Archives de Tag: pétition

Signez la pétition pour faire retirer le programme Éthique et culture religieuse, de nos écoles

religionDepuis 2008 le programme Éthique et culture religieuse (ECR) est un programme obligatoire enseigné dans les écoles primaires et secondaires québécoises. Ce programme constitue un véritable outil de  promotion des religions allant ainsi à l’encontre de son objectif  premier de non-confessionnalité et de laïcité.

Si vous souhaitez faire retirer ce programme de nos écoles vous pouvez signer la pétition intitulée Retrait du volet « culture religieuse » du cours Éthique et culture religieuse

Cette pétition est en ligne jusqu’au 30 novembre 2016

cliquez

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

3 milliards de dollars dépensés en informatique. Exigeons une enquête publique!

1%vs99%Un nouveau collectif formé de 17 organisations civiles réclame la tenue d’une enquête publique sur l’octroi des contrats dans le domaine des technologies de l’information au gouvernement du Québec. Face aux perpétuels dépassements de coûts et à la place grandissante des technologies de l’information dans nos vies, les signataires d’une déclaration commune demandent au gouvernement d’instaurer le plus rapidement possible un processus d’enquête publique et un débat public sur l’informatique au gouvernement du Québec.

Le collectif constate qu’au fils des ans, les pratiques dénoncées dans les médias sont demeurées inchangées : absence de concurrence, présence des mêmes firmes qui se séparent la majorité des contrats publics, dépassements de coûts, retards dans les échéanciers de livraison et dépendance du gouvernement envers les firmes privées. Certains « stratagèmes collusoires » dévoilés par les médias et enquêtés par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) prouvent que la collusion fait bel et bien partie du problème informatique au gouvernement du Québec.

Les dépenses en informatique dans les ministères et organismes, totalisant plus de 3 milliards de dollars annuellement, inquiètent aussi le Vérificateur général du Québec. Plusieurs de ses rapports font état de fiascos et de mauvaises pratiques de gestion de l’informatique dans l’administration publique.

informatique
Nous sommes seize (17) groupes de la société civile qui demandons que le gouvernement mette sur pied, dès maintenant, une enquête publique pour discuter des problèmes énoncés précédemment, mais aussi du mode de gestion que l’État doit mettre de l’avant pour ses projets technologiques et des façons d’améliorer la transparence démocratique que le gouvernement pourrait mettre de l’avant grâce aux technologies de l’information.

Pour signer la pétition cliquez ici

  • Le Collectif réclamant une enquête publique dans les technologies de l’information est formé des groupes suivants :
  • Association pour la science et le bien commun
  • Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)
  • Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
  • Centrale des syndicats démocratiques (CSD)
  • Centre Justice et Foi/Revue Relations
  • Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC)
  • Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics
  • Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)
  • FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre (FACIL)
  • Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)
  • Fédération autonome de l’enseignement (FAE)
  • Hackons la corruption
  • Les Indignés du Québec
  • Ligue des droits et libertés
  • Regroupement des organismes communautaires de la région 03
  • Réseau québécois d’action communautaire autonome
  • Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)
  • Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Pétition contre le transport ferroviaire de produits pétroliers au Québec

libres99Avec ses 1,2 millions de barils de pétrole qui transiteront chaque semaine  sur les voies ferrées québécoises, le projet Belledune suscite l’inquiétude de la population.  Plusieurs ont encore en mémoire la tragédie de Mégantic et c’est pourquoi les Indignés du Québec vous invitent à signer la pétition sur le site de l’Assemblée Nationale du Québec.CONSIDÉRANT QUE le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals Inc., le 17 juillet 2014, à transporter, stocker, manipuler et charger à bord de navires au port de Belledune, Nouveau-Brunswick, du pétrole de schiste ou bitumineux transporté par train à raison de 2 convois de 120 wagons quotidiennement représentant 1,2 million de barils par semaine;

Le court métrage intitulé Train train quotidien, de Mégantic à Belledune explique différents enjeux relatifs au projet de port pétrolier de Belledune et nous invite à considérer avec une attention particulière, les événements de Mégantic dans les choix que nous faisons.  Nous vous invitons à partager largement cette vidéo. Une production de Tache d’huile.

Train train quotidien, de Mégantic à Belledune

De son côté, le chanteur lousianais  Zachary Richard, met le Québec en garde la population contre les projets pétroliers en  partageant son expérience de la marée noire avec les Québécois.  Selon lui, le bilan du déversement de la plate-forme pétrolière Deep Water Horizon  aura coûté plus de cent milliards de dollars. Ce chiffre exclut la valeur inestimable des écosystèmes détruits. Au total, 800 millions de litres de pétrole ont fui dans la mer, et onze travailleurs ont perdu la vie. «Je suis auteur-compositeur-interprète», souligne Monsieur Richard, «c’est comme ça que je gagne ma vie, mais je suis aussi citoyen. J’ai une maison quelque part et je paye des taxes, je vis dans un village. Je suis très bouleversé par les changements climatiques, et pas dans un sens émotionnel mais dans un sens réel», explique Zachary Richard. «J’ai vu mes assurances tripler depuis 2005, illustre-t-il. On fait face à des tempêtes tropicales qui sont de plus en plus violentes avec de moins en moins de protection. Tout ça, c’est lié à l’exploration et à l’exploitation pétrolière. Zac

«J’aime aussi, et beaucoup, l’estuaire du Saint-Laurent et toutes les communautés qui longent le fleuve, a déclaré M. Richard et je suis très conscient de la menace qui est posée par l’exploration pétrolière dans l’estuaire du Saint-Laurent. Je voudrais tout simplement partager mon expérience en tant que citoyen louisianais. Cette expérience, c’est particulièrement celle de la marée noire de 2010 et de ses impacts» a conclu M. Richard.

Date limite pour signer la pétition : 25 novembre 2015

résistance

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La rue Jacques Parizeau au lieu de la rue Amherst ?

Rose Flamant

Rose Flamant

La disparition récente de Jacques Parizeau nous force à honorer sa mémoire et à lui rendre hommage.  Pourquoi ne pas rappeller son engagement politique envers le Québec en débaptisant une rue de Montréal et notamment la rue Amherst ?

Cette rue fut créée en mémoire de Jeffery Amherst, qui en 1763, contaminait des couvertures de la Variole (petite variole), comme arme de guerre, et offrit ces couvertures à la tribu Delaware lors du siège de Fort Détroit.  Jeffrey Amherst, Baron anglais qui participa à la prise de Montréal. Il reçut sa reddition le 8 septembre 1760.  Jacques Parizeau a construit le Québec moderne, tandis que Hamerst l’a détruit…Pour oublier ces événements, nous devons changer le nom de cette rue par un grand bâtisseur du Québec, Jacques Parizeau. La rue Jacques Parizeau croisera le Boul. René Lévesque, De Maisonneuve, Sainte-Catherine et Notre-Dame.

Merci de signer et de partager la pétition. Ensemble nous pouvons voir grand !

petition

MERCI

 

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le maire de Chertsey demande à Philippe Couillard de bouger face au dossier scandaleux de la sablière

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À Chertsey, dans Lanaudière le dossier de la sablière empoisonne la vie de la population, depuis qu’une compagnie à numéro a obtenu, en août 2011, un bail de cinq ans de la MRC de Matawinie pour l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée. 

Ce permis accordé sans que la population locale ne soit consultée a soulevé un tolé dans la municipalité et une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail.

