Archives de Tag: Franĉois Hollande

Valls hollandaise

libres99Pour Manuel Valls il n’est pas indécent de bombarder des enfants au Yémen ou ailleurs, car il faut bien se battre pour «l’économie du pays» et «préserver les emplois»…

man

AmisDe son côté, le président  François Hollande a décoré de la Légion d’honneur le  prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Nayef.  Juste retour des choses car le président Hollande a lui-même reçu l’ordre du Royaume lors de l’une de ses visites en Arabie Saoudite.

légion

Dans la République de François Hollande les médailles sont très prisées et le président en distribue allègrement, notamment aux génitrices de la patrie. Une excellente initiative que notre premier ministre, Justin Trudeau pourrait reprendre et appliquer à notre pays.

réception

indignés

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Les «douchées doubles» de François Hollande

nous-sommes-les-99Le président  François Hollande vient d’annoncer qu’il comptait  mettre les «douchées doubles» car, a-t-il précisé : «On entre pas par une porte de sortie»!

Pour François Hollande «il faut avoir le cuir tanné», c’est essentiel.

Hollande

Monsieur à Hollande a également déclaré qu’il «faut regarder l’avenir pas le passé!».  Le président a tout fait raison, mieux vaut pour lui ne pas regarder le passé.

nous la droite

Paris

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Philippe Couillard et François Hollande, fossoyeurs de la francophonie!

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Québec- L’Association Québec-France (AQF) vient de cesser ses activités. Cet organisme voué au rayonnement de la francophonie avait pignon depuis 44 ans à la place Royale dans le Vieux-Québec. C’est au printemps dernier que le gouvernement de Philippe Couillard a décidé de lui retirer sa subvention de 140 000 $ forçant ainsi l’organisme à mettre la clef sous la porte.

Québec_-_Place_royale_1

L’Association Québec-France dans le Vieux-Québec a fermé ses locaux

Selon Radio Canada, le gouvernement a décidé de retirer sa subvention à «l’instar de la France qui avait réduit considérablement son financement à l’organisation». Il semble en effet que depuis une dizaine d’années, la France n’a cessé de réduire sa contribution. André Poulin, président de l’AQF regrette cette décision tout en soulignant qu’au cours de toutes ces années beaucoup de bénévoles « ont maintenu cette relation citoyenne pour faire découvrir les deux pays. C’était le seul lien du genre qui existait entre les deux pays» a t-il précisé.

Cette fermeture s’inscrit dans la lignée des politiques du gouvernement Couillard qui vise à se distancer de la France. On se rappellera qu’en janvier les associations étudiantes québécoises avaient dénoncé le triplement des frais de scolarité des étudiants français dans les universités québécoises. Par ailleurs, la volonté du gouvernement français de se départir de la maison Kent qui abrite le consulat général de France dans le Vieux-Québec a suscité l’opprobe du groupe parlementaire France-Québec qui estime que la vente de la maison du Duc de Kent «est un désengagement de la France à l’égard du peuple québécois».

Consulat

Alors que la France subit un grave déclin culturel et que le Québec tergiverse ad nauseam sur son avenir, Philippe Couillard et François Hollande s’inscrivent désormais comme les fossoyeurs de la francophonie.

drapfrqc

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Sommes-nous devenus une province de clowns ?

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Depuis quelques temps, le gouvernement autoritaire de Philippe Couillard multiplie les bourdes à l’interne comme à l’international et les récents événements entourant les funérailles de Jacques Parizeau  démontrent encore une fois le laxisme et l’esprit provincial de ce gouvernement libéral.

Bien qu’aucun chef de gouvernement n’ait assisté aux funérailles d’État de Jacques Parizeau, six anciens premiers ministres du Québec dont  Lucien Bouchard, Jean Charest, Pierre Marc Johnson, Daniel Johnson, Bernard Landry, Pauline Marois et  le premier ministre actuel Philippe Couillard, s’étaient déplacés pour rendre un dernier hommage à ce grand homme qu’était M. Parizeau.  Plusieurs représentants politiques canadiens étaient également présents.  La cérémonie fut sobre et émouvante, toutefois la présence de policiers habillés en tenue de camouflage illustre le dérapage total et le manque de respect de ces «clowns» pour la démocratie et pour l’image extérieure de la province de Québec.

clowns

Dérapage aux funérailles de M. Parizeau. PHOTO QMI

ÉtatPouvez-vous imaginer par exemple les funérailles de Barack Obama, de François Hollande, ou d’Angela Merkel avec des «clowns» en tenue de camouflage pour rendre hommage aux défunts ?  Ce serait impensable car l’image du pays en serait grandement affectée.

De son côté, le maire de Montréal juge que le syndicat des policiers de Montréal a «manqué de classe». Quant au premier ministre Couillard  il a déclaré : «J’ai été choqué de voir ça, c’est un manque de jugement et de respect qui m’apparaît regrettable… Je crois que des actions risquent d’être nécessaires». Bravo M. le Premier ministre qu’elle autorité ! Nous attendons la suite même si nous aurions souhaité plus de fermeté de votre part.  Vous êtes le représentant de la nation et à ce titre vous vous devez d’agir et non pas de reporter les choses ad vitam aeternam, car comme le disait si justement Charles de Gaule «Il n’y a que les arrivistes pour arriver.»

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Ce traité de Paris qui dérange Ottawa et embarrasse Paris

OITARP

Oitarp

Une fois encore le gouvernement conservateur de Stephen Harper continue à museler le Québec en exerçant un contrôle sans précédent sur la liberté d’expression. À la manière des gouvernements totalitaires, le gouvernement Harper a sa façon bien à lui de réécrire l’histoire canadienne.  Ainsi « depuis deux ans, Ottawa a tout fait pour empêcher la venue à Québec de l’original du traité de Paris, qui sera finalement exposé du 22 septembre au 2 octobre au Musée de la civilisation de Québec. Document fondateur de l’histoire du Canada, le traité de Paris est celui qui a mis fin, en 1763, à la guerre de Sept Ans et scellé la cession du Canada à l’Angleterre après la défaite des plaines d’Abraham.»

tdpSelon le quotidien Le Devoir « Il aura fallu deux ans de combat diplomatique pour faire venir ce précieux document, qui aurait normalement dû être exposé l’an dernier, année de son 250e anniversaire. De sources française et canadienne, Le Devoir a appris que c’est la décision favorable du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, au printemps dernier après la visite de la ministre québécoise des Relations extérieures, Christine Saint-Pierre, qui a finalement tranché le débat contre l’avis de la direction du Quai d’Orsay et de l’ambassadeur de France à Ottawa, Philippe Zeller, qui craignaient de mettre à mal les relations de Paris avec Ottawa.

« Ottawa nous a mis tous les bâtons dans les roues », a confirmé l’historien Denis Vaugeois jeudi soir dernier lors d’une table ronde tenue à la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. L’ambassadeur de France à Ottawa a « informé Paris que la venue du traité ne serait pas bienvenue au Canada », a-t-il déclaré. Selon cet ancien ministre des Affaires culturelles du Parti québécois qui a multiplié les voyages à Paris pour faire venir le document au Musée de la civilisation de Québec, cette exposition entrait en contradiction avec la politique de commémoration du gouvernement fédéral qui ne souhaitait pas rappeler cet épisode douloureux de l’histoire du Québec. Ottawa avait plutôt choisi de célébrer le 200e anniversaire de la guerre anglo-américaine de 1812-1813.  À Ottawa, malgré les pressions du consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff, l’ambassadeur français Philippe Zeller aurait fait « tout son possible » pour s’opposer à la venue du traité, nous a-t-on confirmé à Paris. Il aura d’ailleurs fallu attendre des mois pour obtenir la décision définitive des archives du Quai d’Orsay, seul dépositaire du traité. « Il y a certainement eu des pressions d’Ottawa », nous dit-on à Paris, car Ottawa craignait que cette exposition, alors que le PQ était toujours au pouvoir, ne ravive les sentiments nationalistes. À l’ambassade de France à Ottawa, on se contente d’évoquer un conflit d’agenda. L’ambassadeur souhaitait, dit-on, que la venue du traité (qui a aussi permis à la France de conserver Saint-Pierre et Miquelon) ne coïncide pas avec la visite du président François Hollande à la fin octobre. De son côté, le porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères affirme qu’il « n’a pas été impliqué dans des discussions avec les autorités françaises à ce sujet ».

La Nouvelle-France lors du traité de Paris en 1763

La Nouvelle-France lors du traité de Paris en 1763

La copie anglaise refusée

Pourtant, dès septembre 2012, le Musée canadien des civilisations à Gatineau (rebaptisé Musée canadien de l’histoire) a rejeté les propositions qui lui ont été faites d’exposer ce document fondateur du Canada. À l’époque, l’historien américain Donald C. Carleton Jr préparait la venue de la copie britannique du traité de Paris à l’Old State House de Boston. Son objectif était de rappeler que l’élimination de la menace française au Canada avait fortement contribué à accélérer l’indépendance des États-Unis, ceux-ci n’ayant plus besoin des Britanniques pour se défendre. Carleton s’est naturellement tourné vers les institutions fédérales canadiennes pour faire venir le document au Canada. Après quelques contacts, il s’est buté à une fin de non-recevoir. Le 6 septembre 2012, la directrice du « développement créatif et apprentissage » du musée, Lisa Leblanc, informa l’historien que le musée n’envisageait aucune « exposition d’envergure » sur le traité.

Capitulation_Montreal

Reddition de la Nouvelle-France aux Britanniques, Montréal, 1760

Le lendemain, Donald C. Carleton confiait à l’historien québécois Jocelyn Létourneau avoir été « naïf ». Il se disait totalement « déconcerté par la façon dont l’anniversaire de 1763 est, ou plutôt n’est pas, pris en considération par les institutions canadiennes ». Contactée par Le Devoir, Patricia Lynch, du Musée canadien de l’histoire, soutient que si la proposition de Donald C. Carleton a été rejetée, c’est parce que « les dates ne correspondaient pas pour nous ». L’attachée de presse affirme aussi que le musée a« fait des démarches auprès du ministère [français] de la Défense, ainsi que les Affaires étrangères de la France, pour l’emprunter [le traité] ». Or, la direction des archives diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères n’a jamais reçu de demande officielle.

harper

Après deux ans de querelles diplomatiques larvées, le traité sera finalement exposé au Musée de la civilisation de Québec où, compte tenu des conditions de conservation exigeantes, il ne devait être vu que par petits groupes et sur réservation. Mais la demande populaire a obligé le musée à ouvrir la visite plus largement. « Dans l’inconscient collectif, la Conquête demeure quelque chose d’extrêmement important », affirme le directeur général, Michel Côté. Pour Denis Vaugeois, l’attitude du gouvernement fédéral demeure inacceptable.« Harper ne voulait rien savoir de 1763 ni raviver ces souvenirs qui évoquent la cession du Canada, dit-il. C’est incroyable ! Le Canada est pourtant né de ce document qui marque le début de la colonisation britannique. Pourquoi a-t-on si peur de le rappeler ? »

Source : Le Devoir

stevie

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La répression s’accentue à Notre-Dame-Des-Landes

Le 23 novembre 2012 de  violents affrontements se sont produits entre la police et les manifestants. La bataille de Notre-Dame-des-Landes  est en cours au pays des Droits de l’homme et de François Hollande :

Les Indignés du Québec tiennent à exprimer leur solidarité avec les Indignés de Notre-Dame-Des-Landes qui luttent contre 1200 CRS (anti-émeutes) qui harcèlent les gens, les gazent et détruisent sans vergogne leurs habitations, leurs jardins. L’enjeu :  la construction d’un nouvel aéroport contre  la destruction de 2000 hectares de terre.  Suivez l’actualité de Notre-Dame-des-Landes et retrouvez nous  sur Facebook :    http://www.facebook.com/RennesTV

Cliquez sur l’image pour accéder au lien

Facisme ordinaire au pays des droits de l’homme

Au pays de François Hollande,  Cécile Duflot était venu y planter un chêne en solidarité avec les indignés de l’aéroport, maintenant elle est ministre du logement et depuis ce sont des CRS par centaines et des pelleteuses qui en ce moment même détruisent les maisons expulsent les jeunes  Bravo Madame la ministre vous pouvez venir voir votre chêne, il va bien, mais certains y pissent aux pieds.

Le projet d’aéroport du Grand Ouest est un projet d’aéroport international qui vise à remplacer l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Son implantation est envisagée au nord-ouest de Nantes, sur les communes de Notre-Dame-des-LandesVigneux-de-BretagneGrandchamp-des-Fontaines et Treillières en Loire-Atlantique1.

Le projet d’aéroport est envisagé depuis 1963. Inscrite dans les plans d’urbanisme depuis 1974, la déclaration d’utilité publique de l’aéroport a été rendue en 20082, et les travaux doivent débuter en 20133. Selon le Syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’ouverture est prévue en 20174.

Toujours selon ce dernier, le coût du projet s’élève à 556 M€ HT5, s’avérant inférieur à celui de 581 M€ HT évalué en 20066. Le coût de l’aéroport était estimé à 490 millions d’euros en valeur 2002, à comparer aux 525 millions d’euros indiqués lors du Débat public en 20037. D’après Le Canard enchaîné, si l’on ajoute les projets d’accès routiers et ferroviaires, le projet d’aéroport serait évaluable à « quatre milliards d’euros »8.

Avec une surface au sol de 1 650 hectares9, enveloppe sur laquelle porte la Déclaration d’utilité publique (DUP) du projet d’aéroport et de sa desserte routière, la concession aéroportuaire représentera une superficie de 1 220 ha (constituée de la zone des installations aéroportuaires et de desserte routière pour 1 000 ha et de deux espaces consacrés à des mesures environnementales pour environ 220 ha)10. La superficie nécessaire est composée essentiellement de réserves foncières constituées dans le cadre de la Zone d’aménagement différé (ZAD) définie en 1974 et non urbanisées depuis11. Deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (les bois et landes de Rohanne et des Fosses Noires et les bois, landes et bocage au Sud-Ouest de Notre Dame-des-Landes) seront détruites lors de la construction de l’aéroport

Le projet d’aéroport donne lieu à de vives controverses locales et nationales entre ses tenants et ses opposants ; cette opposition est parfois comparée à la lutte du Larzac qui a réussi à contrer l’extension d’un camp militaire après dix ans de mobilisation de 1971 à 198112,13,14. Cette comparaison est contestée par certains élus socialistes locaux qui affirment : « Nous ne sommes pas le Larzac. Il ne s’agit pas d’implanter un camp militaire, mais de transférer un équipement qui permettra la création de milliers d’emplois» 15.

Les Indignés du Québec vous appuient dans votre lutte contre le néolibéralisme sauvage

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La légion d’honneur de Jean James

J'ai un parti pris !: La France doit retirer la Légion d'honneur à Jean Charest ! | Gardiens de la Démocratie 2.0 | Scoop.it

Voici le texte de la lettre. Vous n’avez qu’à le recopier, à le signer de votre nom et puis à l’envoyer à l’adresse suivante : 

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
ou par Internet au :
http://www.elysee.fr/ecrire/

À François Hollande
Président de la République française

Monsieur le Président,

Les Québécois vous prient de retirer la Légion d’honneur que votre prédécesseur, Nicolas Sarkozy, a remise à Jean Charest pour plaire à leur ami commun Paul Desmarais. Jean Charest vient d’attaquer les libertés fondamentales des Québécois. Sa Loi 78 instaure l’arbitraire, criminalise le droit de manifester et bafoue le droit fondamental à la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association. Il s’est donc, de ce seul fait, rendu indigne non seulement de gouverner le Québec, mais il a aussi déshonoré la Légion d’honneur que la France lui a remise. Je le sais, vous étiez le candidat favori des ressortissants français vivants au Québec et aussi le mien. Je sais aussi que vous ne sauriez tolérer un tel affront, vous qui protégez par-dessus tout les valeurs de la France « Liberté, Égalité, Fraternité » que Jean Charest vient de bafouer.

Je vous remercie de m’avoir lu et espère, au nom du peuple québécois, obtenir votre assentiment à ce retrait et dans le plus grand déshonneur.

(Inscrire ici votre nom)
Citoyen du Québec

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized