Premières Nations et écologistes unis pour protéger notre eau

En passant la loi 106 (adoptée sous bâillon) le gouvernement Couillard permet désormais l’exploration et le forage des lacs et des rivières du Québec.

Les cours d eau du Québec sont livrés à l industrie

Le gouvernement québécois permet également aux compagnies pétrolières et gazières d’effectuer des forages en milieu terrestre et de mener leurs travaux à proximité de secteurs habités, d’écoles, d’aires protégées et de parcs nationaux.

Les jeunes sont sensibilisés à l'avenir de l'eau. Photo Réal Michaud

Les jeunes sont sensibilisés à l’avenir de l’eau. Photo Réal Michaud

Cette politique irrationnelle, qui fait passer le profit avant la sécurité publique, inquiète la société civile ainsi que les nations amérindiennes du Québec qui ont manifesté en grand nombre devant l’Assemblée Nationale dans le cadre de l’évènement intitulé L’eau du Québec c’est sacré.

La voix des Premières Nations s’est fait entendre haut et claire. Photo Caroline Bouchard

Léna Anisnabeg

Pour la militante Algonquienne, Léna Anishnabeg : « – Le gouvernement Couillard multiplie les contradictions pour tromper le peuple du Québec.  Je pense que ce gouvernement est dangereux, car en permettant de forer les plans d’eau du Québec, il expose la population à d’éventuelles fuites qui sont susceptibles de polluer l’eau potable, mettant en péril la santé de la population en général et des communautés autochtones qui sont tributaires de cette ressource.»

Sophie Le Blanc. Photo Caroline-Bouchard

Sophie Le Blanc. Photo Caroline-Bouchard

De son côté, Sophie Le Blanc, co-organisatrice de l’événement,  précise que « – Notre but était de rouvrir le débat sur les hydrocarbures au Québec et pour ça, c’est mission accomplie. Nous avons réussi. Tous les médias qui étaient présents ont passé le bon message. Il ne faut surtout pas abandonner. Il faut se tenir debout et se faire entendre, tant et aussi longtemps que le gouvernement ne reculera pas sur les hydrocarbures et tant qu’il n’avancera pas vers un virage vert. »

Sur la Grande Allée. Photo Réal Michaud

Pour sa part Léna Anishnabeg note « -qu’aucun représentant du PQ ou de la CAQ n’étaient présents à l’évènement par contre Sol Zanetti et Manon Massé étaient là pour dénoncer la Loi 106.» (Léna Anishnabeg ignorait apparemment que Sylvain Rochon du PQ était présent  lors de la manifestation où il a pris la parole).

Manon Massé était bien présente. Photo Réal Michaud

Sol Zanetti a harangué la foule. Photo Réal Michaud

Sophie Le Blanc se montre également étonnée et précise  qu’«en voulant défendre l’avenir des générations futures, j’ai appris quelque chose à la dure: c’est à la gauche et UNIQUEMENT à la gauche de défendre l’environnement et l’eau. Honnêtement, je croyais sincèrement que l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons appartenaient à tout le monde mais non! Je ne sais pas qui en a décidé ainsi ni quand, mais il semblerait que c’est comme ça et que c’est indiscutable! ». 

On se rappellera qu’en décembre 2014, suite au rapport du BAPE M Couillard avait déclaré à Radio Canada qu’il n’y aurait pas d’exploitation du gaz de schiste au Québec « Je crois de toute façon qu’il n’y a pas grand intérêt à développer cette ressource, uniquement sur le plan économique et financier. De toute façon, l’acceptabilité sociale n’est pas là », avait-t-il déclaré à l’animatrice Céline Galipeau. « Actuellement, je ne vois pas l’intérêt de développer ça. »  rien ne permet d’avancer que le Québec tirerait profit des activités de cette industrie sur son territoire.  Qu’est-ce qui a bien pu le faire changer d’avis ?

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Victoire citoyenne ! La pétrolière albertaine TransCanada abandonne le projet controversé d’oléduc Énergie-Est

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1059783/transcanada-oleoduc-energie-est-abandonne?fromBeta=true TransCanada abandonne le projet d’oléoduc Énergie Est Publié il y a 36 minutes | Mis à jour il y a 14 minutes La pétrolière albertaine TransCanada a annoncé jeudi par voie de communiqué qu’elle abandonne son controversé projet d’oléduc Énergie Est, qui mobilise contre lui les environnementalistes depuis de nombreuses années. « À la […]

via TransCanada abandonne le projet d’oléoduc Énergie Est | ICI.Radio-Canada.ca — Enjeux énergies et environnement

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La Catalogne présente le «discours de victoire» inédit de Jacques Parizeau

L’Ateneu Barcelonès a présenté le discours que le Premier ministre québécois Jacques Parizeau avait enregistré pour annoncer une éventuelle victoire de l’indépendance lors du référendum de 1995

Un océan sépare le Québec de la Catalogne, mais une distance similaire sépare le Canada de l’Espagne en termes de conscience démocratique. C’est pourquoi l’exemple du référendum sur l’indépendance qui a eu lieu au Québec en 1995 contraste avec la stratégie permissive du gouvernement canadien. Le contexte politique était alors très différent de celui de la Catalogne, où l’État a décidé de jouer la carte de la persécution judiciaire et le boycott de la participation. Au Québec, d’autre part, les institutions ont favorisé la participation et transmis au public l’importance du vote face à l’avenir de l’État. La réponse citoyenne a été massive et le niveau de participation écrasant.

C'est à Barcelone que le discours inédit de Jacques Parizeau a été présenté

C’est à Barcelone que le discours inédit de Jacques Parizeau a été présenté

À l’Ateneu Barcelonès, Daniel Turp, ancien député du Parti Québécois entre 2003 et 2008, a rappelé lors de la présentation  du discours présenté – pour la première fois dans le monde – que le Premier ministre du Québec, Jacques Parizeau, avait enregistré son discours pour le diffuser au cas où le «oui» l’emporterait. Ce discours, dont le  contenu a été révélé pour la première fois dans la capitale catalane est également devenu une revendication du droit de décider et des valeurs de la démocratie

«Je voudrais que les Catalans, malgré les interdictions et les appels lancés par le président de l’État espagnol [Mariano Rajoy], votent massivement comme nous l’avons fait au Québec », a déclaré Turp.

Lisette Lapointe et Carles Llorens

Lisette Lapointe et Carles Llorens

Un fait exceptionnel au niveau démocratique

Turp, considère qu’en Catalogne il existe une «situation très exceptionnelle au niveau démocratique» parce que le processus d’autodétermination, est en cours depuis 1714. 

L’ancien député québécois n’a pas dénoncé les opérations de Madrid pour freiner l’initiative parlementaire catalane et a déclaré que la stratégie du gouvernement espagnol «constitue une violation manifeste du droit du peuple catalan tout en précisant qu’il admire «les Catalans et leur courage, leur persévérance et surtout leur culture démocratique, cette culture qui vous amènera partout où vous voulez, à l’indépendance, si c’est la volonté de la nation qui la constitue.

Le vice-président de l’Ateneu Barcelonès, Carles Llorens, a profité de la présentation de l’événement pour souligner que, lors du référendum québecois de 1995, «il se peut qu’il y ait eu un peu de respect au Canada pour les règles convenues, mais en Catalogne la stratégie espagnole a été la mauvaise et précisément à cause de cela, la Catalogne peut accéder à la souveraineté».

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Boycottons les produits Espagnols et Français

À l’heure où le gouvernement autoritaire de Mariano Rajoy, renoue avec le fantôme de Franco en piétinant les droits démocratiques les plus élémentaires du peuple Catalan, le président de la République française, Emmanuel Macron, ne trouve rien de mieux que de soutenir les politiques fascisantes et répressives du  gouvernement espagnol.

Interrogé sur la situation en Catalogne, Emmanuel Macron, a affirmé au président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. «son attachement à l’unité constitutionnelle de l’Espagne».

Suite à cette situation inacceptable, Les Indignés du Québec vous invitent à boycotter les produits espagnols et français au Canada (voir listes partielles ci-dessous).

À l’heure où l’Europe, et plus particulièrement la France, se préparent à asphyxier le marché fromager québécois en exportant 16 000 tonnes de fromages au Québec par année, le boycott des produits espagnols et français importés au Canada ramènera sans doute  Mariano Rajoy et Emmanuel Macron et à revoir leur position.

RÉFÉRENCES

·        Relations Canada – Espagne

·        Aperçu du marché – Espagne   

·        Produits francais au Québec

·        La répartition des quotas d’importation de fromages européens au Québec

1 commentaire

par | octobre 3, 2017 · 3:24

En Catalogne, l’Espagne sème le sang et les larmes

Le référendum sur l’indépendance de la Catalogne confirme que l’Espagne n’est plus une démocratie. Le gouvernement autoritaire de Mariano Rajoy, du Parti populaire (PP) a renoué avec le fantôme de Franco.

En donnant l’ordre à la police de confisquer les urnes, mais surtout de tirer sur la population avec des balles en caoutchouc Mariano Rajoy, a perdu toute crédibilité et jeté la honte sur son pays.

À Barcelone, la police a chargé les manifestants qui lui barraient la route alors qu’elle saisissait les urnes en tirant sur la foule avec des balles en caoutchouc. Au cours de cette altercation plusieurs ainé-es ont été blessés, dont un homme de 70 ans.

Les affrontements auraient fait près d’une centaine de blessés, et 844 personnes ont sollicité de l’aide «en relation avec les charges des forces de police de l’État», selon le porte-parole du gouvernement régional.

Comme le montre ces photos la violence policière n’a épargné personne.


Plus d’informations en cliquant sur ce lien

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Cimenterie de Port-Daniel : PQ-PLQ mêmes objectifs !

La nouvelle cimenterie McInnis de Port-Daniel-Gascons en Gaspésie, générera 1,76 million de tonnes de gaz à effet de serre (GES) par année, ce qui n’inquiète en rien le premier ministre Couillard qui a déclaré assumer «totalement, totalement» ce projet initié par le gouvernement de Pauline Marois en 2014.

La cimenterie aura coûté 450 millions de plus que le montant de 1,1 milliard annoncé par le gouvernement Marois, soit une  hausse de 40 % par rapport au budget initial.

La cimenterie de Port-Daniel-Gascons aura une capacité de production annuelle de 2,2 millions de tonnes métriques de ciment destiné au marché américain. Pourtant ce marché est loin d’être acquis puisque l’État du Maine, qui partage une frontière de 420 kilomètres avec le Québec, vient d’adopter un projet de loi intitulé Maine Buy America and Build Maine Act qui force cet état à favoriser le ciment américain dans les édifices publics et autres projets financés par l’État.

Ce  projet industriel, considéré comme le plus polluant de l’histoire du Québec confirme que les gouvernements du PQ ou du PLQ poursuivent les mêmes objectifs et les mêmes politiques néolibérales!

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Des autochtones refusent 1,15 milliard $ d’une pétrolière…

Léna Anisnabeg

En Colombie-Britannique, près de Prince Rupert, se trouve le territoire du peuple  Lax Kw’alaams.  Cette nation autochtone, qui habite la région depuis plus de 10,000 ans, a refusé l’offre de 1,15 milliard $ du géant Petronas qui souhaitait établir un terminal pétrolier sur son territoire traditionnel.

Les Lax Kw’alaams sont les gardiens de l’île Lelu et des bancs de Flora Bank. Cette barre de sable, fait partie de l’estuaire de la rivière Skeena et elle est connue par les biologistes comme l’un des habitats saumoniers les plus importants au Canada. Le projet de la pétrolière aurait dévasté la faune naturelle de la rivière Skeena, et compromis la qualité de vie des communautés se trouvant sur le tracé du gazoduc de GNL qui aurait alimenté le terminal avec du gaz de schiste provenant du nord-est de la Colombie-Britannique.

En votant unanimement contre le projet et en rejetant l’offre de 1,15 milliard de dollars de Petronas, les Lax Kw’alaams sont devenus un symbole et un exemple pour tous les écologistes qui pensent que le gouvernement Canadien doit tourner la page et investir dans l’industrie verte, tel que souhaité par le premier ministre Justin Trudeau lors de la signature de l’accord de Paris en 2015.

Références :

Poster un commentaire

Classé dans Environnement