Le canal de Soulanges et la semaine de l’eau

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

Dans le cadre de la semaine canadienne de l’eau j’ai pensé vous faire découvrir le canal de Soulanges qui se déploie sur 23,6 kilomètres entre Pointe-des-Cascades et Les Coteaux. Un bel endroit pour se balader en famille à quelques minutes seulement du centre-ville de Montréal.

Le canal au coeur du paysage de Vaudreuil-Soulanges1

En 1892, le tonnage exponentiel des bateaux provoque l’obsolescence du canal de Beauharnois forçant ainsi les autorités à faire creuser un nouveau canal entre les lacs St-François et St-Louis. Pendant près de sept ans les ouvriers creusèrent le roc sous la supervision de Thomas Monro, l’ingénieur responsable des travaux. Tout au long de ce parcours, le paysage fut modifié et des bâtiments anciens, vestiges de la Nouvelle-France furent systématiquement démolis. Le 9 octobre 1899, on inaugura en grande pompe le canal de Soulanges. Grâce aux cinq écluses de cette nouvelle voie navigable, les navigateurs pouvaient désormais franchir aisément la dénivellation de 25 mètres qui séparait l’amont de l’aval.

Pointe-des-Cascades-Parc_des_Ancres

Le canal à la Pointe-des-Cascades. Parc des Ancres

Steamer_-John_Pratt-_at_mooring_of_canal_Soulanges

Bateau à vapeur « John Pratt » aux écluses du canal. (1845-1930)

Pendant plus d’un demi-siècle les eaux du canal accueillirent des navires venus des quatre coins du monde, et c’est ainsi qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, quelques cinq mille navires empruntaient chaque année cette voie navigable. Le canal était alors au cœur de la vie économique régionale et à la belle saison la population locale se plaisait alors à visiter les écluses pour regarder passer ces beaux navires venus de tous les horizons. À l’époque, le canal était ouvert de la mi-avril à la fin de novembre, faisant vivre un grand nombre de familles. En effet, selon les recherches effectuées par Sébastien Daviau et Édith Prégent du musée régional de Vaudreuil-Soulanges, on estime qu’en 1958, lors de la fermeture du canal «plus de 132 personnes y travaillaient de façon permanente ou temporaire». En 1959, suite à la construction du nouveau canal de Beauharnois, la navigation cessa sur le canal de Soulanges devenu trop étroit pour les embarcations qui transitaient désormais par la voie maritime du St-Laurent. Dix millions avaient été investis dans cette aventure; et peu à peu ce fleuron national sombra inexorablement dans l’oubli…

Vers une réouverture du canal ?

Le Petit-pouvoir à Coteau-du-Lac

Le Petit-pouvoir à Coteau-du-Lac

Depuis 1987 les gens d’affaires de la région se sont mobilisés pour tenter de mettre en valeur ce site patrimonial de première importance. En 2008, sous le gouvernement Charest, le dossier était toujours d’actualité et la députée libérale de Soulanges, Lucie Charlebois annonçait que « L’engagement du gouvernement du Québec se fera sur la base d’un projet ficelé avec rigueur dans les moindres détails ». Selon les dernières estimations la réouverture du canal est estimée à 160 M$ sur 10 ans, ce qui fit dire à l’ancien ministre des finances Raymond Bachand que « Lorsque Québec ira de l’avant, il ira pour l’ensemble de sa contribution dans le projet et certainement qu’il aimera compter sur la contribution du gouvernement fédéral ». En attendant que nos dirigeants s’entendent, le canal poursuit son long sommeil entamé depuis plus d’un demi siècle au profit des pêcheurs qui pêchent parfois dans les eaux claires et légèrement verdâtres du canal, des achigans à grande bouche, des brochets et des perchaudes de bonnes tailles. Les inventaires menés au canal depuis la fin des années soixante et quatre-vingt démontrent néanmoins que la diversité de la faune ichtyenne a beaucoup diminué, passant de 40 à 20 espèces répertoriées. Le canal constitue cependant un milieu aquatique d’intérêt puisque la plupart des espèces présentes s’y reproduisent, dont le crayon d’argent, une espèce rare au Québec. Deux espèces exogènes envahissantes, la moule zébrée et la moule quagga se trouvent malhueureusement dans les eaux du canal. Pour les plongeurs toutefois, la visibilité est généralement excellente puisqu’elle varie de quatre à six mètres.

Empruntez la piste

Un Gros bec errant

Un Gros-bec errant

Intégrée au réseau cyclable du Suroit la piste cyclable du canal s’étire sur 41 km. Profitez de la belle saison pour l’emprunter et entendre chanter les ouaouarons, les bec-croisés, les chardonnerets, les durbec des sapins et les gros-bec errants. Découvrez les cols vert, les jaseurs ou les castors au détour du chemin. La piste Cyclable est facilement accessible par les sorties 26, 22, 19, 17, 12, 9, 6 et de l’autoroute 20, entre Dorion et Rivière-Beaudette.

Des stationnements pour les cyclistes sont aménagés à Pointe-des-Cascades, Les Cèdres, Coteaux du Lac et Les Coteaux. Une balade à ne pas manquer en famille ou avec des amis !

1 À partir d’un article écrit en 2012 pour le COBAVER-VS. un organisme dont la mission est de veiller à la gestion intégrée de l’eau sur le territoire de Vaudreuil-Soulanges.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s