Archives de Tag: Manifeste

MANIFESTE POUR UNE RÉELLE DÉMOCRATIE AU QUÉBEC

Sophie Doucette

Sophie Doucet

À l’heure où 85% des citoyens Québécois ne veulent plus de la monarchie et du lieutenant-gouverneur (représentant la Reine d’Angleterre) au Québec, et tandis que s’amorcent de grands changements sociaux qui sont palpables dans la société, les Indignés du Québec ont décidé de publier à nouveau le texte du MANIFESTE POUR UNE RÉELLE DÉMOCRATIE AU QUÉBEC, adopté en novembre 2011. Pour le bénéfice de nos nouveaux membres nous en reproduisons le texte intégral:

« Depuis la fin de 2010 nous assistons à un soulèvement citoyen, à la fois éclairé et pacifique, qui prit naissance d’abord en Islande pour ensuite s’étendre dans le monde Arabe. En Tunisie avec la chute de Ben Ali ; en Égypte (chute de Moubarak) ; et en Europe, une vague de prises de parole citoyenne se fait entendre sur les places publiques des différentes villes de Grèce, du Portugal, d’Espagne, d’Irlande, de France jusqu’en Amérique. L’émergence d’une conscience citoyenne s’élève en dépit du silence complice des médias traditionnels sous contrôle du grand capital financier. C’est donc par la voie des médias alternatifs et  des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter que l’indignation des peuples est parvenue jusqu’au Québec.

anonymous-nous-sommes-partout

Voici donc venu le temps, pour les citoyennes et citoyens du Québec, de joindre ce mouvement mondial pour une réelle démocratie et faire valoir, à notre tour, nos attentes modulées sur nos valeurs et nos principes qui ne sont pas si différentes de celles de nos ami-e-s indigné-e-s des autres nations en ébullition. Depuis trop longtemps le Québec est une nation en suspension dont la naissance est attendue dans le monde. Une mise-au-monde retenue par nos élites politiciennes, tous partis confondus, qui gagnent à retarder ce moment de libération nationale. Elles sont trop préoccupées à profiter des divisions dues à l’ignorance généralisée qu’elles entretiennent pour faire fonctionner leur machine électorale essentiellement basée sur les clivages gauche/droite et/ou souverainiste/fédéraliste.

georgie

Nous, citoyennes et citoyens du Québec leurs disons :

NON, ÇA SUFFIT !

L’heure de la fin de ces divisions que vous avez créées a sonné ! Le Québec est une nation que même le Gouvernement canadien a reconnu en novembre 2006. À partir de cette réalité, il est maintenant venu le temps d’établir entre-nous, la société civile du Québec, un Pacte social, un Traité de Paix provisoire. D’ici à ce que l’on se dote d’une Constitution populaire issue d’une Assemblée constituante dont les membres qui la rédigeront seront élus au suffrage universel. Vous, les élites politiciennes et financières, avez l’argent, nous aurons la LOI, nous établirons les règles du jeu d’une saine démocratie à laquelle vous devrez vous soumettre car, dans un esprit résolument républicain, uniquement nous, les citoyennes et les citoyens du Québec, représentons la suprême souveraineté sur notre territoire. Le temps est donc venu de rompre avec le pouvoir monarchique qui, contrairement aux idées reçues et que nos élites entretiennent, n’est pas que symbolique. Il est résolument antidémocratique, ne serait-ce que par l’odieux principe de la prérogative royale qui confère aux premiers ministres, autant à Ottawa qu’à Québec, tous les pouvoirs dévolus au chef d’un état assujetti à la Couronne impériale britannique. Ainsi donc, dans la Constitution canadienne, le concept même de « citoyen » y est inexistant et remplacé par l’immonde et aliénant « sujet de sa Majesté » !

Nous ne reconnaissons donc plus l’autorité suprême, sur nos lois et sur notre territoire, de Sa Majesté la Reine Elizabeth II.

je me souviens

C’est dans ce mouvement de solidarité citoyenne que nous invitons nos voisins du Canada à établir une nouvelle entente basée non plus sur l’unité du Canada à tout prix mais sur le principe du respect des peuples souverains. Donc d’habiter leur territoire respectif en toute légitimité et à s’émanciper dans leur langue qui, au Québec, est le français, la seule langue nationale. Nous reconnaissons aussi la nécessité de l’épanouissement des peuples Autochtones en conformité avec leurs langues et traditions ancestrales. C’est sur la base de cette nouvelle entente, affranchie des divisions partisanes exploitées par les élites, que nous arriverons à une reconnaissance mutuelle, de peuple à peuple. D’ici là, il importe que les citoyennes et les citoyens du Québec, en phase avec les autres peuples indignés de la terre, déclarent à la face du monde leur attachement aux principes humanistes tels que : le droit à la dignité, la justice sociale, le bien commun, au respect de l’environnement, à l’accès à l’éducation, au plein emploi, aux soins de santé, aux logements sociaux ; pour une société égalitaire, fraternelle et résolument républicaine.

Pour que ce monde meilleur advienne, l’heure est à fouler le sol des rues pour l’unique démocratie possible : celle du peuple !

LES INDIGNÉ-E-S DU QUÉBEC – SECTION MONTRÉAL

 Signez la pétition en cliquant sur l’image

Capture

la main du peuple

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Manifeste pour un printemps érable

 

 Nous sommes des indignéEs du Québec, conscients que nous vivons un moment historique. La société et animée de profondes convulsions, l’indignation est à son comble et les élites politiques, économiques et médiatiques font la sourde oreille. Il est temps de nous mobiliser et de faire souffler un vent de changement sur le Québec. Le présent manifeste a été rédigé conjointement par des anciens du Forum social québécois ainsi que des membres du mouvement Occupons Montréal. Il est désormais du domaine public et nous vous invitons à le partager, le discuter et agir tous ensemble pour changer le Québec.

Pour lire le Manifeste, cliquez ici 

Contactez-nous :manifesteprintempserable@gmail.com

 

Nous sommes les 99%

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Manifeste des Indigné-es du Québec sur la gratuité de l’éducation postsecondaire

Considérant la problématique éducationnelle au Québec et l’inertie du gouvernement québécois dans ce dossier, les Indigné-es du Québec appuient les revendications étudiantes en matière d’éducation postsecondaire en se prononçant pour l’éducation libre et gratuite. Les Indignés du Québec demandent au gouvernement de respecter ses engagement relatifs aux droits fondamentaux et aux prérogatives du peuple québécois signés par le gouvernement en 1976.

Considérant que le premier devoir des étudiantes et des étudiants est d’étudier Les Indignés du Québecjugent que ces étudiants et ces étudiantes devraient avoir accès à l’éducation libre et gratuite. Nous, citoyennes et citoyens du Québec demandons à nos élus de respecter le décret du 21 avril 1976, dans lequel le gouvernement du Québec s’est déclaré lié par le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. En accord avec l’article 7 de la Loi sur l’exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois, l’État du Québec a donné son accord et il est lié par ce traité depuis 36 ans.

Conformément à cet accord qui stipule que «l’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité» Les Indignés du Québec demandent au gouvernement de respecter ses engagements en matière de gratuité scolaire tel que défini par l’article 13 du Pacte qui stipule que «L’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité»

Les Indignés du Québec demandent aux étudiants et étudiantes d’envisager de saisir les tribunaux du respect et de l’application de cet engagement international important qu’est pour le Québec le Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels.

Les Indignés du Québec exigent l’instauration progressive de la gratuité prévue à l’article 13 de ce traité en fonction du droit à l’instruction publique prévu à l’article 43 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec et au droit de toute personne à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, de ce droit à l’instruction publique, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la condition sociale.

Les Indignés du Québec endossent pleinement et font leurs les conclusions de l’Institut de recherches et d’information socio-économiques (Iris : janvier 2007)

Les Indignés du Québec considèrent donc que la tarification des études postsecondaires entraîne plusieurs problèmes économiques et sociaux liés à l’endettement étudiant et à l’accessibilité pour les moins nantis;

Les Indignés du Québec rappellent qu’en Grande-Bretagne et en Ontario, les hausses de frais de scolarité n’ont pas réglé les problèmes de sous-financement, mais ont entraîné une augmentation significative de l’endettement étudiant. Ce facteur dissuasif a entraîné à son tour une chute des demandes d’admission et une réorientation des étudiants vers les domaines plus techniques, en plus de nuire à l’accessibilité des moins nantis;

Les Indignés du Québec rappellent que l’augmentation des frais assumés par les étudiants est utilisée par les gouvernements comme un substitut au financement public, en chute libre ces dernières décennies.

Les Indignés du Québec rappellent que l’abolition des droits de scolarité apparaît économiquement viable et socialement plus équitable que la tarification. Que la gratuité scolaire est un incitatif à la poursuite d’études supérieures et; qu’abolir les droits de scolarité au Québec et instaurer la gratuité des études postsecondaires ne coûterait que 550M$, ce qui représente un peu moins de 1% du budget du gouvernement.

Pour que ce monde meilleur advienne, l’heure est à fouler le sol des rues pour l’unique démocratie possible : celle du peuple !

LES INDIGNÉ-E-S DU QUÉBEC

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Manifeste des Indigné-es du Québec

Les Indignés du Québec sont avec leurs frères et soeurs de partout. Il vous invitent à lire leur Manifeste et à visiter leur site. Nous ne reconnaissons plus l’autorité suprême, sur nos lois et sur notre territoire, de Sa Majesté la Reine Elizabeth II.

L’intérêt général doit primer sur l’intérêt particulier. Le juste partage des richesses créées par le monde du travail doit primer sur le monde de l’argent. Nous sommes les 99% ! Nous ne pardonnons pas ! Nous n’oublions pas ! Redoutez-nous !

je-me-souviens1

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized