Archives de Tag: Lanaudière

Québec poursuit ses consultations «bidons» sur les travaux forestiers

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Alors que le gouvernent Couillard annonce des consultations publiques sur les travaux forestiers prévus dans Lanaudière, quelle confiance les citoyens peuvent-ils avoir dans cet exercice marketing ?  Poser la question c’est sans doute y répondre.  Comme l’a fait remarquer le maire de Chertsey, Michel Surprenant, dans une plainte sur la consultation citoyenne adressée au ministre des Forêts : des décisions sont prises, des coupes sont annoncées pour l’année en cours, des budgets sont déjà votés pour réaliser des travaux de récolte, puis vous ouvrez une consultation en limitant le citoyen, principal et pratiquement seul utilisateur de ce territoire, à un exercice étriqué d’harmonisation, visant uniquement à endiguer les pressions sociales qui pourraient affecter le rendement des forestiers¹.

consultationsMalgré cette opposition citoyenne, Québec va de l’avant et annonce la tenue d’une séance d’information bidon au cours de laquelle le plan d’aménagement proposé sera présenté d’office à la population. Cette rencontre est prévue pour le mercredi 20 avril 2016, à 19 h.  Il est très important de venir en grand nombre dans chacune des municipalités concernées (voir liste ci-dessous) et de dénoncer cette parodie démocratique comme l’ont fait les habitants de Chertsey. Vous pouvez également signer la pétition demandant  la protection des terres publiques  et contacter vos députés pour dénoncer cette situation grotesque et incongrue.

Région de Lanaudière – Consultation publique sur des travaux forestiers

Montréal, le 5 avril 2016 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs informe la population qu’une consultation publique sur les plans d’aménagement forestier intégré opérationnels de la région de Lanaudière se tiendra du 8 avril au 2 mai 2016. Ces plans prévoient différents travaux forestiers sur le territoire public de Lanaudière, plus précisément dans les unités d’aménagement 062-51 et 062-52. Les travaux forestiers comprennent de la récolte de bois, de la plantation, de la préparation de terrain et du débroussaillage. Des travaux de construction et d’amélioration des chemins forestiers sont également prévus et pourraient être réalisés sur le territoire des municipalités suivantes :

  • Chertsey
  •  Entrelacs
  •  Mandeville
  •  Notre-Dame-de-la-Merci
  •  Saint-Côme
  •  Saint-Damien
  •  Saint-Donat
  •  Sainte-Émélie-de-l’Énergie
  • Saint-Zénon
  •  Saint-Michel-des-Saints
  • Territoire non organisé de Matawinie

Les citoyens peuvent prendre connaissance des travaux à venir en consultant le site Web du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs au www.mffp.gouv.qc.ca/forets/consultation-amenagement.jsp. Ils peuvent également soumettre leurs commentaires en ligne ou par écrit au plus tard le lundi 2 mai 2016. Le public est invité à assister à une séance d’information au cours de laquelle le plan d’aménagement proposé sera présenté : le mercredi 20 avril 2016, à 19 h

_____________________________________

1 Plainte sur la consultation citoyenne, le 22 mars 2016.

Un dossier chaud :

georgie

 

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Au Québec un arbre vaut moins qu’un paquet de gomme !

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À l’heure où le gouvernement Couillard bafoue la démocratie en matière de consultation publique et de Plans d’aménagement forestier intégré, les actions citoyennes et municipales se multiplient dans la région de Lanaudière. À Chertsey la population et son conseil municipal s’opposent aux coupes à blanc et aux politiques rétrogrades de ce gouvernement libéral.

À Saint-Donat, le maire Joé Deslauriers s’oppose également à « ce qu’il se fasse des coupes à blanc à Saint-Donat, ni à Chertsey ni nulle part ailleurs». Dans cette période d’obscurantisme où ce gouvernement autoritaire nous répète ad nauseam que nous devons nous serrer la ceinture, les arbres du Québec se vendent ente 39¢ et 2,01$ l’unité. Pour Nicholas Mainville, porte-parole de Greenpeace «il va falloir que le gouvernement nous explique comment il peut justifier qu’on vende nos dernières grandes forêts vierges. Ç’est moins qu’un paquet de gomme»…

ARBRES DONNÉS

                                        Cliquez sur l’image pour voir le reportage

HONTE A VOUS

18 Commentaires

Classé dans Uncategorized

En Matawinie le gouvernement québécois accepte qu’Hydro-Québec contrevienne à la Loi sur la qualité de l’environnement

Dans le dossier de la ligne électrique 315 kV, qui va traverser sept municipalités de la région de Lanaudière sans leur accord, le gouvernement québécois accepte qu’Hydro-Québec contrevienne à la Loi sur la qualité de l’environnement malgré l’avis du BAPE et celui des municipalités de Saint-Côme, Sainte-Béatrix, Sainte-Émélie-de-l’Énergie, Rawdon, Saint-Lin-des-Laurentides, Sainte-Julienne et Saint-Calixte.


Constance Durocher  – 
Collaboration spécialelibres99

Le BAPE avait donné raison aux citoyens et à plusieurs municipalités dans ce dossier dans son rapport no 313 (http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/rapports/publications/bape313.pdf) et avait recommandé qu’on fasse une pause dans le projet, le temps d’obtenir des renseignements supplémentaires concernant l’évaluation environnementale. Le BAPE avait aussi recommandé qu’Hydro-Québec étudie la possibilité de réutiliser des emprises de lignes existantes en fin de vie utile (entre autres de vieilles lignes à 315 kV en Mauricie et dans Lanaudière), non seulement pour le projet de ligne à 735 kV Chamouchouane-Bout-de-l’Île, mais à l’échelle du Québec.

Chamouchouane

Pour ce qui est des normes de pollution sonore, les lignes d’Hydro-Québec dépassent régulièrement les limites de bruit (qui varient, mais qui sont d’environ 40 dB en milieu bâti) et ce, surtout lorsqu’il y a des précipitations. Des plaintes ont été déposées à cet effet, mais le ministère de l’Environnement (MDDELCC) n’y a pas donné suite. Le gouvernement accepte donc qu’Hydro-Québec contrevienne à la Loi sur la qualité de l’environnement, et on peut supposer qu’Hydro-Québec contrevient à la loi à cet égard sur tout le territoire du Québec, alors que les municipalités doivent, elles, faire respecter les lois et règlements sur toutes les formes de pollution. Deux poids, deux mesures! Enfin, le fond de la question, c’est qu’Hydro-Québec veut construire une nouvelle ligne à 735 kV essentiellement pour exporter à perte de l’électricité aux États-Unis, qu’elle a voulu passer sur le territoire de Lanaudière pour ce faire et que tant la Régie de l’énergie que le gouvernement ont cautionné son projet et ses actions pour le réaliser sans les mettre aucunement en question, malgré les réserves du BAPE, l’opposition des citoyens, de deux MRC et de sept municipalités lanaudoises. Il paraît qu’on appelle ça la démocratie…

antonio-gramsci

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le maire de Chertsey demande à Philippe Couillard de bouger face au dossier scandaleux de la sablière

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À Chertsey, dans Lanaudière le dossier de la sablière empoisonne la vie de la population, depuis qu’une compagnie à numéro a obtenu, en août 2011, un bail de cinq ans de la MRC de Matawinie pour l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée. 

Ce permis accordé sans que la population locale ne soit consultée a soulevé un tolé dans la municipalité et une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail.

Solidarité Chertsey

En juillet dernier pourtant, le maire Michel Surprenant, se montrait confiant de régler le dossier suite à une rencontre avec la sous-ministre Line Drouin, qui affirmait alors que « le gouvernement était sensible à l’acceptabilité sociale du projet et que le Ministère étudiait actuellement les différentes options possibles pour transférer le bail sur un autre site. Sept mois plus tard, le dossier de la sablière n’est toujours pas réglé. et d’après le directeur des titres miniers et des systèmes, Roch Gaudreau, aucune disposition légale ne permettrait actuellement au Ministère de révoquer le bail. Ce fonctionnaire va même jusqu’à spécifier que « les motifs invoqués par la Municipalité pour mettre fin au bail ne sont pas d’intérêt public1 ». 

Loi modifiant la Loi sur les mines

Pourtant selon l’article 142 de la nouvelle loi sur les mines (sanctionnée le 10 décembre 2013) des outils existent bel et bien:

« 142.0.1. Le ministre peut refuser une demande de bail pour l’exploitation du sable et du gravier pour un motif d’intérêt public. Il peut également refuser une telle demande afin d’éviter des conflits avec d’autres utilisations du territoire.

«142.0.2. Le ministre peut mettre fin au bail pour l’exploitation du sable, du gravier ou de la pierre en tout temps pour un motif d’intérêt public. Dans ce cas, il doit accorder au titulaire un bail sur un autre terrain. À défaut, il lui accorde une indemnité en réparation du préjudice subi.

Le maire de Chertsey réclame l’appui du premier ministre Couillard

ms1

Le maire de Chertsey, Michel Surprenant. Photo Pierre-J Ratio

Dans sa lettre adressée à Philippe Couillard, le maire Surprenant rappelle que le tourisme et la villégiature sont deux axes majeurs du développement municipal et que l’exploitation de la sablière détruira la qualité de vie des riverains de la rivière Ouareau en plus d’intensifier la circulation de camions lourds en plein cœur du village (l’équivalent d’un camion de 50 tonnes toutes les quinze minutes).

Selon M. Surprenant l’augmentation du camionage sur les routes de la municipalité détruira en deux ans l’investissement de l’ordre de 1,3 million de dollars consenti en 2013 par les contribuables de Chertsey pour l’asphaltage de l’avenue du Castor.

Rivière Ouareau solidaritéLa balle est donc dans le camp du premier ministre Couillard. En attendant sa réponse la Municipalité a créé un comité de mobilisation qui souhaite faire la démonstration que l’acceptabilité sociale du projet de sablière est nulle. Les citoyens qui désirent s’impliquer peuvent joindre le conseiller Michel Robidoux : mrobidoux@municipalite.chertsey.qc.ca

14 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Un essaim d’abeilles peut arrêter un ours !

A Chertsey dans Lanaudière, le nouveau maire Michel Surprenant a été avisé de l’établissement d’une sablière dans le secteur Grande-Jetée.  Cette sablière sera située à l’entrée du parc régional de la Forêt Ouareau explique t-il à la population médusée.

parc_foret_ouareau

                                                                           La rivière Ouareau.  Source lanaudiere.ca/fr/membres/4879/activites    

   C’est dans une salle  comble que le maire et son conseil municipal ont expliqué que la municipalité avait été mise devant le fait accompli suite  l’émission d’un bail exclusif par la MRC de Matawinie d’un certificat d’autorisation par le ministère de l’Environnement.

Assemblée Chertsey A Chertsey la population s’était déplacée en grand nombre

Selon  le maire Surprenant  « ces autorisations, pour lesquelles la municipalité n’a jamais été consultée, auront pour effet de permettre l’extraction de 100 000 tonnes de sable par année destinées aux cimenteries de Montréal, ce qui signifie la présence, sur les routes de Chertsey, d’un camion-benne mastodonte de 50 tonnes à tous les quarts d’heure pour les 5 prochaines années. Le trajet prévu aura pour effet la destruction de milieux de vie de villégiature, tout le long de la rivière Ouareau et du chemin de l’Église, dont celle du périmètre urbain en plein centre de Chertsey.

pepine

Le promoteur nous fait miroiter des redevances de 50 000 $ par année, ce qui ajoute à l’iniquité fondamentale de cette décision à huis clos : la municipalité vient d’investir 1,2 millions $ pour l’asphaltage de l’avenue du Castor et du chemin de l’Église, qu’emprunteront ces camions de 50 tonnes et que nous devrons refaire bien avant la fin de l’échéance du bail.

10 rouesLes 10 roues vont envahir les rues de Chertsey

La MRC affirme qu’elle ne peut refuser d’émettre le bail d’exploitation si le projet est conforme à la Loi sur les mines et le ministère de l’Environnement refuse de fournir l’information demandée par la municipalité sur le certificat d’autorisation, ce qui nous oblige à avoir recours à la Commission d’accès à l’information du Québec. Nous croyons que les principaux intéressés dans cette affaire sont les citoyens, dont les milieux de vie de villégiature seront complètement perturbés et dont la vie sera mise en danger par ce trafic lourd et incessant. Les droits qui ont été accordés ne respectent ni le rapprochement des citoyens de la gestion des sablières, ni le principe de transparence, ni celui de l’équité pour l’ensemble des intéressés et encore moins celui du développement durable.

Maire surprenant

Voici qu’un promoteur, complètement étranger par surcroît du monde local et régional, obtient à coût presque nul un droit d’exploitation d’une terre publique, en pleine zone de villégiature et qui fantasme sur les millions que lui rapporteront ces bouts de papier, pour peu que le conseil municipal échange l’aumône des redevances contre son aval. On a récemment qualifié ces façons d’agir de « Far West » des sablières.

La nouvelle Loi sur les mines n’est pas encore applicable et nous sommes acculés dans un contexte où le conseil devra faire prédominer la mobilisation citoyenne et utiliser toutes les ressources imaginables pour contrer ce projet déstructurant, dont l’autorisation a été accordée à huis clos, sans que jamais la population ou ses représentants n’aient été consultés. »  Curieusement ni le député Nicolas Marceau, ni la députée Francine Raynault  n’étaient présents à cette réunion, mais le maire fait confiance à la population pour bloquer le projet.  Un essaim d’abeilles peut arrêter un ours a-t-il rappelé en invitant la population à signer la pétition.

Vous pouvez signer la pétition, que vous habitiez Chertsey ou non

Nicolas_Marceau_3portrait

Les députés brillaient par leur absence

Video chersey

éléphant

 

21 Commentaires

Classé dans Uncategorized