Depuis qu’ils sont tout petits !

 Les Indigné-es du Québec s’interrogent sur la pertinence de la démocratie à deux vitesse qui s’installe peu à peu dans la société québécoise. Peur de passer de la Grande noirceur à la Grande obscurité.

Témoignage d’une réflexion citoyenne sur l’état de notre démocratie québécoise.

DEPUIS QU’ILS SONT TOUT PETITS !

Depuis tout petits, à la maison, chez leurs parents, depuis la garderie avec les éducatrices et éducateurs choisis par leurs parents, depuis l’école primaire avec leur bonne maîtresse et leur bon maître d’école, depuis l’école secondaire avec les grands, on montre au Québec à nos enfants, à respecter leurs petits amis, à ne jamais faire d’intimidation, à comprendre que le bien de tous, le bien commun, passe avant le bien et le seul désir individuel, et ce, tout en respectant les besoins de chacun. On leur a aussi dit de respecter la planète et l’environnement, on leur a expliqué l’importance de l’éducation supérieure, de la culture et de l’implication sociale et politique. Par-dessus tout, on leur a expliqué l’importance de ce trésor de l’humanité qu’est la DÉMOCRATIE !

Avec ses qualités et ses défauts, avec les problèmes d’application et les frustrations que ce système peut générer, nous avons gavé nos enfants de ce sacro-saint concept qui est dit-on, le cœur et l’âme de notre système et de notre civilisation. Et au cœur de ce système, LE VOTE.

ET ILS ONT BIEN APPRIS LA LEÇON !

Nous tous les vieux, les enfants de la révolution tranquille, avons tous chacun à notre tour exprimé au fil des ans notre grand découragement face à la jeunesse démobilisée qui ne s’impliquait pas en politique, n’allait pas voter, ne manifestait pas comme nous, les HÉROS DU SIÈCLE l’avions fait en 68, 70 ou 80 et combien eux, ils n’exerçaient pas assez leur noble devoir de citoyen.

Pouvez-vous bien maintenant m’expliquer pourquoi ?

POURQUOI rendu à l’Université de Montréal ou à l’UQUAM, ou encore au CEGEP de Valleyfield pour ne nommer que ces exemples dégoûtants, pourquoi les recteurs et les directeurs d’institutions d’enseignement qui sont en droite ligne, les représentants de notre société démocratique, pourquoi aussi le Gouvernement Libéral de Jean Charest, REPRÉSENTANTS DU PEUPLE, pourquoi les ministres comme Madame Beauchamp, la plus qu’incompétente ministre de l’éducation nationale et même les juges sont maintenant en train de dire à ces même enfants, que leur GRÈVE n’est pas une grève, que le droit de vote qu’ils ont pourtant exercé démocratiquement, n’est tout simplement pas valable et qu’on n’en tiendra pas compte et ne le respectera pas même si c’est un vote majoritaire ? Et donc, que le désir individuel aurait soudainement préséance sur celui du peuple, de la masse, de la majorité !

Ces recteurs qui décident de transformer des Universités comme l’Université de Montréal en compagnie privée, en industrie du savoir au service du Capital, et qui n’applique comme pensée que la pensée dictée par le Gouvernement Libéral qui prend une attitude de Dictateur sont de mauvais exemples pour notre jeunesse ! ILS VONT À L’ENCONTRE DE CE QUE LES PARENTS DU QUÉBEC ONT GÉNÉRALEMENT ENSEIGNÉ ET INCULQUÉ À LEURS ENFANTS DEPUIS QU’ILS SONT TOUT PETITS ! ILS VONT À L’ENCONTRE DE NOS CHOIX DE SOCIÉTÉ !

L’Université non seulement devrait accepter et respecter les décisions étudiantes prises démocratiquement, non seulement, ne pas offrir de cours quand LA MAJORITÉ à voter POUR la grève, mais devrait féliciter les jeunes de tenir des assemblées démocratiques et devrait même les aider à exprimer leur voix citoyenne. ILS DEVRAIENT LES ACCEUILLIR ! TOUS ! Les pour et les contre ! Les Recteurs, comme le désormais célèbre Guy Breton, ne devraient bien sûr jamais avoir l’idée de judiciariser le conflit étudiant, ne jamais avoir comme plan de demander des injonctions pour casser les choix démocratiques de la majorité quand c’est le cas, ne jamais surtout considérer l’Université et son terrain comme une compagnie privée, Ils devraient être debout devant les élèves pour leur dire que l’Université est LEUR MAISON, LA MAISON DE LA PENSÉE, DE LA RÉFLECTION ET DE L’ÉCHANGE et que cette maison leur donne ASILE ! Ils devraient leur répéter encore, en notre nom, comme ce fut le cas depuis qu’ils sont tout petits, que bien que la démocratie puisse nous déranger dans notre petit quotidien individuel, JAMAIS IL NE FAUT DEVENIR DES SCABS, JAMAIS IL NE FAUT VOLER LE BIEN COMMUN, ET IL FAUT RESPECTER LE VOTE MÊME QUAND C’EST 49.42% « Yes » to 50.58% « No » comme en 1995 au référendum sur l’indépendance!

Les Québécois ont respecté ce choix en 1995 alors il faut dire NON aux quelques petits NARCISSES qui vont devant les juges pour avoir droit à LEUR OUTRAGEUX COUR D’ANTROPOLOGIE ! À LA PLACE QU’ON LEUR DONNE DES COURS DE MORALE ET DE DÉMOCRATIE qu’ils ont probablement coulés au secondaire ! Et aux recteurs du genre de Breton il faut dire la même chose qu’au Gouvernement Libéral Charest !

PARTEZ ! CAR CE N’EST PAS LE QUÉBEC QU’ON SOUHAITE EN 2012.CE N’EST PAS CE QUÉBEC LÀ NON PLUS QUE MES PARENTS ET MES GRAND-PARENTS AVANT EUX, ONT TRAVAILLÉ À CONSTRUIRE !

Et si le bien des étudiants est le dernier de vos soucis de penseurs “néo-libéraux”, si vous préférez les matraques sur le crâne de nos jeunes et les “injonctions à la con” plutôt que le dialogue… Si vous continuez à vous faire du capital politique sur le dos des enfants ! ET BIEN n’attendez pas que ce soit leurs parents qui viennent vous montrer à vivre dans une société démocratique ! Parce que là vous risquez de trouver ça moins le fun ! J’invite tous les citoyens, même ceux qui comme moi n’ont pas d’enfants ou ceux qui ne sont pas touchés par la hausse des droits de scolarité, je demande à tous les parents et grands-parents à descendre dans la rue pour appuyer nos jeunes.

J’exhorte de toutes mes forces les syndicats à se joindre aux étudiants et à venir dire à ce Gouvernement, à ces baffoueurs du droit de grève, qu’il y a une limite à repousser les acquis sociaux ainsi que la liberté d’association et d’expression et surtout à venir défendre les jeunes et leur lutte contre ces néo-libéraux, démagogues et anti-démocratiques de bas étage ! Et aux étudiants des trois associations du Québec, je dis, restez solidaires et ne les laissez pas vous manipuler et vous diviser sous aucun prétexte ! Il y a quelques semaines nous étions 200,000 citoyens a marcher dans les rues de Montréal. Ce samedi 14 avril nous étions encore 40,000. La semaine prochaine pour le 22 avril je souhaite que nous soyons 1 million ! Avec Line Beauchamp comme ministre de l’éducation et Jean Charest comme ministre responsable des dossiers jeunesse, faut pas se demander pourquoi la dépression est en hausse chez les jeunes au Québec !

IL FAUT QUE LE QUÉBEC SE LÈVE !

Clode Hamelin Musicien et simple citoyen de Montréal. Le 15 avril 2012.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s