Archives de Tag: Fête Nationale 2015

Fête Nationale 2015, ou spectacle populaire Kanadian?

Clode Hamelin

Clode Hamelin

Je m’interroge… Y a-t-il quelque chose dans l’eau au Québec? Ou est-ce génétique? Ou est-ce tout simplement le résultat du fameux BRAINWASH? Je serai court, mais bref, comme disait l’autre. Car les exemples sont trop nombreux.
Depuis une semaine, tout le monde y va de son mot pour s’excuser d’avoir à faire une fête nationale, qui, comme dans tous les pays du monde est obligatoirement NATIONALE et POLITIQUE et ne fait pas plaisir à certaines personnes habitant la même terre. C’est universel. Mais au Québec, CAPITALE MONDIALE de la psychose paranoïde, non seulement nous excusons-nous à l’avance d’exister, mais les organisateurs ou les acteurs de ces fêtes, de ces spectacles spectaculaires pour grand public titubant, nous avertissent à l’avance qu’aujourd’hui, JOUR D’AFFIRMATION NATIONALE, nous mettrions tout de côté et que rien ne saurait être politique ou nationaliste. RIEN!
Tout ici ne sera que spectacle, amusement, chanteurs populaires et spectateurs venus de partout pour prendre une bonne Molson et ne pas entendre parler de quoi que ce soit qui est fondamentale, en lien avec notre fête dite NATIONALE. ensemblePas un mot ne devra être dit sur la lutte et la survie de notre peuple, mais nous ne dirons uniquement que notre invitation à tous les autres, à venir avec nous, vivre dans notre PROVINCE festive [ … ]. Parmi les quelques minutes télévisuelles ordinaires dont j’ai été témoin, notons l’entrevue du très célèbre et aimé Louis-Jean Cormier que j’aime moi-même beaucoup. Magnifique chanteur, garçon plus que sympathique et souverainiste avoué, mais qui lors de son échange à RDI avec la très Outremontaise Anne-Marie Dussault, s’est senti obligé de dire, que malgré sa vision politique à lui, aujourd’hui il faut tout mettre ça de côté et tous doivent venir au spectacle et fêter tous ensemble, malgré nos positions politiques… ON OUBLIE ÇA! Quelques secondes plus tard, au même poste de télé poubelle Kanadian dégradante, avec la même grande dame de la télé, le réalisateur du spectacle de Montréal, Monsieur Séguin, autrefois réalisateur de Radio-Can et aujourd’hui je ne sais pas, mais réalisateur quand même de la fête nationale se fait poser des questions par la même Madame Dussault, et sa première réponse fut… « Nous ici, à la place des festivals nous sommes INCLUSIFS »…

De LorimierHors d’ici la fête nationale. Loin de nous l’idée qu’en ce jour plein de symboles et de souvenirs il faille parler de la quête vers l’indépendance, de la défense de notre socioculture ou de notre besoin vital de liberté. Oublions de rendre hommage à nos ancêtres qui se sont battus contre les envahisseurs qui voulaient les TUER. Oublions De Lorimier. Parlons plutôt du grand-père de l’autre et de notre amour incroyable pour tout ce qui ne nous ressemble pas! Soyons inclusifs! On est tellement inclusif que Freud se suiciderait! Non il faut parler des autres, de notre grande tolérance à l’étrange même s’il souhaite notre perte. Il faut inviter en premier lieu l’Anglais, comme l’a fait Monsieur Séguin le réalisateur. Cette première invitation dans sa bouche ressemblait à : « Nous espérons que les anglophones seront présents avec nous en grand nombre »… Bon, bien sûr je pourrais vous écrire un texte de 5 pages et qui serait vraiment PUNCHÉ. Mais je n’en ai ni la force, ni le courage, ni le goût. Je suis dégoûté de mon peuple. Mon peuple est si malade que je n’ai plus d’énergie pour lui dire. Mon peuple est non seulement mourant dans le vrai sens du terme, mais il est, comme le disent nos amis anglophones « BRAINDEAD ». Flag_of_Canada_(Pantone).svgIl n’y a plus grand-chose du Québec qui reste vivant. Comme un feu qui s’éteint et dont on tente de sauvegarder une braise ou un tison. Nous sommes comme le LYNX, en voie d’extinction. Et notre pire ennemi, oui NOTRE PIRE ENNEMI n’est pas l’autre. Mais il n’est pas possible de mettre un peuple entier sur le divan du psychanalyste. Il n’est pas possible dans une vie entière de voir le changement vers le mieux d’une aussi lourde structure qu’une société. Surtout quand on y retrouve tant de lâches, d’illettrés et d’avides, trop de consommateurs, de contribuables, mais peu de citoyens.
cerveauAlors quoi? Nous nous retrouvons, comme tous les autres avant nous, devant une question fondamentale. ON FAIT QUOI? On attend, on vote, on s’autoflagelle publiquement, on devient de plus en plus BOZOS?? On laisse se démanteler notre société aux mains des trous du cul et après quelques centaines d’années de combat, de plus en plus dilué, on abdique et nous disparaissons. Ou bien, nous faisons la révolution. Oh, je n’ai pas de modèle de révolution à vous donner ici. Il faut toujours inventer et adapter. Mais sinon quoi? On attend l’éveil de la masse? Le retour au bon sens? L’année prochaine lors de la fête nationale du Québec on vous suggérera probablement un menu hallal, lors de danses hongroises. Avec un discours en Yédish sur la constitution d’Israël et le tout avec une collecte de fonds pour les écoles privées d’Ottawa en manque de livres. On est inclusifs ou on l’est pas!
Oublions la notion nationale de la fête nationale, car parler politique lors du jour le plus important pour la nation, ça « regarde mal » devant ceux qui désirent vous voir disparaître. Soyons inclusifs et internationalistes et suicidons nous donc collectivement au plus crisse pis qu’on arrête d’en parler. Shut! C’est la fête nationale d’un peuple en quête de son indépendance, mais NE LE DITES PAS! Écoutez les chanteurs et brassez-vous le CUL! Je suggère du fond du coeur qu’on remplace la fête nationale par une manifestation populaire à travers le Québec. Un GROSSE CRISSE MANIFETATION. Suivi d’une grève générale. Qu’on arrête la machine. Le reste, c’est de la BULLSHIT de vendeurs de bière et de retransmission à la TV canadienne.
Charlebois

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized