Archives de Tag: Forêt Ouareau

L’Éco-Corridor Kaaikop à nouveau menacé par Québec…

Pierre-Jacques Ratio

Le mont Kaaikop,  est situé dans le village de Sainte-Lucie-des-Laurentides, c’est le troisième plus haut sommet des Laurentides et il culmine à 830 m d’altitude. Cet endroit de villégiature est menacé par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) qui déposera cet automne de nouveaux plans de coupes forestières.

Déjà en 2013 la  Coalition Mont-Kaaikop  avait lancé une pétition pour soutenir la création d’une aire protégée de biodiversité au Mont-Kaaikop.   Même si 8 000 personnes  s’étaient opposées à ces coupes  Québec revient à la charge… Pour le maire Serge Chénier de Sainte-Lucie-des-Laurentides : « Le tourisme est la principale activité économique chez-nous. Nous nous tournons même de plus en plus vers le tourisme écologique (…). En 20 ans, on a connu sept campagnes de coupes. Au Mont-Kaaikop, ça va être un désastre. Si ça se réalise, le monde n’ira plus là. »

Pour Serge Hayman, vice-président du conseil d’administration et conseiller de la faune et en écosystèmes de la Coalition : « Le MFFP n’a qu’une obsession : couper du bois! Toutes les belles dispositions de la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier prennent le bord dans la pratique. Les consultations publiques sont bidons. Ce sont de simples sessions d’information où il est clairement écrit qu’elles n’ont pas pour but de changer l’affectation du territoire. Elles servent à quoi, alors?

LA CRÉATION D’ÉCO-CORRIDOR KAAIKOP OUAREAU (ÉCKO)

La Coalition s’est associée à la Municipalité de Chertsey (Lanaudière) et à la Fédération des Associations de lacs de Chertsey, pour sauver la Forêt Ouareau. Éco-Corridor Kaaikop Ouareau (ÉCKO) vise à unir les forces du milieu et à partager les expériences pour sauver de larges territoires naturels et interconnectés.  Nous ne sommes pas systématiquement contre toute coupe forestière, mais il est illogique de nuire à l’actif principal d’une région (la villégiature et le tourisme) pour en favoriser une autre. À force de cupidité, sans vision à moyen et long termes, la foresterie va s’autodétruire, faute de saines pratiques. »

Nous vous invitons à signer notre pétition  pour  augmenter la pression sur le gouvernement du Québec, qui la sourde oreille ou fait semblant de ne pas comprendre alors qu’il peine à atteindre son objectif de protéger 17% de son territoire d’ici 2020. Seulement 9,35% du territoire québécois est protégé actuellement. Un territoire de protection du Mont-Kaaikop et de la Forêt Ouareau seraient une solution simple à ce déficit, un geste concret et grandement apprécié des populations qui réclament haut et fort ces aires protégées, pour atteindre cet objectif national louable. Alors, soutenez-nous en signant la pétition. Nous pourrions même donner un coup de pouce au gouvernement pour qu’il honore enfin l’une de ses promesses…

Cliquez ici pour signer la pétition cliquez ici

Rejoignez-nous sur Facebook  : Coalition Mont-Kaaikop

Amis de la forêt Ouareau

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Une autoroute pour les Quads de la forêt Ouareau ?

PJR

 Pierre-J Ratio

Lors de mon article précédent, je vous parlais du nouveau pont cinq étoiles construit en pleine forêt Ouareau afin de permettre la circulation des quads mais aussi des mastodontes qui pourront l’emprunter avec les arbres provenant de futures coupes à blanc. À cette occasion j’ai eu l’occasion d’explorer les pistes fraîchement défrichées avec mon ami Tommy-Joe Leclerc et ce que nous avons découvert est vraiment étonnant.

Les berges du lac Johnson

Notre première escale nous a conduits au lac Johnson et, en ce 15 octobre 2015 les coupes n’étaient pas commencées, mais en quittant les lieux nous avons trouvé un pickup qui s’affairait sur les lieux traînant un arbre pour baliser la nouvelle piste.P1170418

 Nous l’avons suivi.P1170423

Les arbres étaient fraichement coupés et la piste étonamment large!

P1170436

Après un long parcours sur la piste, le pickup a stationné près d’une pelle mécanique et nous nous sommes arrêtés pour parler au travailleur qui nous assuré que cette piste n’était pas destinée à l’exploitation forestière, mais plutôt à l’usage des quads. Nous avons poursuivi notre chemin en direction de Saint-Côme. 

P1170439

 Les arbres fraîchement coupés gisaient ça et là sur les bords de la piste.

P1170441 Une future piste de Quads ?

P1170451

La piste traversera des paysages d’une incroyable beauté!

P1170457

Bref rien n’arrête le « progres »!

Suite à cette visite j’ai gardé un goût amer de ce gouvernement et de ces élus sensés nous représenter mais qui ont perdu tout sens des valeurs et qui pour le plus souvent ne sont motivés que par le simple profit immédiat. Avant de quitter le parc régional de la forêt Ouareau j’ai demandé à Tommy-Joe:  – Tommy est-ce que tu crois qu’on nous prend vraiment pour des valises ? Et vous qu’en pensez-vous ?

libres99

 

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Un pont cinq étoiles en pleine forêt Ouareau ?

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Le Parc régional de la Forêt Ouareau couvre un vaste  territoire  de 160 km² qui fait la joie des campeurs et des amateurs de plein air. C’est pourquoi les quadistes et les motoneigistes se sont réjouis de l’inauguration d’un nouveau pont multifonctionnel qui relie désormais la Grande-Vallée et la Grande-Jetée.

Ce pont de 35 mètres de longueur, enjambe la rivière Ouareau à Chertsey au cœur même du parc régional.  La construction de cet ouvrage a nécessité des  investissements de près de 650 000$ issus du ministère des Transports, du gouvernement fédéral via le programme de la Coalition nationale des sentiers, et de la Conférence régionale des élus de Lanaudière.  Ce nouveau pont facilite «la connexion des réseaux pédestres, entre autres vers le Mont-107. Il permet de pérenniser les sentiers quads et motoneiges, notamment pour le sentier quad Trans-Québec 45, en reliant Lanaudière aux régions voisines des Laurentides et de la Mauricie1».

P1170380

                           Le nouveau pont de la forêt Ouareau

charsCurieux de voir cette nouvelle construction, je me suis rendu sur place avec mon ami Tommy-Joe Leclerc, un amoureux de la forêt Ouareau. Tommy m’avait averti que la construction de ce pont avait de quoi surprendre.

Parvenu sur les lieux il stationna la Jeep non loin de la culée; l’endroit était désert.  À première vue cette structure de bois en plein milieu de la forêt avait quelque chose de surréaliste.
P1170382À  l’approche du pont, les panneaux étaient nombreux, et le Club Quad Mattawinie, annonçait fièrement ses couleurs, les quads ne devaient pas excéder 1,6m de largeur et les voitures étaient interdites.

Regarde me dit Tommy ils ont même construit un passage pour les piétons. – Formidable, quand je pense que le pont du Gouvernement à Chertsey en est dépourvu…

P1170404

       Le nouveau pont de la forêt Ouareau possède un vaste espace piétonnier

Après avoir traversé ce «joyau architectural», Tommy m’entraîna sous le pont. -«Viens voir la travée comme ils l’ont bâtie solide, me dit-il, tout ça pour des quads et des motoneiges?» La travée était en effet impressionnante, avec sa poutrelle d’acier gigantesque et son tablier digne de soutenir des camions de 24 tonnes !

P1170400

     La poutrelle d’acier gigantesque qui soutient le tablier du nouveau pont

La culée en béton aussi était massive et  bien stabilisée par des blocs de pierre gigantesques qui ont de quoi surprendre à première vue.

P1170403

                     Blocs de pierre gigantesques disposés le long de la culée

Sous les blocs une membrane géotextile a également été installée sous le remblai de moellons, on n’est jamais trop prudent!

P1170398

Membrane géotextile installée sous les moellons pour se prévenir des vibrations des quads et des motoneiges ?

24T.JPG24 tonnesSur ce pont, les véhicules sont interdits par contre la construction massive de cet ouvrage combinée à la présence de ces pancartes annoncent l’avenir.

Le nouveau pont a bel et bien été construit pour exploiter la forêt Ouareau, afin de permettre la circulation de mastodontes qui pourront l’emprunter avec les arbres provenant de futures coupes à blanc.

fermetureLes résidents de Chertsey se rappelleront que le 13 octobre 2006 vers, 18h 30, soit deux ans seulement après les travaux de restauration de 57,000$ qui devaient garantir la sécurité, du pont du gouvernement, les fonctionnaires municipaux avaient ordonné la fermeture de cet ouvrage patrimonial.

Ce jour-là, ce pont métallique long de 65 mètres construit en 1928 tremblait pour la dernière fois sous le passage d’un  dix roues transportant des billots de bois… Malgré la colère des citoyens on parla de démolition et l’ex maire de Chertsey M. Jocelyn Gravel  confia au journal La Presse que les travaux de reconstruction coûteraient 2 millions.

061019chertsey-pont-ferme1_n

Le pont du gouvernement avant sa démolition

L’administration municipale donna donc son accord et le pont fut démolit, on chuchota que ça avait coûté 1 million…

Le tablier fut entièrement refait en bois et contrairement au pont de la forêt Ouareau aucune voie piétonnière ne fut aménagée et moins de dix ans plus tard, le tablier du nouveau pont commence à montrer des signes de fatigue. Gageons que dans vingt-cinq ans ce ne sera pas le cas du pont cinq de la  forêt Ouareau…

P1170485

Moins de 10 ans après sa reconstruction le pont du gouvernement montre déjà des signes de décrépitude

ddl3

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Sauvons la Forêt Ouareau des coupes à blanc

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Après le scandale de la sablière de Chertsey, la MRC de Matawinie défraie encore la chronique et l’indignation de la population par ses politiques environnementales à courte vue, bradant les richesses sylvicoles du parc de la Forêt Ouareau pour des pinottes et a raison d’un arbre à la minute.

Selon le maire de Chertsey, Michel Surprenant, «le principal ennemi de la Forêt Ouareau, c’est précisément l’administration de la MRC de Matawinie qui se fait complice de la gestion étriquée du ministère des Forêts». En Matawinie on se croirait revenu sous le régime autoritaire de Maurice Duplessis. En effet, bien que le conseil municipal se soit prononcé contre toute coupe de bois dans la Forêt Ouareau, le conseil des maires de la MRC Matawinie a approuvé les projets de coupe du Ministère…  C’est ainsi que la compagnie Domtar, prélèvera cet automne 13 000 mètres cubes pour son usine de Windsor située à près de 250 km de Chertsey.

Bref, malgré l’opposition des citoyens et de leurs représentants, il semble que dans les yeux du Ministère le rôle du Conseil municipal ne consiste qu’à gérer les poubelles et à collecter les taxes.

Aux arbres citoyens

                INDIGNEZ VOUS ET PARTICIPEZ EN GRAND NOMBRE

manif

1%vs99%

7 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Un essaim d’abeilles peut arrêter un ours !

A Chertsey dans Lanaudière, le nouveau maire Michel Surprenant a été avisé de l’établissement d’une sablière dans le secteur Grande-Jetée.  Cette sablière sera située à l’entrée du parc régional de la Forêt Ouareau explique t-il à la population médusée.

parc_foret_ouareau

                                                                           La rivière Ouareau.  Source lanaudiere.ca/fr/membres/4879/activites    

   C’est dans une salle  comble que le maire et son conseil municipal ont expliqué que la municipalité avait été mise devant le fait accompli suite  l’émission d’un bail exclusif par la MRC de Matawinie d’un certificat d’autorisation par le ministère de l’Environnement.

Assemblée Chertsey A Chertsey la population s’était déplacée en grand nombre

Selon  le maire Surprenant  « ces autorisations, pour lesquelles la municipalité n’a jamais été consultée, auront pour effet de permettre l’extraction de 100 000 tonnes de sable par année destinées aux cimenteries de Montréal, ce qui signifie la présence, sur les routes de Chertsey, d’un camion-benne mastodonte de 50 tonnes à tous les quarts d’heure pour les 5 prochaines années. Le trajet prévu aura pour effet la destruction de milieux de vie de villégiature, tout le long de la rivière Ouareau et du chemin de l’Église, dont celle du périmètre urbain en plein centre de Chertsey.

pepine

Le promoteur nous fait miroiter des redevances de 50 000 $ par année, ce qui ajoute à l’iniquité fondamentale de cette décision à huis clos : la municipalité vient d’investir 1,2 millions $ pour l’asphaltage de l’avenue du Castor et du chemin de l’Église, qu’emprunteront ces camions de 50 tonnes et que nous devrons refaire bien avant la fin de l’échéance du bail.

10 rouesLes 10 roues vont envahir les rues de Chertsey

La MRC affirme qu’elle ne peut refuser d’émettre le bail d’exploitation si le projet est conforme à la Loi sur les mines et le ministère de l’Environnement refuse de fournir l’information demandée par la municipalité sur le certificat d’autorisation, ce qui nous oblige à avoir recours à la Commission d’accès à l’information du Québec. Nous croyons que les principaux intéressés dans cette affaire sont les citoyens, dont les milieux de vie de villégiature seront complètement perturbés et dont la vie sera mise en danger par ce trafic lourd et incessant. Les droits qui ont été accordés ne respectent ni le rapprochement des citoyens de la gestion des sablières, ni le principe de transparence, ni celui de l’équité pour l’ensemble des intéressés et encore moins celui du développement durable.

Maire surprenant

Voici qu’un promoteur, complètement étranger par surcroît du monde local et régional, obtient à coût presque nul un droit d’exploitation d’une terre publique, en pleine zone de villégiature et qui fantasme sur les millions que lui rapporteront ces bouts de papier, pour peu que le conseil municipal échange l’aumône des redevances contre son aval. On a récemment qualifié ces façons d’agir de « Far West » des sablières.

La nouvelle Loi sur les mines n’est pas encore applicable et nous sommes acculés dans un contexte où le conseil devra faire prédominer la mobilisation citoyenne et utiliser toutes les ressources imaginables pour contrer ce projet déstructurant, dont l’autorisation a été accordée à huis clos, sans que jamais la population ou ses représentants n’aient été consultés. »  Curieusement ni le député Nicolas Marceau, ni la députée Francine Raynault  n’étaient présents à cette réunion, mais le maire fait confiance à la population pour bloquer le projet.  Un essaim d’abeilles peut arrêter un ours a-t-il rappelé en invitant la population à signer la pétition.

Vous pouvez signer la pétition, que vous habitiez Chertsey ou non

Nicolas_Marceau_3portrait

Les députés brillaient par leur absence

Video chersey

éléphant

 

21 Commentaires

Classé dans Uncategorized