Archives de Tag: Biz

Hommage à Pierre Falardeau

La révolution

Pour cette centième chronique les Indignés du Québec, vous offrent  cet  hommage à Pierre Falardeau par l’entremise du poète indigné Oitarp. Falardeau un indigné de la première heure mérite d’être revisité.  Pour les francophones hors-Québec, si vous ne  comprenez pas tout, ben pognez vous un dictionnaire québécois tabarnak !  Lachez vous lousses mes chums, pis payez-vous un trip !

nous sommes les 99%

Hommage à Pierre Falardeau

Pierre Falardeau est disparu le 3 octobre 2009.  Polémiste de la première heure.  Falardeau entreprend des études en anthropologie à l’Université de Montréal en 1967.  En 1971, il réalise son premier documentaire : Continuons le combat qu’il  présente comme le premier volet de son mémoire de maîtrise intitulé « La lutte ». Dans ce scénario, Falardeau se sert de la lutte (catch pour les français) comme un exemple du rituel de la dualité manichéenne véhiculée par la société pour départager les bons et les méchants.

Falardeau

Auteur d’une vingtaine de films, presqu’autant de publications, l’œuvre de Falardeau est riche.  Le temps des bouffons paru en 1993  est particulièrement intéressante : « On est au Ghana en 1957, avant l’indépendance. Jean Rouch tourne un documentaire, Les Maîtres fous, sur la religion des Haoukas. Chaque année, les membres de la secte se réunissent pour fêter. Ils sont possédés. Possédés par des dieux qui s’appellent le gouverneur, le secrétaire général, la femme du gouverneur, le général, la femme du docteur. En 1957, le Ghana, c’est une  colonie britannique… quelques rois nègres pour faire semblant, mais les vrais maîtres sont anglais. Une colonie avec tout le kit: Union Jack, God Save the Queen, perruques, cornemuse, pis la face de la reine en prime. Ici, on connaît.

Soumis !

La religion Haoukas reproduit le système colonial en plus petit, mais à l’envers. Les colonisés se déguisent en colonisateurs, les exploités jouent le rôle des exploiteurs, les esclaves deviennent les maîtres. Une fois par année, les pauvres mangent du chien. Une fois par année, les fous sont maîtres. Le reste du temps, les maîtres sont fous. On est au Québec en 1985. Chaque année, la bourgeoisie coloniale se rassemble au Queen Elizabeth Hotel pour le banquet du Beaver Club. Ici, pas de possédés, juste des possédants. A la table d’honneur, avec leur fausse barbe et leur chapeau en carton, les lieutenants gouverneurs des 10 provinces, des hommes d’affaires, des juges, des Indiens de centre d’achats, des rois nègres à peau blanche qui parlent bilingue. Comme au Ghana, on célèbre le vieux système d’exploitation britannique. Mais ici, c’est à l’endroit. Ici, les maîtres jouent le rôle des maîtres, les esclaves restent des esclaves. Chacun à sa place!

Allez travailler bande de paresseux !

Allez travailler bande de paresseux !

– Bonsoir, mesdames et messieurs. Good evening, ladies and gentlemen. My name is Roger Landry. I am your president of the Beaver Club. It is my privilege to welcome you to the twenty-seventh annual dinner of the Beaver Club celebrating this year the two-hundredth anniversary of the Beaver Club in Montreal. Sont réunis ici ce soir, dans cette illustre enceinte, des personnalités dont le seul nom évoque assurément la grandeur et l’honorabilité; puisque, en fait, à cette table ils sont tous honorables. En titre… Mais rassurez-vous, ce soir, exceptionnellement, ils redeviennent tous humains et les règles du protocole sont dès maintenant abolies. Avant de ce faire, j’ai reçu, il y a quelques instants, a few minutes ago this telegram: I am very sorry that I am unable to be with you tonight, but I am pleased to be able to send congratulations on the occasion of the anniversaries. Je vous souhaite à tous une soiré agréable et au Beaver Club beaucoup de succès dans les années à venir. The right honorable prime minister of Canada, Brian Mulroney.

Nous sommes les 99%

Des bourgeois pleins de marde d’aujourd’hui déguisés en bourgeois pleins de marde d’ autrefois célèbrent le bon vieux temps. Le bon vieux temps, c’est la Conquête anglaise de 1760; par la force des armes, les marchands anglais s’emparent du commerce de la fourrure. Chaque année, les grands boss se réunissent pour fêter leur fortune. Ils mangent, ils boivent, ils chantent. Ils s’appellent McGill, Ellice, Smith, Frobisher, Mackenzie. C’est ca, le Beaver Club il y a 200 ans. C’est la mafia de l’époque. Ils achètent tout : les terres, les honneurs, les médailles, le pouvoir, tout ce qui s’achète. La gang de fourrure forme lentement l’élite de la société. Les voleurs deviennent tranquillement d’honorables citoyens. Ils blanchissent l’argent sale en devenant banquiers, seigneurs, politiciens, juges. C’est ça, le Beaver Club au début. Deux cents ans plus tard, leurs descendants, devenus tout à fait respectables, font revivre cette fête par excellence de l’exploitation coloniale. Le gros Maurice, ministre des Forêts, devenu boss d’une multinationale du papier. Jeanne Sauvé, sa femme, administrateure de Bombardier, d’Industrial Insurance, et gouverneuse générale. Marc Lalonde, ancien ministre des Finances, maintenant au conseil d’administration de la City Bank of Canada. Francis Fox, ministre des Communications, engagé; par Astral Communications. Toute la gang des Canadiens français de service est là, costumé en rois nègres biculturels. Des anciens poiticiens devenus hommes d’affaires. Des anciens hommes d’affaires devenus politiciens. Des futurs politiciens encore hommes d’affaires.

Le français se dégrade à Montréal

Toute la rapace est là: des boss pis des femmes de boss, des barons de la finance, des rois de la pizza congelée, des mafiosos de l’immobilier. Toute la gang des bienfaiteurs de l’humanité.  Des charognes à qui on élève des monuments, des profiteurs qui passent pour des philanthropes, des pauvres types amis du régime déguisés en sénateurs séniles, des bonnes femmes au cul trop serré, des petites plottes qui sucent pour monter jusqu’au top, des journalistes rampants habillé en éditorialistes serviles, des avocats véreux, costumés en juges à 100 000$ par année, des liche-culs qui se prennent pour des artistes. Toute la gang est là : un beau ramassis d’insignifiants chromés, médaillés, cravatés, vulgaires et grossiers avec leurs costumes chics et leurs bijoux de luxe. Ils puent le parfum cher. Sont riches pis sont beaux; affreusement beaux avec leurs dents affreusement blanches pis leur peau affreusement rose. Et ils fêtent…

monument_john_young_monument_john_young_

Au Ghana, une fois par année, les pauvres imitent les riches. Ici, ce soir, les riches imitent les riches. Chacun à sa place… Les bourgeois anglais se déguisent en bourgeois anglais, les collabos bilingues s’habillent en collabos bilingues, souriant et satisfaits, les Écossais sortent leur jupe écossaise, les Indiens se mettent des plumes dans le cul pour faire autochtones. On déguise les Québécois en musiciens pis en waiters. Les immigrés? Comme les Québécois, en waiters! Chemises à carreaux et ceintures fléchée. Manque juste les raquettes pis les canisses de sirop d’érable. Des porteurs d’eau déguisés en porteurs de champagne. Alouette, gentille alouette!  C’est toute l’histoire du Québec en raccourci. Toute la réalité du Québec en résumé : claire, nette pour une fois, comme grossie à la loupe. Ce soir, les maîtres fêtent le bon vieux temps. Ils fêtent l’âge d’or et le paradis perdu. Ils crient haut et fort, sans gêne, leur droit au profit, leur droit à l’exploitation, leur droit à la sueur des autres. Ils boivent à leurs succès. Ils chantent que tout va bien, que rien ne doit changer, que c’est pour toujours… toujours aux mêmes, toujours les mêmes.

BouffonBouffon

Ils sont pareils partout… à New York, à Paris, à Mexico. Je les ai vus à Moscou vomir leur champagne et leur caviar sur leurs habits Pierre Cardin. Je les ai vus à Bangkok fourrer des enfants, filles ou garçons, pour une poignée de petit change. Je les ai vus à Montréal dans leur bureau avec leurs sales yeux de boss, leur sale voix de boss, leur sale face de boss, hautains, méprisants, arrogants. Des crottés avec leur chemise blanche pis leur Aqua Velva. Minables avec leur Mercedes pis leur raquette de tennis ridicule. Comme des rats morts. Gras et épais avec leurs farces plates pis leurs partys de cabane à sucre. Pleins de marde jusqu’au bord à force de bêtise et de prétention. Crosseurs, menteurs, voleurs. Et ça se reproduit de père en fils. Une honte pour l’humanité! Au Ghana, les pauvres mangent du chien. Ici, c’est les chiens qui mangent du pauvre. Et ils prennent leur air surpris quand on en met un dans une valise de char. – Ensemble, merci au chef, nos applaudissements, nous lui disons merci. Ladies and gentlemen, together let’s thank magnificently. Bravo! Et maintenant, as president of the Beaver Club, may I say to you the following : never any club has been so honoured and so magnificently rewarded on its two-hundredth anniversary to have such a magnificent membership as you are. A vous tous, nos membres, à nous tous, applaudissons-nous. We are magnificent people and I raise my hat to all of us. Bravo. You are as beautiful as I think I am. Thank you very much. Good evening. Bravo. Good night. Tout le monde, les serviettes, on fête, on témoigne notre appréciation. Everyone, yes, that’s right! Bravo.

Applaudissons-nous. We are magnificent people. Quelle boufonnerie! – Bravo. God bless you.

Pierre Falardeau

Ce texte que Falardeau, a rédigé pour  le temps des bouffons a été repris   dans la version 2012 mise en ligne par Anonymous sous l le titre Le temps des bouffons 2012 ou Sagard version courte.  Les deux oeuvres mises  en parallèle méritent vraiment d’être visionnées, à vous de juger …

Terminons enfin sur une note plus gaie avec cet autre film de Falardeau

Chubby Kentucky Kid

Cliquez sur l'image pour voir le film

Cliquez sur l’image pour voir le film

En 1995, son  film sur Chevalier de Lorimier, un notaire pendu lors des soulèvements de 1837-1838, a  suscité la polémique

Cliquez  pour voir lextrait

Cliquez pour voir l’extrait

Merci Pierre pour ta vision polémiste des choses.  Tu nous manque dans ce monde édulcoré fade et aseptisé 

RIP

Pierre-Falardeau

1946 -2009

Falardeau le prophète

Amélie Veille, une belle indignée. Cliquez pour l'entendre chanter

Amélie Veille, une belle indignée. Cliquez pour l’entendre chanter

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La province de jovialistes

Il est temps de tourner la page sur cette nouvelle année.  En cette fin 2012, les Indignés du Québec s’interrogent de plus en plus sur l’avenir de notre belle province de jovialistes.

BOB

Une province où 4 maires ont offert leurs démissions car ils n’avaient plus vraiment la faveur de leurs électeurs.  À Montréal,  deuxième ville francophone du monde (ce qui reste à être démontré), notre maire M. Michael Applebaum s’exprime dans un sabir qui ne semble pas déranger la majorité des Canadiens Français (s’cusez des Québécois qui sont maintenant une nation depuis qu’ils ont été reconnus comme tels par les conservateurs). C’est vrai que la bouillie du maire Applebaum en dérange quand même quelques uns comme Biz mais bon who cares about that ?

On vient de fêter les 25 ans de la disparition de Che René Lévesque.  Le père de la nation québécoise (et du beau risque), et qui à l’époque nous avait simplement demandé de négocier avec Ottawa. On a préféré dire non…

Réné

Aujourd’hui Réné est devenu la voix de tout un peuple  . Merci Réné mais tu étais trop en avance sur ton temps, on avait pas vraiment compris ta question. S’cuse nous, on a d’la difficulté à comprendre la plupart des textes du journal de Mouréal alors quand la question est trop longue ça nous dépasse un peu…

En attendant Montréal s’anglicise de plus en plus, le PQ tergiverse et recule en matière de langue.  Pour patienter on nous parle de Laval, de Terrebonne et de Mascouche

Heureusement ce qui a la côte dans les médias québécois c’est le sport, Patrick heu Roy,  Milos Raonic ,  Lucian Bute Notre fierté !

georgie

Pendant ce temps dans les urgences on continue d’attendre à cause d’un système inefficace que tous les gouvernements perpétuent au détriment du peuple. C’est ainsi qu’au Québec le nombre de médecins par 100 000 habitants est de 225, contre  203 médecins au Canada anglais et de 330 médecins dans la belle France.

pAULINE

Le nombre d’omnipraticiens par 100 000 habitants est de 120 omnipraticiens au Québec contre 100 omnipraticiens au Canada anglais  et de  98 omnipraticiens (médecins) en cabinet) en France. En 2010, le Québec dépensait 4773 dollars par habitant selon l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE). En 2010, le Canada dépensait 4478 dollars. En 2009, la France dépensait 3978 dollars.

Pendant ce temps les médecins de la Province de Québec se plaignent et les patients attendent des heures dans les urgences.  Merci, à vous chers jovialistes.  C’est vrai qu’ici on est différents et qu’on est un phare culturel planétaire!

Démocratie canadienne

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized