Archives de Tag: révolution tranquille

Merci Monsieur

Mary-Lou Esmeralda

Mary-Lou Esmeralda

Les Indignés du Québec tiennent à souligner le décès de Jacques Parizeau, qui fut vraisemblablement le plus grand premier ministre du Québec. Économiste de formation, il enseigne à l’École des hautes études commerciales et participe à titre de consultant et de conseiller à plusieurs réalisations d’envergure de la Révolution tranquille (nationalisation des compagnies d’électricité, création du plan de pension du Québec, de la Caisse de dépôt et de placement, etc.). Il joint les rangs du Parti québécois (PQ) peu de temps après sa fondation et est candidat défait lors des élections de 1970 et 1973.

Jacques Parizeau en 2007

Jacques Parizeau en 2007

Lorsque le PQ forme le gouvernement, en 1976, le premier ministre René Lévesque lui confie les poste de ministre des Finances et du Revenu, ainsi que la présidence du Conseil du trésor. Toujours aux Finances pendant la crise économique des années 1980, il met en place le Régime d’épargne-actions qui sera salué comme une de ses plus grandes réussites. Son refus d’accepter la mise en veilleuse du projet souverainiste – le « beau risque » – mène à son départ du gouvernement, en 1984. Successeur de Pierre Marc Johnson, en 1988, il dirige le PQ lors des élections générales de 1989. L’échec des ententes constitutionnelles de Meech et Charlottetown, ainsi que la détérioration de l’économie, favorisent son avènement au pouvoir en 1994. Jacques Parizeau souhaite donner un nouvel élan au gouvernement (« L’autre façon de gouverner »), mais son objectif principal demeure la réalisation de l’indépendance du Québec. Fidèle à son engagement, il tient un référendum le 30 octobre 1995. Cette soirée est marquée par la défaite dramatique du Oui, ainsi que des propos controversés de sa part sur « l’argent et des votes ethniques » qui feront la manchette. Il démissionne ensuite de son poste de premier ministre. Auteur de nombreux textes et ouvrages, il continue de se passionner pour les questions économiques et demeure un des porte-parole les plus connus et les plus respectés du mouvement souverainiste.

Monsieur

MERCI

Sources : Bilan du siècle et

RadioCanada_logo_26

René Lévesque

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Québec : De la grande noirceur à la grande obscurité

Rose Flamant

Rose Flamant

Le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard continue de multiplier les exactions au mépris le plus total des aspirations du peuple Québécois. Rappelons qu’à la dernière élection provinciale, à peine un électeur francophone sur quatre (24%) a voté pour le parti libéral (PLQ). Pourtant, selon notre mode électoral le PLQ a quand même récolté la majorité à l’Assemblée Nationale (63%) avec 70 sièges.

Pendant des années la société québécoise a lutté pour préserver les acquis de la Révolution tranquille mais le gouvernement Couillard, avec ses politiques dépassées et rétrogrades entraîne inexorablement le Québec vers la grande obscurité.

AFFRONTEMENT

Cliquez sur l’image pour lire l’article

greve

Cliquez sur l’image pour lire l’article

Arrestations Qc

Cliquez sur l’image pour lire l’article

 Une grande obscurité savamment entretenue par les médias de masse 

La UNE du Journal de QUÉBEC, édition du 26 mars 2015.

La UNE du Journal de QUÉBEC, édition du 26 mars 2015.

leitao2

Cliquez sur l’image pour lire l’article

insurec

Cliquez sur l’image pour lire l’article

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ouelette et Chaoui deux réactionnaires rétrogrades ?

rose

Rose Flamant

Le Huffington Post publiait récemment un article de Yannick Barrette, intitulé L’âge des extrêmes: le cardinal Ouellet et l’imam Chaoui.  Dans cet article M. Barrette dénonce les sorties médiatiques rétrogrades du cardinal Ouellet et ses récentes affirmations – selon lesquelles « même en cas de viol, l’avortement est injustifié.  Signes évidents que ce prélat de l’église catholique  est aussi arriéré et misogyne que l’imam «qui  a voulu ouvrir un centre communautaire dans l’est de Montréal pour y enseigner l’islam radical».

Aux yeux du chroniqueur,  le constat est simple : ce n’est pas tant la religion qui soit le problème (…) mais plutôt les zélés qui subvertissent les enseignements religieux avec pour but de promouvoir un discours de contraintes, d’intransigeances, d’aversion et de haine à l’égard de tous ceux qui ne pensent pas comme eux.  Ce dangereux précepte entraîne automatiquement une radicalisation qui ne laisse pas de place à la délibération.

cardinal-marc-ouellet

Le cardinal marc Ouellet

Il existe en effet, une très grande différence entre, le fait d’arborer des signes ostentatoires et le fait de prêcher des valeurs et des pratiques qui vont  à l’encontre de nos principes démocratiques de tolérance, de respect, de liberté et d’égalité entre les genres, et les sexes. Lorsque  l’imam Chaoui affirme qu’un voleur devrait être amputé, que les personnes infidèles devraient être lapidées sur la place publique, que les femmes devraient avoir un tuteur… il est effectivement coupable de véhiculer un discours moyenâgeux et haineux, et tout comme son vis-à-vis le cardinal Ouellet, il est surtout coupable d’être «un imbécile et un réactionnaire rétrograde».

Ces dangereux discours  misogynes, homophobes et misonéistes menacent les fondements même de notre démocratie, et s’il existe une gradation dans la stupidité humaine, ces deux extrémistes religieux méritent assurément un prix.

Les dangers d’une radicalisation religieuse

je-suis-charlie-dessin-hebdo-7Si les propos du cardinal Ouellet sont abjectes, ils se limitent au cercle très fermé des catholiques pratiquants, et malgré tous ses délires, Mgr Ouellet ne possède aucun moyen pour obliger les gens à suivre son «enseignement».  Heureusement il n’existe pas encore de kamikazes catholiques, ni de groupes armés chargés de détruire les opposants à la doctrine chrétienne.  Il n’existe pas non plus de tribunaux catholiques chargés d’émettre des fatwas contre les opposants à cette doctrine.

Au Québec, la révolution tranquille nous a permis de nous débarrasser de l’étreinte étouffante de l’église catholique qui obligeait les femmes à «pondre» des enfants année après année, pour assurer la pérennité de la race Canadienne-Française et la propagation de la doctrine catholique.  Pourtant dès 1945, des gens comme Jean-Charles Harvey se sont levés pour dénoncer l’emprise du cléricalisme sur la société canadienne-française de l’époque. Dans le Rapport Parent, des femmes comme Jeanne Lapointe ont également défendu les valeurs d’une gauche laïque. Ces gens et combien d’autres se sont battus pour faire cheminer les valeurs du Québec moderne, mais ces valeurs sont fragiles et c’est pourquoi nous nous devons d’être vigilants pour conserver nos acquis démocratiques, car les dangers d’une radicalisation religieuse quel qu’elle soit constitue un danger réel pour la démocratie.

La colombe de la paix

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized