Archives de Tag: Indignés

Vers une interdiction de manifester aux USA ?

Deux cents personnes ont été arrêtées le jour de l’inauguration du président Trump, car elles manifestaient dans les rues de Washington, pour s’opposer aux politiques du nouveau président.

Ces personnes font face à des accusations de félonie, d’incitation à l’émeute et à des peines maximales qui peuvent atteindre dix ans de prison et 25 000$ d’amende.

Et comme si ce n’était pas assez, la cour supérieure de Washington DC, vient de déposer contre elles, huit nouvelles charges de félonie. Ce mouvement anti-protestataire vient d’être adopté par au moins 18 états américains…  

Et si  la démocratie était en train de déraper du côté de chez l’oncle Sam ?

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

L’Observatoire du nucléaire dénonce la nomination d’Edouard Philippe

Alors que la presse québécoise dépeint le nouveau premier ministre de France Edouard Philippe, comme un élu de la droite modéré, l’Observatoire du nucléaire dénonce cette nomination.

Au Canada, la communauté Française a voté à 89,34% pour Emmanuel Macron lors des dernières élections présidentielles.  Ce chiffre atteint 91,55% à Toronto et 90,55% à Montréal.

La ville de Québec, patrie des radio-Québec est la ville canadienne qui a voté le plus pour le FN.

      La ville de Québec, patrie des radio-poubelle c est la ville canadienne qui a voté le plus pour le FN

Edouard Philippe

Edouard Philippe

Selon l’Observatoire du nucléaire Edouard Philippe, «n’est en rien le personnage « modéré » que la communication macronienne tente de mettre en scène. Bien au contraire, M. Philippe a les mains très sales, ou plutôt… radioactives. En effet, lorsqu’il travaillait pour la multinationale atomique Areva, il a participé à de sombres manœuvres dans les coulisses uranifères de la Françafrique.

En octobre 2007, Edouard Philippe est nommé directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva. Son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome. Il est ainsi en contact rapprochés avec Marc Vampa, député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée Nationale (cf Charlie Hebdo, 29 avril 2009). C’est précisément pendant cette période, le 13 janvier 2008, qu’un accord est signé entre Areva et le pouvoir du Niger concernant l’exploitation de l’uranium, accord immédiatement contesté par le Mouvement des Nigériens pour la justice, mouvement touareg en rébellion contre le pouvoir central de Niamey (cf AFP, 17 janvier 2008).

En effet, les maigres revenus de l’uranium, largement sous payé depuis des décennies par Areva, ne bénéficient en rien à la population, et encore moins aux Touaregs, alors que les mines d’uranium sont situées dans leurs zones traditionnelles de vie. Il est donc logique de considérer que les manœuvres en coulisse de M Philippe ne sont pas étrangères aux graves troubles qui ont eu lieu par la suite dans la zone sahélienne (Niger/Mali) et dans le fait que, poussés par la misère, des groupes Touaregs aient fini par s’allier à des mouvements djihadistes. Mais, surtout, il est légitime de se demander pour qui agit M Philippe lorsqu’il est en charge des affaires publiques, que ce soit auparavant comme maire du Havre et désormais comme premier ministre.

Une première réponse est apportée par le fait que, à peine assis dans le fauteuil de maire du Havre (aimablement offert par son prédécesseur qui a démissionné en cours de mandat !), Edouard Philippe a offert un pont d’or… à son ancien employeur Areva, pour qu’il installe deux usines d’éoliennes off-shore, projet finalement abandonné piteusement en septembre 2016 : il serait intéressant d’enquêter pour voir ce que la sympathie d’Edouard Philippe pour Areva a finalement coûté aux citoyens-contribuables… On notera d’ailleurs que, de 2007 à 2010, M. Philippe a cumulé sans état d’âme son poste chez Areva et son mandat d’adjoint au maire du Havre mais, aussi, que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) lui a infligé un blâme pour avoir refusé de fournir des informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi.»  SOURCE : Observatoire du Nucléaire.  

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La fausse information contamine 37% des Québécois !

Charles de Lorimier

À l’heure où les sites de désinformation pullulent sur le web et que les fausses nouvelles font les choux gras des sites racistes et xénophobes, près de deux Québécois sur cinq ne sont nullement dérangés par le fait qu’une nouvelle ne soit pas totalement vraie.
Ce qui est important pour eux c’est que cette nouvelle fasse vibrer une corde sensible.

C’est dans ce contexte que l’un des plus gros sites de désinformation est la propriété d’inrérêts Québécois. Dans une province où le taux d’analphabètes fonctionnels frise les 53%, de tels sites peuvent avoir des effets délétères sur notre société.  C’est ainsi qu’au lendemain de l’attentat contre la mosquée de Québec des vidéos complètement délirantes sont apparues sur la toile.  L’une d’elle titrait en toute impunité «La fusillade d’hier dans une mosquée de Québec : événement monté de toute part par la gauche».  Et quelques jours plus tard, l’auteur en remettait en titrant «Boom! L’agenda caché contre la mosquée de Québec démasqué ! »

Ces fausses informations délirantes ne doivent pas nous forcer à remettre en cause la liberté d’expression, car supprimer ce droit fondamental conduit au totalitarisme.  Il faut plutôt exercer notre vigilance et dénoncer de tels sites générateurs d’information complètement farfelue.
RÉFÉRENCES :

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Amnistie internationale s’inquiète des droits humains aux États-unis, en France, en Angleterre et ailleurs.

indSelon Amnistie internationale la campagne électorale américaine qui a été marquée par des propos discriminatoires, misogynes et xénophobes a fait naître de graves préoccupations quant à la solidité des futurs engagements américains en matière de droits humains, dans le pays et à l’échelle de la planète.  Cet organisme a rassemblé des informations sur de graves violations des droits humains commises en 2016 dans 159 pays. En voici quelques exemples:

Arabie Saoudite : des détracteurs du gouvernement et des défenseurs des droits humains et des droits des minorités ont été arrêtés et emprisonnés pour des chefs d’inculpation à la formulation vague, par exemple pour avoir « insulté l’État ». Les forces de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont commis au Yémen des violations graves du droit international, dont des crimes de guerre présumés. La coalition a utilisé des armes fournies par les gouvernements américain et britannique, notamment des bombes à sous-munitions interdites au niveau international, pour bombarder des écoles, des hôpitaux, des marchés et des mosquées, entre autres, tuant et blessant des milliers de civils.

Bangladesh : au lieu d’offrir une protection aux militants, aux journalistes et aux blogueurs ou d’enquêter sur les homicides dont certains ont été victimes, les autorités ont poursuivi en justice des médias et des opposants, notamment pour des publications sur Facebook.

Chine : la répression s’est poursuivie contre les avocats et les militants, entre autres sous la forme de détentions au secret, d’« aveux » télévisés forcés et d’actes de harcèlement à l’encontre de membres de leur famille.

Indignez vous !Égypte : les autorités ont eu recours à des mesures telles que l’interdiction de quitter le territoire, des restrictions financières et le gel des avoirs pour affaiblir, diffamer et réduire au silence des groupes de la société civile.

États-Unis : la campagne électorale marquée par des propos discriminatoires, misogynes et xénophobes a fait naître de graves préoccupations quant à la solidité des futurs engagements américains en matière de droits humains, dans le pays et à l’échelle de la planète.

Éthiopie : le gouvernement, tolérant de moins en moins les voix dissidentes, a utilisé les lois antiterroristes et l’état d’urgence pour réprimer les journalistes, les défenseurs des droits humains, l’opposition politique et, plus particulièrement encore, les manifestants, auxquels il a opposé une force excessive et meurtrière.

PodemosFrance : dans le cadre des sévères mesures mises en œuvre au titre de l’état d’urgence prolongé, les autorités ont perquisitionné des milliers de domiciles, prononcé des assignations à résidence et placé des personnes en détention.

Honduras : Berta Cáceres et sept autres défenseurs des droits humains ont été tués.

Hongrie : le gouvernement a défendu une ligne politique identitaire clivante et une vision très sombre de la « forteresse Europe », qui se sont traduites par une politique de répression systématique des droits des réfugiés et des migrants.

Inde : les autorités ont utilisé des lois répressives pour restreindre la liberté d’expression et réduire au silence des personnes qui critiquaient le gouvernement. Les personnes et les organisations qui défendaient les droits humains ont continué de subir des actes de harcèlement et d’intimidation. Des lois répressives ont été utilisées pour tenter de faire taire des militants étudiants, des universitaires, des journalistes et des défenseurs des droits humains.

Iran : les droits à la liberté d’expression, d’association, de réunion pacifique et de conviction religieuse ont été sévèrement réprimés. Des détracteurs non violents du gouvernement ont été emprisonnés à l’issue de procès inéquitables devant des tribunaux révolutionnaires, notamment des journalistes, des avocats, des blogueurs, des étudiants, des défenseurs des droits des femmes, des cinéastes et même des musiciens.

Un indigné de la première heure !Myanmar : des dizaines de milliers de Rohingyas – toujours privés de nationalité – ont été déplacés lors d’«ºopérations de nettoyageº» émaillées, selon les témoignages, de tirs aveugles sur les civils, de viols et d’arrestations arbitraires. Parallèlement, les médias d’État ont publié des billets d’opinion contenant des propos déshumanisants très préoccupants.

Philippines : une vague d’exécutions extrajudiciaires a été constatée après la promesse du président Duterte de tuer des dizaines de milliers de personnes soupçonnées d’être impliquées dans le commerce des stupéfiants.

République démocratique du Congo (RDC) : des militants en faveur de la démocratie ont fait l’objet d’arrestations arbitraires et, dans certains cas, ont été maintenus en détention au secret pendant de longues périodes.

Les indignés parisiens

Royaume-Uni : le référendum sur la sortie de l’Union européenne a été suivi d’une forte augmentation des crimes de haine. Une nouvelle loi sur la surveillance a doté les services de renseignement, entre autres, de pouvoirs fortement accrus leur permettant de s’immiscer massivement dans la vie privée des gens.

Russie : l’étau s’est resserré sur les ONG nationales. Le gouvernement a accru sa propagande qualifiant ses détracteurs d’« indésirables » ou d’« agents de l’étranger », et engagé les premières poursuites judiciaires contre des ONG au titre d’une loi sur les « agents de l’étranger ». Des dizaines d’ONG indépendantes recevant des fonds de l’étranger ont été ajoutées à la liste des « agents de l’étranger ». Les autorités russes ont par ailleurs fait preuve d’un mépris total pour le droit international humanitaire en Syrie.

Soudan : des éléments laissaient fortement présumer que des armes chimiques avaient été utilisées par les forces gouvernementales au Darfour. Ailleurs dans le pays, des opposants et détracteurs présumés du gouvernement ont été soumis à des arrestations arbitraires et emprisonnés. L’usage excessif de la force par les autorités pour disperser des rassemblements a fait de nombreuses victimes.

Soudan du Sud : la poursuite des combats a continué d’avoir des conséquences humanitaires graves pour les civils. Des violations du droit international relatif aux droits humains et du droit international humanitaire ont été commises.

les IndignadosSyrie : les responsables de crimes de guerre et de graves violations des droits humains, notamment des attaques tant directes qu’aveugles contre des civils et des longs sièges ayant piégé la population civile, ont continué de jouir de l’impunité. Le mouvement de défense des droits humains a été pour ainsi dire réduit à néant, les militants ayant été emprisonnés, torturés, soumis à des disparitions forcées ou contraints de fuir le pays.

Thaïlande : les pouvoirs d’exception, ainsi que les lois sur la diffamation et la sédition, ont été utilisés pour restreindre la liberté d’expression.

Turquie : plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été emprisonnées à la suite du coup d’État manqué. Des centaines d’ONG ont été suspendues, les médias ont été sévèrement réprimés, et les attaques se sont poursuivies dans les zones kurdes.

Venezuela : la répression s’est abattue sur les défenseurs des droits humains qui tiraient ouvertement la sonnette d’alarme à propos de la crise humanitaire provoquée par l’incapacité du gouvernement à garantir les droits économiques et sociaux de la population.

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Faut qu’on se parle de notre avenir énergétique!

indÀ la fin du mois de septembre, l’un des auteurs du manifeste pour un Élan Global, Gabriel Nadeau-Dubois, lançait aux côtés de Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash et Alain Vadeboncoeur l’initiative politique non partisane Faut qu’on se parle. L’idée : aller à la rencontre de la population cet automne pour discuter de 10 grandes questions, dont le climat, dans le cadre d’une tournée de consultations sur l’avenir du Québec. L’accueil fut tel que très vite, afin de répondre à la demande, Faut qu’on se parle grandissait pour accueillir dans ses rangs un autre des auteurs de l’Élan global, Karel Mayrand, ainsi qu’Aurélie Lanctôt, Will Prosper et Véronique Côté.

En plus d’une tournée dans dix villes du Québec, les citoyennes et citoyens sont invité-e-s à organiser desassemblées de cuisine dont ils et elles choisissent les thèmes. Déjà, plus de 240 assemblées de cuisine sont prévues!elan_web

Les Indigné.s du Québec vous invitent  à participer en grand nombre à ce vaste et nécessaire remue-méninges en profitant de cette tribune pour partager vos idées! Organisez vous aussi votre assemblée de cuisine pour discuter changements climatiques, pétrole et transition énergétique. Ajoutez votre grain de sel à Faut qu’on se parle et faites du climat un enjeu incontournable en participant à l’une des consultations publiques à venir, en organisant votre propre assemblée de cuisine, ou en faisant un don en temps ou en argent, puisque cette initiative est financée à 100% par le public.

Pour en savoir plus, visitez le site fautquonseparle.org et/ou la page Facebook de Faut qu’on se parle.

les Indignados

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ce pétrole qui menace notre eau potable

Rose Flamant

     Rose Flamant

La faiblesse des raccords de certaines sections de  l’oléoduc d’Énergie Est a été fermement dénoncée par l’ingénieur Evan Vokes. Ce problème structurel qui toucherait plus de 1000 raccords a mené à la rupture du pipeline à Buffalo Creek en Alberta; un accident qu’avait prédit M. Vokes avant d’être congédié par la compagnie.

Bien qu’Énergie Est assure que la situation a été corrigée, l’Office de l’énergie lui a demandé d’établir une liste localisant tous les raccords douteux.

avis

Plus de cinq millions de personnes à risque

On estime actuellement que plus de trois millions de Québécois seraient menacés par un déversement potentiel.  De plus, selon le maire de Montréal, Denis Coderre,  «TransCanada ne remplit pas 78% des conditions […]. Il n’y a pas de plan de contingence, pas de plan de gestion des plans d’eau, le tracé ne respecte pas notre nouveau plan métropolitain d’aménagement et de développement […]. Le pipeline va «scraper» l’équivalent de 270 terrains de football. On ne peut pas laisser faire les choses comme ça, on a des terres agricoles et des milieux humides à protéger».

De passage à l’émission le 15-18,  le militant écologiste  JiCi Lauzon «  a fait remarqué que «Ce pétrole qui est dans le sous-sol de l’Alberta ou du Québec, on n’en a pas vraiment besoin. Il y a d’autres énergies et plein d’autres solutions »

jici

Nombre de personnes vivant dans des zones menacées par un potentiel déversement : 5 061 433 

o   Manitoba 676 613

o   Ontario 1 040 788

o   Québec 3 213 353

o   Nouveau-Brunswick 130 679

  • Taille totale du pipeline – 4 600 km

o   3 000 km – Ancien gazoduc converti

o   1 600 km – Canalisation neuve

  • 1,1 million de barils par jour
Pétition contre Énergie Est

résistance

 

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Parce qu’on est en 2016, le Canada doit servir de modèle

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Depuis son élection en avril dernier le premier ministre du Canada Justin Trudeau, nous a fait découvrir son penchant prononcé pour les autoportraits (selfies), au point où le Toronto Sun, l’a rebaptisé Prime Minister Selfie.

Une photo controversée

Alors que le ministre des finances, Bill Morneau, expliquait aux Canadiens pourquoi le déficit de 29,4 milliards de $ serait  trois fois plus élevé que prévu, le premier ministre Trudeau avait une rencontre ultra secrète avec une ambassade composée d’humanoïdes provenant d’un endroit tenu secret.

Justin
Cette nouvelle photo confirme la volonté de M. Trudeau de faire rayonner le Canada aux quatre coins de la planète.  On se rappellera que le 24 octobre 2013, lors d’une visite à Washington D.C.,  Monsieur Trudeau avait déclaré que «le Canada doit s’impliquer davantage sur la scène internationale» … Une initiative louable  de la part du premier ministre, mais de là à prendre contact avec les «extraterrestres», il y a quand même une marge !
Références :

1 commentaire

Classé dans Uncategorized