Archives de Tag: Mégantic

Pétition contre le transport ferroviaire de produits pétroliers au Québec

libres99Avec ses 1,2 millions de barils de pétrole qui transiteront chaque semaine  sur les voies ferrées québécoises, le projet Belledune suscite l’inquiétude de la population.  Plusieurs ont encore en mémoire la tragédie de Mégantic et c’est pourquoi les Indignés du Québec vous invitent à signer la pétition sur le site de l’Assemblée Nationale du Québec.CONSIDÉRANT QUE le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals Inc., le 17 juillet 2014, à transporter, stocker, manipuler et charger à bord de navires au port de Belledune, Nouveau-Brunswick, du pétrole de schiste ou bitumineux transporté par train à raison de 2 convois de 120 wagons quotidiennement représentant 1,2 million de barils par semaine;

Le court métrage intitulé Train train quotidien, de Mégantic à Belledune explique différents enjeux relatifs au projet de port pétrolier de Belledune et nous invite à considérer avec une attention particulière, les événements de Mégantic dans les choix que nous faisons.  Nous vous invitons à partager largement cette vidéo. Une production de Tache d’huile.

Train train quotidien, de Mégantic à Belledune

De son côté, le chanteur lousianais  Zachary Richard, met le Québec en garde la population contre les projets pétroliers en  partageant son expérience de la marée noire avec les Québécois.  Selon lui, le bilan du déversement de la plate-forme pétrolière Deep Water Horizon  aura coûté plus de cent milliards de dollars. Ce chiffre exclut la valeur inestimable des écosystèmes détruits. Au total, 800 millions de litres de pétrole ont fui dans la mer, et onze travailleurs ont perdu la vie. «Je suis auteur-compositeur-interprète», souligne Monsieur Richard, «c’est comme ça que je gagne ma vie, mais je suis aussi citoyen. J’ai une maison quelque part et je paye des taxes, je vis dans un village. Je suis très bouleversé par les changements climatiques, et pas dans un sens émotionnel mais dans un sens réel», explique Zachary Richard. «J’ai vu mes assurances tripler depuis 2005, illustre-t-il. On fait face à des tempêtes tropicales qui sont de plus en plus violentes avec de moins en moins de protection. Tout ça, c’est lié à l’exploration et à l’exploitation pétrolière. Zac

«J’aime aussi, et beaucoup, l’estuaire du Saint-Laurent et toutes les communautés qui longent le fleuve, a déclaré M. Richard et je suis très conscient de la menace qui est posée par l’exploration pétrolière dans l’estuaire du Saint-Laurent. Je voudrais tout simplement partager mon expérience en tant que citoyen louisianais. Cette expérience, c’est particulièrement celle de la marée noire de 2010 et de ses impacts» a conclu M. Richard.

Date limite pour signer la pétition : 25 novembre 2015

résistance

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

De Mégantic à Belledune, des millions de barils de pétrole en eaux québécoises

Charles de Lorimier

Charles de Lorimier

Le court métrage intitulé Train train quotidien, de Mégantic à Belledune est ENFIN EN LIGNE. Ce court métrage explique différents enjeux relatifs au projet de port pétrolier de Belledune et nous invite à considérer avec une attention particulière, les événements de Mégantic dans les choix que nous faisons.

Nous vous invitons à partager largement cette vidéo. Une production de Tache d’huile. 

Train train quotidien, de Mégantic à Belledune

 

résistance

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les Indignés de Mégantic passent à l’action

Passez le mot

Les Indignés du Québec sont fiers de joindre leur voix à celles des milliers d’Indignés de Mégantic qui demandent l’interdiction immédiate du transport de pétrole par vieux wagons-citernes de type 111A.  Les Indignés réclament une évaluation indépendante afin d’examiner en profondeur le transport du pétrole et du gaz sur les voies ferrées québécoises.

Voie ferrée

Contexte :

Le gouvernement et l’industrie savent depuis des années qu’il est dangereux de transporter du pétrole dans les vieux wagons-citernes « 111A » comme ceux qui ont explosé à Lac-Mégantic. Pourtant, le gouvernement a laissé sans effet certaines règles de sécurité de base. De plus, la supervision du transport des carburants est devenue déficiente.

Mane poderosa

Déjà en 1994, le Bureau de la sécurité des transports du Canada avait signalé que les wagons-citernes 111A présentaient un défaut dans leur conception et que ce défaut se traduisait par un risque accru de déversement de leur contenu en cas d’accidentMalgré la tragédie de Lac-Mégantic, le gouvernement fédéral continue à dire qu’une révision en profondeur des règles de sécurité des transports n’est toujours pas nécessaire. Vendredi dernier, Larry Miller, le député conservateur qui dirige le Comité des transports, a rejeté les demandes de révision des règles de sécurité de Transports Canada.

meg

La tragédie de Lac-Mégantic nous démontre à quel point l’obsession pétrolière du gouvernement peut avoir un effet aveuglant et dévastateur sur la sécurité de nos communautés. Au moment où toutes nos pensées vont aux victimes, nous pouvons travailler ensemble pour nous assurer que cette horreur ne se produise plus jamais ni au Québec ni ailleurs au Canada. La discrète augmentation du transport de pétrole et de gaz au cours des dernières années, qu’elles soit par pipelines, trains et camions – met nos communautés, nos moyens de subsistance et notre environnement en danger. De plus en plus de gens sont préoccupés par les risques de ces dangereux combustibles. Nous méritons d’avoir notre mot à dire dans les décisions qui touchent nos vies.

stevie

SIGNEZ LA PÉTITION ICI

Aidez-nous en partageant le message auprès de votre entourage. Sur Facebook  et Twitter maintenant!

Colombe_Carnet_Noir

Et sachez bien que nous savons !

8 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les grenouilles endormies

Les Indignés du Québec vous proposent ce nouveau texte de Rose Flamant qui s’interroge sur les effets du néolibéralisme à travers les écrits de Natha Caputo.

Rose

La tragédie du lac Mégantic fait encore fois la preuve, que le néolibéralisme et le laxisme de la population nous tuent à petit feu. Nous acceptons quotidiennement de vivre dans un monde de plus en plus corrompu mené par des carriéristes ternes et sans imagination et qui n’ont d’autre but, que de faire fructifier l’épaisseur de leur porte-feuille et la valeur de leurs actions boursières.

À l’heure où le néolibéralisme et le laxisme menacent notre survie en tant que créature vivant sur cette planète, j’ai pensé vous présenter ce beau très texte de Natha Caputo tiré des Contes des quatre vents et publié en 1954. En lisant ce texte on réalise d’emblée que les idées ne meurent pas puisqu’elles traversent le temps pour nous interpeller même longtemps après. On peut tracer bien des parallèles entre ce texte de Natha Caputo et la grande vague d’indignés qui balaie la planète d’est en ouest et du nord au sud. Plus que jamais le temps de s’indigner n’a jamais été aussi pressant, plus que jamais le texte de Caputo, n’a jamais été aussi vivant ! 

grenouilles indignées

Deux grenouilles vivaient dans un même étang. L’une d’elle était courageuse, travailleuse et gaie ; tandis que l’autre était peureuse, paresseuse et de caractère maussade. Pourtant elles s’entendaient très bien, ces deux grenouilles…
Un soir, elles sortirent faire un petit tour et, tout en se promenant, elles aperçurent une maisonnette.
– Allons voir de plus près, proposa la première grenouillette.
Sous la maison, il y avait une cave, et, de cette cave, venait une odeur délicieuse. Cela sentait le moisi, l’humidité, les champignons, juste une odeur pour plaire aux grenouilles.
– Hum ! Que ça sent bon ! dit la deuxième grenouille.
Elles passèrent par le soupirail et se mirent à jouer. Elles sautaient sur les tonneaux, jouaient à cache-cache parmi les bouteilles, les pots, et s’amusaient vraiment beaucoup quand, tout à coup, elles glissèrent et tombèrent toutes les deux dans une jarre pleine de crème.

lait

Les grenouilles sont bonnes nageuses, comme chacun sait, mais elles avaient beau agiter leurs pattes, elles ne parvenaient pas à grimper contre les parois lisses et glissantes de la jarre ; elles retombaient continuellement.
La grenouille paresseuse et peureuse se découragea vite :
– À quoi bon lutter, dit-elle. Je vais me fatiguer en vain. Autant en finir tout de suite.
– Mais non, disait l’autre, nage, ne perds pas courage !
– Non, non, disait la paresseuse. Tant pis j’abandonne… Et puis cette crème est trop écœurante…
Elle se laissa couler et se noya.

nous sommes les white rabbitss

L’autre grenouille continuait à se débattre de toutes ses forces. Elle essayait de grimper sur la paroi de le jarre, glissait puis recommençait sans se lasser.
– Je ne veux pas me noyer, se répétait-elle… Allons, un peu de courage !
Mais ses forces diminuaient. La tête commençait à lui tourner :
– Vais-je vraiment me noyer ? Se disait-elle. Allons, encore un petit effort. On n’a jamais vu une grenouille périr dans un pot de crème !
Et elle agitait, agitait les pattes, malgré la fatigue qui l’envahissait de plus en plus. La grenouille semblait perdue.
éléphant

Et quelque chose changea soudain : la crème n’était plus ni molle, ni liquide, la crème n’était plus crème ; les pattes de la grenouille n’enfonçaient plus mais pouvaient prendre appui sur une base solide.
La grenouille regarda autour d’elle : elle était assise sur du beurre.

Natha Caputo via Rose Flamant 

georgie

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized