Le maire de Chertsey demande à Philippe Couillard de bouger face au dossier scandaleux de la sablière

Pierre-Jacques Ratio

Pierre-Jacques Ratio

À Chertsey, dans Lanaudière le dossier de la sablière empoisonne la vie de la population, depuis qu’une compagnie à numéro a obtenu, en août 2011, un bail de cinq ans de la MRC de Matawinie pour l’exploitation d’une sablière de 50 hectares dans le secteur de la Grande-Jetée. 

Ce permis accordé sans que la population locale ne soit consultée a soulevé un tolé dans la municipalité et une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour demander au gouvernement de révoquer le bail.

Solidarité Chertsey

En juillet dernier pourtant, le maire Michel Surprenant, se montrait confiant de régler le dossier suite à une rencontre avec la sous-ministre Line Drouin, qui affirmait alors que « le gouvernement était sensible à l’acceptabilité sociale du projet et que le Ministère étudiait actuellement les différentes options possibles pour transférer le bail sur un autre site. Sept mois plus tard, le dossier de la sablière n’est toujours pas réglé. et d’après le directeur des titres miniers et des systèmes, Roch Gaudreau, aucune disposition légale ne permettrait actuellement au Ministère de révoquer le bail. Ce fonctionnaire va même jusqu’à spécifier que « les motifs invoqués par la Municipalité pour mettre fin au bail ne sont pas d’intérêt public1 ». 

Loi modifiant la Loi sur les mines

Pourtant selon l’article 142 de la nouvelle loi sur les mines (sanctionnée le 10 décembre 2013) des outils existent bel et bien:

« 142.0.1. Le ministre peut refuser une demande de bail pour l’exploitation du sable et du gravier pour un motif d’intérêt public. Il peut également refuser une telle demande afin d’éviter des conflits avec d’autres utilisations du territoire.

«142.0.2. Le ministre peut mettre fin au bail pour l’exploitation du sable, du gravier ou de la pierre en tout temps pour un motif d’intérêt public. Dans ce cas, il doit accorder au titulaire un bail sur un autre terrain. À défaut, il lui accorde une indemnité en réparation du préjudice subi.

Le maire de Chertsey réclame l’appui du premier ministre Couillard

ms1

Le maire de Chertsey, Michel Surprenant. Photo Pierre-J Ratio

Dans sa lettre adressée à Philippe Couillard, le maire Surprenant rappelle que le tourisme et la villégiature sont deux axes majeurs du développement municipal et que l’exploitation de la sablière détruira la qualité de vie des riverains de la rivière Ouareau en plus d’intensifier la circulation de camions lourds en plein cœur du village (l’équivalent d’un camion de 50 tonnes toutes les quinze minutes).

Selon M. Surprenant l’augmentation du camionage sur les routes de la municipalité détruira en deux ans l’investissement de l’ordre de 1,3 million de dollars consenti en 2013 par les contribuables de Chertsey pour l’asphaltage de l’avenue du Castor.

Rivière Ouareau solidaritéLa balle est donc dans le camp du premier ministre Couillard. En attendant sa réponse la Municipalité a créé un comité de mobilisation qui souhaite faire la démonstration que l’acceptabilité sociale du projet de sablière est nulle. Les citoyens qui désirent s’impliquer peuvent joindre le conseiller Michel Robidoux : mrobidoux@municipalite.chertsey.qc.ca

Advertisements

14 Commentaires

Classé dans Uncategorized

14 réponses à “Le maire de Chertsey demande à Philippe Couillard de bouger face au dossier scandaleux de la sablière

  1. Lulu

    Tout sauf une démocratie !

  2. Michou

    Un avant goût du plan nord

  3. Michelle Pouliot

    Les Libéraux méprise les région

  4. F. Paré

    Une pétition de 3,500 noms a été remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et il trouve que c »est pas représentatif. Une vrai farce

  5. F. Paré

    Un permis accordé sans l’accord de la municipalité plus une pétition de 3,500 noms remise au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles,, c’est pas assé pour révoqué le bail. ?

  6. J-L Hébert

    3,500 personnes ont signés la petition ces presque tout les habitants de Chertsey !

  7. Anne-Marie Paré

    Les libéraux méprisent les régions et ils ne pensent qu’a exploiter nos ressources naturelles sans que ça profite aux municipalité. C’est assez, on veut la justice

  8. G. L.

    Non à la SABLIERE !

  9. Jean-Jacques Grenier

    Si le premeirt ministre Couillard veut redonner de la crédibilité à son gouvernement il a intérêt à anuler ce projet de sablière dont personne ne veut.

  10. Visiteur

    Le passage de gros camions sur la rue De L’Eglise et sur le chemin Castor va rendre ces rues dangereuses pour les gens qui promènent leur chien, les piétons, les enfants et même les conducteurs automobiles. Combien de fois avons-nous vu ces camions rouler à pleine vitesse et au milieu de la rue?
    Que dire de la pollution par le bruit qui sera causée par ces mastodontes et même de la destruction de nos rives provoquées par leur poids.
    Que dire de tous les villégiateurs qui ne pourront plus passer un été calme, apaisant, reposant, relaxant, sécuritaire et qui auront droit à plus de bruit que dans leur ville respective.
    Faudra-t- il attendre qu’il y ait des morts sur les routes avant de réagir? On sait que c’est la façon de faire des gouvernements.
    Il faut dire NON à l’exploitation d’une nouvelle sablière, du moins dans les conditions présentes.

  11. J-R Lalonde

    Non à une sablière dans la Grande-Jetée.

  12. Isa R

    Ouf! Les sablières/carrières/gravières, une problématique aussi par chez nous dans Vaudreuil-Soulanges ( près de 50 sites ).
    Je fais don au comité de certaines munitions pour contrer ledit projet? Il faut apporter les arguments suivants:
    1- les risques de contaminations des eaux souterraines ( huiles, essences de machinerie)
    2- Risques de vider certains puits pour les résidences avoisinantes, via utilisation de pompes pour vider les trous et le creusage jusqu’à la nappe phréatique.
    3- Voir s’il n’y a pas une zone de recharge pour l’eau potable sur le site d’intérêt. Une étude hydrogéologique pourrait être demandée.
    ( Utilisons donc le nouveau réglement sur la protection des sources d’eau potable 😜😈 )
    4- Voir s’il n’y a pas qqch dans le règlement sur les carrières et sablières qui aiderait à bloquer le projet. Contrairement à la majorité des carrières de chez nous qui ont un droit acquis, celles en activités après 1982 sont assujetties à ce règlement.
    « Développementalement  » et durablement vôtre!

  13. jean

    Ce carré de sable ne vous appartient pas,monsieur a numéro.

  14. Tantôt on zone VILLIGIATURE quand on ne veut pas que quelqu’un exploite le sable. Puis faut croire qu’ils ont dézoné pour qu’un autre l’exploite.
    On joue avec la population.
    Est-ce une question de POT DE VIN qui détermine le zonage ou dézonage. Ça y ressemble bien GROS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s