Archives de Tag: gouvernement Couillard

Les infirmières sont à boutte et vous le savez !

Gina Augustin

Gina Augustin

Suite à la sortie publique d’Émilie Ricard pour dénoncer la réforme du système de santé, les infirmières du Québec dénoncent à leur tour la surcharge de travail. Pour se faire entendre elles organisent des sit-in dans plusieurs régions, notamment à Trois-Rivières, à Sorel et à Laval. Dans tous les milieux les infirmières sont brûlées par le manque de ressources et le «temps supplémentaire obligatoire» imposé par le gouvernement Couillard.

À Saint-Jean-sur-Richelieu,  une infirmière qui a exigé l’anonymat par peur de représailles de la part de son employeur, a été obligée de travailler 24 heures. Une situation totalement inacceptable, dont elle peine à se remettre. 

Plus personne ne vous croit

Plus personne ne vous croit

À cause du manque de personnel, on assiste à des scènes d’horreur comme celle qui s’est passée lundi, à Laval, alors que : «l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé a reçu 80 patients sur civière pour une capacité totale de 49. Lors de telles situations, les patients se retrouvent dans des zones de débordement, comme des couloirs, où l’on ne trouve pas des sonnettes d’appel pour les cas d’urgence.» Cette situation rapportée par Radio Canada a également été dénoncée par Marie-Eve Gosselin, une citoyenne dont la mère est hospitalisée depuis plusieurs jours à la Cité de la Santé de Laval. Selon cette citoyenne lors de la visite du Dr Barrette, on aurait refusé des ambulances « pour montrer a quel point nos urgences vont bien ! ».

Madame Gosselin a également dénoncé la présence « d’une équipe qui passe juste en avant [du ministre Barrette] pour libérer les corridors… pour montrer qu’il y a pas t’attente ici ».     Toutes ces aberrations résultent des coupes en santé et des politiques d’austérité orchestrées par le gouvernement Couillard. On se rappellera que deux semaines après son élection ce gouvernement annonçait des coupures de 3,7 milliards $, et l’élimination de la moitié des 1300 postes de cadres du réseau de la santé. Et aujourd’hui, ces deux docteurs devenus politiciens, jouent les vierges offensées face aux revendications plus que légitimes des infirmières !

SVP, Dr Couillard, Dr Barrette, cessez de nous mentir, car vous avez perdu la confiance de la population qui va se rappeler de vous aux prochaines élections.  ASSEZ !  

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Exigeons la destitution du gouvernement Couillard

Signez la pétition si vous en avez assez de ce gouvernement déconnecté des aspirations du peuple.

Pourquoi destituer ce gouvernement ?

1%vs99%Les révélations et les scandales sur ce gouvernement se poursuivent de semaine en semaine. La dernière en date, les révélations de l’émission Enquête, sur 48 millions de dollars dérobés au minimum aux contribuables québécois, avec l’aide d’argentiers sur Parti Libéral du Québec, via la Société québécoise des infrastructures (SQI). Ce serait la plus grande fraude de l’histoire du Québec et du Canada.

Vous en avez, assez de ce gouvernement et de ses politiques d’austérité, des conclusions de la Commission Charbonneau et du résultat des enquêtes policières à l’endroit de la collusion et de la corruption dans le domaine des contrats publics, de la complaisance fiscale en faveur des multinationales et des familles très fortunées du Québec?

petitionVous en avez aussi assez de constater qu’une minorité profite des politiques actuelles au détriment d’une majorité? De la destruction de notre rapport à l’histoire et à notre langue sous la gouvernance de ce gouvernement? De la destruction de nos institutions qui ont fait du Québec un État progressif et moderne?

Vous vous sentez floué, car vous avez l’impression que jamais en campagne électorale, Philippe Couillard n’avait annoncé ces politiques désastreuses à l’égard du peuple québécois…

Vous sentez, que l’on nous porte un tort irréparable, avec la destruction de tous les progrès qu’a connu la société québécoise, depuis la révolution tranquille…

Y‐a‐t‐il un moyen d’arrêter ce gouvernement? 
Avez‐vous songé qu’il serait peut‐être possible aux députés de l’Assemblée nationale de le faire, suite à une forte pression populaire?

Deux textes pour vous encourager à signer cette pétition:

La procédure d’impeachment dans notre système parlementaire ou comment destituer le gouvernement Couillard dans un contexte d’austérité

De la reconnaissance et de la pertinence de la procédure d’impeachment dans notre système constitutionnel canadien:

Pour signer la pétition cliquez ici

libres99

 

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Au Québec un arbre vaut moins qu’un paquet de gomme !

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À l’heure où le gouvernement Couillard bafoue la démocratie en matière de consultation publique et de Plans d’aménagement forestier intégré, les actions citoyennes et municipales se multiplient dans la région de Lanaudière. À Chertsey la population et son conseil municipal s’opposent aux coupes à blanc et aux politiques rétrogrades de ce gouvernement libéral.

À Saint-Donat, le maire Joé Deslauriers s’oppose également à « ce qu’il se fasse des coupes à blanc à Saint-Donat, ni à Chertsey ni nulle part ailleurs». Dans cette période d’obscurantisme où ce gouvernement autoritaire nous répète ad nauseam que nous devons nous serrer la ceinture, les arbres du Québec se vendent ente 39¢ et 2,01$ l’unité. Pour Nicholas Mainville, porte-parole de Greenpeace «il va falloir que le gouvernement nous explique comment il peut justifier qu’on vende nos dernières grandes forêts vierges. Ç’est moins qu’un paquet de gomme»…

ARBRES DONNÉS

                                        Cliquez sur l’image pour voir le reportage

HONTE A VOUS

18 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Bref historique de l’exploitation pétrolière d’Anticosti

Rose Flamant

Rose Flamant

Au moment où le gouvernement Couillard se porte à la défense du sous-sol d’Anticosti il est important de comprendre comment l’exploitation des ressources pétrolières de l’île, est passé d’une ressource que le gouvernement voulait développer pour les Québécois-es à une ressource appartenant à des intérêts privés.

Selon une étude menée par l’Institut de Recherches et d’information socio-.conomique du Québec (L’IRIS), c’est en 1969, que le gouvernement de Daniel Johnson crée « la SOQUIP, une société d’État en charge d’explorer et de développer les énergies à hydrocarbure sur le territoire du Québec. L’objectif politique derrière cette décision était de s’assurer que la découverte de pétrole ou de gaz sur le territoire profite à l’ensemble des Québécois-es.

golfeRapidement, la SOQUIP se crée une banque de données et participe à la formation d’une expertise en géologie sur le territoire du Québec. Le gouvernement du Québec décide en 1980 d’étendre la mission de la SOQUIP afin qu’elle puisse faire de l’exploration, de l’exploitation et de la distribution d’hydrocarbures. Dans ces conditions, la SOQUIP prend le contrôle, à travers l’achat d’actions, de Gaz Métropolitain, société qui permettra au Québec de contrôler, au même titre qu’Hydro-Québec, la distribution d’énergie gazière. Gaz Métropolitain sera dirigée entre 1987 à 1996 par André Caillé qui sera nommé par la suite PDG d’Hydro-Québec.

puitSon arrivée chez Hydro-Québec aura un impact important sur l’exploration énergétique du Québec. Hydro-Québec fera de l’exploration d’hydrocarbures dans sa division Hydro-Québec Pétrole et Gaz. Cette division conduira une multitude d’études sur le territoire québécois, entre autres en Gaspésie et sur l’île d’Anticosti. D’ailleurs en 2002, 30 millions de dollars seront investis dans la recherche géologique au Québec (dont 9,8 millions entre 2002 et 2007 sur l’île d’Anticosti).  En 2007,  lorsque André Caillé fait le saut chez Junex et à l’Association pétrolière et gazière du Québec, il cède sa place à Thierry Vandal qui dissoudra la section Pétrole et Gaz d’Hydro-Québec.

Passage au privé 

Cette même année,  le gouvernement Charest (qui a aussi mis fin à l’aventure SOQUIP en l’incluant dans la Société générale de financement – SGF) retirera les droits d’exploitation octroyés à Hydro-Québec pour les offrir gratuitement (ou presque) à des entreprises gérées par d’anciens dirigeants d’Hydro-Québec : Pétrolia, Junex et Gastem.  En fait, les droits d’exploration de l’île d’Anticosti représentent 61 956 $ annuellement, soit 0,10 $ par hectare exploré. De plus, puisque ces entreprises ne font pas d’exploitation à proprement parler, elles ont bénéficié de subventions provinciales. À titre d’exemple, Pétrolia a reçu 3,3 millions de dollars au cours des 2 dernières années.

Bref, à travers diverses opérations, la lente, mais évidente transformation de l’État-providence en État néolibéral s’est accomplie de manière à en faire profiter une classe d’anciens représentants de sociétés d’État maintenant défenseurs de l’entreprise privée.

$Cette transformation s’opère au moment où la crise économique frappe un ensemble d’industries à travers le monde.  La vaste majorité des actionnaires tente de se réfugier dans des valeurs sûres qui apporteront des résultats. Des entreprises telles que Gastem et Pétrolia profitent ainsi d’un excellent « timing» puisqu’elles bénéficient de droits quasi gratuits sur des territoires déjà explorés et où Hydro-Québec aurait trouvé par le passé des «indices de présence d’hydrocarbures». Dans ces conditions, il n’y a rien d’étonnant à ce que Pétrolia se classe premier dans le  palmarès «Pétrole et Gaz» établi par la Bourse de croissance TSX, le TSX Croissance 50Ces entreprises considérées comme des «juniors» dans le marché des hydrocarbures ont tout intérêt à marquer rapidement leur avantage sur le terrain afin de financer d’autres projets à moyen terme. Ainsi, des richesses autrefois collectives seront exploitées immédiatement non pas parce que le Québec en aurait besoin, mais simplement pour améliorer le rendement boursier d’entreprises qui souhaitent se positionner avantageusement.

$Ces entreprises profitent aussi largement du discours basé sur l’importance de la dette québécoise. Importance d’une dette nationale  qui, comme l’a démontré le professeur Louis Gill, est largement surestimée, mais qui conduit à un sentiment d’urgence. En voulant faire croire au Québécois-es que leur État est « dans le rouge», il est plus facile de leur présenter toute forme de vente de ressources naturelles ou de privatisation du bien commun (généralement les plus rentables pour le privé) comme un mal nécessaire.  L’Institut économique de Montréal (IEDM) participe activement à ce type de discours à travers la note de monsieur Belzile sur l’exploitation de l’île d’Anticosti, mais aussi dans nombre de leurs propositions comme la privatisation d’Hydro-Québec ou la transformation de la péréquation afin d’y exclure les ressources naturelles. Ces propositions typiquement néolibérales vont à l’encontre d’une saine gestion à long terme des finances publiques».

SOURCES :

IRIS : CEUX QUI VEULENT EXPLOITER RAPIDEMENT LE PÉTROLE D’ANTICOSTI

PRESSE TOI A GAUCHE : QUÉBEC ET PÉTROLE

$$

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Revue de l’année 2015

indLe gouvernement Couillard s’est particulièrement bien illustré en 2015. Dès le mois de janvier le premier ministre se défendait de «faire passer la religion avant les intérêts du Québec». Toutefois, alors que la barbarie terroriste frappait les dessinateurs de Charlie Hebdo, ni Philippe Couillard ni Stephen Harper n’ont daigné participer à la grande manifestation historique qui a réuni une cinquantaine de chefs d’États à Paris en réaction aux attentats terroristes qui ont frappé la France. Une véritable honte pour la francophonie!

 De son côté Philippe Couillard préfère ne plus parler de lutte contre l’intégrisme, mais bien de lutte contre la radicalisation.

Cliquez sur l'image pour lire le texte

         Cliquez sur l’image pour lire le texte

En février le ministre Boduc annonçait enfin sa démission après son cafouillage sur la question des fouilles à nu. respectIl quitte la politique en empochant une prime de départ de 155 000$.  (Le 9 décembre 2015, l’ancien ministre de la santé deviendra conseiller spécial chez Hill+Knowlton Stratégies)
En mars alors que les jeunes protestent contre les mesures d’austérité imposées par le gouvernement libéral et que la jeunesse se fait tabasser dans les rues,  que la police tire dans le visage des jeunes, les centrales syndicales demeurent étrangement silencieuses. À Québec les étudiants en médecine du Québec manifestent historique contre le projet de loi 20 sur la santé.

mars2015

Alors que les étudiants manifestent contre les coupures, et le bras armé du gouvernement autoritaire de Philippe Couillard continue ses exactions et ses démonstrations de force en tirant sur la jeunesse, mais aussi sur les personnes âgées. En mars, le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard continue de multiplier les exactions au mépris le plus total des aspirations du peuple Québéco. En avril alors que le Québec dans la mire des investisseurs chinois 25 000 personnes manifestent devant l’assemblée nationale du Québec pour dire oui à la protection du climat, non à TransCanada et au pétrole issu des sables bitumineux.

avril2015

    Cliquez sur l’image pour lire l’article

En mai le peuple est ravi d’apprendre la démission de Philippe Couillard, 25,000 personnes visite le site des Indignés du Québec qui Juin2015comme chaque année leur avaient préparé un poisson d’avril. Plusieurs personnes ont déploré le fait que ce ne soit pas la réalité.
En juin les Indignés du Québec publient de nombreuses illustrations sur ce gouvernement intransigeant qui sabre dans tous les domaines de la sphère publique (mais pas dans ses poches, ni dans celles de ses amis),

En juillet  le chef de l’opposition officielle Pierre-Karl Péladeau offre  ses sympathies au Premier ministre Couillard suite à l’annonce du décès de son ancien associé Arthur Porter.

juillet2015

De son côté le Dr Barrette affirme que son ex collègue Bolduc, n’est coupable que d’avoir travaillé très fort. Depuis quatre ans, le Québec a procédé à plus de 7000 arrestations  et le gouvernement canadien a dû s’expliquer devant un comité de l’ONU sur « les restrictions illicites qui auraient été imposées au droit de réunion pacifique », notamment lors des manifestations étudiantes de 2012 au Québec.

Suite à la décision du gouvernement de Philippe Couillard de retirer la subvention de 140 000 $ à l’Association Québec-France (AQF) l’organisme voué au rayonnement de la francophonie depuis 44 ans est forcé de mettre la clef sous la porte.  aout2015En août alors que s’amorcent les élections fédérales une pétition circule contre le transport ferroviaire de produits pétroliers au Québec.  Le ministre Couillard affirme de son côté que «que le pays du Québec n’est pas viable».

En septembre une marche citoyenne est organisée à Montréal contre le projet de loi 59 qui vise à modifier les bases de la liberté d’expression au Québec.  De leur côté Les Indignés du Québec en profitent pour rendre hommage au premier ministre

superphilippe

En octobre le peuple du Québec découvre avec stupeur qu’en pleine période d’austérité et de négociation avec les employés de l’état, le salaire du premier ministre sera augmenté de 40%.

AUGM

Ras-le-bol

Ras-le-bol, par  Castor

En novembre, un sondage Léger confirme que l’insatisfaction est à 60 % face au gouvernement Couillard En décembre le sculpteur français Castor Vervaeren, s’invite au Beubye15 pour commenter l’actualité québécoise à travers ses œuvres.

Les Indignés du Québec vous remercient de votre fidélité et vous souhaitent une belle année 2016.

2015

bonne année

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Qui paie pour le costume de clown de la police québécoise ?

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Les policiers québécois nous ont habitués à parader dans les rues avec leur costume de clown qui a remplacé depuis longtemps déjà leur uniforme traditionnel. Ils nous ont également accoutumés à leur manque de respect envers la population et envers nos élus, notamment lors de leurs prestations pitoyables aux funérailles du maire Jean Doré et de l’ancien Premier ministre Jacques Parizeau.

clownsÀ part quelques remontrances gouvernementale et municipale cette situation pitoyable n’entraîne semble-t-il aucune sanction de la part du gouvernement, sans doute parce que les policiers constituent désormais le bras armé de ce gouvernement autoritaire.

