Archives de Tag: l’économie

Les Québécois parlent aux Français

Depuis dix ans, 30 000 immigrants Français se sont établis au Québec.  On les entend parler partout dans les rues de Montréal, de Québec, de Gatineau, du Saguemay ou dans les bars de la Gaspésie.  Depuis les trois dernières années leur nombre est en augmentation rapide et a plus que doublé en dix ans (+ 113 %).

drapeaux_q==QC-France

Selon les chiffres du Consulat général à Montréal la communauté inscrite qui s’élève à plus de 50.000 personnes, a également connu une forte croissance (+ 45 %) au cours des dix dernières années. Les deux tiers des français installés au Canada,  s’installent au Québec et 100 000 d’entre-eux vivent à  Montréal, et le e nombre des « non-inscrits » est évalué à 10 000.

Les Indignés du Québec se sont demandés ce qui pousse  tant de Français à quitter leurs pays pour venir s’installer chez nous en si grand nombre ?  Et que pensent les Québécois  de ce regain d’intérêt de la part des gens de l’Hexagone. Pour répondre à cette question  nous vous proposons de visionner une série de films, dont le premier intitulé « La France en face », se passe dans une France qui fait face à la mondialisation et ou 60% des gens vivent en état de subsistance. Dans ce pays, 40% de la population vit dans 25 villes où  sont concentrées les cadres, les techniciens spécialisés et l’essentiel des immigrés. C’est là que 80% du PIB du pays est produit. Hors de ces villes, dans le reste de la France, se retrouvent des millions d’employés et d’ouvriers, qui constituent la «France des fragilités». Ils vivent dans la précarité et constatent le fossé grandissant qui les sépare des urbains entrés dans l’ère numérique.

 01

À la lueur de ce reportage on comprend mieux ce qui peut pousser nos cousins à se pointer chez nous. Mais qu’en est-il vraiment de l’expérience des Français au Québec ?   Olivier Zimmermann, Fabrice Luchini, Lorenzo Sterzi, Gilles Proulx et Richard Lehir dans le film intitulé « Le Québec parle aux Français » s’interrogent sur le phénomène en abordant le parcours d’un Français au Québec.  Présenté sous forme de sept reportages « Le Québec parle aux Français » aborde les thèmes de l’arrivée, de la langue française, de l’Identité, de la géographie (Entre fleuve et montagne), de l’économie, de la politique et finalement du départ. A travers ces rencontres et ces témoignages c’est le portrait d’un Québec en réflexion qui apparaît.

« 1- L’arrivée »  

1

« 2- La Langue française »  

2

« 3- L’identité »

3

 « 4- Entre fleuve et montagne »  

4

« L’économie »

5

 « La politique »  

6

« Le départ »  

7

république

Albert

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Les aveugles de 2012

En cette fin d’année 2012 Les Indignés du Québec vous offrent un texte d’Oitarp  qui vous propose ce billet  intitulé Les aveugles de 2012

Nous sommes les 99%

Les aveugles de 2012

En cette fin d’année 2012, on s’agite beaucoup sur cette fameuse fin du monde annoncée par la déesse au cent bouches et par des forces issues de je ne sais quel obscurantisme de l’ère moderne.  Ce matin à Radio Canada le biologiste Jean Lemire nous parlait des Galápagos et des changements climatiques qui sont désormais acceptés par la majorité de la population.  Dame tant que l’économie tourne et que Dieu ou l’argent sont à nos côtés qu’est ce qu’on peut bien avoir à cirer de la disparition prochaine des tortues luth.  On s’en tape !

1000 jours pour sauver la planete

Pour la première fois Jean Lemire semble vraiment ébranlé par l’état de notre monde.  Lui le scientifique qui sillonne la planète et qui depuis des lustres essaie d’éveiller les consciences.  Selon lui, le bilan est simple : – « nous manquerons de temps – et de moyens – pour sauver la vie, sous toutes ses formes. Et pendant ce temps, nous hésitons à réaliser une entente pour faire suite au protocole de Kyoto… Avec 9 milliards d’humains à la fin du prochain siècle et une température moyenne en hausse de 4 à 5°C, on peut prédire sans se tromper que les décennies à venir seront celles de la lutte pour notre propre survie.

Sans doute initiée par cette crise climatique mondiale, nos enfants verront peut-être la fin de l’ère économique, un modèle basé sur une économie qui dépend de la consommation toujours grandissante des humains pour supporter ce système. Un dogme qui suppose l’extraction et le marchandage des ressources naturelles, au-delà des règles élémentaires de régénération, sans soucis réels pour demain et les générations à venir. Un modèle insoutenable!

Il ne reste qu’à espérer que l’héritage de ces temps difficiles engendrera un nouvel équilibre entre l’humanité et la nature, où le développement durable dressera les nouvelles règles de croissance et d’évolution. Mais il faudra sans doute toucher le fond du baril pour espérer le changement vital de nos façons de faire. La fin inévitablement tragique de l’ère économique pourrait bien initier une nouvelle ère de responsabilisation universelle, basée sur le respect de la vie et sur ce qui la supporte. Une ère nouvelle, où l’évaluation de la croissance d’un peuple serait mesurée en « qualité » plutôt qu’en  « quantité ».  »

Joyeux noël

Oui Jean on est tous fatigués, mais on est avec toi en pensée.  Cette semaine j’ai rencontrée une jeune femme dans le métro qui me disait que nous somme désormais trois millions de membres de Greenpeace sur la terre. Nous sommes des foules d’indignés fatigués qui tentons par nos faibles moyens de faire avancer les choses dans cet âge des ténèbres où le sport et l’économie sont les nouvelles déités.  On le sait et tu le sais, au royaume des borgnes les aveugles sont rois.  Merci à vous les protecteurs intemporels des Gallapagos et joyeuse fin du monde.

Oitarp poète indigné en ce 20 décembre de l’an II du printemps érable

Doha 2012

1 commentaire

Classé dans Uncategorized