Liberté chérie

Les Indignés du Québec vous proposent cette réflexion de Clode Hamelin sur la perte de liberté qui devient de plus en plus évidente dans la société québécoise. Une province où la violence policière inquiète de plus en plus.  Arrestations massives, armes répressives qui mobilisent les forces vives de la société et inquiète des organismes internationaux comme Amnistie Internationale.

amnestie

QUI NE DIT MOT CONSENT. N’ÉCOUTEZ PAS CE QU’ILS DISENT, MAIS REGARDEZ BIEN CE QU’ILS FONT.

 S’il n’y a qu’une seule cause qui vaille la peine qu’on se batte pour elle, c’est bien la liberté. Oh, je ne suis pas naïf et je me doute bien que la liberté est une chose relative et à l’extrême limite on pourrait me dire que ça n’existe pas. Mais ne peut-on pas penser que quand notre droit d’association, notre droit de manifester (même de façon spontanée), quand notre simple droit d’être présent dans la rue nous est retiré et interdit, ne peut-on pas penser dis-je, que notre liberté est véritablement remise en question? Quand les force obscures d’un pouvoir autoritariste, s’attaquent physiquement à vous parce que vous êtes contre des idées, ou parce que vous manifestez contre la violence et la brutalité systémique, ne peut-on pas parler d’une grave attaque à vos droits et liberté ? Ne pourrait-on pas dire même qu’on s’attaque à votre intégrité ?

15 mars 2013 a montreal

Le 15 mars dernier à Montréal un policier a pointé une arme sur des jeunes manifestants

Quand vos enfants luttent pour défendre des idées qui datent de la révolution tranquille, comme le droit et l’accessibilité à l’éducation pour tout le monde, la gratuité scolaire et que la société qui est LA NOTRE leur répond par le bras armé du pouvoir, à coup de fusil à balles de plastiques, de gaz de toutes sortes, de coups de poings sur la gueule, de coup de matraques, qu’on les blesse. Qu’on les arrête en les insultant lors d’arrestations massives et arbitraires sans autres raisons qu’ils soit là. Doit-on commencer à se demander si notre LIBERTÉ est compromise?

Vigile

Quand les policiers, soi-disant là pour nous défendre et nous protéger nous font peur, nous agressent et nous menacent, quand nos droits et liberté sont mis de côté et que rien ni personne n’est là pour nous défendre, pour prendre notre part, pour intervenir… Que faut-il conclure? Quand nos gouvernants soit, téléguident ces actes de répression ou au mieux n’ouvrent pas la bouche à leur sujet, que faut-il conclure? Comment les juger? Que fait Madame Marois depuis son élection, concernant la violence et la brutalité dans les rues de Montréal ? Que fait cette femme élue quand la population lui demande avec force et insistance une enquête indépendante sur tous les agissements des policiers depuis le début du conflit étudiant?

grenade-5-mars-montrealLe 5 mars dernier à Montréal

Que penser aussi des promesses électorales importantes et non tenues faites aux citoyens lors de la dernière campagne électorale? Alors que ce ne sont pas des détails esthétiques qui sont bafoués, mais bien la lettre même, la morale, la conscience du parti. Que faut-il conclure, que faut-il comprendre, mais surtout que doit-on faire pour que cesse cet affront, cette trahison? Y a-t-il a un lien direct entre les mensonges électoraux de Madame Marois et la montée de la brutalité policière dans les rues de Montréal? La disparition de la liberté par des méthodes autoritaristes au bord du fascisme a-t-elle une raison d’être politique? Est-ce un outil? Une méthode?

matricule-728

Quand un journaliste-caméraman qui se fait gravement rudoyer par des policiers leur dit « Hey, j’ai ma carte de Presse, je suis journaliste » et qu’il se fait répondre « on s’en crisse! », on comprend dans quelle dymanique on est. Les policiers déambulent à Montréal en ce moment comme s’ils étaient des bums ou des cowboys dans un film de série B. Ils ont pris de l’attitude ! Arrestations massives, violence grave, utilisation d’armes potentiellement mortelles de façon dangereuse, non sécuritaire et peut-être criminelle, dénie des droits et libertés, atteinte à l’intégrité physique d’individus pacifiques et non criminels et j’en passe. Manifestation déclarée soudainement illégale ou vingt mille personnes se font retirer leur droit de manifester, se font charger et gazer à cause du geste d’un seul jeune Black Bloc qui lance un seul caillou dans une vitrine de banque. Et s’en suit une ou deux heures de violence sur la population. C’est normal ça? C’est le monde que vous voulez? Moi non!

amnesty-liberte_expression-hi

Le combat national est de plus en plus lourd et complexe car non seulement la pensée des Red Coats est encore là, mais il faut affronter nos semblables qui sont prêts à tout, pour des raisons de cash, de statut social, pour nous dominer et nous mettre à genoux. Et ce souvent en laissant faire les choses.

Ils sont par le fait même nos ennemis, car ils menacent notre liberté.

S’il n’y a qu’une seule cause qui vaille la peine qu’on se batte pour elle, c’est bien la liberté.

Vive le Québec Libre.

Clode Hamelin, Montréal, 18 mars 2013

peace-and-lovepeace-and-lovepeace-and-love

Ensemble, exigeons une commission d’enquête publique sur la violence policière de 2012,  Signez la pétition 

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

4 réponses à “Liberté chérie

  1. L. R. Lavoie

    La liberté se termine là où commence celle des autres. La société demande à ce que soient déclaré les trajets des manifestants. C’est simple, légal et ça coûte moins cher que de franchir l’interdit. Cela dit, aucune brutalité de part et d’autre ne peut être admise puisqu’il ne s’agirait plus là de manifestation mais bien de rébellion (si tant est que ces provocations ne proviennent pas de casseurs payés par la police elle-même), et non pas d’assurer la sécurité des personnes mais bien de provoquer leur insécurité, ce qui est bien là l’une des tactiques répressives des gouvernements autoritaires. Ne pas vouloir admettre que le Québec s’enlise de plus en plus dans cette voie, c’est être aveugle.

    • Francois

      Quest-ce qui est le plus important? La liberté d’un automobiliste de ne pas attendre 5 minutes qu’une manifestation passe devant lui ou le droit de rassemblement pacifique pour se faire entendre en tant que citoyens qui souvent n’ont aucun autre moyen de se faire entendre? Pour moi le choix est facile.

    • Visiteur

      Il ne s’agit pas de devoir déclarer le trajet, mais de le soumettre à autorisation.
      http://ajpquebec.org/?p=468

      Extrait de P-6:

      « 2.1. Au préalable de sa tenue, le lieu exact et l’itinéraire, le cas échéant, d’une assemblée, d’un défilé ou autre attroupement doit être communiqué au directeur du Service de police ou à l’officier responsable.

      Une assemblée, un défilé ou un attroupement pour lequel le lieu ou l’itinéraire n’a pas été communiqué, ou dont le déroulement ne se fait pas au lieu ou conformément à l’itinéraire communiqué est une assemblée, un défilé ou un attroupement tenu en violation du présent règlement.

      La présente disposition ne s’applique pas lorsque le Service de police, pour des motifs de prévention des troubles de paix, de la sécurité et de l’ordre publics, ordonne un changement de lieu ou la modification de l’itinéraire communiqué. »

  2. La liberté n’implique-t-elle pas se donner les moyens d’une réflexion alternative?
    Ce qui suppose de sortir de la pensée unique.
    Et de s’intéresser à ce que proposent les courants de pensée et modes de vie émergents.
    Tel est justement l’objectif que continue imperturbablement à se fixer Projet relationnel (projetrelationnel.blogspot.be).
    Au point que, en trois bonnes années, plus de 350 messages et une flopée de contributeurs sont passés par là.
    Et que la vaillante petite plateforme n’a toujours renoncé…
    . ni à scruter les idées et comportements émergents,
    . ni à apporter sa modeste contribution au travail préparatoire de l’après-crise,
    . ni à tenter de déborder le double carcan de notre « me now society »: son individualisme consumériste et son matérialisme acquisitif.

    Un grand merci, le cas échéant, de bien vouloir vous y intéresser et/ou faire circuler l’information.

    Christophe Engels
    Animateur de Projet relationnel (projetrelationnel.blogspot.be)
    Journaliste (ex-Le Vif/L’Express)
    Actuellement chargé d’analyses et d’études au Siréas
    Membre actif de Roosevelt 2012.be
    Ex-rédacteur en chef de Perso/Regards personnalistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s