tva nouvellesAlors que le journal de Québec vient de publier le TOP 50: les meilleures et pires photos de pantalons de clown on doit se demander qui paie pour ces guenilles infâmes. Les payeurs de taxes ? Qui est le fournisseur de ces costumes ? Une agence gouvernemetale ? SVP éclairez ma lanterne !

complice

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le regard critique d’Antoine Robitaille

Mehdi A. Lienation

Mehdi A. Lienation

Contrairement à ses collègues de La Presse et du Journal de Montréal, Antoine Robitaille, éditorialiste pour Le Devoir, tente de convaincre la population sur la nécessité de tenir une évaluation faite par le Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) afin d’étudier les conséquences de l’oléoduc Énergie Est. Le projet de pipeline sur le territoire québécois amène beaucoup de questionnement. C’est pourquoi Robitaille voit l’arrêt des travaux d’exploration et la tenue d’une évaluation du BAPE comme primordiale. Plutôt que d’attaquer les arguments ou les manifestations des opposants au projet, il s’attaque au comportement du gouvernement libéral.  Dans son éditorial intitulé « Précaution ! » le 17 octobre 2014, Robitaille décrit l’incohérence du gouvernement Couillard en ce qui a trait à ce sujet :

 « Pendant des semaines, tout ce que les citoyens ont pu entendre du gouvernement dans le dossier du projet de port pétrolier de TransCanada avait quelque chose de risible. Il y eut les circonvolutions du nouveau ministre de l’Environnement, David Heurtel, qui semèrent la confusion à quelques reprises. Philippe Couillard, lui, fit preuve de clarté, le 25 septembre : nous devrions accepter de transformer le territoire québécois en lieu de transit du pétrole albertain, ne serait-ce que par gratitude pour les milliards de la péréquation. »[1]

couOn voit ensuite à travers l’éditorial que la position du gouvernement tente de nuancer ces propos et d’être plus dure envers la compagnie pétrolière : « Jean D’Amour, ministre de la Stratégie maritime (responsable du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie), soutenait que TransCanada avait « un défi de communication à relever, d’abord avec la communauté chez nous. Il faut qu’à tout point de vue, TransCanada se conforme aux exigences ». »[2] Par contre, Robitaille trouve ce « défi de communication » insuffisant et même « réducteur ». Il réaffirme donc que la nécessité d’une évaluation du BABE et que seul le gouvernement peut prendre cette décision.

gogol

Dans un second éditorial intitulé « Saine “ingratitude” » le 21 novembre 2014, Antoine Robitaille salue la décision du gouvernement d’assujettir le projet de TransCanada à une évaluation du BAPE. Par contre, il garde un regard critique quant aux comportements adoptés par les ministres dans ce sujet. Robitaille mentionne entre autres le fait que les 7 conditions imposées à TransCanada sont un copier-coller de ce qui a déjà été fait en Colombie-Britannique pour stopper le projet Northern Gateway et ceux que le gouvernement d’Ontario venait de faire parvenir à la compagnie. Il explique donc son point de vue sur l’incapacité du gouvernement Couillard à déceler les préoccupations des citoyens du Québec :

 « Les meilleurs représentants doivent cultiver leurs capacités à lire les situations, à y percevoir des risques pour les contrer ainsi que les occasions à saisir pour faire progresser l’état du groupe qu’il représente. Dans le cas présent, ces capacités semblent avoir clairement fait défaut au premier ministre et au gouvernement qu’il mène »[3].

C’est donc avec différentes stratégies que nous avons vu les éditorialistes et les chroniqueurs québécois tenter de convaincre la population qu’un projet comme Énergie Est avait ou non sa raison d’être (ou du moins, la questionner). Il sera donc intéressant de voir évoluer la situation du traitement médiatique après la fuite de la stratégie de TransCanada pour faire accepter à l’opinion publique son projet d’oléoduc. Les résultats de l’évaluation du BAPE seront aussi d’une importance capitale dans la vision que les médias auront de ce projet.

[1]  http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/421322/transcanada-a-cacouna-precaution

[2] Idem.

[3] http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424555/conditions-pour-transcanada-saine-ingratitude

la-conscience

1 commentaire

Classé dans Uncategorized