Solidarité Chertsey

En juillet dernier pourtant, le maire Michel Surprenant, se montrait confiant de régler le dossier suite à une rencontre avec la sous-ministre Line Drouin, qui affirmait alors que « le gouvernement était sensible à l’acceptabilité sociale du projet et que le Ministère étudiait actuellement les différentes options possibles pour transférer le bail sur un autre site. Sept mois plus tard, le dossier de la sablière n’est toujours pas réglé. et d’après le directeur des titres miniers et des systèmes, Roch Gaudreau, aucune disposition légale ne permettrait actuellement au Ministère de révoquer le bail. Ce fonctionnaire va même jusqu’à spécifier que « les motifs invoqués par la Municipalité pour mettre fin au bail ne sont pas d’intérêt public1 ». 

Loi modifiant la Loi sur les mines

Pourtant selon l’article 142 de la nouvelle loi sur les mines (sanctionnée le 10 décembre 2013) des outils existent bel et bien:

« 142.0.1. Le ministre peut refuser une demande de bail pour l’exploitation du sable et du gravier pour un motif d’intérêt public. Il peut également refuser une telle demande afin d’éviter des conflits avec d’autres utilisations du territoire.

«142.0.2. Le ministre peut mettre fin au bail pour l’exploitation du sable, du gravier ou de la pierre en tout temps pour un motif d’intérêt public. Dans ce cas, il doit accorder au titulaire un bail sur un autre terrain. À défaut, il lui accorde une indemnité en réparation du préjudice subi.

Le maire de Chertsey réclame l’appui du premier ministre Couillard

ms1

Le maire de Chertsey, Michel Surprenant. Photo Pierre-J Ratio

Dans sa lettre adressée à Philippe Couillard, le maire Surprenant rappelle que le tourisme et la villégiature sont deux axes majeurs du développement municipal et que l’exploitation de la sablière détruira la qualité de vie des riverains de la rivière Ouareau en plus d’intensifier la circulation de camions lourds en plein cœur du village (l’équivalent d’un camion de 50 tonnes toutes les quinze minutes).

Selon M. Surprenant l’augmentation du camionage sur les routes de la municipalité détruira en deux ans l’investissement de l’ordre de 1,3 million de dollars consenti en 2013 par les contribuables de Chertsey pour l’asphaltage de l’avenue du Castor.

Rivière Ouareau solidaritéLa balle est donc dans le camp du premier ministre Couillard. En attendant sa réponse la Municipalité a créé un comité de mobilisation qui souhaite faire la démonstration que l’acceptabilité sociale du projet de sablière est nulle. Les citoyens qui désirent s’impliquer peuvent joindre le conseiller Michel Robidoux : mrobidoux@municipalite.chertsey.qc.ca

14 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les citoyens du monde refusent que l’industrie des sables bitumineux du Canada participe à la destruction de la biodiversité

sbLes sables bitumineux de l’Athabasca sont d’immenses dépôts de bitume ou de pétrole superlourd situés dans le nord-est de l‘Alberta au Canada. Ils s’étendent sur 149,000 km2 ce qui représente près de 5 fois la superficie de la Belgique!, La production de pétrole des sables bitumineux émet de 3 à 4 fois plus de gaz à effet de serre que la production de pétrole lourd conventionnel. Cela en fait le pétrole le plus polluant au monde.

L’extraction des sables bitumineux est le plus grand projet industriel au monde et est la cause de nombreux problèmes environnementaux, de droits de l’homme et de santé publique. La production de pétrole issue des sables bitumineux devrait passer de 1,9 million de barils à 5 millions de barils par jour!  «L’Agence Internationale de l’Énergie rapporte que cette capacité de production correspond à des scénarios de consommation de pétrole qui mènerait à une augmentation catastrophique des températures.»

          Suivez-nous sur Facebook: facebook.com/stopcanadastarsands

                Suivez-nous sur Twitter : @StopCDNTarSands: #stopcanadastarsands

Canada Tarsands in Alberta

Nous, citoyens du monde, demandons à nos dirigeants respectifs de ne pas mettre en place des politiques favorisant l’expansion des sables bitumineux du Canada. Cela inclut le support à des entreprises nationales ou internationales impliquées de près ou de loin dans l’extraction, le transport ou le raffinage des produits pétroliers dérivés des sables bitumineux du Canada.

Nous, citoyens du monde, refusons de supporter une industrie qui aggrave fortement la crise climatique en cours et qui hypothèque l’avenir des générations futures.

Nous, citoyens du monde, refusons de laisser une industrie porter atteinte à la santé et la qualité de vie des populations autochtones vivant près des installations extractives des sables bitumineux du Canada.

sb2

Nous, citoyens du monde, demandons instamment à nos dirigeants respectifs de prendre des décisions politiques permettant la sortie de notre dépendance aux énergies fossiles. Nous leur demandons également de prendre des décisions politiques fortes afin de favoriser les énergies renouvelables et l’avènement d’une société énergétiquement sobre. Nous leur demandons également de cesser de subventionner le secteur des énergies fossiles.

Finalement, nous, citoyens du monde, affirmons notre volonté d’utiliser notre droit de vote lors d’élections afin de sanctionner les dirigeants présents ou futurs qui refuseraient d’entendre notre appel commun.   Signez la pétition iciPour rejoindre les auteurs de cette pétition, cliquez ici.

regc3a9rescence

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Grand Ours mazouté ?

gbs_photo_2_22830

Les Indignés du Québec se joignent aux Premières Nations de la Côte ouest et au WWF-Canada pour demander aux citoyens de la planète de se porter à la défense du Grand Ours – endroit unique au monde situé en Colombie-Britannique. Le projet d’oléoduc Northern Gateway d’Enbridge expose ce lieu et ces peuples au risque de déversements. Joignez-vous aux citoyens préoccupés et dites « Non aux oléoducs et aux pétroliers dans le Grand Ours! » 

logo-cfn

La région du Grand Ours, qui longe les côtes du nord de la Colombie-Britannique, est un véritable trésor écologique. C’est ici que la dernière forêt pluviale tempérée intacte rencontre quelques-uns des grands cours d’eau encore sauvages et les mers froides les plus riches en ressources dans le monde. Cette région n’est pas un endroit pour un oléoduc.

grand ours

On y trouve les cinq espèces de saumon du Pacifique, et ses eaux abritent quantités de rorquals à bosse, épaulards, dauphins et marsouins. C’est le seul endroit au monde fréquenté par le loup de la Côte centrale de la Colombie-Britannique et le rare Ours Esprit au pelage blanc. Au cours des prochaines semaines, des décisions importantes seront rendues au sujet du projet d’oléoduc Northern Gateway de la pétrolière Enbridge, qui, si réalisé, traversera la région du Grand Ours en Colombie-Britannique. Joignez votre voix à celles du Fonds mondial pour la nature, des Premières Nations de la Côte et de la population de la Colombie-Britannique pour opposer un « Non! » retentissant à ce projet à haut risque!

Mouth of Lockhart/Gordon Creek, Great Bear Rainforest, British Columbia, Canada

Le projet qui est sur la table prévoit faire serpenter deux oléoducs à travers l’une des dernières grandes forêts pluviales tempérées dans le monde, pour faire circuler pas moins de 525 milliers de barils de bitume dilué par jour dans cette région sillonnée de milliers de rivières à saumon. Et ce n’est pas tout, car des superpétroliers traverseraient à leur tour les eaux de la zone marine du Grand Ours, un refuge essentiel au rétablissement des populations de baleine à bosse qui y vivent. Or, selon Environnement Canada, les eaux de la région du grand Ours sont parmi les plus périlleuses et imprévisibles dans le monde. Cela rend bien réel et le risque d’un déversement de pétrole de grande ampleur, qui détruira le mode de vie durable et viable des habitants de la région, dévastant au passage la faune abondante. Grizzlis, loups et ours Esprit – uniques à cette région – seront au nombre des victimes.Aidez-nous à éviter un tel désastre en signant la pétition 

Vers un monde nouveau

 TGBS

al

1 commentaire

Classé dans Uncategorized