Et si on recyclait les huit milliards de litres d’eau usée, Monsieur Coderre ?

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-J Ratio

Alors que la ville de Montréal s’apprête à déverser 8 milliards de litres d’eau usée dans le fleuve Saint-Laurent. Le maire de Montréal, Denis Coderre, affirme candidement que la population n’a pas lieu de s’inquiéter puisqu’il « Il n’y aura pas d’impact sur notre eau potable. Il n’y aura pas d’impact sur l’eau potable des autres municipalités environnantes. […] il y a peu d’impact sur la faune et la flore, entre autres en raison du débit d’eau »… déversement

M, Coderre ignore sans doute que huit milliards de litres d’eau usée, c’est l’équivalent de 2600 piscines olympiques de rejets provenant de toilettes privées, d’hôpitaux où d’entreprises. Toutes ces bactéries et ces rejets fécaux, ces résidus pharmaceutiques, ces miasmes chimiques etc., aboutiront directement dans le fleuve, sans passer par l’usine d’épuration. Tout comme dans le dossier des tanneries, le maire jovialiste s’en lave les mains… Pourtant en jetant ces déchets dans le fleuve, le maire se prive d’une source de revenu importante dont il n’a même pas envisagé l’existence et qui pourrait rapporter gros à ville puisque tous ces déchets valent une fortune sur le marché du recyclage.

Montréal possède la quatrième plus grosse usine de filtration de la planète  mais il ne s’y fait aucune récupération.  Pourtant il existe des usines de filtration municipales qui recyclent la matière liquide des égouts pour fabriquer des engrais à base d’urine. À Valleyfield, la matière solide est asséchée pour en faire de l’énergie thermique. On réinvente même le vulgaire bol de toilette pour mieux séparer l’urine de la matière solide.

orbrun

«Gouverner c’est prévoir», un concept qui ne semble pas s’appliquer au ministre de l’environnement du Québec, David Heurtel, dont on a vu l’incompétence dans le dossier des bélugas du Saint-Laurent et qui en remet en ajoutant que  les rejets dans le fleuve Saint-Laurent « C’est loin d’être une situation idéale, mais il fallait regarder la balance des inconvénients. Si on ne fait pas les travaux sur cette conduite-là, il y a des risques que l’usine d’épuration soit elle-même affectée. Il faut réaliser ce qui arrivera si on doit fermer l’usine d’épuration et les conséquences de faire quelque chose comme ça. »

Du côté du gouvernement fédéral  le ministre de l’Infrastructure, des collectivités et des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, a souligné que « la direction générale de l’application de la loi d’Environnement Canada a déjà précisé que la Loi sur les pêches interdit les rejets non autorisés de substances nocives dans les eaux où vivent des poissons ».

Signez la pétition

Pétition

Pétition

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

4 réponses à “Et si on recyclait les huit milliards de litres d’eau usée, Monsieur Coderre ?

  1. « Pas dans ma cour » ni sur notre ile disent Coderre & Heurtel, mais quand ca leur chante, c`est… « Tout le monde le fait… fais-le donc »… Quelle conscience élastique ont nos élus ! DEHORS !

  2. Pingback: Et si on recyclait les huit milliards de litres d’eau usée, Monsieur Coderre ? | lesindign esduquebec | Enjeux énergies et environnement

  3. Zoé Lacance

    Bravo M Coderre on parle de Montréal dans Paris Match et dans le New York Times. Quelle belle vitrine pour notre ville !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s