La répression s’accentue à Notre-Dame-Des-Landes

Le 23 novembre 2012 de  violents affrontements se sont produits entre la police et les manifestants. La bataille de Notre-Dame-des-Landes  est en cours au pays des Droits de l’homme et de François Hollande :

Les Indignés du Québec tiennent à exprimer leur solidarité avec les Indignés de Notre-Dame-Des-Landes qui luttent contre 1200 CRS (anti-émeutes) qui harcèlent les gens, les gazent et détruisent sans vergogne leurs habitations, leurs jardins. L’enjeu :  la construction d’un nouvel aéroport contre  la destruction de 2000 hectares de terre.  Suivez l’actualité de Notre-Dame-des-Landes et retrouvez nous  sur Facebook :    http://www.facebook.com/RennesTV

Cliquez sur l’image pour accéder au lien

Facisme ordinaire au pays des droits de l’homme

Au pays de François Hollande,  Cécile Duflot était venu y planter un chêne en solidarité avec les indignés de l’aéroport, maintenant elle est ministre du logement et depuis ce sont des CRS par centaines et des pelleteuses qui en ce moment même détruisent les maisons expulsent les jeunes  Bravo Madame la ministre vous pouvez venir voir votre chêne, il va bien, mais certains y pissent aux pieds.

Le projet d’aéroport du Grand Ouest est un projet d’aéroport international qui vise à remplacer l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Son implantation est envisagée au nord-ouest de Nantes, sur les communes de Notre-Dame-des-LandesVigneux-de-BretagneGrandchamp-des-Fontaines et Treillières en Loire-Atlantique1.

Le projet d’aéroport est envisagé depuis 1963. Inscrite dans les plans d’urbanisme depuis 1974, la déclaration d’utilité publique de l’aéroport a été rendue en 20082, et les travaux doivent débuter en 20133. Selon le Syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’ouverture est prévue en 20174.

Toujours selon ce dernier, le coût du projet s’élève à 556 M€ HT5, s’avérant inférieur à celui de 581 M€ HT évalué en 20066. Le coût de l’aéroport était estimé à 490 millions d’euros en valeur 2002, à comparer aux 525 millions d’euros indiqués lors du Débat public en 20037. D’après Le Canard enchaîné, si l’on ajoute les projets d’accès routiers et ferroviaires, le projet d’aéroport serait évaluable à « quatre milliards d’euros »8.

Avec une surface au sol de 1 650 hectares9, enveloppe sur laquelle porte la Déclaration d’utilité publique (DUP) du projet d’aéroport et de sa desserte routière, la concession aéroportuaire représentera une superficie de 1 220 ha (constituée de la zone des installations aéroportuaires et de desserte routière pour 1 000 ha et de deux espaces consacrés à des mesures environnementales pour environ 220 ha)10. La superficie nécessaire est composée essentiellement de réserves foncières constituées dans le cadre de la Zone d’aménagement différé (ZAD) définie en 1974 et non urbanisées depuis11. Deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (les bois et landes de Rohanne et des Fosses Noires et les bois, landes et bocage au Sud-Ouest de Notre Dame-des-Landes) seront détruites lors de la construction de l’aéroport

Le projet d’aéroport donne lieu à de vives controverses locales et nationales entre ses tenants et ses opposants ; cette opposition est parfois comparée à la lutte du Larzac qui a réussi à contrer l’extension d’un camp militaire après dix ans de mobilisation de 1971 à 198112,13,14. Cette comparaison est contestée par certains élus socialistes locaux qui affirment : « Nous ne sommes pas le Larzac. Il ne s’agit pas d’implanter un camp militaire, mais de transférer un équipement qui permettra la création de milliers d’emplois» 15.

Les Indignés du Québec vous appuient dans votre lutte contre le néolibéralisme sauvage

4 Commentaires

Classé dans Uncategorized

4 réponses à “La répression s’accentue à Notre-Dame-Des-Landes

  1. La résistance

    En « direct » de Notre-Dame-des-Landes : « Depuis des semaines d’occupation et de harcèlement policier et militaire, alors que nous continuons à défendre la zone du bétonnage programmé, nous avons atteint aujourd’hui, samedi 24 novembre, un pic de violence avec une centaine de blessé.e.s, dont une trentaine graves pris en charge à l’infirmerie de l’équipe medic établie à la Vache rit, l’une des nombreuses équipes de soins sur la zone. On dénombre une vingtaine de personnes touchées par des éclats de grenades assourdissantes, aux jambes, aux bras, à la lèvre, au bas ventre. Ces bouts métalliques ou plastiques entrent dans les chairs, on peut rarement les extraire, et ils restent souvent à vie.

    Les grenades assourdissantes sont censées être utilisées selon un protocole précis : notamment en cas d’encerclement des forces de l’ordre, et en direction du ciel, ce qui n’était clairement pas le cas aujourd’hui. Les gendarmes mobiles les utilisent de façon à ce qu’elles explosent à côté ou sur les manifestants, provoquant des blessures graves. Une personne a été touchée au bas ventre par un éclat d’une de ces grenades offensives, provoquant un gros hématome et des lésions internes. On constate chez deux personnes 10 impacts chacune dans les jambes. Une personne risque de perdre son oeil droit. On constate également une plaie au tympan due à un tir de grenade, provoquant une surdité brutale. Suite à des tirs tendus de flashball, on dénombre quatre blessures au thorax, avec fractures de côtes et état de choc, de multiples blessures aux jambes et aux mains, une blessure hémorragique au visage. Et de nombreux.ses autres blessé.e.s. Il était difficile d’évacuer les blessé.e.s les plus graves par ambulance ou par véhicule particulier suite aux différents barrages de police. Ces scènes de défilé ininterrompu de blessé.e.s du matin au soir ravive dans nos mémoires le souvenir de l’action de masse contre les pylônes THT (Très Haute Tension) dans la Manche le 24 juin 2012 pendant laquelle les forces de l’ordre ont fait l’usage démesuré des mêmes armes, faisant plus d’une vingtaine de blessé.e.s en une heure.

    L’habituelle stratégie de frapper fort celles et ceux qui résistent à leurs plans de destructions ne semble pas fonctionner ici à Notre-Dame-des-Landes. La force et la détermination est bien vive sur les visages. Nous ne lâcherons rien.

  2. L'Imaginaire

    Petite victoire !!! un flic a colle un autocollant NON a l’aéroport avant de démissioner !!!!! Hourra !!!

  3. L'Imaginaire

    Lorsqu’ils crient « attention, nous allons faire usage de la force », il faudrait leur rétorquer « attention, nous allons faire usage d’intelligence »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s