Archives de Tag: pétition

Pétition contre le transport ferroviaire de produits pétroliers au Québec

libres99Avec ses 1,2 millions de barils de pétrole qui transiteront chaque semaine  sur les voies ferrées québécoises, le projet Belledune suscite l’inquiétude de la population.  Plusieurs ont encore en mémoire la tragédie de Mégantic et c’est pourquoi les Indignés du Québec vous invitent à signer la pétition sur le site de l’Assemblée Nationale du Québec.CONSIDÉRANT QUE le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals Inc., le 17 juillet 2014, à transporter, stocker, manipuler et charger à bord de navires au port de Belledune, Nouveau-Brunswick, du pétrole de schiste ou bitumineux transporté par train à raison de 2 convois de 120 wagons quotidiennement représentant 1,2 million de barils par semaine;

Le court métrage intitulé Train train quotidien, de Mégantic à Belledune explique différents enjeux relatifs au projet de port pétrolier de Belledune et nous invite à considérer avec une attention particulière, les événements de Mégantic dans les choix que nous faisons.  Nous vous invitons à partager largement cette vidéo. Une production de Tache d’huile.

Train train quotidien, de Mégantic à Belledune

De son côté, le chanteur lousianais  Zachary Richard, met le Québec en garde la population contre les projets pétroliers en  partageant son expérience de la marée noire avec les Québécois.  Selon lui, le bilan du déversement de la plate-forme pétrolière Deep Water Horizon  aura coûté plus de cent milliards de dollars. Ce chiffre exclut la valeur inestimable des écosystèmes détruits. Au total, 800 millions de litres de pétrole ont fui dans la mer, et onze travailleurs ont perdu la vie. «Je suis auteur-compositeur-interprète», souligne Monsieur Richard, «c’est comme ça que je gagne ma vie, mais je suis aussi citoyen. J’ai une maison quelque part et je paye des taxes, je vis dans un village. Je suis très bouleversé par les changements climatiques, et pas dans un sens émotionnel mais dans un sens réel», explique Zachary Richard. «J’ai vu mes assurances tripler depuis 2005, illustre-t-il. On fait face à des tempêtes tropicales qui sont de plus en plus violentes avec de moins en moins de protection. Tout ça, c’est lié à l’exploration et à l’exploitation pétrolière. Zac

«J’aime aussi, et beaucoup, l’estuaire du Saint-Laurent et toutes les communautés qui longent le fleuve, a déclaré M. Richard et je suis très conscient de la menace qui est posée par l’exploration pétrolière dans l’estuaire du Saint-Laurent. Je voudrais tout simplement partager mon expérience en tant que citoyen louisianais. Cette expérience, c’est particulièrement celle de la marée noire de 2010 et de ses impacts» a conclu M. Richard.

Date limite pour signer la pétition : 25 novembre 2015

résistance

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La rue Jacques Parizeau au lieu de la rue Amherst ?

Rose Flamant

Rose Flamant

La disparition récente de Jacques Parizeau nous force à honorer sa mémoire et à lui rendre hommage.  Pourquoi ne pas rappeller son engagement politique envers le Québec en débaptisant une rue de Montréal et notamment la rue Amherst ?

Cette rue fut créée en mémoire de Jeffery Amherst, qui en 1763, contaminait des couvertures de la Variole (petite variole), comme arme de guerre, et offrit ces couvertures à la tribu Delaware lors du siège de Fort Détroit.  Jeffrey Amherst, Baron anglais qui participa à la prise de Montréal. Il reçut sa reddition le 8 septembre 1760.  Jacques Parizeau a construit le Québec moderne, tandis que Hamerst l’a détruit…Pour oublier ces événements, nous devons changer le nom de cette rue par un grand bâtisseur du Québec, Jacques Parizeau. La rue Jacques Parizeau croisera le Boul. René Lévesque, De Maisonneuve, Sainte-Catherine et Notre-Dame.

Merci de signer et de partager la pétition. Ensemble nous pouvons voir grand !

petition

MERCI

 

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le maire de Chertsey demande à Philippe Couillard de bouger face au dossier scandaleux de la sablière

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À Chertsey, dans Lanaudière le dossier de la sablière empoisonne la vie de la population, depuis qu’une compagnie à numéro a obtenu, en août 2011, un bail de cinq ans de la MRC de Matawinie pour l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée. 

Ce permis accordé sans que la population locale ne soit consultée a soulevé un tolé dans la municipalité et une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail.

Solidarité Chertsey

En juillet dernier pourtant, le maire Michel Surprenant, se montrait confiant de régler le dossier suite à une rencontre avec la sous-ministre Line Drouin, qui affirmait alors que « le gouvernement était sensible à l’acceptabilité sociale du projet et que le Ministère étudiait actuellement les différentes options possibles pour transférer le bail sur un autre site. Sept mois plus tard, le dossier de la sablière n’est toujours pas réglé. et d’après le directeur des titres miniers et des systèmes, Roch Gaudreau, aucune disposition légale ne permettrait actuellement au Ministère de révoquer le bail. Ce fonctionnaire va même jusqu’à spécifier que « les motifs invoqués par la Municipalité pour mettre fin au bail ne sont pas d’intérêt public1 ». 

Loi modifiant la Loi sur les mines

Pourtant selon l’article 142 de la nouvelle loi sur les mines (sanctionnée le 10 décembre 2013) des outils existent bel et bien:

« 142.0.1. Le ministre peut refuser une demande de bail pour l’exploitation du sable et du gravier pour un motif d’intérêt public. Il peut également refuser une telle demande afin d’éviter des conflits avec d’autres utilisations du territoire.

«142.0.2. Le ministre peut mettre fin au bail pour l’exploitation du sable, du gravier ou de la pierre en tout temps pour un motif d’intérêt public. Dans ce cas, il doit accorder au titulaire un bail sur un autre terrain. À défaut, il lui accorde une indemnité en réparation du préjudice subi.

Le maire de Chertsey réclame l’appui du premier ministre Couillard

ms1

Le maire de Chertsey, Michel Surprenant. Photo Pierre-J Ratio

Dans sa lettre adressée à Philippe Couillard, le maire Surprenant rappelle que le tourisme et la villégiature sont deux axes majeurs du développement municipal et que l’exploitation de la sablière détruira la qualité de vie des riverains de la rivière Ouareau en plus d’intensifier la circulation de camions lourds en plein cœur du village (l’équivalent d’un camion de 50 tonnes toutes les quinze minutes).

Selon M. Surprenant l’augmentation du camionage sur les routes de la municipalité détruira en deux ans l’investissement de l’ordre de 1,3 million de dollars consenti en 2013 par les contribuables de Chertsey pour l’asphaltage de l’avenue du Castor.

Rivière Ouareau solidaritéLa balle est donc dans le camp du premier ministre Couillard. En attendant sa réponse la Municipalité a créé un comité de mobilisation qui souhaite faire la démonstration que l’acceptabilité sociale du projet de sablière est nulle. Les citoyens qui désirent s’impliquer peuvent joindre le conseiller Michel Robidoux : mrobidoux@municipalite.chertsey.qc.ca

14 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les citoyens du monde refusent que l’industrie des sables bitumineux du Canada participe à la destruction de la biodiversité

sbLes sables bitumineux de l’Athabasca sont d’immenses dépôts de bitume ou de pétrole superlourd situés dans le nord-est de l‘Alberta au Canada. Ils s’étendent sur 149,000 km2 ce qui représente près de 5 fois la superficie de la Belgique!, La production de pétrole des sables bitumineux émet de 3 à 4 fois plus de gaz à effet de serre que la production de pétrole lourd conventionnel. Cela en fait le pétrole le plus polluant au monde.

L’extraction des sables bitumineux est le plus grand projet industriel au monde et est la cause de nombreux problèmes environnementaux, de droits de l’homme et de santé publique. La production de pétrole issue des sables bitumineux devrait passer de 1,9 million de barils à 5 millions de barils par jour!  «L’Agence Internationale de l’Énergie rapporte que cette capacité de production correspond à des scénarios de consommation de pétrole qui mènerait à une augmentation catastrophique des températures.»

          Suivez-nous sur Facebook: facebook.com/stopcanadastarsands

                Suivez-nous sur Twitter : @StopCDNTarSands: #stopcanadastarsands

Canada Tarsands in Alberta

Nous, citoyens du monde, demandons à nos dirigeants respectifs de ne pas mettre en place des politiques favorisant l’expansion des sables bitumineux du Canada. Cela inclut le support à des entreprises nationales ou internationales impliquées de près ou de loin dans l’extraction, le transport ou le raffinage des produits pétroliers dérivés des sables bitumineux du Canada.

Nous, citoyens du monde, refusons de supporter une industrie qui aggrave fortement la crise climatique en cours et qui hypothèque l’avenir des générations futures.

Nous, citoyens du monde, refusons de laisser une industrie porter atteinte à la santé et la qualité de vie des populations autochtones vivant près des installations extractives des sables bitumineux du Canada.

sb2

Nous, citoyens du monde, demandons instamment à nos dirigeants respectifs de prendre des décisions politiques permettant la sortie de notre dépendance aux énergies fossiles. Nous leur demandons également de prendre des décisions politiques fortes afin de favoriser les énergies renouvelables et l’avènement d’une société énergétiquement sobre. Nous leur demandons également de cesser de subventionner le secteur des énergies fossiles.

Finalement, nous, citoyens du monde, affirmons notre volonté d’utiliser notre droit de vote lors d’élections afin de sanctionner les dirigeants présents ou futurs qui refuseraient d’entendre notre appel commun.   Signez la pétition iciPour rejoindre les auteurs de cette pétition, cliquez ici.

regc3a9rescence

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Grand Ours mazouté ?

gbs_photo_2_22830

Les Indignés du Québec se joignent aux Premières Nations de la Côte ouest et au WWF-Canada pour demander aux citoyens de la planète de se porter à la défense du Grand Ours – endroit unique au monde situé en Colombie-Britannique. Le projet d’oléoduc Northern Gateway d’Enbridge expose ce lieu et ces peuples au risque de déversements. Joignez-vous aux citoyens préoccupés et dites « Non aux oléoducs et aux pétroliers dans le Grand Ours! » 

logo-cfn

La région du Grand Ours, qui longe les côtes du nord de la Colombie-Britannique, est un véritable trésor écologique. C’est ici que la dernière forêt pluviale tempérée intacte rencontre quelques-uns des grands cours d’eau encore sauvages et les mers froides les plus riches en ressources dans le monde. Cette région n’est pas un endroit pour un oléoduc.

grand ours

On y trouve les cinq espèces de saumon du Pacifique, et ses eaux abritent quantités de rorquals à bosse, épaulards, dauphins et marsouins. C’est le seul endroit au monde fréquenté par le loup de la Côte centrale de la Colombie-Britannique et le rare Ours Esprit au pelage blanc. Au cours des prochaines semaines, des décisions importantes seront rendues au sujet du projet d’oléoduc Northern Gateway de la pétrolière Enbridge, qui, si réalisé, traversera la région du Grand Ours en Colombie-Britannique. Joignez votre voix à celles du Fonds mondial pour la nature, des Premières Nations de la Côte et de la population de la Colombie-Britannique pour opposer un « Non! » retentissant à ce projet à haut risque!

Mouth of Lockhart/Gordon Creek, Great Bear Rainforest, British Columbia, Canada

Le projet qui est sur la table prévoit faire serpenter deux oléoducs à travers l’une des dernières grandes forêts pluviales tempérées dans le monde, pour faire circuler pas moins de 525 milliers de barils de bitume dilué par jour dans cette région sillonnée de milliers de rivières à saumon. Et ce n’est pas tout, car des superpétroliers traverseraient à leur tour les eaux de la zone marine du Grand Ours, un refuge essentiel au rétablissement des populations de baleine à bosse qui y vivent. Or, selon Environnement Canada, les eaux de la région du grand Ours sont parmi les plus périlleuses et imprévisibles dans le monde. Cela rend bien réel et le risque d’un déversement de pétrole de grande ampleur, qui détruira le mode de vie durable et viable des habitants de la région, dévastant au passage la faune abondante. Grizzlis, loups et ours Esprit – uniques à cette région – seront au nombre des victimes.Aidez-nous à éviter un tel désastre en signant la pétition 

Vers un monde nouveau

 TGBS

al

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

La gauche québécoise prône t-elle et le retour au Moyen-âge ?

Le projet de charte des valeurs québécoises suscite la polémique dans la société et certains essayistes comme le philosophe Michel Seymour se sont penchés sur cet épineux problème en se rangeant résolument en faveur des signes religieux dans l’appareil étatique québécois. Selon ce philosophe : « La meilleure façon de détacher le politique d’une alliance avec le religieux est de voir la présence de personnes ayant des affiliations religieuses diversifiées. La présence de signes religieux visibles est, non seulement compatible avec la laïcité des institutions, elle la confirme. Ce modèle n’est pas «multiconfessionnel», comme le prétendait Djemila Benhabib à RDI le 8 novembre dernier. C’est un modèle dans lequel les institutions sont laïques et les individus ont plusieurs confessions. »

 Radio canada

Ce modèle étatique a déjà été expérimenté au Québec, comme en fait foi la photo ci-dessus prise en 1945 et où on peut voir un groupe d’officiels de la station radiophonique C.B.C. (Radio-Canada) assis autour de monseigneur Charles-Édouard Bourgeois. Souhaite t-on revivre ce retour en arrière prôné par le philosophe ? 

Selon M. Seymour : « Il est normal d’exiger un devoir de réserve sur le plan politique lorsque l’employeur est une organisation politique. En outre, les partis politiques sont des associations. Le lien à un parti politique n’est pas identitaire. Les logos des partis politiques n’ont pas une portée identitaire. L’adhésion à une idéologie politique peut être identitaire, mais doit être interdite lorsque l’employeur est une organisation politique. En outre, les catholiques, les sikhs, les juifs et les musulmans sont des groupes ethno-religieux. Ces religions ont, dès le départ, contribué à la cohésion sociale et culturelle au Proche-Orient, au Punjab, dans la diaspora juive et dans les pays arabes, même si chacune d’elles se répandirent ensuite dans d’autres cultures. À telle enseigne que dans certains cas, les symboles religieux conservent une portée identitaire culturelle, même lorsque leur signification est détachée du système de croyances religieuses. »

anti naziEn 1939 au Forum de Montréal le révérend J. Ostermann prenait la parole lors d’un ralliement organisé par une ligue germano-canadienne anti-nazie. Sur la banderole on lit «The German-Canadian League Fights for Democracy To-day to Avoid Nazy Tyranny To-morrow»

Les logos des partis politiques n’ont pas une portée identitaire ? Pourtant la svastika à conduit des millions d’humains a une barbarie sans borne que l’on appelle le nazisme. Quant à la cohésion sociale des religieux, il est évident que dans les pays pluriconfessionnels cette cohésion sociale ne tient pas puisqu’elle conduit le plus souvent à des conflits religieux comme en Bosnie, au Liban en Irlande ou même au Punjab qui fut intégré à l’Empire moghol musulman jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.   Selon M. Seymour, […] ceux qui sont agnostiques ou athées sont injustement traités par l’autorisation de signes religieux. On peut toutefois imaginer que les personnes athées, agnostiques ou anticléricales pourraient se confectionner des signes qui expriment ces croyances. Ce serait moins exigeant de procéder ainsi que de demander aux personnes de renoncer à leurs signes identitaires religieux pour s’en inventer de tout nouveaux, comme le propose le pictogramme des signes interdits et autorisés du gouvernement. En tant qu’agnostique je ne vois pas pourquoi je devrai subir à la fois les religieux et afficher ma non croyance. Mais s’il me fallait chosir un signe religieux, se serait celui-ci :

dd

 En guise de conclusion, le philosophe ajoute : « Les religions ont toujours été sexistes. Elles ont toujours consacré des rapports de domination de l’homme sur la femme. C’est particulièrement le cas dans les pays d’origine de plusieurs citoyens issus de l’immigration où des ignominies sans nom ont été, et sont encore perpétrées, parfois en détournant politiquement le texte religieux originel ou alors en s’appuyant sur la lettre, sans en saisir l’esprit et sans relativiser au contexte, car l’inégalité des hommes et des femmes remontent à très loin dans le temps. Il faut toutefois distinguer le texte sacré, les institutions religieuses qui en véhiculent une certaine interprétation, les mouvements politiques qui en détournent la signification et les individus qui expriment leur foi religieuse. Ces choses doivent être discutées dans la société civile et ne pas reposer sur les épaules de l’État. Ce dernier doit, pour être neutre à l’égard de la religion, ne pas intervenir et se contenter de créer des conditions qui favorisent la liberté des individus. Il faut distinguer la laïcisation de l’État et la sécularisation de la société. L’État s’occupe de laïciser l’État et laisse aux citoyens le soin de décider si l’éthos social doit être séculier ou non. Le Québec a une histoire très différente de l’Afghanistan ou de l’Iran et les modèles applicables dans d’autres sociétés pour contrer les intégrismes (en Algérie ou en Turquie) ne le sont peut-être pas ici. Même s’il reste encore beaucoup à faire, la société québécoise est plus proche d’une égalité démocratique réelle de l’homme et de la femme que bien d’autres sociétés. Nos révolutions sont tranquilles et nos combats se poursuivent au niveau des mentalités. L’État fait déjà beaucoup pour favoriser l’égalité des hommes et des femmes. Il le fait en adoptant des mesures institutionnelles. Il doit continuer en ce sens pour dissiper les nombreuses inégalités résiduelles. Il n’a pas à intervenir contre les Yvettes ou pour les Janettes. Il n’a pas non plus à légiférer dans sa fonction publique sur la tenue vestimentaire des employées sous prétexte que ce sont des symboles sexistes. Laissons les femmes juger par elles-mêmes quels vêtements elles veulent porter, sans leur reprocher d’être trop vêtues ou de ne pas l’être assez. Cessons une fois pour toutes de nous servir du corps des femmes pour mener des batailles politiques. »

La grande noirceur
Vous avez raison M. Seymour, il faut distinguer le texte sacré, les institutions religieuses qui en véhiculent une certaine interprétation, les mouvements politiques qui en détournent la signification et les individus qui expriment leur foi religieuse. C’est la raison pour laquelle les représentants de l’État doivent se garder d’afficher leurs croyances religieuses, tout comme les athées et les agnostiques doivent conserver un devoir de réserve et non pas s’afficher par des signes qui les caractériseraient. L’État n’a pas non plus à intervenir contre les Yvettes ou pour les Janettes car se sont des mouvements qui ne minent en rien l’État de notre démocratie contrairement à certains mouvements extrémistes religieux soutenus par la politique inconsciente de la Gaugauche caviar bien pensante. Personnellement je refuse de retourner au  Moyen Âge  et  c’est pourquoi je vous invite a rejoindre les milliers de Québécois-es qui ont signé la pétition en faveur d’un Québec laïque et pluraliste.

Rose Flamant

Rose

Pour lire l’intégralité de l’article de M Seymour cliquez ici

Alice

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les Indignés de Mégantic passent à l’action

Passez le mot

Les Indignés du Québec sont fiers de joindre leur voix à celles des milliers d’Indignés de Mégantic qui demandent l’interdiction immédiate du transport de pétrole par vieux wagons-citernes de type 111A.  Les Indignés réclament une évaluation indépendante afin d’examiner en profondeur le transport du pétrole et du gaz sur les voies ferrées québécoises.

Voie ferrée

Contexte :

Le gouvernement et l’industrie savent depuis des années qu’il est dangereux de transporter du pétrole dans les vieux wagons-citernes « 111A » comme ceux qui ont explosé à Lac-Mégantic. Pourtant, le gouvernement a laissé sans effet certaines règles de sécurité de base. De plus, la supervision du transport des carburants est devenue déficiente.

Mane poderosa

Déjà en 1994, le Bureau de la sécurité des transports du Canada avait signalé que les wagons-citernes 111A présentaient un défaut dans leur conception et que ce défaut se traduisait par un risque accru de déversement de leur contenu en cas d’accidentMalgré la tragédie de Lac-Mégantic, le gouvernement fédéral continue à dire qu’une révision en profondeur des règles de sécurité des transports n’est toujours pas nécessaire. Vendredi dernier, Larry Miller, le député conservateur qui dirige le Comité des transports, a rejeté les demandes de révision des règles de sécurité de Transports Canada.

meg

La tragédie de Lac-Mégantic nous démontre à quel point l’obsession pétrolière du gouvernement peut avoir un effet aveuglant et dévastateur sur la sécurité de nos communautés. Au moment où toutes nos pensées vont aux victimes, nous pouvons travailler ensemble pour nous assurer que cette horreur ne se produise plus jamais ni au Québec ni ailleurs au Canada. La discrète augmentation du transport de pétrole et de gaz au cours des dernières années, qu’elles soit par pipelines, trains et camions – met nos communautés, nos moyens de subsistance et notre environnement en danger. De plus en plus de gens sont préoccupés par les risques de ces dangereux combustibles. Nous méritons d’avoir notre mot à dire dans les décisions qui touchent nos vies.

stevie

SIGNEZ LA PÉTITION ICI

Aidez-nous en partageant le message auprès de votre entourage. Sur Facebook  et Twitter maintenant!

Colombe_Carnet_Noir

Et sachez bien que nous savons !

8 Commentaires

Classé dans Uncategorized