À l’ombre des raffineries montréalaises

oitarp bis

Oitarp

Une foule compacte se pressait à l’ombre des raffineries  Suncor situées juste devant le bureau de Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles.  Le temps grisâtre ajoutait au sinistre des lieux.

Dans la foule bigarrée, beaucoup de jeunes mais également des plus vieux, venus accueillir les marcheurs et les marcheuses de la grande marche des Peuples pour la Terre mère.

L'accueuilMarcheurs

Partis de Cacouna le 10 mai dernier, cette marche a comme objectif de sensibiliser les communautés aux risques du tracé qu’emprunterait l’oléoduc Énergie Est de TransCanada. Cet oléoduc acheminerait du pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au Nouveau-Brunswick.

Bureau déput

Rapidement la foule s’est rassemblée devant les bureaux de la députée Nicole Léger

Le projet qui vise à inverser un tronçon de 639 kilomètres de la canalisation 9 entre North Westover, en Ontario, et Montréal, est la seconde et dernière phase de l’initiative d’accès aux raffineries de l’est du Canada d’Enbridge. La compagnie propose d’augmenter sa capacité de 240 000 à 300 000 barils par jour pour alimenter deux raffineries au Québec, celle de Suncor Énergie, à Pointe-aux-Trembles, et celle de Valero (Ultramar), à Lévis.

Marche

La marcheurs et marcheuses face aux raffineries

Chez Suncor, l’idée d’avoir accès à du pétrole canadien plus abordable est accueillie avec effervescence. « Nous sommes très satisfaits de cette décision, indique Dean Dussault, conseiller principal aux communications de l’entreprise. Ce pétrole va nous permettre d’être beaucoup plus compétitif, ce qui va avoir un impact direct sur l’économie locale de Montréal-Est et de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. » La députée sortante de Pointe-aux-Trembles Nicole Léger a déclaré avoir travaillé sur ce projet dans le but de trouver l’équilibre entre les facteurs économique, d’emploi et d’environnement dans le secteur. « Je pense à nos travailleurs et à la survie de cette industrie qui est essentielle pour les gens de l’est de Montréal, dit-elle. Il y a beaucoup d’efforts qui se font au niveau de l’environnement pour que ce projet soit socialement acceptable et que les citoyens ne soient pas inquiets au niveau de la sécurité. »

Marcheurs

Les porteurs d’espoir

Rappelons que Mme Léger est intervenue au mois de décembre dernier auprès des intervenants de l’Est pour qu’ils participent à la commission parlementaire qui étudiait le projet d’Enbridge.« L’avenir de l’industrie pétrochimique est importante à mes yeux, mais il ne faut pas oublier qu’il faut améliorer nos manières de faire pour répondre à toutes les questions qui ont été soulevées par les citoyens inquiets de leur sécurité et pour l’environnement. »

Portes paroles

Les gens sont inquiets et ils ont venus le dire à la députée

Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles dont le pipeline traverse le quartier, s’est dit « satisfaite » de la décision de l’ONÉ en raison des emplois directs et indirects qui ont pu être garantis aux citoyens. « Nous sommes contents, mais il faut rester prudents et s’assurer qu’Enbridge respecte les conditions imposées par les autorités. » Elle signale qu’elle est d’accord avec le point de vue du maire de Montréal Denis Coderre en ce qui concerne le possible système de redevances qui pourrait être proposé à Enbridge. « Il faut que la municipalité trouve son compte, alors du côté de l’arrondissement nous allons pousser dans ce sens-là. » (source : L’Avenir de l’Est)

PRS

De leur côté, les marcheurs et les marcheuses de la Marche des Peuples pour la Terre mère, après un parcours de 700 km poussaient dans un autre sens en invitant les gens à signer une une pétition intitulée Coule pas chez nous.

oléoduc

Tracé de l’oléoduc

Les yeux pleins de lumière ces porteurs d’espoir expliquent que «Le projet de pipeline engendrent plus de risques que d’avantages pour ma région. Il met en péril mon eau potable, mon fleuve Saint-Laurent, nos terres agricoles, forestières, la valeur des propriétés le long du tracé.

Porte parole

 Il n’offre pas de véritable création d’emplois régionaux et va à l’encontre des objectifs de développement durable dont s’est dotée ma région. La liste des déversements de pétrole causés par des bris d’oléoduc parle d’elle-même : ils sont trop nombreux et les compagnies ne prouvent pas leur capacité à prendre en charge les dégâts irréparables causés à l’environnement. »

Coul pas

En conséquence, ils demandent aux élus municipaux, provinciaux et fédéraux d’assurer de protéger le territoire et d’assurer notre avenir énergétique collectif avec des énergies renouvelables responsables.

Cacouna

Vous pouvez signer la déclaration de protection de notre territoire ici.

Vers un monde nouveau

Advertisements

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “À l’ombre des raffineries montréalaises

  1. Pingback: À l’ombre des raffineries montréalaises | lesindignesduquebec | Enjeux énergies

  2. Pingback: TransCanada abandonne l’idée d’un port pétrolier au Québec, mais pas son projet… | lesindignesduquebec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s