Le printemps du mépris national

8 avril 2014, lendemain d’élection.

Ce matin, il pleut. Toute la nuit il a plu à boire debout. Il pleut une pluie froide, glaciale, sous un ciel gris et lourd. On dirait l’automne, on dirait octobre, on dirait octobre 70, la révolte en moins. C’est pourtant le printemps. Mais le printemps du mépris national n’est rien d’autre qu’un automne en trop.Un matin triste comme un chien perdu. Perdu comme un peuple sans pays. Un matin à se demander si nous ne sommes pas que des citoyens sans peuple. Il pleut une pluie froide et glaciale comme un lendemain de référendum perdu. Perdu comme l’image impossible à oublier de cet homme, qui en 1980 pleurait toutes les larmes de son corps en serrant dans ses bras son enfant tout petit. Désespéré, d’un désespoir si grand… Celui de ne pouvoir lui offrir un pays. Désespéré de ce trou sans fond sous ses pieds. Ce trou ouvert sur l’enfer de ne pas être.

Pierre Falardeau

Et ça recommence et ça continue et ils ont pourtant entendu cet homme, ce docteur sans vergogne, dire qu’il pervertirait notre espace culturel et oublierait autant que possible notre langue. Oui, ils ont entendu ce traître à sa nation leur promettre de leur ouvrir le dos avec la lame déjà pleine de sang d’une constitution assassine. Ce souvenir d’une nuit des longs couteaux, souvenir éteint, car même vos enfants n’en savent rien. Ni le son de la lame dans le dos du peuple, ni le nom des acteurs ou celui des victimes. Amnésie totale… Non-être social. Amnésie, car de l’université à la rue, rares sont celles et ceux de moins de 30 ans qui en savent quoi que ce soit ou qui en garde l’odeur fétide. On ne leur à pas dit.

 Bids

Et ceux qui leur parlent maintenant, qui les attirent politiquement, ont beau jeu. Ils couvrent l’histoire des nôtres, cette mémoire pourtant fondamentale, ce souvenir fondateur, ils nous couvrent dis-je, de mondialisme, d’internationalisme et d’autoflagellation sans lendemain. De culpabilité anesthésiante et nihiliste. Cette peur d’être soi, craignant gêner ou déplaire à tous ceux qui désirent êtres eux. Êtres eux en lieu et place de ceux qui auront abdiqués.

La liberté est dans les chiottes!

Ils ont tous entendu le bruit fort d’un passé pourtant si proche, ce vacarme d’hier. Ils ont écouté cet homme vendu à une autre solitude et ils ont baissé l’échine et présenté leur cul comme s’ils s’étaient habitués à être les abusés des abuseurs. Les chiens, des chiens du maître. C’est loin ça dans la lignée. Il faut le vouloir, il faut le souhaiter pour être rendu si peu. Épuisés d’avoir eu peur d’avoir peur encore. Épuisés de laisser faire et de n’agir que dans le sommeil ou la léthargie. Ce matin il pleut une pluie froide et glaciale. Elle coule sur mes lèvres et elle est salée. Salée comme les larmes de nos ancêtres qui tombent à plein ciel. Ceux-là qui ont donné leur vie pour nous montrer le chemin de la dignité et de la liberté. Pour nous montrer à être fier et déterminé, courageux et noble. La pluie est salée comme les larmes de nos ancêtres désespérés pour l’éternité, devant l’image de tant de loques humaines sans une once de force ou de conviction, sans courage et sans valeur. Un peuple sans souvenir aucun et sans conscience de l’importance pour hier et pour demain, de continuer le chemin dont nous avons la responsabilité aujourd’hui. Il est impossible de se soustraire à ce devoir sans y laisser son âme, son humanité. La pluie est salée, parce qu’un chacal représentant toute l’histoire de la trahison nationale leur a dit qu’il leur ferait encore plus mal qu’avant. Leur a dit qu’il ne leur restait presque plus de temps et qu’il s’en occuperait sous le regard bienveillant du maître. Il leur promit qu’il les rapetisserait et les mettrait à genoux devant tous ceux qui veulent bien assister à l’humiliation publique et historique. Il terminerait autant que faire se peut, la sale besogne que l’assimilation n’a pas pu réaliser.

Ils l’ont entendu « LOUD AND CLEAR »…  Et ils ont dit OUI! Oui comme dans YES SIR!

liberté

Ceux qui voudront encore se battre demain doivent être conscients qu’un très grand nombre des nôtres comptent parmi nos pires ennemis. Demain… Je ne suis pas politicologue, mais si vous voulez mon impression, il faut sortir de la logique partisane immédiatement et créer de toute urgence un rassemblement pour l’indépendance nationale. Sorte de parapluie sous lequel pourraient participer des partis, mais qui serait avant tout un rassemblement de CITOYENS. De citoyens engagés dans la défense de l’idéal national.

1o

 Cette espèce de RIN 2014 et 2.0 étant politique, mais non partisan aurait mille fois plus de flexibilité, de vitesse et de force de frappe sur le terrain sociopolitique qu’un parti, car la peur d’être ou de ne pas être au pouvoir serait complètement évacuée du discours. Les délais exigés par la politique parlementaire et les longs mandats n’interviendraient donc pas dans le fonctionnement du ralliement. Ce n’est pas un parti politique qui peut faire la souveraineté, ce sont les citoyens qui peuvent la faire. La question nationale et la liberté sont des sujets beaucoup trop sérieux pour les laisser entre les mains des seuls politiciens professionnels. Ce rassemblement pourrait accueillir des politiciens et d’anciens politiciens bien sûr, il le faut, mais eux, ne pourraient en devenir les porte-parole officiels ou les membres de son exécutif, et ce, sous aucun prétexte. Ainsi pourrions-nous éviter de retomber dans les pièges historiques de la politique partisane ou de la récupération par des groupes d’intérêts. Ce rassemblement national devrait concentrer en un seul faisceau, toutes les forces vives de la société Québécoise souverainiste et défendre la cause de l’indépendance, la sauvegarde de la culture Québécoise et la défense de la démocratie. Ceci tout en faisant la promotion d’outils de démocratie directe donnant enfin au peuple un peu de pouvoir, de façon à sortir de cet âge de pierre, de cette noirceur sociopolitique mortifère dans laquelle nous sommes plongés en ce moment, et ce depuis trop longtemps.

je me souviens

Ce rassemblement devrait jouer sur tous les tableaux de l’action sociopolitique. On ne cesse de répéter qu’il faut plus d’éducation politique, plus de promotion de la souveraineté dans la population en générale. Et bien la meilleure façon d’apprendre c’est de pratiquer. Ce rassemblement, s’il est populaire et citoyen, pourrait jouer un rôle d’éducation et de promotion de la cause nationale qui en a bien besoin. Ce rassemblement devrait être si puissant et si fort, que quand il respirerait le parlement en serait décoiffé. Il y a déjà de nombreuses associations existantes qui travaillent à la souveraineté et en rêvent, mais la population n’en entend jamais vraiment parler. Tout le monde est dans son coin en vase clos. Et les convaincus se parlent entre eux. Il faut maintenant les retrouver dans ce rassemblement national et dans la rue auprès du peuple qui, même quand il ne le réalise pas, à soif de liberté, de justice, d’équité et de bonheur.

 wolfe

Un jour, si nous retrouvons notre courage et notre dignité, un jour bientôt, peut-être serons-nous 500,000 à la porte du parlement pour exiger notre entière liberté.

Je lance cette bouteille à la mer…

Clode Hamelin, citoyen indigné

merci

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “Le printemps du mépris national

  1. GISELE MARTIN

    Vous avez tout dit; et j’approuve a 100% sur tout ce que vous avez dit. Soyons fiers de ce que nous sommes = De vrais QUÉBÉÇOIS

  2. J`en ai fait un très long dans mon journal Facebook. Un vrai petit condensé dans notre triste histoire. Tu peux être certain que je vais le conserver le partager et m`en servir de ton document

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s