Archives de Tag: Victoire

Le Québec bientôt un pays ?

Mary-Lou Esmeralda

Mary-Lou Esmeralda

La victoire de Pierre Karl Péladeau (PKP), qui a remporté la course à la direction du Parti québécois (PQ) au premier tour avec 58 % des votes marque un nouveau tournant vers l’indépendance du Québec. Avec 58 % des voix Pierre Karl Péladeau récolte deux fois plus de votes que son plus proche adversaire Alexandre Cloutier  (29 %), loin devant Martine Ouellette  avec 13 %.

Au sujet de la souveraineté PKP a déclaré dans son discours enflammé  « que tous les projets de société seront réalisables lorsque nous aurons un seul État et que nous serons entièrement maîtres de notre destinée ».  l'actuAjoutant que « Nous n’accepterons pas une constitution négociée derrière des portes closes. Pas plus que nous n’accepterons d’abandonner notre modèle québécois qui nous aura permis de nous hisser dans le palmarès de tête des nations les plus justes et les plus équitables. Nous n’accepterons pas non plus de disposer de nos joyaux collectifs comme Hydro-Québec pour satisfaire quelques économistes et idéologues néo-libéraux »

macleansPuis s’adressant aux anglophones, aux Canadiens et aux Nord-américains en général. Il a jouté que c’est  « Dans le respect de la démocratie et de la loi, nous voulons avoir notre propre pays et pouvoir en profiter. Nous voulons donner les meilleures opportunités possible à notre peuple, et nous voulons vivre heureux et en paix

 « Notre projet n’est contre personne, ni contre quoi que ce soit, il est pour le peuple du Québec. »— Pierre Karl Péladeau.

PKP

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Victoire du peuple québécois contre TransCanada

Les protecteurs du béluga ont obtenu gain de cause auprès du gouvernement canadien, lundi 1er décembre. Cette baleine blanche arctique a été classée « en voie de disparition» dans le fleuve Saint-Laurent par les autorités. En conséquence, un projet de terminal pétrolier dans le fleuve ne verra pas le jour au large de Cacouna, sur la rive sud, au nord de la ville de Québec, une zone prisée par les bélugas pour mettre bas.La colonie de cétacés, qui compte aujourd’hui moins d’un millier d’individus, contre plus de 10 000 dans le passé «fait face maintenant à un risque de disparition considérablement plus élevé» que lors du précédent rapport les concernant, a annoncé lundi le Comité sur la situation des espèces en péril du Canada (COSEPAC) qui remettait ce document au ministère de l’environnement.

En conséquence, la société TransCanada, qui cherche à transporter par cette voie maritime le pétrole de l’Ouest canadien, a décidé «d’arrêter» ses travaux menés à Cacouna, a-t-elle annoncé dans un communiqué. La société canadienne souhaitait y opérer d’ici à 2018 un terminal pétrolier connecté au méga-oléoduc Energie Est bâti pour l’occasion.

bélou

Cette décision a été prise «pour prendre le temps d’analyser la recommandation du COSEPAC, d’évaluer ses impacts potentiels sur le projet Energie Est, et pour réviser toutes les options viables pour l’avenir», a expliqué Tim Duboyce, porte-parole de TransCanada. Dans son rapport, le Comité environnemental explique que cette baleine nordique fait l’objet d’une nouvelle série de menaces croissantes, telles que «la pollution, la perturbation causée par le bruit et le développement industriel». TransCanada avait été autorisé fin août par le gouvernement québécois à mener des sondages sismiques et des forages au large de Cacouna, afin de déterminer l’emplacement idéal pour accueillir le terminal pour un oléoduc dont le débit prévu de 1,1 million de barils par jour. Dans un jugement sévère pour le gouvernement, un tribunal avait déjà suspendu le chantier en septembre.

caribou

LE CARIBOU ÉGALEMENT MENACÉ

Dans ce rapport, le COSEPAC passe en revue la situation de 36 espèces animales et végétales et conclut que «la liste des espèces sauvages canadiennes en péril ne cesse de s’allonger». Les scientifiques pointent notamment le sort fragile des caribous, dont les populations boréales sont désormais considérées comme «menacées» en raison des «impacts cumulatifs de l’exploitation pétrolière, gazière et forestière». Le troupeau évoluant en Gaspésie, à l’est du Québec, est quant à lui «en voie de disparition» et devrait avoir disparu «d’ici environ 40 ans».Le Comité a également souligné que trois espèces d’arbres étaient «en péril», comme le pin flexible, une espèce poussant dans l’Ouest du pays et pouvant vivre jusqu’à un millier d’années. Ce pin est menacé par un «pathogène exotique» apparu en 2006. En Ontario, au centre du Canada, le frêne bleu est lui menacé par l’agrile du frêne, un insecte ravageur également récemment introduit. Le mûrier rouge avec moins de 200 arbres est pratiquement éteint. Les chercheurs relèvent en outre le déclin «extrêmement rapide» des petites tortues ponctuées, qui vivent dans les marais ontariens, et prédisent avec une «forte probabilité» leur extinction «si les menaces se poursuivent».

Source : Le Monde

le monde

Malcom X

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Quand les 99% bouffent une multinationale !

Félix

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Les Indignés espagnols viennent de faire reculer Coca-Cola qui a du se plier au verdict des 99%.  En effet, le 22 janvier dernier, la filiale espagnole de Coca-Cola annonçait un plan social massif de restructuration impliquant la fermeture de quatre usines et plus d’un millier de licenciements.

«En plus de la grève et des manifestations, les salariés ont appelé leurs compatriotes à ne plus consommer les produits de la marque», rapporte le site de Courrier International. Leur slogan: «Si Madrid ne fabrique plus de Coca-Cola, Madrid n’en boira plus». Et le message a été entendu.

La plus grosse chute jamais enregistrée

Dans le centre de l’Espagne, «les ventes de la marque ont diminué de moitié», a révélé Le journal El Economista. «Il s’agit de la plus grosse chute jamais enregistrée par Coca-Cola», explique le quotidien économique. Il y a quelques mois, le président de Coca-Cola Espagne avait reconnu dans les colonnes d’El País que le plan social «ne servait pas vraiment l’image de la marque». Cependant, pour lui, «les ventes évoluaient selon les prévisions». (Source : 20 minutes.fr). Cette histoire n’est pas sans rappeler celle de Shanti, cette indignée indienne qui au bout de cinq années de luttes est parvenue a faire fermer l’usine qui polluait la nappe phréatique de son village.

femme admirable

Le pouvoir des 99%

Si les Indignados espagnols ont réussi a faire plier une multinationale aussi puissante que Coca-Cola c’est qu’ils détiennent le pouvoir absolu; le pouvoir du peuple, celui des 99% ! En termes clairs cela signifie qu’au Québec, il suffirait de se lever pour renverser le gouvernement fantoche qui nous gouverne et nous impose ses politiques rétrogrades en matière de gaz de schiste, de pétrole, de santé d’économie  et de justice sociale. Rappelons nous que ce gouvernement est fragile puisqu’à la dernière élection, à peine un électeur francophone sur quatre (24%) a voté pour le parti libéral récoltant quand même la majorité à l’assemblée Nationale (63%) avec 70 sièges.

Cibler et boycotter

Pour se faire entendre du gouvernement les Indignados québécois doivent identifier des cibles afin d’en organiser le boycott. C’est le plus difficile, on peut toutefois penser au boycott de certains événements comme :

02 août 2014 – 20 août 2014 (Période discontinue)
12 juillet 2014 – 26 juillet 2014
Montréal (Quartier des spectacles) (Région: Montréal)
06 août 2014 – 10 août 2014
14 août 2014 – 17 août 2014
Québec (Vieux-Québec – secteur Vieux-Port) (Région: Québec)
15 août 2014 – 24 août 2014
Québec (Limoilou) (Région: Québec)
26 septembre 2014 – 28 septembre 2014
01 octobre 2014 – 02 novembre 2014
Québec (Centre-ville – Haute-Ville) (Région: Québec)
Nous sommes les 99%

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized