Archives de Tag: référendum

La Catalogne présente le «discours de victoire» inédit de Jacques Parizeau

L’Ateneu Barcelonès a présenté le discours que le Premier ministre québécois Jacques Parizeau avait enregistré pour annoncer une éventuelle victoire de l’indépendance lors du référendum de 1995

Un océan sépare le Québec de la Catalogne, mais une distance similaire sépare le Canada de l’Espagne en termes de conscience démocratique. C’est pourquoi l’exemple du référendum sur l’indépendance qui a eu lieu au Québec en 1995 contraste avec la stratégie permissive du gouvernement canadien. Le contexte politique était alors très différent de celui de la Catalogne, où l’État a décidé de jouer la carte de la persécution judiciaire et le boycott de la participation. Au Québec, d’autre part, les institutions ont favorisé la participation et transmis au public l’importance du vote face à l’avenir de l’État. La réponse citoyenne a été massive et le niveau de participation écrasant.

C'est à Barcelone que le discours inédit de Jacques Parizeau a été présenté

C’est à Barcelone que le discours inédit de Jacques Parizeau a été présenté

À l’Ateneu Barcelonès, Daniel Turp, ancien député du Parti Québécois entre 2003 et 2008, a rappelé lors de la présentation  du discours présenté – pour la première fois dans le monde – que le Premier ministre du Québec, Jacques Parizeau, avait enregistré son discours pour le diffuser au cas où le «oui» l’emporterait. Ce discours, dont le  contenu a été révélé pour la première fois dans la capitale catalane est également devenu une revendication du droit de décider et des valeurs de la démocratie

«Je voudrais que les Catalans, malgré les interdictions et les appels lancés par le président de l’État espagnol [Mariano Rajoy], votent massivement comme nous l’avons fait au Québec », a déclaré Turp.

Lisette Lapointe et Carles Llorens

Lisette Lapointe et Carles Llorens

Un fait exceptionnel au niveau démocratique

Turp, considère qu’en Catalogne il existe une «situation très exceptionnelle au niveau démocratique» parce que le processus d’autodétermination, est en cours depuis 1714. 

L’ancien député québécois n’a pas dénoncé les opérations de Madrid pour freiner l’initiative parlementaire catalane et a déclaré que la stratégie du gouvernement espagnol «constitue une violation manifeste du droit du peuple catalan tout en précisant qu’il admire «les Catalans et leur courage, leur persévérance et surtout leur culture démocratique, cette culture qui vous amènera partout où vous voulez, à l’indépendance, si c’est la volonté de la nation qui la constitue.

Le vice-président de l’Ateneu Barcelonès, Carles Llorens, a profité de la présentation de l’événement pour souligner que, lors du référendum québecois de 1995, «il se peut qu’il y ait eu un peu de respect au Canada pour les règles convenues, mais en Catalogne la stratégie espagnole a été la mauvaise et précisément à cause de cela, la Catalogne peut accéder à la souveraineté».

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

En Catalogne, l’Espagne sème le sang et les larmes

Le référendum sur l’indépendance de la Catalogne confirme que l’Espagne n’est plus une démocratie. Le gouvernement autoritaire de Mariano Rajoy, du Parti populaire (PP) a renoué avec le fantôme de Franco.

En donnant l’ordre à la police de confisquer les urnes, mais surtout de tirer sur la population avec des balles en caoutchouc Mariano Rajoy, a perdu toute crédibilité et jeté la honte sur son pays.

À Barcelone, la police a chargé les manifestants qui lui barraient la route alors qu’elle saisissait les urnes en tirant sur la foule avec des balles en caoutchouc. Au cours de cette altercation plusieurs ainé-es ont été blessés, dont un homme de 70 ans.

Les affrontements auraient fait près d’une centaine de blessés, et 844 personnes ont sollicité de l’aide «en relation avec les charges des forces de police de l’État», selon le porte-parole du gouvernement régional.

Comme le montre ces photos la violence policière n’a épargné personne.


Plus d’informations en cliquant sur ce lien

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Indépendance du Québec : Option Nationale dame le pion aux autres partis nationalistes

Charles de Lorimier

Charles de Lorimier

Depuis le référendum de 1995 qui a consacré la victoire du non sur la question de l’Indépendance du Québec, une nouvelle génération a vu le jour et pour un certain nombre de ces jeunes adultes la question de l’Indépendance fait partie des reliques du passé. Suite au référendum, un certain nombre de politiciens se sont succédés à la tête du Parti Québécois (PQ) dont Lucien Bouchard, Bernard Landry, André Boisclair et Pauline Marois. Tous ces chefs, sauf Boisclair, ont fini par devenir Premier ministre chacun adoptant son slogan J’ai confiance pour Bouchard, Restons forts pour Landry, Reconstruisons notre Québec pour Boisclair et finalement À nous de choisir pour Marois. Tous ayant soigneusement évités d’expliquer ce que serait le pays du Québec.

resultats_referendums

Québec Solidaire de son côté a longtemps tergiversé sur la question nationale avant d’adopter l’article premier de son programme  intitulé «Pour un Québec indépendant» (page 3) qui indique que «nous considérons comme essentielle l’accession du Québec au statut de pays». L’indépendance « est nécessaire à la préservation et au développement d’une nation unique par son histoire et sa culture en constante évolution, autour d’une langue commune qu’est le français». «Accéder à l’indépendance, c’est d’abord remettre aux citoyennes et citoyens du Québec les pleins pouvoirs de manière à ce que puissent être mises en place des institutions politiques favorisant l’expression de leur propre pouvoir».

OuiDe son côté le nouveau chef du PQ, par Pierre-Karl Péladeau a promis de mettre sur pied un institut de recherche sur l’indépendance du Québec. Selon PKP cet institut deviendra «[…] le véhicule qui va nous permettre d’alimenter cette réflexion-là et de pouvoir produire des études pour faire en sorte que nous puissions aller à la population avec un argumentaire qui va être important, détaillé, puissant et évidemment, définir notre démarche jusqu’aux élections de 2018». De son côté Option Nationale vient de rendre public une vidéo (ci-dessous) dans laquelle elle explique les avantages d’être un pays souverain, soufflant ainsi le pion aux autres partis nationalistes…

Option Nationale

complice

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized