Archives de Tag: Gabriel Nadeau-Dubois

GO GND GO !

En sautant dans l’arène politique Gabriel Nadeau-Dubois apporte une bouchée de fraîcheur que saluent les Indignés du Québec.

GND, porte en lui la fougue de la jeunesse et par le passé il a su démontrer son charisme lors du printemps érable ainsi que son sens de l’équité sociale. En 2013 M. Dubois s’est également distingué en remettant la totalité de la bourse de 25 000  dollars que lui avait accordée le Gouverneur général pour lutter contre la construction de l’oléoduc Énergie-Est de TransCanada.

En faisant ce don il a demandé l’aide du public afin de doubler le montant de son don. La campagne de sociofinancement intitulée Doublons la mise a permis de recueillir 385 000$.

Alors que les idées des populistes soufflent sur le Québec, que les « nationaleux de la Baptiste» et les «vieilles souches réactionnaires, blanches et ethnocentriques» se rapprochent des Lepenistes qui poussent leurs pions au grand jour, GND prône une fusion avec ON et un Québec indépendant et inclusif.

Les Indignés du Québec sont avec toi Gabriel !

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Faut qu’on se parle de notre avenir énergétique!

indÀ la fin du mois de septembre, l’un des auteurs du manifeste pour un Élan Global, Gabriel Nadeau-Dubois, lançait aux côtés de Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash et Alain Vadeboncoeur l’initiative politique non partisane Faut qu’on se parle. L’idée : aller à la rencontre de la population cet automne pour discuter de 10 grandes questions, dont le climat, dans le cadre d’une tournée de consultations sur l’avenir du Québec. L’accueil fut tel que très vite, afin de répondre à la demande, Faut qu’on se parle grandissait pour accueillir dans ses rangs un autre des auteurs de l’Élan global, Karel Mayrand, ainsi qu’Aurélie Lanctôt, Will Prosper et Véronique Côté.

En plus d’une tournée dans dix villes du Québec, les citoyennes et citoyens sont invité-e-s à organiser desassemblées de cuisine dont ils et elles choisissent les thèmes. Déjà, plus de 240 assemblées de cuisine sont prévues!elan_web

Les Indigné.s du Québec vous invitent  à participer en grand nombre à ce vaste et nécessaire remue-méninges en profitant de cette tribune pour partager vos idées! Organisez vous aussi votre assemblée de cuisine pour discuter changements climatiques, pétrole et transition énergétique. Ajoutez votre grain de sel à Faut qu’on se parle et faites du climat un enjeu incontournable en participant à l’une des consultations publiques à venir, en organisant votre propre assemblée de cuisine, ou en faisant un don en temps ou en argent, puisque cette initiative est financée à 100% par le public.

Pour en savoir plus, visitez le site fautquonseparle.org et/ou la page Facebook de Faut qu’on se parle.

les Indignados

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Quel avenir pour Fort McMoney ?

Rose Flamant

      Rose Flamant

Le drame humain et environnemental de Fort McMurray est unique dans l’histoire du Canada. Ce gigantesque incendie a ravagé plus de 2000km², soit l’équivalent de trois fois la taille d’Edmonton, ou plus de  quatre fois la superficie l’île de Montréal. Les quelques 100,000 personnes évacuées se retrouvent à la rue dans une ville en cendre.

Près de 25% de l’économie canadienne

Lorsque l’on sait que près du quart de l’économie canadienne est liée à l’industrie du pétrole on comprend l’engouement qu’a suscité chez les travailleurs l’attrait de Fort McMurray.  Dans cette ville, avant la tragédie et la chute du baril de pétrole on pouvait travailler chez MacDo à 20$ de l’heure, et les ouvriers spécialisés gagnaient facilement 4000 $ pour une semaine 84 heures. L’argent coulait à flot et la vie était belle!

Vue aérienne de Fort McMurray avant l'incendie

                    Vue aérienne de Fort McMurray avant l’incendie

L’envers de la médaille

brasierOn ne fait pas d’omelette sans casser des œufs et bien avant la catastrophe les militants écologistes ont été nombreux à tirer la sonnette d’alarme car l’exploitation des sables bitumineux provoque quotidiennement un déversement de 11 millions de litres d’eau toxique – soit 4 milliards de litres par année – et émet en gaz à effet de serre l’équivalant de 15 millions d’automobiles. Pourtant comme la souligné Gabriel Nadeau Dubois, on doit pouvoir réfléchir aux causes environnementales de cette tragédie, sans pour autant rejeter la responsabilité sur les travailleurs de l’industrie des sables bitumineux.

gnd

antonio-gramsci

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

#Nuit debout Montréal : Mélenchon fait faux bond !

Rose Flamant

   Rose Flamant

l'acti1

Une foule compacte s’était rassemblée devant le Consulat de France

Le premier rassemblement #Nuit debout Montréal s’est tenu devant le Consulat général de France en solidarité avec le mouvement français #Nuitdebout.  D’entrée de jeu, Pauline une étudiante française à Montréal, a annoncé que l’objectif de Nuit Debout est «de mettre en avant des personnes qui ne faisaient pas de politique jusqu’ici et de créer des espaces ouverts».  Elle a également demandé «aux représentants politiques de ne pas prendre la parole». Dans la foule des manifestants, les députés Amir Khadir et Manon Massé de Québec solidaire ont respecté ce mot d’ordre, alors que les intervenant-es exprimaient leur ras-le-bol face aux politiques néolibérales et leurs inquiétudes face aux projets d’oléoduc d’Énergie Est.  Plusieurs personnes ont également exprimé  leurs préoccupations sur la question des disparités sociales au Québec, la défense des droits des femmes et celles des autochtones.l'acti14

 

L’absence remarquée de Jean-Luc Mélenchon

l'acti12Le candidat à la présidence française, Jean-Luc Mélenchon, effectue actuellement  une première visite au Québec pour lancer son nouveau livre et rencontrer un certain nombre d’activistes québécois.  Invité de Catherine Perrin à l’émission Medium Large, M. Mélenchon avait annoncé qu’il participerait à ce premier rassemblement de #Nuit debout Montréal mais il semble qu’il ait été retenu à la Grande Bibliothèque où il présentait une  conférence intitulée « l’Ère du Peuple »en compagnie de Gabriel Nadeau Dubois.

EntrevueMelanchon

Pour écouter l’entrevue cliquez sur l’image

LIVE

 Le prochain rassemblement de #Nuit Montréal aura lieu vendredi le 29  (heure et lieu toujours à préciser). Pour plus d’info, suivez nous sur Facebook.
non1

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Manifeste pour l’Élan global

Élan global

Sophie Doucet

Sophie Doucet

Les Indignés du Québec vous invitent à signer le «Manifeste pour l’Élan global» qui constitue un clin d’œil à l’héritage du Refus global.  Le 9 août 1948 était publié le «Refus global». Ce manifeste signé par 15 membres du groupe automatiste rejetait alors l’immobilisme de la société québécoise. Sa parution en 1948 provoqua une vive controverse au Québec. 

Aujourd’hui, le manifeste pour un Élan global est un clin d’œil à l’héritage du Refus global. L’Élan global se veut radical par ses idées et implore une transformation profonde du Québec comme l’ont fait les Automatistes il y a 67 ans.
Refus+global
L’Élan global n’est pas qu’un manifeste. L’Élan global est un collectif d’objectrices et d’objecteurs de conscience qui souhaitent se libérer des hydrocarbures et bâtir un monde juste et viable. C’est un mouvement de résistance à l’invasion systématique de notre territoire par les pétrolières et par de puissants intérêts financiers. Notre objectif est de marquer une rupture avec l’économie pétrolière et les intérêts qui la soutiennent, au profit de la protection du climat, de l’environnement et d’une économie prospère, durable et solidaire. Nous souhaitons que 100 000 signataires se joignent à nous d’ici à la conférence de Paris sur le climat à la fin 2015.

– Nous exigeons la fin des projets d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures en sol québécois.

– Nous refusons tout passage de pétrole à des fins d’exportation sur notre territoire, que ce soit par train, oléoduc ou navire-citerne.

– Nous exigeons l’adoption par le gouvernement du Québec d’un plan crédible pour réduire notre consommation de pétrole de 50 % d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone pour 2050.

– Nous exigeons que la Caisse de dépôt et placement du Québec désinvestisse le secteur des combustibles fossiles. Nous demandons aux autres gestionnaires de fonds d’investissement dont les capitaux proviennent de citoyennes et citoyens d’en faire autant. Nous agirons aussi individuellement. L’argent de nos retraites ne doit pas appauvrir nos enfants. Il doit servir à assurer leur avenir.

Les initiateurs du manifeste pour un Élan global sont Camil Bouchard, Dominic Champagne, Jérôme Dupras pour Les Cowboys Fringants, Karel Mayrand, Gabriel Nadeau-Dubois, Éric Pineault, Annie Roy et Laure Waridel, appuyés par plus de 200 personnalités de tous horizons.  Pour joindre votre signature à ce document historique cliquez ici

complice

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La revue de l’année 2014 des indignés du Québec

indLes indignés du Québec vous proposent leur revue de l’année 2014 à partir des événements marquants qu’ils ont soulignés tout au long de l’année.

En janvier les Indignés présentaient le court-métrage de Maxime Ginolin intitulé Éthique environnementale selon David Carniste.  Dans ce film l’industriel David Carniste,  lobbyiste de l’agro-alimentaire, est choisi pour représenter l’humanité et il doit répondre des conséquences des actes de l’espèce humaine devant un tribunal présidé par le juge MagiCJacK. (Cliquez ici pour lire l’article)

jugement 1

abeille 1En février les Indignés s’inquiétaient de voir les abeilles disparaître par millions car selon une étude  publiée dans la revue PLoS ONE, par  une équipe de l’Université du Maryland et du ministère de l’Agriculture des États-Unis, les recherches sur le terrain ont permis d’identifier les pesticides et les fongicides qui contaminent le pollen que les abeilles recueillent pour nourrir leurs ruches. (Cliquez ici pour lire l’article)

lawrenceEn mars les Indignés s’invitaient dans la campagne électorale en vous proposant une revue des caricatures qui traduisaient  l’état d’âme des électrices et des électeurs du Québec. (Cliquez ici pour lire l’article).

 En avril Félix Dubé-Nguyen Jr, s’interrogeait sur les coûts de construction du pont Champlain évalués entre 3 à 5 milliards $. Selon les recherches effectuées par M. Dubé-Nguyen, le viaduc de Millau en France, considéré comme un chef-d’oeuvre ingénierie contemporaine n’a coûté que 320 millions € soit 487 424 000.00  $. . (Cliquez ici pour lire l’article).

En mai, André Bérubé, du mouvement le mouvement Occupy, section Québec, remportait  la victoire en cour des petites créances contre la ville indignezde Québec, confirmant sa prétention selon laquelle la Ville de Québec aurait agi illégalement et aurait violé sa liberté d’expression lors du démantèlement du campement en novembre 2011. (Cliquez ici pour lire l’article).

En juin, Oitarp s’interrogeait sur la médecine à deux vitesses de Philippe Couillard puisque le  25 juin 2008, celui-ci  annonçait sa démission comme ministre de la santé, en compagnie du premier ministre carte_soleilJean Charest qui lui a rendit un vibrant hommage. Moins de deux mois après son retrait de la vie politique, l’ex-ministre Couillard était engagé par le fonds d’actions Persistence Capital Partners (PCP), propriétaire des cliniques privées Medisys. Malgré le tollé de protestations, l’ex-ministre avoua candidement avoir eu des contacts avec son futur employeur alors qu’il était titulaire du portefeuille de la Santé. Il avait d’ailleurs signé deux décrets favorisant l’expansion des cliniques privées alors qu’il songeait à se joindre à PCP..  (Cliquez ici pour lire l’article).

résistanceEn juillet, Sophie Doucet, nous annonçait que les Gazières et les  pétrolières pourront désormais forer à 500 mètres d’un site de prélèvement d’eau en vertu du règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) adopté par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.  (Cliquez ici pour lire l’article).

En août les Indignés du Québec étaient conviés à participer au grand concours intitulé « Envoyez un livre au ministre Bolduc ».  Le ministre libéral avait suscité l’indignation de la population suite aux révélations du quotidien Le Devoir qui rapportait que le assez de livresministre Bolduc ne voyait pas de problème à ce que les commissions scolaires coupent cette année dans l’achat de livres pour garnir les bibliothèques de leurs écoles. «Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]», avait affirmé le ministre Bolduc avant d’ajouter : «J’aime mieux qu’elles [les écoles] achètent moins de livres. Nos bibliothèques sont déjà bien équipées.» (Cliquez ici pour lire l’article)

Capitulation_MontrealEn septembre le Musée de la civilisation de Québec exposait dans la controverse le traité de Paris est celui qui a mis fin, en 1763, à la guerre de Sept Ans et scellé la cession du Canada à l’Angleterre après la défaite des plaines d’Abraham.».  Dans ce contexte notre collaborateur Oitarp a analysé comment  le gouvernement conservateur de Stephen Harper continue à museler le Québec en exerçant un contrôle sans précédent sur la liberté d’expression. À la manière des gouvernements totalitaires, le gouvernement Harper a sa façon bien à lui de réécrire l’histoire canadienne. .» (Cliquez ici pour lire l’article)

CacounaEn octobre, plus de 71,000 indignés signaient la pétition contre le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada qui transporterait 1,1 million de barils par jour de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au port de Saint Jean (NB) d’où le pétrole serait exporté.  Avec une note d’espoir Félix Dubé-Nguyen Jr, soulignait que l’ONU condamnait le Canada et le Québec pour leur politique énergétique  et qu’à court terme le pipeline Énergie Est de TransCanada était condamné à ne pas voir le jour (Cliquez ici pour lire l’article)

gndEn novembre, Gabriel Nadeau-Dubois, celui qui a  incarné toute la fougue du printemps érable s’implique pour recueillir les  dons qui serviront à contrer le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada. M. Nadeau-Dubois a lui-même donné un coup de pouce au mouvement de contestation en remettant sa bourse de 25 000 $, accompagnant le Prix littéraire du gouverneur général 2014 pour son livre Tenir tête, aux citoyens qui veulent contrer ce projet. (Cliquez ici pour lire l’article)

Regard castorien sur le QuébecEn décembre le sculpteur français Castor débarque à Québec pour commenter l’actualité québécoise à travers ses œuvres.

Parmi les pièces originales exposées dans le hall d’entrée du Théâtre de la Bordée  on pouvait voir des sculptures aux titres évocateurs comme : « Sabrer dans la santé, la prime de départ, les dessus-de table, signer la constitution ou que sera demain ?  (Cliquez ici pour lire l’article).

Merci à nos collaborateurs, André Bérubé, AnarchopandaPat Collette, Charles de Lorimier, Sophie Doucet, Félix Dubé-Nguyen Jr, Michel Duchaîne, Christophe Engels, Rose Flamant, Clode Hamelin, Manon Levesque, Jean-Pierre-Matte, Oitarp, Michel Surprenant, et bonne année 2015.

ba

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La légitimation par le ridicule : la technique de Jean-Jacques Samson

Mehdi A. Lienation

Mehdi A. Lienation

Jean-Jacques Samson, chroniqueur au Journal de Montréal, tente d’atténuer la portée du conflit opposant les militants et la compagnie pétrolière Transcanada en ridiculisant l’effort des écologistes et des citoyens pour contrer le projet d’oléoduc. On peut sentir du mépris lorsqu’il décrit la manifestation du 11 octobre 2014 à Cacouna au Bas St-Laurent :

 « […] 2500 manifestants, dont l’ex-ministre des Ressources naturelles et candidate à la direction du PQ, Martine Ouellet, et l’ex-carré rouge radical Gabriel Nadeau-Dubois, sont sortis de Montréal en fin de semaine dernière pour aller y réclamer l’interdiction définitive de tous les travaux, pour préserver la tranquillité des… bélugas »[1]

Carré  rougeDans cette seule phrase, on peut lire au moins 3 éléments qui tentent de discréditer la lutte que les militants portent contre Transcanada. Dans un premier temps, la locution « l’ex-carré rouge radical » a pour but de faire réveiller la haine que certains portaient contre Gabriel Nadeau-Dubois et le conflit étudiant. Il s’agit d’une façon de créer un contexte qui pousse le lectorat à critiquer l’agissement des manifestants. Ensuite, les mots « sont sortis de Montréal » ont une connotation négative puisqu’ils tentent de circonscrire les préoccupations des militants comme des idées provenant uniquement de l’intelligentsia montréalaise. Pourtant, il y avait beaucoup d’acteurs provenant du Bas St-Laurent, de Charlevoix et d’ailleurs au Québec. Finalement, les «  trois petits points » précédant le mot « bélugas » en dit long sur l’importance que Jean-Jacques Samson accorde à cette espèce en péril. De plus, ce n’est pas seulement pour protéger les bélugas que les manifestants se mobilisent. C’est aussi pour affirmer leurs oppositions face aux énergies fossiles.

[1] http://www.journaldemontreal.com/2014/10/15/les-anti-tout

Photo: Nicolas Falcimaigne

Photo: Nicolas Falcimaigne

 

1 commentaire

Classé dans Uncategorized