Archives de Tag: crucifix

Le Québec une province laïque ? Vous voulez rire !

Les politiciens n’en finissent plus de se refiler la patate chaude de la laïcité. Dix ans après la Commission Bouchard-Taylor le gouvernement Couillard vient, encore une fois de se mettre les pieds dans les plats, en adoptant le projet de loi 62 sur la laïcité.  Cette nouvelle loi qui a suscité l’indignation chez nos compatriotes ontariens prévoit que les services publics doivent être donnés et reçus à visage découvert, autant dans les transports en commun que dans les hôpitaux.  Elle permet également  d’obtenir des accommodements raisonnables.

Cette politique est d’autant plus curieuse puisqu’aucune photo ne permet d’identifier le titulaire d’un titre de transport en commun. Selon la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée la nouvelle loi  prescrit : L’obligation du visage découvert (…) pour la durée de la prestation de service, pas seulement pour la femme voilée, mais pensons aussi à ceux qui ont le visage couvert (…) par des cagoules ou des verres fumés» et des bandanas…

Cette loi inique, en plus de stigmatiser les femmes voilées, déborde de son sens premier en stigmatisant également les personnes cagoulées, celles qui portent des verres fumés ou des bandanas dans les transports en communs. Position difficilement défendable dans un pays où l’on peut voter avec un masque lors des élections fédérales! De plus la nouvelle loi ne sur la laïcité se garde bien de se prononcer sur le crucifix de l’Assemblée Nationale,  un signe religieux jugé patrimonial par le gouvernement du Parti Québécois, mais qui n’a fait son apparition à l’Assemblée Nationale en 1936, pour souligner l’alliance étroite entre l’Église et l’État québécois.

Au Canada on peut voter déguisé, mais les femmes voilées, celles qui portent des verres fumés ou des bandanas doivent avoir le visage découvert dans les trans-ports en communs

Au Canada on peut voter déguisé, mais les femmes voilées, ceux qui portent des verres fumés ou des bandanas doivent avoir le visage découvert dans les trans-ports en communs

Le gouvernement fédéral a ouvert la porte à une éventuelle contestation judiciaire. En effet le premier ministre Trudeau  a déclaré à Alma : «Je sais que les gens s’attendent à ce que je défende la Charte des droits. Le gouvernement va étudier attentivement ce qui est proposé et il va prendre ses responsabilités»…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Saint-Apollinaire : la honte !

Rose Flamant

Le cimetière musulman de Saint-Apollinaire a été rejetté par la population. Encore deux poids deux mesures! D’un côté les pauvres Québécois de chousse maltraités par les méchants Anglais, par les vilains fédéralistes, et de l’autre les musulmans qui n’ont qu’à se faire enterrer dans leur pays d’origine même s’ils sont là depuis 3 générations… Franchement !

Et vous voulez faire un pays nommé le Québec ? Continuez à vous tirer dans le pied, c’est ce que vous faites de mieux depuis 1976 !  Et surtout n’oubliez pas de conserver votre beau crucifix à l’Assemblée Nationale, un «symbole patrimonial québécois» accroché par l’un des pères de la grande noirceur, Maurice Duplessis lui-même, en 1936. 

Références : Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire a été rejeté 

Le crucifix de l’Assemblée nationale

De la grande noirceur à la grande obscurité ? 

24 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Les Femen québécoises et la laïcité

Le projet de charte de laïcité suscite bien des réactions dans la population québécoise, qui découvre peu à peu le mouvement Femen, un organisme  féministe qui a vu le jour en 2008 en Ukraine et dont on peut suivre l’historique dans le documentaire controversé intitulé « FEMEN : Nos seins, nos armes »

fg

Le mouvement soulève la polémique en s’en prenant à ceux et celles qui parlent au nom de « Dieu »

nos seins 

 Récemment le mouvement Femen québécois s’est invité à la marche des Janette en appui à la charte de la laïcité 

Femen Québec

Indisposées par la présence du crucifix à l’Assemblée Nationale, des militantes Femen se sont présentées au siège du gouvernement du Québec pour dénoncer cet état de fait.    La manifestation a été organisée par le groupe Femen Québec, qui a expliqué à Radio-Canada que trois manifestantes de Montréal s’étaient rendues à l’Assemblée nationale pour ce coup d’éclat.

 Désabillons nous !

Les Femen regroupent des femmes issues de toutes les cultures religieuses, chrétiennes, musulmanes, juives et païennes qui réclament la libre possession de leur corps et de leur féminité. Selon sa porte-parole, le groupe n’a pas de position ferme sur la Charte des valeurs québécoises.

churc

Au Québec le mouvement sucsite  l’intéret des intellectuels

Constitution

Les FEMEN : une histoire à suivre ….

fuck churc

al

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Réactions épidermiques à la charte des valeurs québécoises

république

La charte des valeurs québécoises suscite de nombreuses réactions dans la population.  Les Indignés du Québec, bien qu’ils soient d’accords avec le principe de laïcité de l’État, se sont prononcés contre le projet de charte tel qu’il est formulé actuellement.

Au cours de cette rubrique nous vous proposons des clips et des articles que nous ont envoyé des indignés et qui rendent compte des réactions épidermiques à la charte dans cet épineux dossier.  Alors que le débat autour du voile a suscité l’intérêt des spectateurs à l’émission « Tout le monde en parle », les Femen se sont infiltrées à l’Assemblée Nationale pour protester contre la présence du crucifix:

crucific décalisse

Tout le monde en parle

En réaction à cette émission Islam Info a déclaré que : «La rhétorique est huilée, intégrisme religieux en Algérie, droit des femmes au Québec, sexisme, obscurantisme islamiste etc, on l’aura compris, il n’y a pas de débat de fond mais du sentimentalisme pour toucher le public québécois 1

souche

Les manifestations se multiplient de la part des pros et des anti-charte

habit

manif

hindous

Après les opposants, c’était au tour des défenseurs de la Charte des valeurs québécoises de se mobiliser à Montréal. Ils étaient toutefois moins nombreux.

Pros-charte

De la grande noirceur à la grande obscurité

Selon ce projet charte des valeurs québécoises,  le gouvernement provincial entend assurer :

  1. La séparation des religions et de l’État
  2. La neutralité sur le plan religieux
  3. L’égalité entre les citoyennes et citoyens, quelles que soient leurs croyances religieuses ou leurs convictions morales, philosophiques ou autres

 Toutefois pour éviter que le Québec ne passe de la grande noirceur à la grande obscurité, le gouvernement a le devoir de s’assurer que l’État soit vraiment laïque en bannissant la prière du domaine public et en retirant le crucifix de l’assemblée Nationale2

Bernard Drainville

Ce faisant, il enverra un signal positif aux autres membres des communautés religieuses du Québec, qui pourront alors se joindre à cet état laïc, comme l’ont fait les communautés religieuses catholiques québécoises lors de la seconde moitié du vingtième siècle.

 

La grande noirceur

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Le paradoxe québécois

Le gouvernement québécois souhaite accentuer la séparation entre la religion et l’État.  En effet selon le Ministre Bernard Drainville, responsable du dossier : « L’état doit être neutre »

Bernard Drainville

Selon ce projet charte des valeurs québécoises,  le gouvernement provincial entend assurer :

  1. La séparation des religions et de l’État
  2. La neutralité sur le plan religieux
  3. L’égalité entre les citoyennes et citoyens, quelles que soient leurs croyances religieuses ou leurs convictions morales, philosophiques ou autres

Toutefois selon Ministre «Le crucifix est là pour rester, c’est le choix de notre gouvernement. On ne tournera pas le dos sur notre patrimoine, sur notre passé[1]».  On parle ici du crucifix de l’Assemblée Nationale Québécoise un signe religieux jugé patrimonial par le gouvernement québécois, mais qui n’a fait son apparition à l’Assemblée Nationale en 1936, pour souligner l’alliance étroite entre l’Église et l’État[2].

Je me souviens

La devise du Québec est « Je me souviens »  et pour ça, pour se souvenir on se souvient !

Je me souviens entre autre de   James Wolfe dont la statue se trouve sur la façade de notre assemblée Nationale

wolfe

Je me souviens de la rue Amherst à Montréal ,de  la rue Durham à Sherbrooke en l’honneur du fameux John George Lambton comte de Durham, qui disait que les québécois était un   peuple sans histoire et sans littérature[3].  Effectivement au Québec on se souvient.  Inutile d’allonger la liste !  On se souvient de notre reine dont on voit l’illustre figure tous les jours lorsque l’on sort un billet de banque.
2012_20_Dollar_Closeup(1)
Tout ça fait partie du paradoxe québécois.  On continue à parler des deux côtés de la bouche.  Pourtant, ailleurs sur la planète, nos frères humains qui ont subi des génocides culturels au fil des siècles n’ont aucun besoin d’élever des statues à leurs bourreaux ou de conserver les signes ostentatoires qui les ont asservis.  Ici on a décidé de faire autrement et de garder le crucifix, symbole de la grande noirceur, et ce faisant on créé deux catégories de citoyens; les Québécois de souche et les autres !
Oitarp, poète indigné du printemps érable en ce
18eme jour de septembre 2013

grenouilles indignées

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La charte de la fausse laïcité québécoise

chart

Le gouvernement québécois souhaite interdire le port des signes religieux apparents dans les institutions publiques. Il propose d’inscrire dans sa chatre, la neutralité de l’État et le caractère laïque des institutions publiques 

Pour mieux encadre les accommodements religieux le gouvernement propose de

1. «Modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne»

2. «Énoncer un devoir de réserve et de neutralité pour le personnel de l’État»

3. «Encadrer le port de signes religieux ostentatoires»

4. «Rendre obligatoire le visage à découvert lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’État»

5. «Établir une politique de mise en œuvre pour les organismes de l’État»

Le gouvernement se propose également d’inscrire le principe de la neutralité religieuse de l’État et le caractère laïque des institutions publiques afin de créer un devoir de réserve et de neutralité en matière religieuse de la part des employés de l’État. Du même coup le gouvernement propose d’interdire aux employés de l’État le port de signes religieux «facilement visibles» tels que le voile islamique, le turban sikh, la kippa juive ou la croix chrétienne. Toutefois le port de signes «non ostentatoires» (pendentif, boucle d’oreille, bague, etc.) à l’effigie d’une croix, d’une étoile de David ou du croissant islamique, pour ne nommer que ces exemples, serait permis.

world_religion

Une pseudo laïcité

En fait, le gouvernement Marois propose une laïcité à deux vitesses, puisque dans les faits l’Assemblée Nationale du Québec conserve le crucifix installé par Maurice Duplessis en 1936, pour souligner l’union de l’Église et de l’état. Le Syndicat de la fonction publique et parapublique (SFPQ), même s’il appuie le projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement, s’oppose farouchement à cette pseudo laïcité en exigeant le retrait du crucifix de l’Assemblée nationale. Selon Lucie Martineau, présidente de la SFPQ un syndicat qui représente quelque 40 000 membres : « Si on veut être cohérent, on enlève tout. Et si j’étais d’une autre religion je l’exigerais» », a t-elle ajouté.

Devoir de mémoire

Rappelons que le crucifix jugé patrimonial par le gouvernement québécois, n’a fait son appatrition au Parlement qu’en 1936, pour souligner l’alliance étroite entre l’glise et l’État. Comme l’a si justement souliigné Mme Martineau «L’Assemblée nationale a été fondée en 1792 par le parlement du Bas-Canada, mais le crucifix est arrivé avec Maurice Duplessis et on a appelé ça la période de la grande noirceur».  

crucifix 1887

En 1887 il n’y avait aucun crucifix à l’assemblée Nationale du Québec 

De la grande noirceur à la grande obscurité

Pour éviter que le Québec ne passe de la grande noirceur à la grande obscurité, le gouvernement a le devoir de s’assurer que l’État est vraiment laïque en retirant cet objet religieux de l’assemblée Nationale pour le rentrer là où il doit être, c’est à dire au musée !

CRU

Crucifix à l’assemblée Nationale du Québec

Ce faisant, il enverra un signal positif aux autres membres des communautés religieuses du Québec, qui pourront alors se joindre à cet état laïc, comme l’ont fait les communautés religieuses catholiques québécoises lors de la seconde moitié du vingtième siècle. 

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Félix Dubé-Nguyen Jr.

Indigné québécois 

10 Commentaires

Classé dans Uncategorized

L’égalité homme femme et la charte des valeurs québécoises

En dévoilant son projet de charte des valeurs québécoises le gouvernement Québécois vient réitérer le principe d’égalité entre les hommes et les femmes. Selon la première ministre Marois : « Le principe le plus fondamental, c’est l’égalité homme-femme. La liberté de religion, elle sera toujours possible, mais ce qu’on dit, c’est que l’État sera neutre par rapport à l’image qu’on projettera des personnes qui sont au service des citoyens. »                                              Religieuses 1945

Intention louable qui a fait réagir la Fédération des femmes du Québec qui considère qu’il « serait toutefois encore plus efficace pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes de reconnaître le même statut aux droits sociaux, économiques et culturels (droit au logement, aux soins de santé, à un salaire décent, etc.) qu’aux droits civils et politiques (liberté d’expression, de conscience, de religion, etc.). »

duplessis mgr

Quand l’État québécois se prostituait avec l’église catholique.  Le ciel est bleu l’enfer est rouge disait le premier ministre Maurice Duplessis 

Selon Madame Marois, pour que « le vivre-ensemble, (…) soit rassembleur, il faut que les règles soient claires », puisque le Québec sortira gagnant de « la clarification de ces règles ». En ce sens la première ministre a tout a fait raison, d’autant plus que l’inégalité des sexes au Québec ça fait partie de notre héritage culturel. On sait que les québécoises ont obtenu le doit de vote  le 25 avril 1940. À l’époque, plusieurs s’y opposaient vertement comme en foi cet article publié dans le journal Le Devoir le 2 mars 1940:

 « Nous ne sommes pas favorable au suffrage politique féminin.1º – Parce qu’il va à l’encontre de l’unité et de la hiérarchie familiale;2º – Parce que son exercice expose la femme à toutes les passions et à toutes les aventures de l’électoralisme;Thé avec M le curé

3º – Parce que, en fait, il nous apparaît que la très grande majorité des femmes de la province ne le désirent pas;

4º – Parce que les réformes sociales, économiques, hygiéniques, etc., que l’on avance pour préconiser le droit de suffrage chez les femmes, peuvent être aussi bien obtenues, grâce à l’influence des organisations féminines en marge de la politique.

Ce texte incendiaire est signé Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve (1883-1947) archevêque de Québec  « Pour répondre à de nombreuses instances et mettre fin à diverses opinions qu’on nous prête, à propos du projet de loi accordant aux femmes le droit de vote, aux élections provinciales ».

200px-Cardinal_J.M._Rodrigue_Villeneuve

Cardinal Villeneuve avec son crucifix

dans le cou symbole de l’opression féminine

En lisant ce texte je m’interroge vraiment sur les valeurs de laïcité de l’état québécois qui se permet de faire la leçon à propos de l’égalité homme femme dans la société, tout tout en prônant la conservation du crucifix à l’Assemblée Nationale du Québec; un symbole religieux qui a toujours écrasé les femmes catholiques et plus particulièrement les femmes québécoises. 

Rose Flamant,

Indignée Québécoise, citoyenne de la terre

ros

world_religion

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized