouvelle. Quand je pense que c’est la seule chose pour laquelle ils entendront parler de nous après l’attentat de Québec, j’ai honte. Ça nous fait vraiment passer pour une bande de morons. Et nous ne sommes pourtant pas des morons. Dans cette vidéo, on peut voir ce que ça fait à des membres de minorités visibles qui vivent à Montréal. Ils n’en reviennent pas. Moi non plus. Si on veut les convaincre de choisir le Québec plutôt que le Canada, il va falloir faire plus que d’être bien intentionnés. Ils va falloir qu’ils nous sentent à leurs côtés dans leur combat. Il va falloir que le Québec devienne un champion en matière d’inclusion et de respect. Ça rendrait tous fiers. Je sais que ça se peut, mais il faut être à l’écoute et sortir de nos bulles. Dire qu’on n’est pas raciste, ça ne convaincra jamais personne. Ce qu’il faut, c’est le démontrer. (Sol Zanetti).

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Une plaque commémorative indigne du 375e anniversaire de Montréal !

Une plaque commémorative installée par la BMO suscite l’indignation des nations autochtones et de la société civile, dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal.

Texte de la plaque controversée

 Texte de la plaque controversée

Ces groupes considèrent que cette plaque honorifique constitue une honte pour la banque de Montréal qui osé afficher ce texte commémoratif qui fait l’apologie de la violence, du génocide et du colonialisme européen.

         La Place d'Armes à Montréal

La Place d’Armes à Montréal

Les indignés du Québec vous incitent à demander à la Banque de Montréal d’enlever cette plaque honorifique en cliquant sur ce lien.  Merci.

L'édifice de la BMO à la Place d'Armes de Montréal

        L’édifice de la BMO à la Place d’Armes de Montréal 

13 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La F1 ou le triomphe de l’insipide!

 Pierre-J. Ratio

Une fois de plus, depuis 50 ans, Montréal a vibré au son du Grand prix du Canada. Les chromés du Jet Set ont envahi la ville, les pitounes ont shiné sur les chars. Le journal de Montréal a organisé un Vox pop pour savoir si les montréalais connaissaient bien la F1. À radio Canada les «journalistes» sportifs ont continué leur travail d’abrutissement des masses en nous faisant écouter le bruit tonitruant des moteurs, pour notre plus grande fierté.

Les médias nous ont abondamment abreuvés de reportages sur le pilote québécois Lance Stroll et le journal La Presse s’est réjoui de sa performance, car même s’il n’a pas remporté la victoire, « Stroll aurait pu difficilement demander mieux à sa première participation au Grand Prix de Formule 1 du Canada, alors qu’il a récolté les premiers points de sa carrière. » Finalement Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix, les pilotes ont plié bagages et les commerçants et les proxénètes ont récolté la manne…

À l’heure où la planète se mobilise pour contrer le réchauffement climatique, Montréal continue de promouvoir cet événement d’un autre âge et bien peu de voix se lèvent pour dénoncer ce triomphe de l’insipidité. Pourtant Kim Lévesque Lizotte n’hésite pas à le faire avec brio…

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Radio Cadenas n’apprécie pas sa critique du 375 anniversaire de Montréal

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Le chroniqueur Fred Dubé a été remercié par Radio Canada pour avoir  dépassé les limites dans sa dernière chronique.  M. Dubé a en effet dénoncé la composition du Conseil d’administration du 375e anniversaire de Montréal qui selon lui «est une vraie honte».

 – Vous allez comprendre l’expression le monde est petit surtout si on est riche et ultra libéral a-t-il précisé. M. Dubé a poursuivi en disant que la «Présidente du conseil c’est France-Chrétien Dsemarais, fille de Jean Chrétien et l’épouse d’André Desmarais de Power Corp, le fil de Paul Desmarais (…)».  Il a ensuite dénoncé la présence sur le CA de «M. Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal qui avait déclaré en parlant du rôle de l’enseignement que les cerveaux doivent correspondent aux besoins des entreprises»…

freddube

Fred Dubé

Fred Dubé s’en est pris également à un autre membre du CA, M. Stephan Bronfman, «riche homme d’affaire qui fut directeur de Justin Trudeau pour sa campagne de collecte de fonds».  Selon Dubé, M. Bronfman aurait «un accès très privilégié au maire Coderre et il est en faveur de la liberté linguistique, une manière polie de dire que le français fuck off». Sans oublier Andrew Molson, riche héritier de la famille Molson qui,  toujours selon le chroniqueur, a «construit son immense fortune avec le colonialisme, les rachats de terre après la conquête, leur magouille dans les chemins de fer.  À l’époque le passe-temps favori de la famille Molson  était  de regarder les patriotes se faire pendre en mangeant du  popcorn rose».

Suite à son licenciement Fred Dubé a déclaré que «c’est avec tristesse que je vous annonce qu’on m’a mis dehors. Parce que mon humour n’était pas assez léger et que j’ai dépassé les limites avec ma dernière chronique (ci-bas). Malgré les imperfections, j’aurai mis tout mon cœur dans ces chroniques pour une émission de qualité que j’aime. Avant de nouveaux projets, je poursuivrai mon humour sur scène. » 

cap

                 Cliquez sur l’image pour entendre la chronique de Fred Dubé

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Caméras de surveillance et policiers envahissent Montréal. Les citoyens s’inquiètent !

Sophie Doucet

Sophie Doucet

À Montréal, dans certains quartiers, il y a une caméra de surveillance pour 28 habitants et la ville compte actuellement 236 policiers pour 100 000 habitants. C’est 22 % de plus qu’à Toronto et 20 % de plus que dans l’ensemble des grandes villes canadiennes. Pourtant selon Statistique Canada l’Indice de criminalité sur l’île de a été réduit de moitié depuis l’an 2000.

Des citoyens inquiets

tableau de bord

                                       Big Brother vous observe

Plusieurs citoyens s’inquiètent de la prolifération de ces caméras de surveillance qui, depuis une douzaine d’années, envahissent  l’espace  public montréalais. C’est ainsi que Marco Sylvestro, un citoyen de Pointe-Saint-Charles a  localisé «250 caméras installées sur des édifices, des feux de circulation, des commerces ou des entreprises. Si on suppose qu’un nombre équivalent est aussi installé à l’intérieur des commerces, des HLM et des stations de métro, on arrive à 500. Pour un quartier de 14 000 habitants, cela donne une caméra pour 28 habitants, un chiffre spvmsimilaire à la Grande-Bretagne, reconnue comme ayant l’un des plus hauts taux de caméras au monde. C’est sûr que ça peut être utile pour les enquêtes policières ou pour prévenir certaines incivilités, mais ça entretient aussi une culture d’anxiété, alors que le niveau de criminalité est en diminution constante», précise-t-il. Pour sa part, Christian Bourdeau professeur à l’École nationale d’administration publique, se demande si nous n’assistons pas «à la mise en place graduelle d’une infrastructure de “surveillance totale” des lieux publics? Comment surveiller et encadrer le déploiement de caméras de surveillance toujours plus nombreuses, intelli­gentes et interconnectées pour éviter les dérives pos­sibles?»  Le seul moyen serait sans doute de resserrer les règles et de prendre des sanctions. 

Le Québec est-il devenu un état policier ?

Dans une démocratie où les gens sont libres d’afficher leurs convictions,  la question peut paraître incongrue, pourtant plusieurs militants sont inquiets. Déjà en 2015 la Ligue des Droits et Libertés, dénonçait les 7000 arrestations de masse effectuées principalement sur le territoire montréalais ce qui a entraîné l’ONU à se pencher sur le sujet et à produire deux rapports critiques publiés par le Comité des droits de l’Homme des Nations unies.amnesty-liberte_expression-hi

Francis Villeneuve, de l’Association des juristes progressistes, rappelle également que ces dernières années plusieurs règlements abusifs ont été adoptés par le législateur pour  justifier des arrestations et brimer le droit de manifester. «Heureusement, la Cour supérieure a déclaré à la fin de 2015 que l’article 500.1 du Code de la sécurité routière, interdisant de manifester de manière à entraver la circulation, est invalide et contraire aux libertés d’expression et de réunion pacifique. Quant au règlement P-6, qui oblige notamment de donner son itinéraire à l’avance, on a bon espoir qu’il soit jugé inconstitutionnel en Cour supérieure», a-t-il conclu.  L’usage excessif de la force policière lors des arrestations musclées inquiète également La ligue des droits et libertés. Le journaliste Mathias Marchal  rapporte en effet que cet organisme «a recensé 55 événements de ce type depuis 4 ans. Ces arrestations avec usage excessif de la force ont abouti dans 83 % des cas à un retrait des accusations ou à des acquittements quelques années plus tard, ce qui fait dire aux manifestants visés qu’ils font l’objet de profilage politique».

Vers un monde nouveau

Références :

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Nuit Debout International : 15 mai – 14 heures – Square Philipps – Montréal

nui3#Nuit Debout, c’est quoi ? Pourquoi ? Comment se passe Nuit Debout ? Envie de t’impliquer ? Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud libres99À Nuit Debout, chacun a sa place et son temps de parole. Dans un premier temps le micro est ouvert pour que tout le monde puisse s’exprimer. Puis des comités de travail se rassemblent ou se créent selon les thématiques décidées ensemble afin de mettre en place des propositions de changements. Nuit Debout s’est fixé comme objectif premier la création d’un espace de convergence des luttes. Cette convergence pourrait aller encore plus loin et s’entendre à un niveau international.

1%vs99%Des liens existent entre les nombreux mouvements qui s’opposent aux quatre coins du monde à la précarité, au diktat des marchés financiers, à la destruction de l’environnement, aux guerres et au militarisme, à la dégradation de nos conditions de vie. Cette fin de semaine, c’est le week-end international #Globaldebout. À travers le monde, tous les mouvements Nuit Debout vont simultanément se réunir, pour débattre et construire démocratiquement les changements que nous voulons voir dans le monde. Dimanche 15 mai 2016 à partir de 14h, Nuit Debout Montréal se réunira à nouveau au Square Phillips , métro McGill. Au programme : pot-luck, assemblée générale, travail en commission, vidéo-conférence avec des mouvements Nuit Debout en Europe, et plein d’autres activités proposées par les différents comités de Nuit Debout Montréal : comité féministe, comité artistique, comité éducation populaire, comité environnement… et plein d’autres encore !

Envie de t’impliquer ?

logo nuit-debout-Nuit debout est une réappropriation de l’espace public par les citoyenNEs afin de se rencontrer et débattre sur des thématiques communes. Le mouvement est né en France le 31 mars 2016, suite à un écoeurement de la population face au gouvernement (état d’urgence qui s’éternise, une proposition de loi du travail aux effets dé- létères, etc.). L’objectif majeur de Nuit Debout, en France comme au Québec, est de faire converger des luttes dispersées. Sans leader ni porte-parole, Nuit Debout vise à redonner du temps et de l’espace de parole à celles et ceux qui n’en ont pas. Ce mouvement reprend des codes de mouvements antérieurs tels que le printemps érable, Occupy, ou les IndignéEs en Espagne. Après Paris, le mouvement a gagné la France, puis l’Europe et maintenant le monde avec des manifestations en Amérique du Nord, Amérique du Sud et en Asie. Rejoins le mouvement sur les places publiques ! Reste informéE en aimant la page Facebook «Nuit Debout Montréal» et en suivant @Nuitdeboutmtl_ sur twitter Participe aux assemblées populaires Participe aux comités de travail Donne un coup de main à l’organisation.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

#NUITDEBOUT À MONTRÉAL

indDepuis le 31 mars en France, mais aussi en Espagne, en Belgique et en Allemagne, Nuit Debout, ce grand mouvement citoyen occupe les places publiques. Des milliers de femmes et d’hommes de tous horizons se réapproprient la parole et l’espace public. Ils réfléchissent ensemble à l’avenir de notre monde, au bien commun, à une politique qui donne priorité aux citoyennes et citoyens.

1,200,000

Dans la foulée du mouvement des « Indignés », du « Printemps Érable », du mouvement « Idle No More », de la lutte contre les oléoducs et de la campagne « Agression non dénoncée », etc. le moment est venu de nous retrouver, de nous regrouper, d’échanger ensemble, de réfléchir et d’agir.

La Nuit Debout Montréal à maintenant un compte twitter officiel, suivez et diffusez : @NuitDeboutMtl_

Podemos

 

11 Commentaires

Classé dans Uncategorized