Mais qu’est-ce qu’ils mettent dans leur eau à Québec ?

Gina Augustin

Gina Augustin

Selon le Journal de Québec les autobus «causent de la congestion et il ne faut surtout pas en rajouter dans les rues de Québec». Cette opinion est ardemment défendue par deux polémistes de Radio X, soit Jean Christophe Ouellet (alias « JC ») et Jeff Fillion. 

Selon Ouellet : «L’humain aime ça avoir sa liberté, ses affaires, ses patentes, son char, son terrain, sa piscine. C’est fondamental. »

– Quelle perspicacité !

On se rappellera que lors des dernières élections municipales,  le candidat à la mairie Jean-François Gosselin avait dénoncé la «guerre à l’automobile» que mène selon lui l’administration Labeaume. 

Farouchement opposé au service rapide par bus (SRB), Gosselin avait dénoncé le fait a que la ville «enlève des espaces de stationnement ajoutant par ailleurs qu’il ne fallait  […] pas virer la ville en Plateau-Mont-Royal

Mais qu’est-ce qu’ils mettent dans leur eau à Québec ?

Publicités

3 Commentaires

par | décembre 22, 2017 · 10:46

M. Couillard, la population refuse de se laisser empoisonner

  Léna Anishnabeg

Un regroupement de 1,5 million de personnes demande au gouvernement du Québec de retirer intégralement les projets de règlement sur les hydrocarbures qu’il a l’intention d’adopter d’ici quelques semaines.

En septembre dernier, le gouvernement Couillard a déposé des projets de règlement qui visent, l’exploitation pétrolière et gazière dans les lacs et les rivières du Québec, de même que sur les terres agricoles, forestières, les réserves fauniques, les territoires non organisés de la Gaspésie et les milieux humides.

Ce projet de loi, s’il est adopté, permettra également l’exploration à proximité des écoles, des habitations ainsi que la fracturation hydraulique, à laquelle une majorité de Québécois est opposée.

On peut se demander quelles sont les raisons profondes qui poussent ce gouvernement, dirigé par un médecin, à vouloir nous empoisonner malgré nous ?  Selon le Toxico-chimiste André Picot, on retrouve parmi les composantes chimiques des gaz de schiste plus de 655 composantes qui sont considérées dangereuses pour l’homme et 22 qui sont cancérigènes.

Pour télécharger son rapport cliquez ici.  Pour la version anglaise cliquez ici.

Sur le pont Charles de Gaule à Montréal automne 2017

                            Sur le pont Charles de Gaule à Montréal automne 2017

Sur l'autoroute 25 entre Terrebonne et Saint-Roch de l’Achigan.

Sur l’autoroute 25 entre Terrebonne et Saint-Roch de l’Achigan.

Au cours de l’automne dans la grande région de Montréal, un ballet de foreuses a été aperçu sur les eaux montréalaises. D’autres ont été identifiées sur l’autoroute 25 entre Terrebonne et Saint-Roch de l’Achigan.

L’exploitation est-elle déjà commencée dans ces secteurs ?

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

GND, Sol et Régis s’invitent au Beu-Bye 17

Sophie Doucet

Depuis 2014 l’équipe du Beu-Bye nous a habitués à accueillir des personnalités québécoises qui ont marqué l’actualité. 

Cette année, Gabriel Nadeau-Dubois co-porte-parole de Québec solidaire,  et  son collègue Sol Zanetti, se sont prêtés avec humour à un débat autour de la souveraineté du Québec.

Pour la deuxième année consécutive le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est également prêté au jeu dans une vidéo hilarante où il accorde une entrevue déjantée au metteur en scène du Beu-Bye, Lucien Ratio.

De grosses pointures

Cette année, la revue de l’année de Québec promet d’être encore plus incisive puisque les auteurs Lucien Ratio, Jean-Philippe Côté et Philippe Durocher se sont entourés de collaborateurs de renom comme Marc Auger, Joëlle Bond, Isabelle Hubert, Robert Lepage, Jocelyn Pelletier et Pascale Renaud-Hébert.  Ça risque de faire des flammèches…

Le Beu-Bye 17 est présenté à La Bordée du 15 au 30 décembre.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Joyeux Noël 2017

Pour Noël, Les Indignés du Québec vous souhaitent de ne pas recevoir une Licorne, mais plutôt de vivre dans une société qui reflète les aspirations des gens d’ici.

Joyeux Noël et merci de votre fidélité !

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Un boulet pour Québec Solidaire !

  Rose Flamant

En annonçant la fusion entre Québec solidaire et Option nationale, les délégués de QS ont donné un nouveau souffle à la formation politique. Lors du congrès préélectoral qui s’est tenu à Longueuil, les membres se sont entendus pour mettre sur pied une assemblée constituante chargée de rédiger la Constitution d’un futur État québécois souverain, au lendemain de leur élection.

Ils ont également choisis d’inclure dans leur plate-forme électorale certaines propositions présentées par ON. La proposition soutenue par la députée Manon Massé, qui jugeait que le mot «patrimoine» était trop masculin a également été débattue, mais n’a pas été retenue. En effet, selon le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois : « L’origine des mots qu’on utilise, la présence ou non de préjugés sexistes dans le langage, c’est […] un débat important qu’il ne faut pas ridiculiser et qu’il faut faire sereinement »,

Des propos qui dérangent

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Caricature de Garnotte ridiculisant les propos de Manon Massé

Lorsqu’en avril 2016 Madame Massé a dénoncé la transphobie dont seraient victimes les élèves transgenres qui n’ont pas accès à des toilettes neutres ou à des salles de bain du sexe de leur choix, la société québécoise s’est interrogée sur cette démarche intellectuelle. Lorsqu’elle a récidivé avec le mot «patrimoine» elle s’est attirée l’ire des journalistes et de certains caricaturistes qui s’en sont donnés à coeur joie.

Pour les gens ordinaires tout ce débat est devenu incompréhensible oblitérant ainsi dangereusement le véritable programme de QS…

Un impact immédiat dans les sondages

Les propos controversés de Manon Massé se reflètent dans les sondages puisque QS recueille actuellement 11 % des intentions de vote, soit 4 points de moins qu’en juin dernier (15 %). Devant ces résultats, force est de constater que les Québécois-es, ne se reconnaissent pas dans ces propos et qu’il est urgent pour l’image du parti de trouver un(e) autre co-porte-parole plus crédible.

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

Mélenchon fait de nouveau faux bond aux Québécois

Jean-Luc Mélenchon, a annulé sa présence au congrès de Québec solidaire (QS).  Le dirigeant de la France insoumise a déclaré dans une vidéo : «J’en suis bien embêté. J’avais fait la promesse et je suis en contact régulier avec Gabriel Nadeau-Dubois, que je considère comme un ami et un frère de lutte. Je sais ce que vous êtes en train de faire et je dois vous dire que nous y sommes très attentifs», a poursuivi celui qui a été candidat à la dernière élection présidentielle française. 

«Ne croyez pas que vous êtes seuls là-bas, francophones dans un monde anglophone, Québécois dans un univers dans lequel vous seriez isolés. Non. Nous vous regardons faire, nous sommes attentifs, nous sommes intéressés à vos résultats parce que nous formons ensemble des maillons d’une chaîne mondiale de résistance au néolibéralisme».

C’est la deuxième fois que M. Mélenchon fait faux bond aux Québécois.  On se rappellera qu’en avril 2016 le candidat à la présidence française, qui effectuait alors une première visite au Québec avait annulé sa présence au  premier rassemblement de #Nuit debout Montréal alors qu’il avait annoncé sa présence à l’émission Medium Large diffusée sur les ondes de Radio-Canada…

·        #Nuit debout Montréal : Mélenchon fait faux bond !

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Le patrimoine doit disparaître selon QS

       Rose Flamant

Le mot patrimoine ne fera plus partie du programme de Québec Solidaire qui va le remplacer par héritage culturel.  Selon la députée Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, «C’est un mot qui dans sa racine réfère à une forme de présence et de domination du masculin. L’héritage culturel, c’est autant les hommes que les femmes qui nous l’ont laissé».

En effet l’étymologie de ce mot vient de patrimonium, qui signifie héritage du père, et qui par extension a donné naissance au terme matriarcat, mot qui est apparu à la fin du dix-neuvième siècle.  À cette époque on employait matriarcat pour désigner un système de parenté matrilinéaire, alors que le patriarcat désignait comme l’indique son étymologie, un système social dominé par l’autorité masculine, symbolisée par la figure du père.

Au fil des années, le matriarcat fut interprété comme étant le pendant symétrique du patriarcat;  désignant un type de société où les femmes détiennent les mêmes rôles institutionnels que les hommes dans les sociétés patriarcales.  C’est ainsi que des chercheurs comme Marija Gimbutas (1921-1994) ont préféré rejeter ce mot issu de la composante : arcat (de archein, commander) considéré comme un reliquat patriarcal, allant jusqu’à suggérer de le remplacer par matristique considéré comme plus neutre.

Les personnes qui ont lu 1984, le roman de George Orwell publié en 1949, se rappelleront sans doute du novlangue qui est utilisé par l’auteur dans la trame narrative du récit.  L’idée fondamentale du novlangue s’appuie sur une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation  critique de l’État.  L’objectif ultime étant d’empêcher l’idée même de cette critique grâce à l’appui des médias de masse..

Après avoir banni le mot patrimoine devrions-nous bannir les mots patriarcat, matriarcat? Marija Gimbutas a tenté de le faire voici plus de trente ans, c’est maintenant au tour de Manon Massé.  Franchement Manon, malgré tout le respect que j’ai pour toi, Il me semble qu’il y a des choses plus importantes à régler?

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized