Archives de Tag: république bananière

La Présidentielle des « J’en ai rien à foutre… et je vous emmerde ! »

paul-munoz

       Paul Munoz

Jamais la France n’aura subit pire humiliation et mépris de la part de la classe politique en place, et de celle à venir… Sauf peut-être pendant les années noires de collaboration de l’Etat français sous l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale. L’image de cette France de « magouilles et compagnies », reflétée dans le monde entier est tout aussi désastreuse et consternante que honteuse !Que reste-t-il de ce fameux rayonnement de la France à travers le monde ? C’est pitoyable !

Ces hommes et femmes politiques qui clament leurs bonnes moralités douteuses en dénonçant les média-mensonges de harcèlement. Et décriant une magistrature, soi-disant (et très certainement) téléguidée par les élites de la haute finance, d’instruire à charge des dossiers brûlants, les gangrénant afin de mieux les évincer et laisser ainsi le trône vacant pour leur petit protégé; « Macron le banquier ». Car je n’ose croire qu’ils aient imaginé pour nous le cauchemar de l’extrême droite au pouvoir…

bananalandVivons-nous dans une république bananière, ou dans une monarchie despotique ? A moins que ça ne soit un monde orwellien qui s’annonce ? Une justice à deux vitesses s’applique en France, laissant libre cours aux manœuvres frauduleuses financières des élus de la République. Et si par malheur, un nécessiteux dans le besoin de se nourrir vient à voler sa maigre pitance, il écopera de cette même justice d’une peine de prison ferme pour son réflexe d’instinct de conservation. Scandaleux !! C’est pourtant arrivé très récemment au pays de Jaurès, de l’Abbé Pierre et de Coluche.

Un homme politique se devrait de rendre des comptes au contribuable qui le rémunère par le biais de l’impôt dont il est redevable à la nation (un des impôts les plus élevés au monde, soit dit en passant). Nous le peuple, sommes en quelques sortes, les employeurs de nos élus politiques et nous attendons d’eux qu’ils accomplissent leurs tâches de gouvernants avec une morale et une droiture irréprochable. L’attitude de déni de certains politiciens à l’égard des électeurs de ce pays est totalement inacceptable ! Même une mise en examen judiciaire ne semble plus les freiner dans leurs courses folles au pouvoir. Et à leurs manières, ils nous disent clairement : « j’en ai rien à foutre.. et je vous emmerde ! »

Il y a deapeau-republique-de-bananevraiment quelque chose de pourri au pays des droits de l’homme et du citoyen ! L’élection présidentielle qui bat son plein est grippée, truquée, tronquée par des « élus »,élus par eux-mêmes et non démocratiquement par le peuple !

Je n’irai pas voter, ni pour le bleu.. marine ou républicain, ni pour le blanc.. tant qu’il comptera pour du beurre, ni pour le rouge.. d’une gauche moribonde ! Messieurs les politicards et oligarques, ne comptez pas sur moi !
Moi aussi, j’en ai rien à foutre.. et je vous emmerde !!
.

Nous sommes les Indignés

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

En Matawinie le gouvernement Couillard piétine à nouveau la démocratie.

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-J Ratio

En Matawinie on se croirait revenu sous l’aire Duplessis, depuis que le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard a adopté un décret d’urgence permettant à Hydro-Québec de  procéder à la construction d’une nouvelle ligne de transport électrique de 735 kV. Cette ligne traversera la région, malgré le refus des municipalités de Saint-Côme, Sainte-Béatrix, Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Rawdon, Saint-Lin-Laurentides, Sainte-Julienne et Saint-Calixte.

Le préfet de la MRC de Matawinie, Gaétan Morin, a précisé que  « selon la Loi sur la qualité de l’environnement, pour que de tels projets puissent aller de l’avant, les villages concernés doivent envoyer un avis de conformité. Or, on s’est rendu compte que le tracé contrevenait à la réglementation de Saint-Côme, Sainte-Béatrix et Sainte-Émélie et allait à l’encontre de leur schéma d’aménagement. D’où leur refus de déclarer le projet conforme».

LEPour contourner le problème, le gouvernement  a donc procédé le 29 octobre dernier, à une modification de la loi autorisant de facto la construction  de la nouvelle ligne, malgré l’opposition des municipalités. Québec a annoncé par communiqué que « la suspension des travaux augmenterait les risques relatifs à la fiabilité du réseau de transport d’électricité et engendrerait des coûts importants pour l’ensemble de la clientèle d’Hydro-Québec ».

Citoyens indignés

Selon Chantal Lapointe, présidente du regroupement Citoyens sous haute tension «Québec met du tape sur la bouche de sept municipalités au total. Le gouvernement nous prouve ici que les municipalités et le peuple avaient raison de manifester des inquiétudes. Incapable de gérer un problème, il joue au shérif et fait passer un décret », a-t-elle déclaré.

La démocratie piétinée à nouveau

Michel Surprenant, maire de Chertsey

Michel Surprenant, maire de Chertsey

En Matawinie le gouvernement Couillard se comporte comme s’il était dans une véritable république bananière.  À Chertsey, dans le village voisin de Rawdon et de Saint-Calixte, le Conseil municipal et les citoyens se sont opposés à l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée.  Une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail de cette compagnie à numéro et le maire de Chertsey a réclamé en vain l’appui du premier ministre Couillard. Sans surprise le gouvernement a fait la sourde oreille jugeant que cette opposition n’était pas d’intérêt public.

Sabliereforet

Pancarte installée par le Conseil municipal de Chertsey à proximité de la future sablière

Ektar.

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized