L’Europe subit une accélération brutale de l’américanisation

Les Québécois qui visitent l’Europe ont pu remarquer que le phénomène de l’acculturation s’accentue partout ! Tel un gigantesque égrégore la culture américaine s’implante dans toutes les sphères de la société, alors que de nombreux indignés réfractaires à l’américanisation, se lèvent pour s’opposer dans chaque État de l’Union à ce nouveau modèle de société dicté d’outre-Atlantique. Dans ce processus d’acculturation on retrouve « également l’inertie de centaines de millions de citoyens qui pensent que tout ira bien pour eux s’ils suivent les modes de vie et modèles américains. Mais il y a aussi ceux qui ont mis toutes leurs cartes dans la servilité à l’égard des intérêts américains, afin d’en être grassement récompensé.» Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin se sont penché sur la question et ils considèrent que l’Union Européenne est devenu « un Etat complètement subordonné, colonisé pour reprendre un ancien terme, sur le modèle des ex-colonies africaines de la France.» 

 

Sous la loupe de l'empire

L’Europe en phase finale d’américanisation

Les choses se précipitent. Peu d’européens en sont encore conscients. D’autant plus que pour s’en apercevoir, il faut un minimum de culture stratégique afin de déchiffrer des événements qui autrement peuvent paraître anodins. Appelons américanisation de l’Europe le fait pour celle-ci d’acquérir le statut non d’un nième Etat de l’Union – ce qui peut conférer quelques droits constitutionnels et civiques – mais d’un Etat complètement subordonné, colonisé pour reprendre un ancien terme, sur le modèle des ex-colonies africaines de la France. Cette américanisation est en cours depuis la seconde guerre mondiale, sinon la première. Ces guerres ont vu l’Europe, emportée par ses divisions internes, perdre une grande partie des éléments faisant son ancienne puissance. Ceci au profit des Américains. Face à l’URSS d’abord, face aux puissances émergentes d’Asie, principalement la Chine aujourd’hui, l’Amérique a su convaincre les Européens qu’ils devaient lui confier leur défense, quitte à lui livrer en échange tout ce qui leur restait de souveraineté.

Général de Gaulle

Avec un certain optimisme, on peut estimer qu’au cours du dernier demi-siècle et aujourd’hui encore, 100.000 européens au maximum ont toujours voulu refuser ce marché de dupes. Pour eux, l’Europe avait les moyens de se défendre et de se développer sans rien abandonner de ses atouts scientifiques, économiques, militaires. Sous le gaullisme en France, quelque 50.000 Français avaient accepté de tenir le pari. Aujourd’hui encore, ils sont peut-être 50.000 à tenter de résister, provenant de diverses horizons. L’Airbus A350 qui vient de réussir son premier vol à Toulouse est un des derniers descendants de ce rêve héroïque. 

AmericanisationMais ces réfractaires à l’américanisation, en France comme en Europe, se heurtent en Europe, dans chaque Etat comme au sein même de l’Union européenne, à des résistances formidables. Il y a d’abord l’inertie de centaines de millions de citoyens qui pensent que tout ira bien pour eux s’ils suivent les modes de vie et modèles américains, s’ils obéissent aux consignes implicites venues d’outre-Atlantique. Mais il y a aussi ceux qui ont mis toutes leurs cartes dans la servilité à l’égard des intérêts américains, afin d’en être grassement récompensé. L’actuel président de la Commission européenne en est, semble-t-il, un bon exemple.

Americanisa101

Comme ceux-là détiennent au sein de l’Union européenne à peu près tous les leviers de commande dont l’Amérique a bien voulu leur confier l’emploi, ils constituent une barrière infranchissable aux tentatives des 100.000 européens évoqués ci-dessus qui voudraient reprendre leur indépendance.

monkey see

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “L’Europe subit une accélération brutale de l’américanisation

  1. Philppe

    Je crois que beaucoup confondent la globalisation avec « l’Américanisation » Toutes les cultures se mélangent, et peut-être que la culture Américaine est plus visible. Mais personne se plaint de la prédominance des marques Allemandes, des produits Espagnoles, Portugaises, ou Grecques. On ne Remarque pas les investisseurs du Dubaï, du Brunei, de l’Arabie Saoudite. Les voitures Japonaises et Coréennes courent les rues, ainsi que ceux de la Russie et d’autres pays de l’est. Mais on s’agonise de la présence d’un « MacDo » au coin de la rue. Il faut quand-même garder une perspective égale. C’est trop facile de montrer du doigt les Américains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s